Francisco Pizarro

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 juin 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Francisco Pizarro (by Llull, Public Domain)
Francisco Pizarro
Llull (Public Domain)

Francisco Pizarro (c. 1478-1541) était un conquistador qui mena la conquête espagnole de la civilisation inca à partir de 1532. Avec seulement un petit groupe d'hommes, Pizarro profita de la supériorité de ses armes et du fait que les Incas étaient affaiblis par une guerre civile et l'arrivée de maladies européennes pour s'emparer du plus grand empire du monde.

Pizarro s'empara de la capitale inca de Cuzco, exécuta le souverain inca Atahualpa et exploita le mécontentement généralisé des indigènes sud-américains à l'égard de la domination inca. Les choses se gâtèrent ensuite pour les envahisseurs lorsqu'ils commencèrent à se battre entre eux pour les richesses scintillantes d'un empire en ruine. Pizarro fut assassiné dans sa maison de Lima par une faction espagnole rivale en juin 1541.

Supprimer la pub

Advertisement

Enfance

Francisco Pizarro vit le jour en 1478 à Trujillo, en Estrémadure, en Espagne. D'origine modeste, Francisco était le fils illégitime de Gonzalo Pizarro (mort en 1522), un colonel espagnol ; sa mère, Francisca González y Mateos, était la fille d'un fermier local. Ayant grandi dans des circonstances qui ne lui permettaient pas d'aller à l'école ou d'être accepté par la société, Francisco n'avait même jamais appris à lire ni à écrire. Les avantages d'une vie en Espagne étant limités, il n'est guère surprenant que Francisco, comme beaucoup d'autres de sa génération, ait été attiré par les promesses de gloire et de fortune offertes par le Nouveau Monde.

Grâce à ses bonnes relations au Panama, Pizarro put songer à lancer ses propres expéditions de découverte.

En 1502, Francisco navigua avec Nicolás de Ovando (né en 1451) vers Hispaniola (l'actuelle République dominicaine/Haïti), une colonie espagnole depuis 1494. En 1509, Francisco passa sur le continent où il rejoignit l'expédition menée par Alonso de Ojeda (1468-1515) dans le golfe d'Uraba, au large de la côte de l'actuelle Colombie. Après avoir découvert les curiosités, sinon les richesses du Nouveau Monde, Francisco se joignit à l'expédition de Vasco Nuñez de Balboa (1475-1517) qui visait à traverser l'isthme de Panama en 1513. Francisco devint ainsi l'un des premiers Européens à voir l'océan Pacifique. Il s'installa ensuite à Panama et y mena une brillante carrière politique, en tant que magistrat et inspecteur des encomiendas (le droit d'exploiter le travail forcé local dans une zone spécifique).

Supprimer la pub

Advertisement

Spain and the Spanish Indies
L'Espagne et les Indes espagnoles
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'historien C. Howard donne la description suivante de Francisco Pizarro :

Pizarro était un homme maigre au visage sévère et buriné, aux cheveux grisonnants et à la barbe pointue et soignée. Ceux qui l'ont connu disent qu'il était prudent et perspicace, voire tempéré - dans presque tous les domaines, sauf dans celui de l'or. Pourtant, personne ne mettait en doute le fait qu'il était un homme qui exigeait beaucoup de lui-même, et par conséquent, beaucoup de ses hommes. (12)

Les premières expéditions vers le sud

Bien établi et disposant de bonnes relations au Panama, Pizarro put alors songer à lancer ses propres expéditions de découverte. Des rumeurs circulaient au nord selon lesquelles un grand empire doré se trouvait dans les terres inconnues au sud. Pizarro réunit les fonds nécessaires pour y mener une expédition en 1524-5. Il explora la côte nord de l'Amérique du Sud et tenta de remonter la rivière Birú (ou Pirú), mais ne parvint pas à progresser face à des vents et des courants difficiles. Le groupe rencontra alors une tribu hostile à Punta Quemado où Pizarro reçut sept blessures et un certain nombre de ses hommes furent tués.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Pizarro avait déjà la cinquantaine; ce serait sa dernière tentative de gloire et de célébrité.

Pizarro lança une autre expédition en mars 1526. Naviguant vers la rivière San Juan, Pizarro se dirigea vers l'intérieur des terres mais fut cette fois bloqué par des marécages. Entre-temps, le pilote de Pizarro, Bartolomé Ruiz, avait traversé l'équateur (le premier Européen à le faire dans le Pacifique), où il avait rencontré une embarcation en balsa chargée de marchandises, dont des objets en or. Les conquistadores avaient enfin la preuve que les richesses pouvaient être à eux si seulement ils pouvaient en trouver la source. Ignorant les ordres du gouverneur de retourner à Panama, Pizarro garda avec lui un groupe de volontaires et navigua jusqu'au golfe de Guayaquil (où les côtes de l'Équateur et du Pérou se rejoignent). Il y découvrit le port animé de Tumbes. C'était là une nouvelle preuve de la présence d'une grande civilisation et qu'il valait vraiment la peine de s'intéresser à l'Amérique du Sud. Il devait d'abord retourner en Espagne et obtenir l'approbation royale pour sa prochaine expédition, plus importante, afin d'essayer d'imiter les découvertes de son compatriote Hernán Cortés (1485-1547) au Mexique qui avait conquis la civilisation aztèque. Pizarro avait déjà la cinquantaine ; ce serait sa dernière chance de gloire et de célébrité.

Inca Empire - Expansion and Roads
Empire inca - étendue et routes
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

La conquête des Incas

En juillet 1529, Pizarro réussit à démontrer le potentiel de l'Amérique du Sud pour la Couronne espagnole. D'abord, il fut fait chevalier de Santiago, puis il obtint le statut d'adelantado, qui était le droit légal donné par le roi d'Espagne, Charles V, empereur du Saint-Empire (r. de 1519 à 1556), de devenir le gouverneur de toute nouvelle terre qu'il y coloniserait. Pizarro pouvait également conserver quatre cinquièmes des richesses acquises au cours du processus. Parmi ses autres obligations, il devait construire des forteresses pour garder la possession de la nouvelle colonie qu'il établirait et emmener des ecclésiastiques afin de répandre le christianisme.

Pizarro organisa sa troisième expédition tout au long de l'année 1530 et il partit une nouvelle fois vers l'inconnu en décembre de la même année. Pizarro conduisit moins de 200 combattants dans les Andes. Son commandant en second était Diego de Almagro (c. 1475-1538), qui avait participé à ses deux précédents voyages vers le sud. Au départ de Panama et descendant la côte de la Colombie et de l'Équateur à bord de deux caravelles, les Européens pillèrent tout au long du trajet, l'équipe qui marchait sur terre était suivie par les navires au large de la côte. Pizarro attendit des renforts à Coaque (Équateur) en février 1531, de sorte que sa force finit par compter 260 hommes. La mini-armée marcha lentement vers le sud, conquit Tumbes en février 1532, puis s'enfonça dans les terres. Les envahisseurs remarquèrent les routes bien construites et les entrepôts le long du chemin, signes évidents qu'ils empiètaient sur les terres d'un riche empire. Enfin, le 15 novembre 1532, un premier contact fut établi avec le peuple inca et Pizarro fit savoir qu'il souhaitait s'entretenir avec leur roi à Cajamarca, sur les hauts plateaux du Pérou.

Supprimer la pub

Advertisement

Deux facteurs allaient aider énormément Pizarro dans sa conquête. Le premier fut l'épidémie de maladies européennes qui avait déjà atteint l'Amérique du Sud depuis le Mexique et l'Amérique centrale. Cette vague tua 65 à 90 % de la population. Le souverain inca Huayna Capac avait lui-même succombé en 1528, ce qui conduisit au deuxième point en faveur des conquistadores : la fragilité inhérente à l'empire inca. Les deux fils de Huayna Capac, Huascar et Atahualpa, s'affrontaient désormais pour le contrôle de l'empire, alors le plus grand du monde mais terriblement déséquilibré avec 40 000 Incas régnant sur 10 millions de sujets. La guerre civile dévastatrice, qui dura 6 ans, mit en évidence la lutte que les Incas devaient mener pour essayer de contrôler un vaste empire composé de nombreux peuples sujets qui n'avaient pas du tout envie d'être gouvernés par les Incas qui imposaient leurs impôts, leur religion et même leur art aux peuples conquis.

Inca Ruler Atahualpa
Atahualpa
Mary Harrsch (taken at the Ojai Valley Museum) (CC BY-NC-SA)

Atahualpa avait gagné la guerre civile, et c'est lui qui rencontra Pizarro. Le premier contact fut amical avec des boissons, un spectacle de chevaux et des discours, mais Pizarro révéla ses intentions impitoyables dès le lendemain en attaquant Atahualpa et son armée de 80 000 hommes. Les armes à poudre européennes apportèrent une victoire totale : 7 000 Incas furent tués; il n'y eut aucune perte espagnole.

Atahualpa fut capturé au cours de la bataille et dut fournir un énorme trésor pour obtenir sa libération. Les Incas fournirent l'or et l'argent demandés, mais Pizarro ordonna tout de même l'exécution d'Atahualpa le 26 juillet 1533 - un acte pour lequel il serait réprimandé par Charles Quint. Pizarro aurait peut-être soutenu que, étant donné la confiance absolue des Incas dans un système de domination hiérarchique, l'exécution était fondamentale pour prendre le contrôle de l'empire aussi facilement que possible. En fait, même lorsque les Incas résistaient, leurs armes et leurs tactiques n'étaient pas à la hauteur de l'acier, de la cavalerie et de la poudre à canon. La rançon d'Atahualpa fut dûment fondue et distribuée aux Espagnols. Chaque fantassin perçut la somme énorme de 20 kilos d'or, tandis que chaque cavalier en reçut 41 kilos ; Pizarro se donna sept fois la somme d'un cavalier, et la Couronne se vit attribuer son cinquième comme promis. Lorsque Diego de Almagro arriva avec sa force après la prise d'Atahualpa, lui et ses hommes ne reçurent aucune part du butin, ce qui provoqua un amer ressentiment qui reviendrait hanter Pizarro.

Supprimer la pub

Advertisement

La riposte des Incas: Cuzco et Lima

Pizarro tourna maintenant son attention vers l'empire au sens large et l'espoir de trouver des villes d'or prêtes à être conquises. Des missions de reconnaissance furent envoyées dans toutes les directions, et l'une des plus intéressantes fut menée par Hernando, le frère de Pizarro, qui fit état d'une grande cité d'or et d'argent au sud. Il s'agissait de Cuzco, la capitale inca. La ville était le centre administratif, religieux et géographique du monde inca, avec le complexe sacré de Coricancha, de grandes places cérémonielles et l'énorme forteresse de Sacsayhuamán (Saqsaywaman). Avec l'aide des populations locales désireuses de voir la chute des Incas, Pizarro marcha vers Cuzco, et la ville fut prise sans difficulté le 15 novembre 1533. Le Coricancha fut dépouillé de sa couverture dorée et tout ce qui avait de la valeur fut saisi, des plumes exotiques aux émeraudes. Après avoir partagé le butin avec ses hommes, Pizarro était impatient de trouver d'autres villes au trésor. Il laissa Cuzco aux mains de ses frères et d'un souverain inca fantoche et il se dirigea vers la côte.

Le 18 janvier 1535, Pizarro établit la Ciudad de Los Reyes (Lima), ainsi nommée en l'honneur du monarque espagnol et des Rois Mages de l'histoire biblique puisque les Espagnols arrivèrent le jour de l'Épiphanie. Lima devint alors le principal bastion espagnol et, par la suite, la capitale de la vice-royauté du Pérou. En 1535, des événements troublants plongeraient Pizarro et son adjoint Almagro dans une rivalité encore plus acharnée.

Sacsayhuaman Terrace Gateway
Entrée de la terrasse de Sacsayhuamán
Martynas (CC BY-NC-SA)

Pizarro avait nommé Almagro lieutenant-gouverneur de Cuzco en janvier 1535, mais l'adjoint voulait beaucoup plus que cela. Pire encore, Charles Quint avait maintenant décidé que la nouvelle colonie devait être partagée entre Pizarro et Almagro, le premier prenant la moitié nord et Almagro la moitié sud. Dans ce plan, la question de savoir qui contrôlait Cuzco - située à peu près au milieu - restait dangereusement floue. En conséquence de son nouveau droit sur la moitié de la colonie, Almagro quitta Cuzco en juillet pour explorer ce qui est aujourd'hui le Chili et ce que les Espagnols appelleraient la Nouvelle Tolède.

Supprimer la pub

Advertisement

Pendant ce temps, à Cuzco, le deuxième chef inca fantoche de Pizarro se révéla un vrai désastre (le premier mourut de maladie). Manco Inca Yupanqui ( alias Manco Capac II) avait été couronné par Pizarro en personne le 16 novembre 1533. Manco, poussé par son peuple à réagir contre les envahisseurs avares, quitta Cuzco sous prétexte de faire un pèlerinage religieux mais revint ensuite avec une armée pour encercler la ville. Le siège de Cuzco en 1536-7 impliqua des dizaines de milliers de guerriers incas qui attaquèrent leur propre capitale, maintenant tenue par une force de moins de 200 Espagnols soutenus par peut-être 2.000 combattants issus de peuples locaux qui étaient contre les Incas.

Le 6 mai, Manco Inca ordonna un assaut à grande échelle. La forteresse de Sacsayhuamán fut prise, et des pierres chaudes furent tirées par des frondes sur les toits de chaume de la ville en dessous, provoquant un incendie massif et destructeur. La cavalerie espagnole s'avéra, comme d'habitude, presque invincible, et les Européens survécurent aux attaques et commencèrent même à faire des incursions hors de la ville pour s'approvisionner en fournitures vitales. Les armées incas, composées principalement de paysans conscrits, ne pouvaient pas rester indéfiniment sur le terrain, et Manco Inca fut obligé de lever le siège puis de reprendre l'attaque une fois les récoltes rentrées. Entre-temps, Pizarro avait envoyé deux colonnes de secours depuis Lima, mais toutes deux furent anéanties. Pizarro fut plus tard critiqué pour ne pas avoir attendu de former une seule force plus importante afin de soulager la capitale. Une troisième force composée de renforts venus d'Amérique centrale et le retour d'Almagro du Chili permirent aux conquistadores de conserver la prise de Cuzco en avril 1537.

Pizarro Seizing the Inca of Peru
Pizarro conquiert les Incas du Pérou
John Everett Millais (Public Domain)

Les dirigeants incas avaient également orchestré un soulèvement coordonné à travers tout l'empire. De nombreux conquistadores solitaires qui s'étaient établis comme fermiers furent tués. Le général inca Quizo Yupanqui mena un assaut sur Lima en septembre 1536, mais la cavalerie espagnole causa une fois de plus d'énormes pertes à l'ennemi, et lorsque le haut commandement inca, ostensiblement vêtu et positionné à l'avant, fut pris pour cible puis éliminé, le reste de l'armée se dispersa. Cette victoire avait permis à Pizarro d'envoyer la troisième colonne de secours à Cuzco.

L'opportunité de chasser les Espagnols en une série de coups coordonnés avait échoué, et Pizarro pouvait à nouveau se considérer comme le nouveau dirigeant de cette vaste nouvelle colonie. Charles Quint conféra le titre de Marquis à Pizarro. Manco Inca n'avait pas disparu pour autant et il avait établi une enclave de résistance dans la vallée de Vilcabamba d'où il mena une guérilla pendant la décennie suivante. Pizarro était totalement impitoyable pendant cette guerre, particulièrement avec les Incas influents capturés. Cura Ocllo, l'épouse de Manco Inca, fut capturée, torturée et exécutée, tandis que les chefs Willaq Umu et Tisoq furent tous deux brûlés vifs. Dans le camp adverse, lorsque Manco Inca ne pouvait pas tendre une embuscade directe aux Espagnols, il brûlait les récoltes pour les affamer. Cette stratégie provoqua une famine dans le sud du Pérou en 1540-41 qui tua près de 30 000 indigènes.

Le dernier grand espoir des Incas était que les conquistadores imbattables en viennent à s'auto-détruire. La rivalité entre Almagro et Pizarro, qui se poursuivit pendant une deuxième génération, donna d'abord l'impression que cet espoir n'était pas vain. Almagro avait emprisonné Hernando Pizarro après son retour à Cusco le 25 juillet 1537, mais la bataille qui suivit en dehors de Cuzco entre les deux camps - la bataille de Las Salinas en avril 1538 - s'avéra indécise pour régler la division des conquistadores. Almagro fut ensuite déjoué et, sur ordre d'Hernando, il fut exécuté par strangulation pour son audace le 8 juillet 1538. Cette action portée contre son ancien camarade d'expédition ne fut pas cautionnée par Francisco Pizarro.

Inca Gold Female Figurine
Figurine féminine inca en or
Metropolitan Museum of Art, N.Y. (Copyright)

Pour consolider sa domination sur les Incas, Pizarro prit pour maîtresse Cusirimay Ocllo (alias Doña Angelina Añas Yupanque), nièce de Huayna Capac et épouse-enfant d'Atahualpa. Le couple eut deux fils. Cependant, ni la menace des Incas rebelles, ni les querelles entre conquistadores n'avaient disparu. La prise de contrôle du Pérou par les Espagnols, après un début si facile, devint une affaire très désordonnée.

Nouvelle Castille

Le frère de Manco Inca, Paullu, devint le nouveau souverain fantoche des Incas, et la colonie devint la vice-royauté de Nouvelle-Castille en 1542 (appelée plus tard vice-royauté du Pérou). Grâce à d'habiles manœuvres politiques, à une stratégie militaire judicieuse, à son audace et à sa bravoure, Pizarro avait conquis un empire. Cependant, le maintien de ses immenses gains s'avérerait être une épreuve de trop.

L'aversion de Pizarro pour les nouveaux venus, la bureaucratie et l'interférence administrative de l'Espagne firent qu'il ne s'entoura pas des personnes les plus aptes à gouverner une colonie. Une autre stratégie défectueuse consistait à favoriser excessivement sa propre famille. Pizarro distribuait les encomiendas avec largesse. Il donna à son jeune frère Gonzalo Pizarro (1506-1548) le titre de gouverneur de Charcas (rebaptisé plus tard Sucre), en fait la majeure partie de ce qui est aujourd'hui la Bolivie. Ce népotisme suscita le mécontentement des autres conquistadores, en particulier de ceux qui étaient fidèles au défunt Almagro qui étaient désormais des parias et ne se trouvaient pas mieux lotis dans la colonie que les nouveaux venus d'Europe. Le 26 juin 1541, Pizarro fut poignardé à mort dans sa maison par un groupe de fidèles d'Almagro, dont le fils de ce dernier. Le corps du marquis fut enterré dans la cathédrale de Lima.

Pizarro avait été victime de ses propres machinations politiques et était finalement tombé, non pas aux mains du peuple qu'il avait conquis, mais aux mains de son propre peuple. Gonzalo Pizarro se proclama alors le successeur de son frère et devint ainsi le gouverneur du Pérou, mais le fils d'Almagro revendiquait toujours des droits sur Cuzco. L'impasse ne fut finalement résolue qu'en septembre 1542 avec l'arrivée de Cristóbal Vaca de Castro qui reçut l'ordre de prendre le poste de gouverneur du Pérou, mais malgré cela, les luttes intestines se poursuivirent jusqu'à ce que la Couronne espagnole ne prenne le contrôle total de sa colonie en 1554.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Pour quelle raison Francisco Pizarro est-il célèbre ?

Le conquistador espagnol Francisco Pizarro est surtout connu pour avoir conquis l'empire inca en 1532.

Qu'a découvert Francisco Pizarro ?

Francisco Pizarro a découvert les Incas en Amérique du Sud, un empire dont les Européens n'avaient aucune connaissance avant 1532.

Qu'a fait Francisco Pizarro aux Incas ?

Francisco Pizarro conquit les Incas par la force militaire, il fit exécuter leur chef et d'autres dirigeants pour établir une nouvelle colonie espagnole en Amérique du Sud.

Comment Francisco Pizarro a-t-il changé le monde ?

Francisco Pizarro a changé le monde en découvrant et en conquérant l'empire inca, alors inconnu, en Amérique du Sud. Les richesses de cet empire, notamment ses mines d'argent, ont permis à l'Espagne de devenir l'un des États les plus puissants du monde. Les conquistadores ont également détruit une quantité inconnue d'art, d'artefacts et de bâtiments andins.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, juin 24). Francisco Pizarro [Francisco Pizarro]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13148/francisco-pizarro/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Francisco Pizarro." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 24, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13148/francisco-pizarro/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Francisco Pizarro." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 juin 2022. Web. 02 oct. 2022.

Adhésion