Diète de Worms

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 08 décembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, espagnol
X
Joseph Fiennes as Luther (by Eikon Film and NFP Teleart, Copyright)
Joseph Fiennes dans le rôle de Luther
Eikon Film and NFP Teleart (Copyright)

La Diète de Worms (janvier-mai 1521) est l'assemblée convoquée par Charles Quint, empereur du Saint-Empire romain germanique, pour examiner, entre autres, les travaux du réformateur Martin Luther (1483-1546), qui avait ouvertement critiqué l'Église. Luther fut sommé d'abjurer et, comme il ne le fit pas, il fut accusé d'hérésie, ce qui marqua sa rupture officielle avec l'Église.

Luther attira l'attention des autorités ecclésiastiques après la publication de ses 95 thèses (écrites en 1517) en 1518. Luther continua à prêcher, à écrire et à publier ses attaques contre l'Église. Il fut excommunié en janvier 1521 et sommé de se présenter devant l'assemblée de la ville de Worms. Luther obéit à la convocation, en vertu d'une promesse de bonne conduite émise par Frédéric III (le Sage, 1463-1525) de Saxe, et comparut en avril. Il refusa d'abjurer et fut accusé d'être un "hérétique notoire" et un hors-la-loi, ce qui faisait de lui un criminel.

Supprimer la pub
Publicité

Il aurait presque certainement été tué après avoir quitté Worms, mais il fut appréhendé par les soldats de Frédéric III et emmené dans son château de Wartburg pour sa propre protection. C'est là que Luther écrirait un certain nombre d'ouvrages influents et traduirait le Nouveau Testament du latin à l'allemand. La Diète de Worms est donc généralement considérée comme l'événement marquant l'émergence de Luther en tant que réformateur chrétien agissant en dehors de l'autorité de l'Église et établissant la plate-forme centrale de la Réforme protestante en Europe.

Les 95 thèses de Martin Luther

Luther allait remettre en question toute la vision, la hiérarchie et l'autorité de l'Église, mais ses objections portaient d'abord sur la vente des indulgences.

Martin Luther commença à remettre en question les préceptes de l'Église, en privé, vers 1513, lorsqu'il résolut une crise spirituelle dont il souffrait après avoir lu l'épître de saint Paul aux Romains. Le passage de Romains 1:17, qui comprend la phrase "le juste vivra par la foi", le conduisit à la conviction que de nombreuses politiques imposées par l'Église médiévale n'étaient pas bibliques, car elles imposaient inutilement aux croyants des fardeaux non étayés par les Écritures. Avec le temps, Luther remettrait en question toute la vision, la hiérarchie et l'autorité de l'Église, mais, au début, ses objections se concentraient sur la vente des indulgences.

Supprimer la pub
Publicité

Les indulgences étaient des brefs achetés pour la rémission des péchés des vivants ou des morts souffrant des tourments de leurs péchés au purgatoire. La vente d'indulgences n'était pas une nouveauté à l'époque de Luther, mais auparavant, elles étaient délivrées à condition que le bénéficiaire accomplisse des actes de pénitence. À l'époque des proto-réformateurs anglais John Wycliffe (1330-1384) et du Bohémien Jan Hus (c. 1369-1415), les indulgences étaient souvent proposées sans cette stipulation. Il suffisait de payer une certaine somme d'argent pour recevoir un bref qui pardonnait les péchés commis de son vivant ou raccourcissait le séjour d'un proche au purgatoire.

De nombreux États du Saint Empire romain germanique (dont l'Allemagne actuelle faisait partie à l'époque) interdisaient la vente d'indulgences, mais en 1516, l'archevêque de Mayence, Albrecht von Brandenburg, avait obtenu une dispense du pape Léon X pour autoriser la vente d'indulgences dans sa région. Albrecht avait emprunté de grosses sommes d'argent pour acheter sa position ecclésiastique et avait besoin d'un afflux important de liquidités pour payer ses dettes, tandis que le pape Léon X avait besoin d'argent pour reconstruire la basilique Saint-Pierre à Rome. Ils se mirent d'accord pour se partager équitablement l'argent de la vente des indulgences, et le frère dominicain et vendeur Johann Tetzel fut envoyé dans la région en 1516.

Supprimer la pub
Publicité

Johann Tetzel Selling Indulgences
Johann Tetzel vend des indulgences
Johann Daniel Lebrecht Franz Wagner (Public Domain)

Luther consigna ses objections à la vente des indulgences dans ses fameuses 95 thèses qu'il afficha, selon le récit traditionnel, sur la porte de l'église de Wittenberg, où il était professeur à l'université voisine. Les 95 thèses étaient simplement des discussions académiques, qui présentaient le sujet à débattre par le clergé, et furent envoyées à Albrecht von Brandenburg par Luther, qui ne savait rien de l'accord qu'Albrecht avait conclu avec le pape, à l'automne 1517. Les amis et les partisans de Luther traduisirent les thèses du latin à l'allemand et les publièrent. Ces copies furent ensuite traduites dans d'autres langues et se répandirent en Grande-Bretagne, en France, en Italie et ailleurs, inspirant d'autres personnes à remettre en question l'autorité de l'Église.

Augsbourg, Leipzig et l'excommunication

Parmi les contestations des 95 thèses figure la numéro 82 - "Pourquoi le pape ne vide-t-il pas le purgatoire, au nom du saint amour et du besoin urgent des âmes qui s'y trouvent, s'il rachète un nombre infini d'âmes au nom d'un misérable argent avec lequel construire une église?" - et 83 - "Pourquoi les messes mortuaires et anniversaires pour les morts sont-elles maintenues, et pourquoi ne rend-il pas ou ne permet-il pas de retirer les dotations fondées en leur faveur, puisqu'il est mal de prier pour les rachetés?" Ces deux objections, ainsi que d'autres, remettaient directement en cause l'autorité du pape et la politique de l'Église.

Albrecht von Brandenburg envoya les 95 thèses à Rome après les avoir examinées pour en vérifier le contenu hérétique, et le pape ordonna à Luther de comparaître et de s'expliquer. Frédéric III réussit cependant à faire comparaître Luther à Augsbourg et à envoyer un légat papal pour l'examiner devant la Diète impériale en octobre 1518. Le cardinal Cajetan fut envoyé avec l'ordre d'arrêter Luther s'il n'abjurait pas, et les deux hommes se disputèrent au sujet des 95 thèses pendant trois jours, au cours desquels Cajetan essaya de forcer Luther à se soumettre, tandis que Luther restait sur ses positions.

Supprimer la pub
Publicité

Alors que l'examen touchait à sa fin, Cajetan rappela à Luther que ses arguments faisaient écho à ceux d'hérétiques antérieurs comme Wycliffe et Hus, qui insistaient sur la primauté de l'interprétation individuelle des Écritures, au mépris des traditions de l'Église. L'érudit Roland H. Bainton décrit la scène:

Le cardinal rappelle à Luther que l'Écriture doit elle-même être interprétée. Le pape est l'interprète. Le pape est au-dessus d'un concile, au-dessus de tout dans l'Église. "Sa Sainteté abuse de l'Écriture", rétorque Luther. "Je nie qu'il soit au-dessus de l'Écriture. Le cardinal s'enflamma et beugla que Luther devait partir et ne jamais revenir s'il n'était pas prêt à dire: "Je me rétracte." (84)

Luther quitta la pièce et écrivit plus tard à ses partisans que "le cardinal n'était pas plus apte à traiter l'affaire qu'un âne à jouer de la harpe" (Bainton, 84). Cette image fut plus tard reprise par ses amis qui publièrent des pamphlets décrivant le pape comme un âne dans leurs attaques contre l'Église et attribuant la comparaison à Luther. Cajetan n'avait jamais tenté d'arrêter Luther pendant l'examen, bien qu'il l'aurait sans doute voulu, et Luther fut aidé à s'échapper d'Augsbourg par ses partisans avant que Cajetan n'en ait l'occasion.

Martin Luther
Martin Luther
Sergio Andres Segovia (Public Domain)

En juin 1519, le théologien Johann Eck (1486-1543), un ancien ami de Luther, organisa un débat avec le coréformateur de Luther, Andreas Karlstadt (1486-1541), à Leipzig. Luther y participa et soutint à nouveau que le pape n'était pas au-dessus des Écritures et n'avait aucune autorité sur les âmes du purgatoire dont l'état de péché ne pouvait être connu par les vivants. Eck accusa Luther d'hérésie, le comparant à Jan Hus qui, à cette époque, était considéré comme un hérétique par l'Église et avait été brûlé sur le bûcher en 1415. Eck souligna que Luther, comme Hus, insistait sur le fait qu'il savait mieux que le pape ou les conciles de l'Église comment interpréter les Écritures et l'accusa de péché d'orgueil en pensant qu'il était le seul à savoir quoi que ce soit. Luther répondit:

Supprimer la pub
Publicité

Je vais vous dire franchement ce que je pense. Je suis un théologien chrétien, et je suis tenu, non seulement d'affirmer, mais de défendre la vérité avec mon sang et ma mort. Je veux croire librement et n'être l'esclave de l'autorité de personne, qu'il s'agisse d'un concile, d'une université ou d'un pape. Je confesserai avec confiance ce qui me paraît vrai, qu'il ait été affirmé par un catholique ou un hérétique, qu'il ait été approuvé ou réprouvé par un concile. (Bainton, 109)

À la fin du débat, les deux camps revendiquèrent la victoire et poursuivirent leur dispute dans une guerre de pamphlets - y compris l'image du pape comme un âne jouant de la cornemuse - tandis qu'Eck poursuivait ses accusations d'hérésie et que Luther condamnait le pape et l'Église comme étant antéchrists.

En juin 1520, le pape Léon X, ayant entendu parler de cet inquiétant professeur allemand, menaça Luther d'une bulle d'excommunication s'il ne se rétractait pas. Luther brûla publiquement la bulle papale en décembre 1520 et fut excommunié en janvier 1521. Luther était désormais considéré comme en dehors de la grâce de Dieu et de son Église, et son cas fut confié aux autorités séculières qui le convoquèrent à la Diète de Worms.

Diète de Worms

Bien que Luther ait été excommunié, il était encore possible de le réintégrer dans l'Église en tant que membre en règle, à condition qu'il abjure. Cependant, à cette époque, même s'il l'avait voulu, une rétractation lui aurait fait perdre toute crédibilité en tant que théologien chrétien et ministre de l'Évangile. Ses 95 thèses avaient captivé l'imagination du peuple et son refus de se soumettre à l'autorité de l'Église avait fait de lui un héros populaire. Le nonce apostolique Jérôme Aléandre, chargé d'organiser l'examen de Luther à Worms, écrivit à Rome:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Martin est représenté [dans les brochures] avec une auréole et une colombe au-dessus de sa tête. Les gens embrassent ces images. Il s'en est vendu une telle quantité que je n'ai pas pu en obtenir une. [Une autre brochure représente] Jean Hus, que Luther a récemment proclamé saint. Dans une autre partie de l'image, le pape et les cardinaux sont attachés par les soldats de la garde. Je ne peux pas sortir dans les rues, mais les Allemands portent la main à leur épée et grincent des dents contre moi. (Bainton, 171)

Les riches propriétaires terriens soutenaient Luther parce qu'ils voyaient en lui l'espoir de briser le pouvoir de l'Église, qui s'étendait à la propriété foncière exempte d'impôts et à l'intrusion directe dans les successions et les alliances. La paysannerie aimait Luther parce qu'il remettait en cause le statu quo qui la maintenait dans la pauvreté. Les partisans de Luther utilisèrent pleinement la presse pour le dépeindre comme un second Christ venu racheter les véritables enseignements de Jésus de la corruption de l'Église catholique, et Luther, expert en spectacle, encouragea cette image, arrivant à Worms en avril tel Jésus-Christ entrant à Jérusalem le dimanche des Rameaux:

Lorsqu'il arriva à Worms le 16 avril, deux mille personnes se pressèrent dans les rues pour tenter de l'apercevoir. Le nonce apostolique Jérôme Aléandre nota que, lorsque Luther descendit du chariot, un moine s'avança pour l'embrasser et toucha trois fois sa soutane comme s'il s'agissait d'un saint. (Roper, 168)

Le 17 avril, il fut examiné par un certain Johann Eck (qui n'était pas le même théologien à Leipzig), qui lui demanda s'il voulait abjurer ses œuvres. L'examen avait été soigneusement conçu pour priver Luther de la possibilité de s'exprimer, car il avait une réputation de puissant orateur. Les questions étaient formulées de manière à ce qu'il ne puisse répondre que par oui ou par non. Luther contourna le problème en faisant remarquer que ses livres contenaient de nombreux thèmes différents et abordaient des questions variées, et qu'il ne pouvait pas simplement répondre "oui" ou "non" aux questions concernant chacun d'entre eux. Il demanda un ajournement, qui lui fut accordé.

Luther at the Diet of Worms
Luther à la Diète de Worms
Anton Werner (Public Domain)

Le lendemain, alors qu'on attendait de lui qu'il assume la responsabilité de ses œuvres ou qu'il se rétracte, Luther fit remarquer que même ses ennemis respectaient nombre de ses œuvres théologiques, et qu'il ne les révoquerait donc pas, et que ses autres œuvres étaient d'honnêtes réfutations de l'autorité papale fondées sur les Écritures, et qu'il ne pouvait pas non plus, en toute conscience, les révoquer. Le discours de Luther à la Diète de Worms se terminait par les lignes suivantes:

À moins d'être convaincu par les Écritures ou par une raison claire (car je ne me fie ni au pape ni aux seuls conciles, puisqu'il est bien connu qu'ils ont souvent erré et se sont contredits), je suis lié par les Écritures que j'ai citées et ma conscience est captive de la Parole de Dieu. Je ne peux ni ne veux me rétracter, car il n'est ni sûr ni juste d'aller contre sa conscience... Je ne peux pas faire autrement, j'en suis là, que Dieu me vienne en aide. Je ne peux pas faire autrement, je me tiens là, que Dieu m'aide. Amen. (Roper, 172)

Après sa conclusion, on dit qu'il aurait levé le bras en guise de salut tel un chevalier médiéval qui vient de remporter un combat.

Édit de Worms

Charles Quint répondit en personne aux attaques de Luther dans une lettre écrite le soir même:

"Nos ancêtres, qui étaient aussi des princes chrétiens, ont néanmoins obéi à l'Église romaine que le Dr Martin attaque maintenant". Il semblait peu probable qu'un moine puisse avoir raison et que des siècles de théologiens érudits puissent avoir tort. Il conclut que Luther et ses partisans doivent donc être excommuniés et "éradiqués". Il s'agit d'une décision claire pour l'Église et pour la tradition. Pour le camp impérial, l'enjeu était de savoir qui avait l'autorité d'interpréter les Écritures. (Roper, 175)

Le sauf-conduit accordé à Luther par Frédéric III étant toujours en vigueur et respecté, Luther passa encore quelques jours à Worms dans l'attente d'une réponse, puis repartit pour Wittenberg vers le 26 avril. Certains nobles et ecclésiastiques de Worms conseillèrent à Charles Quint de révoquer le sauf-conduit, de faire arrêter Luther et de l'exécuter - comme les autorités l'avaient fait avec Jan Hus au concile de Constance en 1415 - mais Charles Quint refusa car cela le déshonorerait.

Des pamphlets et des tracts transformèrent le moine de Wittenberg en héros de la chrétienté et en vainqueur du grand combat de la Diète de Worms.

Le 25 mai 1521, après plus d'un mois de conférences privées et de discussions sur le sort de Luther, l'édit de Worms fut publié, déclarant Luther hérétique et hors-la-loi. Il devait être arrêté et une récompense était offerte à quiconque aiderait à sa capture; toute personne surprise à l'aider de quelque manière que ce soit serait accusée de crimes contre l'État.

À ce moment-là, cependant, Luther était parti depuis longtemps et, de plus, il n'était jamais réapparu à Wittenberg. Il avait été enlevé en cours de route par des soldats de Frédéric III, sur ses ordres, sous l'apparence de bandits de grand chemin. Pour autant que ceux qui voyageaient avec Luther le sachent (sauf un), il avait en fait été enlevé par des bandits, mais Frédéric III l'avait fait emmener dans son château de Wartburg pour le mettre à l'abri.

Conclusion

Le défi spectaculaire de Luther à la Diète de Worms mit fin à tout espoir de réconciliation avec l'Église et l'éleva au rang de saint parmi la paysannerie. Peu après la publication de l'édit, un pamphlet fut publié décrivant l'événement selon le récit biblique de la Passion du Christ, avec Charles Quint dans le rôle de Ponce Pilate et les fonctionnaires catholiques dans celui des grands prêtres exigeant la crucifixion du Christ; Luther, bien sûr, fut placé dans le rôle du Christ.

Personne ne savait ce qu'il était advenu de Luther après son départ de Worms, et Frédéric III veillait à ce que personne ne le sache. Pendant son séjour au château de la Wartburg, Luther écrivit un certain nombre de traités remarquables, qui furent publiés clandestinement, de sorte que les gens savaient qu'il était vivant, mais pas d'où il écrivait. Lorsqu'il quitta la Wartburg et retourna à Wittenberg, la guerre des paysans allemands (1524-1525) avait commencé - en partie inspirée par la position de Luther à Worms - et l'édit ne pouvait être appliqué. Luther était trop populaire pour qu'on prenne le risque de l'arrêter, et bien que certains de ses partisans aient été capturés et exécutés dans les États voisins, aucune tentative ne fut faite pour appliquer l'édit de Worms en Allemagne.

L'apparition de Luther à la Diète de Worms contraste fortement avec celle de Jan Hus au Concile de Constance plus de cent ans auparavant. Comme Luther, Hus avait des partisans dévoués, avait reçu la promesse d'un sauf-conduit et, au départ, bénéficiait du soutien des paysans et des nobles. Luther, cependant, disposait d'une arme puissante dont Hus était dépourvu, simplement parce que la technologie n'était pas disponible en 1415: la presse à imprimer.

La presse ne fut inventée que vers 1440, et il y en avait déjà beaucoup dans toute l'Allemagne au moment où Luther écrivit ses 95 thèses. L'habileté de Luther à manipuler l'opinion publique par les mots et les images fit toute la différence entre son moment à Worms et celui de Hus à Constance. Luther était un écrivain et un orateur habile, connaissant bien les Écritures et sûr de ses conclusions, mais il en allait de même pour Hus. Luther et ses disciples évitèrent brillamment le sort de Hus en le présentant comme une figure christique et un homme du peuple, à plusieurs reprises, dans des pamphlets et des tracts en allemand, transformant ainsi le moine de Wittenberg en héros de la chrétienté et en vainqueur du grand combat de la Diète de Worms.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, décembre 08). Diète de Worms [Diet of Worms]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20316/diete-de-worms/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Diète de Worms." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 08, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20316/diete-de-worms/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Diète de Worms." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 08 déc. 2021. Web. 26 mai 2024.

Adhésion