Guerre des Paysans Allemands

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 février 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, allemand
X
Episode from the German Peasants' War (by Belvedere, Wien, CC BY-SA)
Épisode de la guerre des paysans allemands
Belvedere, Wien (CC BY-SA)

La guerre des Paysans allemands (1524-1525) fut un conflit entre la classe inférieure de la région germanique du Saint Empire romain germanique et la noblesse au sujet du système féodal de servage, de la liberté religieuse et des disparités économiques. Karl Marx et Friedrich Engels la caractérisèrent ensuite comme l'incarnation de la lutte entre la classe ouvrière et ses maîtres.

Les causes de la révolte des paysans sont encore débattues, mais pour l'essentiel, l'essor de la philosophie humaniste et le mouvement de réforme religieuse de Martin Luther (1483-1546) remirent en question le statu quo et conduisit la classe inférieure à espérer un changement radical de la hiérarchie sociale. La révolte des chevaliers (1522-1523) est également citée comme un facteur contributif: sous la direction de Franz von Sickingen (1481-1523) et encouragés par le chevalier-poète Ulrich von Hutten (1488-1523), les chevaliers refusèrent de payer les impôts ou la dîme et encouragèrent les paysans à faire de même. À cette époque, l'Église catholique romaine prélevait 10 % du salaire des paysans à titre de dîme, et la noblesse réclamait d'autres pourcentages en fonction de son propre système fiscal, contraignant la population paysanne à vivre dans la pauvreté.

Supprimer la pub
Publicité

Après que Luther eut contesté l'autorité de l'Église en 1517-1521, déclenchant la Réforme protestante, d'autres membres du clergé lui emboîtèrent le pas, comme Thomas Müntzer (c. 1489-1525), qui espérait initialement que Luther défendrait les droits des paysans et qui, considérant que cela n'était pas le cas, le dénonça en tant que traître à cette cause. Le noble et chevalier Florian Geyer (c. 1490-1525), autre admirateur de Luther, rejoignit Müntzer, le leader paysan Hans Müller (+ 1525), le noble Wendel Hipler (+1526) et d'autres pour organiser une révolte contre ce qu'ils considéraient comme des politiques non chrétiennes et inéquitables de la part de l'Église et de la noblesse.

Les paysans étaient mal armés par rapport aux armées de la noblesse, manquaient de dirigeants expérimentés et n'ont pas su présenter un front uni, ce qui conduisit à leur défaite en 1525 après un certain nombre d'engagements, qui étaient souvent plus des massacres que des batailles. On estime qu'environ 100 000 paysans allemands furent tués au cours du conflit, et qu'un plus grand nombre encore moururent de faim après la destruction des terres agricoles.

Supprimer la pub
Publicité

À certains égards, la lutte fit écho aux guerres hussites (1419 à 1434 environ) en opposant une classe de paysans aux armées professionnelles de la noblesse, mais il n'y avait pas de leader fort comme Jan Žižka (c. 1360-1424) pour les paysans germaniques qui ne faisaient pas le poids face à la tactique et à l'armement supérieurs de la noblesse. Marx et Engels, les philosophes allemands qui formulèrent le système du marxisme et coécrivirent le Manifeste communiste en 1848, caractérisèrent le conflit comme l'incarnation de la lutte des classes et les chefs paysans comme des héros proto-communistes.

Contexte social et religieux

À cette époque, la société européenne fonctionnait encore selon la structure du Moyen Âge, avec la noblesse au sommet de la hiérarchie et la paysannerie tout en bas. Entre les deux, il y avait les petits nobles, qui présidaient de petits fiefs, le clergé (dont certains étaient plus puissants que les petits nobles) et la classe des marchands, dont beaucoup revendiquaient le statut d'exempté d'impôts, comme le clergé. L'Église, reconnue comme la seule autorité spirituelle, exigeait des fidèles une dîme de 10 %, en plus d'autres frais pour divers services. Ces quatre classes dépendaient toutes des fonds de la classe la plus basse, qui était continuellement taxée et réduite à la pauvreté.

Supprimer la pub
Publicité
Les paysans ne pouvaient pas faire face aux impôts prélevés par les classes supérieures et à la demande d'une plus grande part de leur travail.

La classe paysanne avait acquis une plus grande autonomie et une plus grande sécurité financière au cours du Moyen-Âge, lorsque la combinaison des croisades et de la peste noire avait tué un grand pourcentage de la population, permettant aux paysans de s'affirmer et de demander aux seigneurs une rémunération plus élevée pour leur travail. Cependant, ce qu'ils gagnaient ne suffisait pas à répondre aux impôts prélevés par les classes supérieures et à la demande d'une plus grande part de leur travail. Lorsque les 95 thèses de Martin Luther furent popularisées entre 1517 et 1519, de nombreux paysans les interprétèrent comme un défi au statu quo et soutinrent Luther en tant que champion du peuple contre l'aristocratie et l'Église, et un certain nombre de membres du clergé des classes moyennes et inférieures soutinrent Luther dans l'espoir d'une révolution religieuse complète qui mettrait fin à la corruption ecclésiastique.

L'un de ces ecclésiastiques était Thomas Müntzer, qui avait commencé à remettre en question les enseignements et les politiques de l'Église dès 1514. En 1517, il était à Wittenberg lorsque Luther afficha ses 95 thèses, se rendit à Leipzig en 1519 pour soutenir Luther dans sa dispute avec l'Église, et semble s'être toujours considéré comme un disciple du réformateur en 1521 lorsqu'il arriva à Prague pour prêcher. À cette époque, cependant, il s'intéressait de plus en plus au mysticisme allemand et à la validité des rêves et des visions en tant que messages de Dieu.

Müntzer était également convaincu qu'il vivait les derniers jours et que le retour de Jésus-Christ était imminent. Conformément aux Écritures, qu'il mettait sur le même plan que les révélations sous forme de rêves et de signes, il estimait qu'il fallait se préparer pour le Jour du Seigneur. C'est alors qu'il rompit avec les enseignements de Luther et commença à encourager une réforme plus radicale. Il fut démis de ses fonctions à Prague et se rendit à Allstedt, en Saxe, où il continua à prêcher comme auparavant. À cette époque, Luther avait pris conscience du radicalisme de Müntzer et, craignant qu'il ne mette en péril le mouvement de la Réforme, il lui ordonna de se rendre à Wittenberg pour s'expliquer, mais Müntzer refusa.

Supprimer la pub
Publicité

Thomas Müntzer
Thomas Müntzer
Christoffel van Sichem (Public Domain)

Tout comme le réformateur Huldrych Zwingli (1484-1531) en Suisse avait inspiré le mouvement plus radical des anabaptistes, le mouvement de Luther en Allemagne encouragea la vision de Müntzer d'une réforme sociale et religieuse complète. Luther considérait l'Écriture comme l'autorité finale en matière de religion, qui informait ensuite la société, et dénonçait l'attaque de Müntzer contre l'ordre social, conformément à des passages bibliques tels qu'Éphésiens 6:5-9, qui commence par la phrase: "Serviteurs, obéissez à vos maîtres terrestres avec respect et crainte, et avec un cœur sincère, comme vous obéiriez au Christ." Müntzer rejeta cette critique, car il estimait que la Bible n'était qu'un des nombreux moyens par lesquels Dieu s'adresse à l'humanité.

L'insurrection et les douze articles

La vision de Müntzer séduisit une grande partie de la population paysanne, fatiguée des lourds impôts, de l'absence quasi-totale de droits de propriété et d'autonomie.

La vision de Müntzer séduisit une grande partie de la population paysanne, fatiguée des lourdes taxes et de l'absence quasi-totale de droits de propriété et d'autonomie. Les paysans n'avaient pas le droit de pêcher ni de chasser sur les terres qu'ils occupaient, car ces terres appartenaient techniquement à leurs seigneurs, et ces derniers étaient libres de chasser dans leurs cultures quand bon leur semblait. À la mort d'un chef de famille paysan, ses outils et tout ce qui avait de la valeur pouvaient être saisis par le seigneur au lieu d'être transmis à ses fils. À ces affronts s'ajoutaient les impôts exorbitants, les exigences accrues en matière de main-d'œuvre et les restrictions supplémentaires des libertés individuelles.

Bien que l'on ne puisse attribuer à Müntzer l'unique inspiration de la guerre des Paysans allemands, sa vision apocalyptique d'un nouvel ordre encouragea la paysannerie à croire que le moment était venu de renverser la noblesse et d'affirmer leurs droits en tant que personnes libres capables de diriger leurs propres vies. En 1524, les paysans s'étaient constitués en groupes démocratiques territoriaux (connus sous le nom de Haufen - bandes), chacun doté de son propre organe de direction (le Ring) qui convenait des lois, maintenait l'ordre et dirigeait les actions des autres. La taille de ces groupes variait de 2 000 à 8 000 personnes et plus, en fonction de la population d'un territoire donné. À la fin de l'été et à l'automne 1524, un groupe de paysans se révolta dans les régions germaniques méridionales après qu'une comtesse eut exigé qu'ils interrompent leurs travaux de récolte pour ramasser des coquilles d'escargot qu'elle utiliserait comme bobines de fil.

Supprimer la pub
Publicité

L'insurrection se propagea rapidement car des bandes de paysans s'étaient déjà formées et organisées. Ces groupes purent présenter par écrit leurs plaintes aux magistrats locaux, et les principales plaintes finirent par être formulées dans les Douze articles en mars 1525. Il s'agit d'un document affirmant les droits des paysans et demandant la réparation des torts soumis à la Ligue souabe (1488-1534), une alliance de la noblesse qui maintenait la structure sociale.

The Twelve Articles
Les douze articles
Unknown Author (Public Domain)

Sebastian Lotzer (c. 1490 à c. 1525), un fourreur devenu secrétaire d'un contingent de l'armée paysanne, aurait rédigé les Douze articles avec le théologien réformé Christoph Schappeler (1472-1551), bien que Wendel Hipler et Müntzer aient pu également y contribuer. Les articles abordent un certain nombre de points, notamment une plus grande autonomie, des allègements fiscaux, des lois plus équitables et l'abolition des droits de succession. Les Douze articles sont considérés comme le premier document concernant les droits de l'homme en Europe au début de l'ère moderne, mais ils furent rejetés par la noblesse, décision soutenue par Martin Luther.

Luther et Müntzer

Luther devait sa vie à la noblesse, en particulier au prince-électeur Frédéric III (le Sage, 1463-1525), qui l'avait placé sous protection après qu'il eut été condamné comme hérétique et hors-la-loi à la suite de sa comparution à la Diète de Worms. Le discours de Luther à la Diète de Worms avait rompu ses liens avec l'Église et avait établi sa vision réformée, augmentant sa popularité parmi la classe paysanne, mais il aurait été empêché de poursuivre ses efforts sans la protection offerte par Frédéric III.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Lorsque l'insurrection commença, Luther sortit de sa cachette pour prêcher contre elle, citant des passages bibliques en faveur du maintien de l'ordre social. Müntzer, sentant qu'il avait trahi sa vision initiale et le peuple, commença à écrire une série de lettres attaquant Luther comme "Docteur Menteur" et le condamnant comme un pion de la noblesse. Pour Müntzer, les nobles luthériens n'avaient pas de véritable conviction religieuse en soutenant le mouvement de Luther, ils étaient seulement intéressés par ce qu'ils pouvaient gagner financièrement en rompant avec la puissante Église, qui possédait de nombreuses terres fertiles, ne payait pas d'impôts et leur demandait une dîme comme à toutes les autres classes sociales, et il avait raison sur ce point.

Martin Luther
Martin Luther
Sergio Andres Segovia (Public Domain)

Luther condamna Müntzer cen tant que dangereux radical qui incitait à l'agitation civile et mettait en danger le mouvement de la Réforme, mais Müntzer rejeta ces accusations et s'adressa directement au peuple, écrivant dans sa Vindication et réfutation de 1524:

Ouvrez les yeux! Quelle est l'infusion maléfique d'où jaillissent l'usure, le vol et la rapine, si ce n'est l'idée que se font nos seigneurs et nos princes que toutes les créatures leur appartiennent? Les poissons dans l'eau, les oiseaux dans l'air, les plantes sur la surface de la terre - tout doit leur appartenir!... Et le docteur Menteur répond: Amen. Ce sont les seigneurs eux-mêmes qui font du pauvre leur ennemi. S'ils refusent de supprimer les causes de l'insurrection, comment éviter les troubles à long terme? Si, en disant cela, je suis un incitateur à l'insurrection, qu'il en soit ainsi ! (Janz, 165)

Les arguments de Müntzer touchèrent la corde sensible de la paysannerie, bien sûr, mais aussi de certains membres de la petite noblesse qui avaient perdu des terres, du prestige et des revenus au profit des princes luthériens plus puissants. Parmi eux, Florian Geyer, qui, comme Müntzer, avait soutenu Luther à ses débuts, se rallia en 1524 à la vision réformée plus radicale défendue par Müntzer et ses compagnons révolutionnaires.

La guerre des paysans allemands

Les insurrections de 1524 se généralisèrent jusqu'à ce que, au début de l'année 1525, les paysans ne se révoltent complètement et ne forment des armées, soutenues et encouragées par le clergé anabaptiste qui, bien que pacifiste, considérait que la cause des paysans était juste. Entre janvier et avril 1525, il y eut un certain nombre de petits conflits au cours desquels les paysans utilisèrent des tactiques tirées des guerres hussites, notamment le fort de chariots - une fortification mobile garnie d'archers et de piquiers - mais le premier engagement à grande échelle fut la bataille de Leipheim, le 4 avril 1525, qui opposa environ 5 000 paysans à plus de 8 000 soldats de la Ligue souabe, entraînés par des professionnels. Les paysans battirent en retraite, avec des pertes estimées à plus de 3 000 morts.

L'armée paysanne dirigée par Jakob Rohrbach riposta en prenant le village de Weinsberg, en s'emparant du château, en massacrant les soldats et en forçant les nobles qu'elle avait capturés à courir sous les piques et les gourdins, les battant à mort pendant qu'ils se frayaient un chemin dans la masse. Müntzer, quant à lui, mena ses propres armées contre les forces de la Ligue souabe avec le soutien de Geyer et de sa Compagnie noire, une formation de chevaliers qui se concentrait sur la destruction des châteaux et des monastères susceptibles de servir de fortifications à l'ennemi.

Bien que chaque armée de paysans ait eu le même objectif, peu d'entre elles travaillaient de manière concertée pour se soutenir mutuellement. Les chefs paysans, comme on l'a vu, prenaient leurs décisions dans une assemblée de douze hommes au maximum et mettaient ensuite leurs plans à exécution sans consulter les autres bandes. Hans Müller semble avoir agi sans consulter Müntzer et, bien que Geyer soit censé avoir soutenu les troupes de Müntzer, on ne sait pas exactement sous quelle forme et s'il s'agissait d'un effort concerté et organisé ou, peut-être, si Geyer apportait son soutien lorsqu'il se trouvait dans la même région que Müntzer à un moment donné.

German Peasant's War
Guerre des paysans allemands
CrazyD (CC BY-SA)

Les armées paysannes furent combattues par un certain nombre de nobles puissants, mais surtout par Georg III, Truchsess von Waldburg ("Truchsess" signifiant intendant, 1488-1531), soldat expérimenté et commandant militaire qui, après sa victoire à Leipheim, remporta systématiquement chaque engagement, torturant les captifs avant de les exécuter et brûlant les villages au cours de ses marches. Le 12 mai 1525, Georg III fit face à une importante armée de paysans à la bataille de Boblingen, brisa facilement leurs lignes avec sa cavalerie et les massacra lors de la retraite. Les paysans perdirent au moins 3 000 soldats, tandis que les pertes de Georg III furent inférieures à 40.

La bataille décisive de la guerre eut lieu quelques jours plus tard, le 15 mai 1525, lorsque les forces de la Ligue souabe de Philippe Ier de Hesse (1504-1567), un autre partisan de Luther, et celles de Georges, duc de Saxe (1471-1539), qui s'opposait à la Réforme de Luther, affrontèrent l'armée paysanne de Müntzer près de la ville de Frankenhausen. Müntzer avait récemment exécuté trois serviteurs du noble comte Ernst en prétendant que la "justice divine" avait exigé leur mort, et il utilisait maintenant la même justification pour rallier ses troupes à la défense de la ville. L'universitaire Lyndal Roper écrit:

Selon le conseiller de Mansfeld Johan Ruhel, qui écrivit à Luther pour lui raconter ce qui s'était passé, Muntzer aurait fait le tour du camp le jour de la bataille, le 15 mai 1535, en criant que les paysans devaient se fier à la puissance de Dieu, que les pierres mêmes leur céderaient et que les coups de feu ne leur feraient pas de mal. Mais les paysans avaient été encerclés et, étant pour la plupart des fantassins, ils ne faisaient pas le poids face à la cavalerie de Hesse et de Bruswick, ainsi qu'aux troupes du duc Georges de Saxe. Peut-être six mille personnes furent-elles massacrées, six cents furent faites prisonnières. La plupart des habitants de Frankenhausen moururent ou furent faits prisonniers. (254)

Müntzer s'enfuit du champ de bataille et se cacha dans la chambre d'une maison de la ville. Lorsqu'il fut découvert, il prétendit être un pauvre invalide qui n'avait rien à voir avec la guerre, mais un sac qu'il portait contenait un certain nombre de lettres et de documents permettant de l'identifier. Il fut torturé les jours suivants, puis exécuté le 27 mai 1525; le même sort fut réservé à Rohrbach pour son commandement de l'armée à Weinsberg. Geyer, ayant entendu dire que Frankenhausen était une victoire paysanne, chevaucha pour rejoindre Müntzer mais tomba dans une embuscade, et la Compagnie noire fut anéantie à la bataille d'Ingolstadt.

Geyer aurait peut-être fui la bataille ou n'était peut-être même pas présent; il fut assassiné plus tard par deux serviteurs qui prétendaient l'escorter pour le mettre à l'abri. Le conflit se poursuivit pendant l'été 1525, au cours duquel les forces de Hans Müller furent vaincues et ce dernier fut exécuté après avoir été torturé. Wendel Hipler survécut à la guerre et mourut l'année suivante. Les hostilités se terminèrent finalement en septembre 1525, avec plus de 100 000 victimes paysannes et le rétablissement du statu quo.

Conclusion

Luther publia sa célèbre condamnation du soulèvement paysan, Contre les hordes de paysans voleurs et assassins, en mai 1525, encourageant la noblesse à écraser le soulèvement et toute personne favorable à la paix et à la stabilité à contribuer à cette cause:

Par conséquent, que tous ceux qui le peuvent frappent, tuent et poignardent, secrètement ou ouvertement, en se rappelant qu'il n'y a rien de plus empoisonné, de plus nuisible ou de plus diabolique qu'un rebelle. C'est comme lorsqu'il faut tuer un chien enragé: si vous ne le frappez pas, il vous frappera, et tout un pays avec vous. (Janz, 177)

Il est intéressant de noter qu'il s'agit de la même position que celle adoptée par l'Église à l'égard de Luther lui-même, qui avait été condamné par l'édit de Worms en tant que prêtre rebelle hors-la-loi en 1521, encourageant tous ceux qui le pouvaient à le tuer, mais qui était désormais reconnu par les princes protestants, tels que Philippe Ier de Hesse, comme un défenseur de la vérité chrétienne. De nombreux paysans et, comme on l'a vu, leurs dirigeants, s'attendaient à ce que Luther soutienne leur cause et se sentirent trahis lorsqu'il se rangea du côté de la noblesse. Après la guerre, Luther perdit le soutien de nombreux paysans et fut même la cible de jets de pierres de la part d'une foule de paysans.

Müntzer, Geyer et les autres dirigeants de la révolte des paysans allemands furent considérés comme des méchants par les écrivains catholiques et protestants jusqu'au XIXe siècle, lorsque Marx et Engels les présentèrent comme des révolutionnaires proto-communistes portant un coup à l'oppresseur capitaliste. Les dirigeants de la guerre des paysans allemands, en particulier Müntzer, sont encore envisagés de cette manière dans l'histoire de certains pays (certainement par les régimes communistes d'hier et d'aujourd'hui) et par une partie de la communauté scientifique qui reconnaît que la révolte était une réponse raisonnable à des exigences déraisonnables imposées à ceux qui avaient le moins les moyens d'y répondre.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelle fut la cause de la guerre des Paysans allemands?

La guerre des Paysans allemands fut provoquée par les impôts injustes prélevés sur les classes les plus basses et par la remise en cause du statu quo provoquée par la philosophie humaniste, la Réforme de Martin Luther et la révolte des chevaliers.

Qui était Florian Geyer?

Florian Geyer était un noble et un chevalier qui soutenait la vision du réformateur Thomas Müntzer et dirigea des troupes de paysans contre la noblesse lors de la guerre des Paysans allemands.

Qui était Thomas Müntzer?

Thomas Müntzer était un réformateur et un activiste qui dirigea des troupes pendant la guerre des paysans allemands. Admirateur de Luther à ses débuts, il en vint à penser que ce dernier avait trahi la cause.

La guerre des paysans allemands était-elle une guerre de classe?

La guerre des Paysans allemands est définie comme une guerre de classe depuis la fin du XIXe siècle, lorsque Karl Marx et Friedrich Engels la définirent comme telle. Avant Marx et Engels, aucune distinction de ce type n'avait été faite.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2022, février 07). Guerre des Paysans Allemands [German Peasants' War]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20518/guerre-des-paysans-allemands/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Guerre des Paysans Allemands." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 07, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20518/guerre-des-paysans-allemands/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Guerre des Paysans Allemands." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 févr. 2022. Web. 26 mai 2024.

Adhésion