Indulgences Médiévales et Martin Luther

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 décembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

L'indulgence médiévale était un acte offert par l'Église, contre de l'argent, garantissant la rémission des péchés, et son abus fut l'étincelle qui inspira les 95 thèses de Martin Luther. Luther (1483-1546) affirmait que la vente d'indulgences était contraire à la Bible, remettant en cause l'autorité de l'Église et sa prétention à être le représentant terrestre de Dieu.

Johann Tetzel Selling Indulgences
Johann Tetzel vend des indulgences
Johann Daniel Lebrecht Franz Wagner (Public Domain)

Les indulgences n'étaient pas une nouveauté et reposaient sur le concept du "trésor de l'Église", selon lequel les mérites de Jésus-Christ, de la Vierge Marie, des saints et d'autres personnes ayant mené une vie exemplaire pouvaient être utilisés par les laïcs pour réduire leur temps - ou celui d'un être cher - au purgatoire ou alléger la peine du péché dans cette vie. Au départ, la vente d'une indulgence supposait que l'acheteur accomplisse des actes de pénitence, mais à l'époque de Martin Luther, on considérait souvent qu'il suffisait de verser de l'argent pour obtenir l'acte.

Supprimer la pub
Publicité

Luther s'était opposé à cette pratique dans ses sermons avant 1517, mais lorsque le vendeur d'indulgences Johann Tetzel (c. 1465-1519) arriva dans sa région en 1516, Luther composa ses 95 thèses - des contestations sur les indulgences - et les afficha pour qu'elles fassent l'objet d'un débat académique. Ses partisans traduisirent le document du latin à l'allemand et le publièrent en même temps qu'Albrecht von Brandenburg, archevêque de Mayence, à qui Luther avait envoyé une copie, la transmettait au pape Léon X. Ces deux événements transformèrent les 95 sujets de débat de Luther en défis directs à l'autorité de l'Église qui, en essayant de faire taire Luther, ne fit que le radicaliser, ce qui conduisit à la Réforme protestante.

Les indulgences avant 1400

L'indulgence était considérée comme une preuve de la volonté de Dieu de pardonner, puisqu'une personne de grand mérite spirituel s'était portée garante du pécheur.

La forme la plus ancienne de l'indulgence apparut après le règne de l'empereur romain Dèce (249-251) qui, en persécutant les chrétiens, exigea un document prouvant qu'ils avaient offert un sacrifice aux dieux romains. Les chrétiens qui l'avaient fait devaient renier leur foi et, par la suite, lorsqu'ils demandaient à être réadmis, ils se voyaient refuser l'autorisation de le faire. Certains de ces "déchus" produisaient alors un document attribué à un martyr ou à un membre de l'Église décédé et respecté, attestant de leur foi dans le Christ, et étaient ramenés dans le giron de l'Église. Ce document est considéré comme un exemple de première indulgence, car il constitue la base de la politique d'indulgence qui servit de fondement aux documents ultérieurs.

Supprimer la pub
Publicité

Bien qu'il ne semble pas y avoir eu de développement de la théologie derrière l'indulgence à cette époque, l'acceptation du décret suggère qu'il conférait aux "déchus" les mérites spirituels, abondamment gagnés et devenus inutiles, du martyr. Le "déchu" devait toujours faire pénitence, mais le bref assurait à l'Église primitive que la personne était digne d'être réadmise. L'érudit John Bossy écrit:

L'institution trouve son origine dans le régime antérieur de la pénitence publique, et le terme s'applique à la rémission, à la diminution ou à la conversion de la satisfaction pénale imposée au pécheur dans le cadre de sa réadmission au sein de la communauté de l'Église. Il couvrait également l'engagement de l'Église à offrir ses prières ou suffragia à Dieu pour qu'il se réconcilie avec lui. (54)

L'indulgence (qui signifie "être bienveillant envers" ou "indulgent envers") était considérée comme une preuve de la volonté de Dieu de pardonner puisque quelqu'un de grand mérite spirituel s'était porté garant du pécheur. Cette conception conduisit au développement du concept de "trésor des mérites" (également connu sous le nom de "trésor de l'Église"), selon lequel une certaine quantité de mérites spirituels, accumulés par les actes désintéressés du Christ, de la Vierge Marie, des saints et des martyrs, pouvait être utilisée par ceux qui étaient dans le besoin pour leur propre salut.

Supprimer la pub
Publicité

Le pécheur devait toutefois prouver qu'il était digne du pardon en accomplissant des actes de pénitence. Les actes imposés dépendaient du prêtre qui entendait la confession, et dans certains cas, les péchés d'une personne pouvaient nécessiter des actes dont elle n'était tout simplement pas capable en raison de son âge, de sa santé ou de ses responsabilités sociales. Une amende était alors imposée et l'argent était utilisé pour des causes charitables telles que la construction et l'entretien d'églises, d'infirmeries, d'orphelinats et d'institutions similaires.

Pope Urban II
Le Pape Urbain II
Muskiprozz (CC BY-SA)

En 1095, le pape Urbain II déclara l'octroi d'indulgences pour toute personne participant à la première croisade (1095-1102). En accomplissant cet acte, on était absous de tout péché, mais ceux qui ne pouvaient pas participer pouvaient payer une certaine somme pour une indulgence à la place. Saint Albert le Grand (c. 1200-1280) et le père de l'Église Thomas d'Aquin (c. 1225-1274) développèrent le concept du trésor des mérites et justifièrent ainsi les indulgences en tant que manifestation physique d'une transaction spirituelle dans laquelle on recevait un surplus de "points" spirituels en échange d'actes de pénitence qui, autrement, n'auraient peut-être pas eu autant de valeur.

Les indulgences après 1400

La politique concernant les indulgences se modifia progressivement cependant, lorsque leur vente commença à contribuer de manière plus significative aux revenus de l'Église médiévale. Les fidèles remarquèrent que certaines personnes étaient autorisées à seulement payer pour la rémission de leurs péchés et ainsi éviter la pénitence. Les pardonneurs (un service de l'Église chargé de la vente des indulgences) parcouraient les villes en prononçant des sermons élaborés destinés à effrayer les gens pour qu'ils achètent des indulgences pour eux-mêmes ou pour des proches souffrant de leurs péchés au purgatoire. Bossy note:

Supprimer la pub
Publicité

En 1400, [les indulgences] étaient liées à une variété d'œuvres, dont la plus importante était la croisade, mais aussi à des améliorations publiques telles que la construction de ponts ou d'églises; il était établi que ces œuvres pouvaient être accomplies par procuration ou échangées contre de l'argent; l'octroi de ces indulgences était devenu en fait un monopole papal; et en réponse à l'objection selon laquelle les péchés ne pouvaient être pardonnés s'ils n'avaient pas été satisfaits, des théologiens comme Thomas d'Aquin avaient inventé la notion de trésor de l'Église. ... La pénitence satisfaisante due par une personne pouvait être faite par une autre, à condition que la relation entre les deux parties soit suffisamment intime pour que ce qui a été fait par l'une d'elles puisse être considéré, par Dieu et par l'Église, comme ayant été fait par l'autre. (54)

L'Église pouvait accepter les actes de pénitence ou payer une certaine somme d'argent en pénitence, ce qui permettait d'accéder au trésor des mérites (trésor de l'Église). Ce mérite pouvait être appliqué à soi-même dans cette vie, mis en banque pour soi-même dans l'autre vie afin de raccourcir son séjour au purgatoire ou, pour la bonne somme, éviter complètement le purgatoire, ou être appliqué à sa famille et à ses amis que l'on pensait déjà souffrir dans les feux de la pénitence dans le royaume entre l'enfer et le paradis.

The Devil Selling Indulgences
Le Diable vendant les Indulgences
Packare (Public Domain)

Bien que l'Église ait officiellement dénoncé les pardonneurs sans scrupules (comme celui qui apparaît dans les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer) et les autres vendeurs d'indulgences, elle continua à tirer profit de leur travail, tout comme les nobles qui autorisaient les ventes dans leurs royaumes. Les documents envoyés à Rome étaient souvent modifiés pour indiquer que moins d'indulgences avaient été vendues, et la moitié, ou plus de la moitié, du produit de la vente revenait à la noblesse régionale.

Ventes d'indulgences et Johann Tetzel

La politique de l'Église consistant à accepter des paiements monétaires sans actes de pénitence se poursuivit à mesure que les brefs devenaient plus populaires et que les vendeurs étaient considérés par le peuple comme un divertissement assorti d'une promesse de salut. Les croyants remettaient volontiers leur argent aux vendeurs qui promettaient des résultats instantanés dans des phrases d'accroche comme la populaire "Quand l'or du coffret sonne, l'âme sauvée vers le ciel jaillit" (également donnée comme "Quand l'argent du coffret sonne, l'âme du purgatoire jaillit"). Les gens étaient impatients de payer pour des indulgences et excités par le genre de sermons "incendiaires" que les vendeurs d'indulgences prononçaient en ville. L'universitaire Lyndal Roper commente:

Supprimer la pub
Publicité

Personne n'obligeait les gens à acheter des indulgences, mais il y avait un énorme marché pour elles. Lorsque les vendeurs d'indulgences arrivaient dans une ville, la bulle papale [la charte approuvant l'indulgence, avec le sceau en plomb du pape apposé] était transportée sur une étoffe de satin ou d'or, et tous les prêtres, les moines, le conseil municipal, le maître d'école, les écoliers, les hommes, les femmes, les jeunes filles et les enfants la rejoignaient en chantant en procession avec des drapeaux et des cierges. Toutes les cloches sonnaient, tous les orgues jouaient... le vendeur d'indulgences était conduit dans les églises et une croix rouge était érigée au milieu de l'église où la bannière papale serait suspendue. Le système était si bien organisé que les indulgences étaient même imprimées localement sur des parchemins que l'on pouvait remplir avec le nom de la personne au nom de laquelle elles avaient été achetées. (xx-xxi)

En 1516, l'archevêque de Mayence, Albrecht von Brandenburg, reçut du pape Léon X l'autorisation de vendre des indulgences dans sa région. Albrecht était lourdement endetté auprès de la famille bancaire Fugger, qui avait financé l'achat de sa charge ecclésiastique, et, dans le même temps, il avait promis une somme importante à Rome pour contribuer à la construction de la basilique Saint-Pierre. Le pape Léon X avait également besoin d'un important apport d'argent pour la basilique Saint-Pierre, car l'ancien bâtiment tombait presque en ruine et il espérait que l'œuvre qu'il laisserait en héritage serait une nouvelle structure grandiose. Les deux hommes se mirent d'accord pour se partager les bénéfices de la vente.

Portrait of Johann Tetzel
Portrait de Johann Tetzel
Rijksmuseum (CC BY-NC-SA)

L'un des vendeurs d'indulgences les plus efficaces, Johann Tetzel, fut envoyé dans la région et commença ses spectacles habituels, qui comprenaient souvent des spectacles pyrotechniques simulant les feux du purgatoire que l'on pouvait éviter en payant une certaine somme, pour les foules qui se rassemblaient. Martin Luther, professeur à l'université de Wittenberg, avait déjà critiqué les indulgences dans ses sermons, mais avec Tetzel à portée de main, il ressentit le besoin d'engager ses collègues théologiens et membres du clergé dans un débat sur l'efficacité et la moralité des ventes d'indulgences.

Attaque de Luther contre les indulgences

Le 31 octobre 1517, selon le récit traditionnel, Luther afficha ses 95 thèses sur la porte de l'église du château de Wittenberg. Il avait choisi cette date, la veille de la Toussaint, parce que l'église de la ville ouvrirait le jour de la Toussaint pour l'exposition de reliques et la vente d'indulgences. Après les avoir affichées, il en envoya une copie à Albrecht von Brandenburg, ignorant tout de l'accord passé par l'archevêque avec le pape. Les thèses, rédigées en latin, étaient une pratique courante pour susciter le débat et n'avaient jamais eu d'autre but que celui-là.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Luther's Ninety-Five Theses Nailed to the Wittenberg Church's Door
Les 95 Thèses de Luther clouées sur la porte de l'église de Wittenberg
Eikon Film and NFP Teleart (Copyright)

Lorsqu'Albrecht von Brandenburg reçut enfin les thèses, il les fit vérifier pour s'assurer qu'elles n'étaient pas hérétiques, puis les envoya à Rome, les élevant ainsi au rang d'affaire officielle pour l'Église. Au même moment, au début de l'année 1518, les partisans de Luther traduisirent les thèses en allemand et les publièrent, présentant au grand public ce qui apparaissait clairement comme quatre-vingt-quinze défis à l'autorité papale et à la politique de l'Église. La position de Luther sur les indulgences est clarifiée tout au long des thèses et dans l'attaque qu'il mènerait plus tard contre elles:

Les indulgences sont positivement nuisibles à celui qui les reçoit, car elles empêchent le salut en détournant la charité et en induisant un faux sentiment de sécurité. Il faut enseigner aux chrétiens que celui qui donne aux pauvres vaut mieux que celui qui reçoit une indulgence. Celui qui dépense son argent pour des indulgences au lieu de soulager la misère ne reçoit pas l'indulgence du pape mais l'indignation de Dieu... Les indulgences sont les plus pernicieuses parce qu'elles incitent à la complaisance et mettent ainsi en péril le salut. Les personnes qui pensent que les lettres d'indulgence leur assurent le salut sont maudites. (Bainton, 69)

Au début, Luther souhaitait seulement un débat ouvert sur le sujet des indulgences et de la vraie pénitence, mais lorsque ses thèses devinrent un point de ralliement populaire pour la paysannerie contre le statu quo et furent également adoptées par le souverain immédiat de Luther, Frédéric III (le Sage, l. 1463-1525), l'Église essaya de le faire taire, et Luther répondit en remettant en question toute la hiérarchie, la vision et la légitimité de l'Église. Roper commente:

En s'attaquant à la conception de la pénitence, Luther frappait implicitement le cœur de l'Église papale, et tout son édifice financier et social, qui fonctionnait sur un système de salut collectif permettant aux gens de prier pour les autres et de réduire ainsi leur temps au purgatoire. Il finançait tout un prolétariat clérical de prêtres payés pour réciter des messes anniversaires pour les âmes des défunts. Il finançait des femmes laïques pieuses qui, dans les hospices, disaient des prières pour les âmes des défunts, afin de leur faciliter le chemin du purgatoire. Il finançait les confréries qui priaient pour leurs membres, disent des messes, faisaient des processions et finançaient des autels spéciaux. En bref, le système structurait la vie religieuse et sociale de la plupart des chrétiens du Moyen-Âge. Au centre de ce système se trouvait le pape, qui était l'intendant du trésor des "mérites", c'est-à-dire des grâces qui pouvaient être distribuées à d'autres. S'attaquer aux indulgences conduirait donc tôt ou tard à une remise en question du pouvoir papal. (xx)

C'est précisément ce qui se passa, et les événements évoluèrent rapidement entre 1518 et 1521, période au cours de laquelle Luther s'attaqua directement à l'autorité papale et fut excommunié. À la Diète de Worms en 1521, on lui demanda d'abjurer ou d'être qualifié d'hérétique et de hors-la-loi. Le discours de Luther à la Diète de Worms, ou plus connu sous le nom de discours "Ici je me tiens, je ne puis autrement", explique sa position de manière éloquente; il reste sur ses positions. Il aurait sans doute été arrêté et exécuté par la suite, mais Frédéric III le protégea en secret dans son château de Wartburg.

Conclusion

Une fois à Wartburg, Luther fut libre de composer des objections plus détaillées et plus puissantes à la politique de l'Église, ainsi que de traduire le Nouveau Testament du latin en allemand - au mépris de l'interdiction de l'Église à cet égard. L'insistance de Luther sur la primauté de la foi et des Écritures sapait la prétention de l'Église à être le seul représentant de Dieu sur terre. Au contraire, selon Luther, l'Église et son pape étaient des antéchrists, une pierre d'achoppement pour les croyants, qui maintenaient leur prétention d'être ordonnés par Dieu en menaçant les chrétiens de tourments après la mort, en enfer et au purgatoire. Selon Luther, les indulgences étaient l'un des moyens les plus efficaces pour y parvenir. L'universitaire Roland H. Bainton explique comment l'Église utilisait les indulgences pour maintenir son pouvoir sur le peuple:

L'explication réside dans les tensions que la religion médiévale a délibérément induites, en jouant alternativement sur la peur et l'espoir. L'enfer était attisé, non pas parce que les hommes vivaient dans une crainte perpétuelle, mais précisément parce qu'ils ne le faisaient pas, et afin d'instiller suffisamment de peur pour les pousser vers les sacrements de l'Église. S'ils étaient pétrifiés par la terreur, le purgatoire était introduit en guise d'atténuation, comme un lieu intermédiaire où ceux qui n'étaient ni assez mauvais pour l'enfer, ni assez bons pour le paradis, pouvaient faire de nouvelles expiations. Si cette atténuation inspirait la complaisance, on augmentait la température du purgatoire, puis on relâchait à nouveau la pression par le biais des indulgences. (12)

Le refus de l'Église d'accepter les critiques de Luther conduisit, tout d'abord, à la Réforme en Allemagne, puis dans d'autres pays, les défis lancés par Luther ayant incité d'autres personnes à faire la même chose que lui. En Suisse, Huldrych Zwingli (1484-1531) fut directement influencé par Luther, tout comme Jean Calvin (1509-1564) le serait en France. Une fois que l'autorité de l'Église ne fut plus absolue, des réformateurs commencèrent à apparaître dans différentes régions et pays d'Europe, établissant leurs propres visions du christianisme et de la meilleure façon d'interpréter les Écritures.

Protestant Reformation in Switzerland
Réforme protestante en Suisse
Ascot Elite Entertainment Group (Copyright)

L'Église finit par répondre aux reproches de Luther et au mouvement qu'il avait suscité par ce que l'on appelle la Contre-Réforme (1545-vers 1700), au cours de laquelle les abus furent corrigés et les politiques réformées, y compris la modération et la réévaluation des indulgences. Les indulgences sont encore délivrées par l'Église catholique de nos jours, mais elles sont considérées comme n'accordant qu'un allègement de la peine temporelle pour les péchés commis, et non une libération du purgatoire pour soi-même ou pour autrui.

Si l'Église avait modifié sa politique avant 1517, la Réforme protestante n'aurait peut-être jamais eu lieu ou, du moins, pas de la manière ni au moment où elle se produisit. Cependant, telle qu'elle était, l'Église se concevait et était perçue par ses fidèles comme le seul chemin vers la vie éternelle et le salut des flammes de l'enfer. En tant que représentante et interprète de Dieu, l'Église ne pouvait concevoir d'accorder le moindre mérite aux objections d'un prêtre provincial et semble avoir pensé qu'il pourrait être réduit au silence comme l'avaient été les dissidents avant lui. Comme elle le découvrirait bien vite, elle se trompait et le pouvoir de la Sainte Église romaine et apostolique fut brisé.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce qu'une indulgence ?

Une indulgence était un titre vendu par l'Église catholique pour la rémission d'un péché temporel. Elle était censée libérer l'acheteur, ou un proche, des souffrances du purgatoire.

Quelle était l'objection de Martin Luther envers les indulgences ?

Martin Luther s'opposa aux indulgences au motif qu'elles n'étaient pas étayées par la Bible, qu'elles n'étaient pas justifiée sur le plan théologique et qu'elles encourageaient la cupidité et d'autres vices.

Qu'est-il advenu de la vente des indulgences après que Martin Luther s'y soit opposé ?

La vente d'indulgences fut réformée pendant la Contre-réforme (1545-vers 1700), mais la pratique ne fut jamais abolie. L'Église catholique propose encore aujourd'hui une forme d'indulgence médiévale.

Comment Luther a-t-il protesté contre la vente des indulgences ?

Les célèbres 95 thèses de Luther furent rédigées contre la vente d'indulgences. En contestant la pratique de la vente des indulgences, Luther remit en cause l'autorité de l'Église, donnant ainsi le coup d'envoi à la Réforme protestante.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, décembre 13). Indulgences Médiévales et Martin Luther [Medieval Indulgence & Martin Luther]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1902/indulgences-medievales-et-martin-luther/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Indulgences Médiévales et Martin Luther." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 13, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1902/indulgences-medievales-et-martin-luther/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Indulgences Médiévales et Martin Luther." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 déc. 2021. Web. 29 mai 2024.

Adhésion