Civilisation Inca

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 septembre 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, serbe, espagnol, Turc
Machu Picchu Aerial View (by Dan Merino, CC BY)
Vue aérienne du Machu Picchu
Dan Merino (CC BY)

La civilisation inca s'épanouit au Pérou entre c. 1400 et 1533 de notre ère, et son empire s'étendit à travers l'ouest de l'Amérique du Sud, de Quito au nord à Santiago au sud. C'est le plus grand empire jamais vu dans les Amériques et le plus grand du monde à cette époque.

Sans se laisser intimider par l'environnement andin souvent hostile, les Incas conquirent des peuples et exploitèrent des paysages aussi divers que les plaines, les montagnes, les déserts et la jungle tropicale. Réputés pour leur art et leur architecture uniques, ils construisirent d'imposants édifices de finement bâtis partout où ils passèrent, et leur adaptation spectaculaire des paysages naturels par la construction de terrasses, de routes et d'établissements urbains au sommet des montagnes continue d'impressionner les visiteurs modernes sur des sites de renommée mondiale comme le Machu Picchu.

Supprimer la pub

Advertisement

Aperçu historique

Comme pour d'autres cultures anciennes des Amériques, les origines historiques des Incas sont difficiles à dissocier des mythes fondateurs qu'ils ont eux-mêmes créés. Selon la légende, au commencement, le dieu créateur Viracocha sortit de l'océan Pacifique, et lorsqu'il arriva au lac Titicaca, il créa le soleil et tous les groupes ethniques. Ces premières personnes furent enterrées par le dieu et ce n'est que plus tard qu'elles émergèrent des sources et des rochers (pacarinas sacrés) pour revenir dans le monde. Les Incas, en particulier, furent créés à Tiwanaku (Tiahuanaco) par le dieu du soleil Inti; ils se considéraient donc comme les élus, les "enfants du soleil", et le souverain inca était le représentant et l'incarnation d'Inti sur terre. Selon une autre version du mythe de la création, les premiers Incas sortirent d'une grotte sacrée connue sous le nom de Tampu T'oqo ou "la maison des fenêtres", située à Pacariqtambo, "l'auberge de l'aube", au sud de Cuzco. Le premier couple d'humains était Manco Capac (ou Manqo Qhapaq) et sa sœur (également sa femme) Mama Oqllu (ou Ocllo). Trois autres frères et sœurs naquirent, et le groupe partit ensemble pour fonder sa civilisation. Vainquant le peuple Chanca avec l'aide de guerriers de pierre (pururaucas), les premiers Incas finirent par s'installer dans la vallée de Cuzco et Manco Capac, en jetant une tige d'or dans le sol, établit ce qui deviendrait la capitale Inca, Cuzco.

40 000 INCAS GÉRAieNT UN TERRITOIRE de 10 MILLIONS DE Sujets PARLANT PLUS DE 30 LANGUES DIFFÉRENTES.

Des preuves archéologiques plus concrètes ont révélé que les premiers établissements de la vallée de Cuzco remontent en fait à 4 500 avant notre ère, lorsque des communautés de chasseurs-cueilleurs occupaient la région. Toutefois, Cuzco ne devint important en tant que centre de pouvoir qu'au début de la période intermédiaire tardive (1000-1400). Un processus d'unification régionale commença à la fin du 14e siècle et, au début du 15e siècle, avec l'arrivée du premier grand chef inca Pachacuti Inca Yupanqui ("Renverseur du monde") et la défaite des Chanca en 1438, les Incas commencèrent à s'étendre à la recherche de butin et de ressources de production, d'abord vers le sud, puis dans toutes les directions. Ils finirent par construire un empire qui s'étendait à travers les Andes, conquérant au passage des peuples tels que les civilisations Lupaka, Colla, Chimor et Wanka. Une fois établi, un système national de taxes et d'administration fut mis en place, ce qui consolida le pouvoir de Cuzco.

Supprimer la pub

Advertisement

L'ascension de l'Empire inca fut spectaculairement rapide. Tout d'abord, tous les locuteurs de langue inca, le quechua (ou runasimi), reçurent un statut privilégié, et cette classe noble domina ensuite tous les rôles importants au sein de l'empire. On attribue à Thupa Inca Yupanqui (également connu sous le nom de Topa Inca Yupanqui), successeur de Pachacuti à partir de 1471, l'élargissement de l'empire de près de 4 000 km (2 500 miles). Les Incas eux-mêmes appelaient leur empire Tawantinsuyo (ou Tahuantinsuyu), ce qui signifie "Terre des quatre quartiers" ou "Les quatre parties réunies". Cuzco était considérée comme le nombril du monde, et des routes et des lignes de visée sacrées (ceques) rayonnaient vers chaque quartier: Chinchaysuyu (nord), Antisuyu (est), Collasuyu (sud) et Cuntisuyu (ouest). S'étendant sur l'ancien Équateur, le Pérou, le nord du Chili, la Bolivie, les hautes terres d'Argentine et le sud de la Colombie, sur une distance de 5 500 km du nord au sud, 40 000 Incas gouvernaient un immense territoire comptant environ 10 millions de sujets parlant plus de 30 langues différentes.

Inca Empire - Expansion and Roads
Empire inca - étendue et routes
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Gouvernement et administration

Les Incas tenaient des listes de leurs rois (Sapa Inca), si bien que nous connaissons des noms tels que Pachacuti Inca Yupanqui (r. d'environ 1438 à 1463), Thupa Inca Yupanqui (r. d'environ 1471 à 1493), et Wayna Qhapaq (le dernier souverain préhispanique, r. d'environ 1493 à 1525). Il est possible que deux rois aient régné en même temps et que les reines aient eu des pouvoirs importants, mais les documents espagnols ne sont pas clairs sur ces deux points. L'Inca Sapa était un souverain absolu, et il menait une vie de grande opulence. Il buvait dans des tasses en or et en argent, portait des chaussures en argent et vivait dans un palais meublé des textiles les plus fins. On s'occupait même de lui après sa mort, car les Incas momifiaient leurs souverains. Conservées dans le temple de Coricancha à Cuzco, les momies (mallquis) étaient régulièrement amenées à l'extérieur vêtues de leurs plus beaux atours lors de cérémonies élaborées, elles recevaient des offrandes de nourriture et de boisson et étaient "consultées" pour obtenir leur avis sur les affaires urgentes de l'État.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le régime inca était, à l'instar de son architecture, basé sur des unités compartimentées et imbriquées. Au sommet se trouvaient le souverain et dix groupes de nobles apparentés appelés panaqa. Venaient ensuite dix autres groupes apparentés, plus éloignés du roi, puis un troisième groupe de nobles qui n'étaient pas de sang inca mais qui eurent le privilège de devenir incas. Au bas de l'appareil d'État se trouvaient des administrateurs recrutés localement qui supervisaient les colonies et la plus petite unité de population andine, l'ayllu, qui était un ensemble de maisonnées, généralement des familles apparentées qui travaillaient une zone de terre, vivaient ensemble et se soutenaient mutuellement en cas de besoin. Chaque ayllu était gouverné par un petit nombre de nobles ou kurakas, un rôle qui pouvait inclure des femmes.

Les administrateurs locaux rendaient compte à plus de 80 administrateurs de niveau régional qui, à leur tour, rendaient compte à un gouverneur responsable de chaque quart de l'empire. Les quatre gouverneurs rendaient compte au souverain suprême inca à Cuzco. Pour s'assurer de leur loyauté, les héritiers de ces administrateurs étaient également gardés comme des prisonniers bien gardés dans la capitale inca. Les rôles politiques, religieux et militaires les plus importants au sein de l'empire étaient donc confiés à l'élite inca, appelée par les Espagnols les orejones ou "grandes oreilles" parce qu'ils portaient de grands ornements d'oreilles pour indiquer leur statut. Pour mieux assurer le contrôle de cette élite sur ses sujets, des garnisons parsemaient l'empire, et des centres administratifs entièrement nouveaux furent construits, notamment à Tambo Colorado, Huánuco Pampa et Hatun Xauxa.

À des fins fiscales, des recensements étaient effectués et les populations étaient divisées en groupes basés sur des multiples de dix (les mathématiques incas étaient presque identiques au système que nous utilisons aujourd'hui). Comme il n'y avait pas de monnaie dans le monde inca, les impôts étaient payés en nature - généralement des denrées alimentaires, des métaux précieux, des textiles, des plumes exotiques, des teintures et des coquilles de spondylus - mais aussi en ouvriers qui pouvaient être déplacés dans l'empire pour être utilisés là où on avait le plus besoin d'eux, ce que l'on appelle le service mit'a. Les terres agricoles et les troupeaux étaient divisés en trois parties : production pour la religion d'État et les dieux, pour le souverain inca et pour l'usage personnel de l'agriculteur. Les communautés locales devaient également participer à la construction et à l'entretien de projets impériaux tels que le réseau routier qui s'étendait à travers l'empire. Pour comptabiliser toutes ces statistiques, l'Inca utilisait le quipu, un assemblage sophistiqué de cordes nouées qui était également facilement transportable et pouvait enregistrer des décimales jusqu'à 10 000.

Supprimer la pub

Advertisement

Khipu
Quipu
Jack Zalium (CC BY-NC-SA)

Bien que les Incas aient imposé leur religion et leur administration aux peuples conquis, qu'ils leur aient extorqué un tribut et qu'ils aient même déplacé les populations loyales (mitmaqs) pour mieux intégrer les nouveaux territoires à l'empire, la culture inca apporta également certains avantages tels que la redistribution de nourriture en cas de catastrophe naturelle, de meilleurs entrepôts pour les denrées alimentaires, du travail grâce à des projets parrainés par l'État, des fêtes religieuses parrainées par l'État, des routes, des systèmes d'irrigation, des fermes en terrasse, une assistance militaire et des produits de luxe, notamment des objets d'art appréciés par l'élite locale.

LES TEMPLES CONSTRUITS EN L'HONNEUR D'INTI ET DE MAMA KILYA ÉTAIENT PARTICULIÈREMENT SPLENDIDES. LE PREMIER ÉTAIT TAPISSÉ DE 700 FEUILLES D'OR BATTU DE 2 KG chacune.

Cuzco

La capitale inca de Cuzco (de qosqo, qui signifie "lit de lac asséché" ou peut-être dérivé de cozco, une pierre particulière de la ville) était le centre religieux et administratif de l'empire et comptait jusqu'à 150 000 habitants à son apogée. Dominée par le complexe sacré de Coricancha (ou Temple du Soleil), couvert d'or et d'émeraudes, on attribue à Pachacuti la construction de ses plus grands édifices. Les plus splendides étaient les temples construits en l'honneur d'Inti et de Mama Kilya - le premier était revêtu de 700 feuilles d'or battu de 2 kg chacune, le second d'argent. L'ensemble de la capitale était disposé en forme de puma (bien que certains spécialistes contestent cette affirmation et prennent cette description au sens métaphorique), la métropole impériale de Pumachupan formant la queue et le complexe de temples de Sacsayhuaman (ou Saqsawaman) la tête. Incorporant de vastes places, des parcs, des sanctuaires, des fontaines et des canaux, la splendeur de la Cuzco inca ne survit malheureusement plus que dans les récits des premiers Européens qui s'émerveillèrent de son architecture et de ses richesses.

La religion inca

Les Incas avaient une grande vénération pour deux civilisations antérieures qui avaient occupé à peu près le même territoire - les Wari et les Tiwanaku. Comme nous l'avons vu, les sites de Tiwanaku et du lac Titicaca jouaient un rôle important dans les mythes de création incas et étaient donc particulièrement vénérés. Les souverains incas se rendaient régulièrement en pèlerinage à Tiwanaku et sur les îles du lac, où deux sanctuaires furent construits pour Inti, dieu du Soleil et divinité suprême inca, et la déesse de la lune Mama Kilya. Dans le complexe de Coricancha à Cuzco, ces divinités étaient également représentées par de grandes œuvres d'art en métal précieux auxquelles assistaient et rendaient hommage des prêtres et des prêtresses dirigés par la deuxième personne la plus importante après le roi: le grand prêtre du soleil (Willaq Umu). Ainsi, la religion inca s'attachait à contrôler le monde naturel et à éviter les catastrophes telles que les tremblements de terre, les inondations et les sécheresses qui entraînaient inévitablement le cycle naturel du changement, le retournement du temps impliquant la mort et le renouvellement que les Incas appelaient pachakuti.

Supprimer la pub

Advertisement

Des sites sacrés furent également créés, souvent en tirant parti de caractéristiques naturelles marquantes telles que les sommets des montagnes, les grottes et les sources. Ces huacas pouvaient être utilisés pour effectuer des observations astronomiques à des moments précis de l'année. Les cérémonies religieuses se déroulaient en fonction du calendrier astronomique, notamment des mouvements du soleil, de la lune et de la Voie lactée (Mayu). Les processions et les cérémonies pouvaient également être liées à l'agriculture, en particulier aux saisons des semailles et des récoltes. Avec l'île du Soleil de Titicaca, le site inca le plus sacré était Pachacamac, une ville temple construite en l'honneur du dieu du même nom, qui avait créé les humains, les plantes et qui était responsable des tremblements de terre. Une grande statue en bois du dieu, considérée comme un oracle, amenait des pèlerins de toutes les Andes à se recueillir à Pachacamac. Les chamans étaient une autre partie importante de la religion inca et étaient actifs dans chaque colonie. Cuzco en comptait 475, le plus important étant le yacarca, le conseiller personnel du souverain.

Les rituels religieux incas impliquaient également le culte des ancêtres, comme en témoignent la pratique de la momification et les offrandes de nourriture, de boissons et de matériaux précieux aux dieux. Des sacrifices - d'animaux et d'humains, y compris d'enfants - étaient également effectués pour apaiser et honorer les dieux et assurer la bonne santé du roi. Le versement de libations, qu'il s'agisse d'eau ou de bière chicha, constituait également une partie importante des cérémonies religieuses incas.

Les Incas imposèrent leur religion aux populations locales en construisant leurs propres temples et sites sacrés, et ils réquisitionnèrent également les reliques sacrées des peuples conquis pour les conserver à Cuzco. Stockées dans le Coricancha, elles étaient peut-être considérées comme des otages qui garantissaient le respect de la vision inca du monde.

Supprimer la pub

Advertisement

Inca Road Rest Station
Relais sur une route inca
Tyler Bell (CC BY-SA)

Architecture et routes incas

Maîtres tailleurs de pierre, les Incas construisaient de grands bâtiments, des murs et des fortifications en utilisant des blocs finement travaillés - réguliers ou polygonaux - qui s'emboîtaient si précisément qu'aucun mortier n'était nécessaire. En mettant l'accent sur des lignes épurées, des formes trapézoïdales et en incorporant des éléments naturels dans ces bâtiments, ils résistèrent facilement aux puissants tremblements de terre qui frappaient fréquemment la région. La forme trapézoïdale inclinée distinctive et la maçonnerie fine des bâtiments incas étaient, outre leur valeur esthétique évidente, également utilisées comme un symbole reconnaissable de la domination inca dans tout l'empire.

L'un des bâtiments incas les plus courants était l'omniprésent entrepôt, le qollqa. Construits en pierre et bien ventilés, ils étaient soit ronds et stockaient le maïs, soit carrés pour les pommes de terre et les tubercules. Le kallanka était une très grande salle utilisée pour les rassemblements communautaires. Parmi les bâtiments plus modestes, on trouve le kancha - un groupe de petits bâtiments à pièce unique et rectangulaires (wasi et masma) avec des toits de chaume construits autour d'une cour fermée par un haut mur. Le kancha était un élément architectural typique des villes incas, et l'idée fut exportée dans les régions conquises. L'aménagement de terrasses pour maximiser la superficie des terres agricoles (en particulier pour le maïs) était une autre pratique des Incas qu'ils exportèrent partout où ils allèrent. Ces terrasses comprenaient souvent des canaux, car les Incas étaient experts dans le détournement de l'eau, son transport sur de grandes distances, sa canalisation sous terre et la création de fontaines spectaculaires.

Les marchandises étaient transportées à travers l'empire le long de routes construites à cet effet, à l'aide de lamas et de porteurs (il n'y avait pas de véhicules à roues). Le réseau routier inca couvrait plus de 40 000 km et, en plus de permettre le déplacement aisé des armées, des administrateurs et des marchandises, il constituait un symbole visuel très puissant de l'autorité inca sur son empire. Les routes comportaient des stations de repos le long de leur parcours et il existait également un système de relais de coureurs (chasquis) qui transportaient des messages jusqu'à 240 km, d'un village à l'autre, et ce en une seule journée.

Art inca

Bien qu'influencés par l'art et les techniques de la civilisation Chimu, les Incas créèrent leur propre style distinctif qui était un symbole immédiatement reconnaissable de la domination impériale à travers l'empire. L'art inca se caractérise par un travail du métal très poli (or - considéré comme la sueur du soleil, argent - considéré comme les larmes de la lune, et cuivre), des céramiques et des textiles, ces derniers étant considérés comme les plus prestigieux par les Incas eux-mêmes. Les motifs utilisent souvent des formes géométriques, sont techniquement aboutis et standardisés. Le damier se distingue comme un motif très populaire. L'une des raisons de la répétition des motifs est que la poterie et les textiles étaient souvent produits pour l'État à titre d'impôt, et que les œuvres d'art étaient donc représentatives de communautés spécifiques et de leur patrimoine culturel. Tout comme aujourd'hui les pièces de monnaie et les timbres reflètent l'histoire d'une nation, les œuvres d'art andines offraient des motifs reconnaissables qui représentaient soit les communautés spécifiques qui les fabriquaient, soit les motifs imposés par la classe dominante inca qui les commandait.

Inca Ruler Atahualpa
Atahualpa
Mary Harrsch (taken at the Ojai Valley Museum) (CC BY-NC-SA)

Les œuvres utilisant des métaux précieux comme les disques, les bijoux, les figurines et les objets de la vie quotidienne étaient exclusivement destinées aux nobles incas, et même certains textiles étaient réservés à leur seul usage. Les produits fabriqués avec la laine de vigogne, très douce, étaient également limités, et seul le souverain inca pouvait posséder des troupeaux de vigognes. Les céramiques étaient destinées à un usage plus large, et la forme la plus courante était l'urpu, un récipient bombé avec un long col et deux petites poignées au bas du pot, utilisé pour stocker le maïs. Il est intéressant de noter que la décoration de la poterie, les textiles et la sculpture architecturale des Incas n'incluaient généralement pas de représentations d'eux-mêmes, de leurs rituels ou d'images andines aussi communes que les monstres et les figures mi-humaines, mi-animales.

Les Incas produisaient des textiles, des céramiques et des sculptures en métal techniquement supérieurs à toute autre culture andine antérieure, et ce malgré la concurrence acharnée de maîtres du travail du métal tels que les artisans experts de la civilisation Moche. De même que les Incas imposèrent une domination politique sur leurs sujets conquis, dans le domaine de l'art, ils imposèrent des formes et des dessins incas standard, mais ils permirent aux traditions locales de conserver leurs couleurs et leurs proportions préférées. Des artistes doués, comme ceux de Chan Chan ou de la région de Titicaca, et des femmes particulièrement douées pour le tissage furent amenés à Cuzco afin qu'ils puissent produire de belles choses pour les souverains incas.

Effondrement

L'empire inca était fondé et maintenu par la force, et les Incas au pouvoir étaient très souvent impopulaires auprès de leurs sujets (surtout dans les territoires du nord), une situation dont les conquérants espagnols (conquistadores), menés par Francisco Pizarro, allaient tirer pleinement parti au milieu des décennies du XVIe siècle. L'empire inca, en effet, n'avait pas encore atteint un stade de maturité consolidée lorsqu'il dut faire face à son plus grand défi. Les rébellions étaient nombreuses et les Incas étaient engagés dans une guerre en Équateur où une deuxième capitale inca avait été établie à Quito. Plus grave encore, les Incas furent frappés par une épidémie de maladies européennes, comme la variole, qui s'était propagée depuis l'Amérique centrale plus rapidement encore que les envahisseurs européens eux-mêmes, et la vague tua un pourcentage stupéfiant de 65 à 90 % de la population. Une de ces maladies tua Wayna Qhapaq en 1528, et deux de ses fils, Waskar et Atahualpa s'affrontèrent dans une guerre civile dévastatrice pour le contrôle de l'empire, juste au moment où les chasseurs de trésors européens sont arrivés. C'est cette combinaison de facteurs - une tempête parfaite de rébellion, de maladie et d'invasion - qui entraîna la chute du puissant empire inca, le plus grand et le plus riche jamais vu en Amérique.

La langue inca, le quechua, est toujours vivante aujourd'hui et est encore parlée par environ huit millions de personnes. Il existe également un bon nombre de bâtiments, d'artefacts et de récits écrits qui ont survécu aux ravages des conquérants, des pilleurs et du temps. Ces vestiges sont proportionnellement peu nombreux par rapport aux immenses richesses qui ont été perdues, mais ils restent des témoins incontestables de la richesse, de l'ingéniosité et des réalisations culturelles de haut niveau de cette grande civilisation éphémère.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Pour quoi la civilisation inca est-elle connue ?

La civilisation inca est connue pour avoir créé le plus grand empire jamais vu en Amérique, pour ses techniques agricoles impressionnantes, ainsi que pour son art et son architecture qui combinaient de manière unique le travail géométrique de la pierre avec le paysage naturel.

Nommez cinq faits sur les Incas.

Cinq faits sur les Incas : ils construisirent la ville de montagne de Machu Picchu, ils vénéraient le Soleil, ils créèrent le plus grand empire du monde à cette époque, ils n'avaient pas d'écriture mais utilisaient le quipu (ficelle et nœuds), et ils avaient un système postal très efficace qui utilisait leur excellent réseau routier.

Qu'est-il arrivé à l'empire Inca ?

L'empire inca s'est effondré après l'arrivée de Francisco Pizarro et des conquistadors espagnols en 1533. Une guerre civile et des maladies européennes ont également grandement contribué à leur chute.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2014, septembre 15). Civilisation Inca [Inca Civilization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12495/civilisation-inca/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Civilisation Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 15, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12495/civilisation-inca/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Civilisation Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 sept. 2014. Web. 18 mai 2022.

Adhésion