Jan Žižka

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 novembre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Jan Zizka (by Unknown Artist, Public Domain)
Jan Žižka
Unknown Artist (Public Domain)

Jan Žižka (l. c. 1360 - 1424) était un général tchèque et l'un des plus brillants tacticiens de l'histoire militaire. Au cours des guerres hussites (de 1419 à 1434 environ), il resta imbattable en tant que chef des hussites contre les loyalistes catholiques. Même complètement aveugle à la fin de sa vie, il demeura invaincu et est aujourd'hui un héros national tchèque.

On sait peu de choses de sa jeunesse, mais dès l'adolescence, il était impliqué dans le banditisme et le mercenariat. Sa famille appartenait à la noblesse terrienne, mais semblait se situer au bas de la hiérarchie. Néanmoins, elle était suffisamment importante pour que Žižka s'attache à la cour du roi Venceslas IV de Bohême (r. en Bohême de 1378 à 1419, roi d'Allemagne de 1376 à 1400) et ne devienne chambellan de la consort de Venceslas IV, Sophia de Bavière (1376-1428). Il se battit peut-être pour Venceslas IV contre la Maison de Rosenberg, mais cela n'est pas clair.

Supprimer la pub

Advertisement

Il entre dans l'histoire en 1420, après le début des guerres hussites, en tant que chef de la faction radicale taborite des hussites qui prônait une rupture totale avec l'Église catholique. Entre 1420 et 1424, Žižka fut victorieux contre des forces numériquement supérieures de guerriers professionnels dans chaque engagement, grâce à une combinaison de génie militaire et d'innovation. Il transforma les faiblesses de son armée de paysans - leur manque d'armes et d'entraînement martial - en forces en les armant d'outils agricoles simples dont ils savaient se servir et en transformant leurs charrettes en chariots de guerre qui transformaient une bataille à découvert en position défensive. Mais comme les chariots étaient mobiles, ils pouvaient également être utilisés pour l'offensive.

Après être devenu un héros national, de nombreux contes et légendes ont été racontés à son sujet, dont une selon laquelle il serait né sous un chêne.

Žižka avait perdu un œil dans sa jeunesse, puis l'autre, mais, complètement aveugle, il n'en était pas moins un meilleur général que tous ceux qui s'opposaient à lui. Il resta invaincu jusqu'en 1424, date à laquelle il mourut de la peste au cours d'une campagne. Comprenant ce que sa perte signifiait pour son armée, il aurait ordonné que sa peau soit enlevée après sa mort et transformée en tambour afin qu'il puisse continuer à inspirer ses troupes à la victoire. De nos jours, il est considéré comme l'un des plus grands héros de la République tchèque.

Supprimer la pub

Advertisement

Jeunesse et mercenariat

Žižka vit le jour dans le village de Trocnov, en Bohême, de parents de classe supérieure dont les noms sont inconnus (bien que de nombreux spécialistes aient avancé diverses théories sur leur identité). Il avait au moins un frère et une sœur, mais il est possible qu'il y ait eu d'autres frères et sœurs. Les chercheurs continuent de débattre des événements de la vie de Žižka avant 1420, mais la documentation est rare. Les chercheurs Tom Magnusson et David L. Bongard donnent les grandes lignes de sa vie de jeune homme :

Il était lié à la cour du roi Venceslas IV et occupait la fonction de chambellan de la reine Sophia ; il perdit un œil dans les incessantes luttes civiles sous Venceslas entre 1380 et 1419 ; c'était un guerrier expérimenté qui se fit connaître au niveau national après la mort de Venceslas (1419) lorsqu'il rejoignit le campement hussite avancé de Tabor au sud de Prague. (Dupuy, 832)

Hussite Wars
Guerres hussites
Unknown Artist (Public Domain)

Cette version de sa vie prétend qu'il était un mercenaire à la solde de Venceslas IV contre la Maison de Rosenberg qui s'opposait au règne du roi, mais cette affirmation a été contestée. En 1406, il est répertorié comme un hors-la-loi dans les comptes du domaine de Rosenberg. Il semble qu'il ait fait partie d'une bande de bandits de grand chemin qui s'en prenait aux Rosenberg et à ceux qui leur étaient associés (bien qu'ils semblent avoir également volé tous ceux qui avaient de l'argent) et qu'il ait été actif dans des projets politiques contre les intérêts des Rosenberg.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le fait qu'il ait été gracié par Venceslas IV en 1409 suggère fortement qu'il agissait dans l'intérêt du roi, mais cela, comme pour presque tout ce qui concerne la vie de Žižka avant 1420, n'est pas clair. Venceslas IV lui accorda peut-être cette grâce pour des raisons qui ne seront jamais connues. Après être devenu un héros national, de nombreux contes et légendes ont été racontés à son sujet, dont une selon laquelle il serait né sous un chêne dans la forêt, ce qui lui aurait conféré une force surnaturelle.

Žižka participa à la bataille de Grunwald en juillet 1410 en tant que mercenaire.

Même la signification et l'origine de son nom font l'objet de débat : en tchèque, žižka signifie "borgne" et certains spécialistes affirment que le terme est né avec Žižka (qui aurait été connu sous le nom de Jan de Trocnov avant de perdre son œil), tandis que d'autres soutiennent que le mot existait avant son époque. Il se maria deux fois, mais ses deux épouses moururent jeunes, probablement en couches, et il eut une fille, mais les historiens et les spécialistes ne s'accordent guère sur de nombreux autres aspects de sa vie.

Les spécialistes s'accordent toutefois à dire que Žižka participa à la bataille de Grunwald en juillet 1410 en tant que mercenaire combattant pour les forces polono-lituaniennes contre l'ordre des chevaliers teutoniques d'Allemagne. Cette bataille est devenue légendaire comme étant l'une des plus importantes de l'histoire de l'Europe médiévale, au cours de laquelle les forces polono-lituaniennes triomphèrent sur le redoutable Ordre Teutonique, brisant son pouvoir et y mettant fin pour de bon.

Supprimer la pub

Advertisement

La rébellion hussite

On ne sait rien de sa vie entre 1410 et 1419, même si la légende le place comme mercenaire à la bataille d'Azincourt en 1415, une affirmation que les historiens ont depuis rejetée. Il apparaît à Prague au début de la rébellion hussite qui conduisit aux guerres hussites. Les hussites étaient les disciples du protoréformateur Jan Hus (c. 1369-1415) qui, inspiré par ses propres observations réfléchies sur la différence entre la pratique chrétienne telle qu'elle est décrite dans les Écritures et le dogme de l'Église catholique romaine, et influencé par les travaux du réformateur anglais John Wycliffe (1330-1384), lança son propre mouvement de réforme à Prague. Il fut condamné en tant qu'hérétique par l'Église médiévale au concile de Constance et brûlé sur le bûcher en juillet 1415. Un an plus tard, son ami et collègue Jérôme de Prague (1379-1416) connut la même fin.

Wenceslaus IV of Bohemia
Venceslas IV de Bohême
Acoma (CC BY-SA)

À cette époque, Hus avait acquis un grand nombre de disciples dévoués et ces hussites, comme on les appelait, condamnaient les exécutions et poursuivaient l'œuvre des hommes qu'ils vénéraient désormais comme des martyrs en appelant à des réformes radicales au sein de l'Église. Venceslas IV et la reine Sophia avaient initialement soutenu Hus - Sophia assistait régulièrement à ses offices à la chapelle de Bethléem, escortée parfois par Žižka - mais ils prirent leurs distances une fois qu'il fut condamné et dénoncèrent les troubles sociaux causés par les hussites.

Le 30 juillet 1419, le prêtre hussite Jan Želivský (1380 - 1422) conduisit une procession dans les rues de Prague pour protester contre le refus du conseil municipal de libérer les hussites qu'il avait emprisonnés. Alors que le cortège passait devant l'hôtel de ville, quelqu'un leur jeta des pierres depuis les fenêtres, l'une d'entre elles frappant Želivský, qui mena alors ses partisans dans le bâtiment et attaqua les membres du conseil municipal, les tuant en les jetant par la fenêtre du plus haut étage.

Supprimer la pub

Advertisement

Cet événement, connu sous le nom de première défenestration de Prague, marqua le début des guerres hussites. Selon la légende, Žižka faisait partie du cortège de Želivský, mais cela semble peu probable puisqu'en 1419, des preuves écrites le placent à Pilsen, à une certaine distance de Prague, en compagnie des hussites les plus radicaux connus sous le nom de Taborites. L'une des questions centrales défendues par les hussites était l'utraquisme ("sous les deux formes"), les "deux formes" faisant référence au pain et au vin qui étaient considérés comme le corps et le sang du Christ lors de la célébration de l'Eucharistie.

L'Église catholique exigeait que seul le pain soit donné aux fidèles et que le vin soit réservé au prêtre. Les Hussites affirmaient qu'il s'agissait d'une autre tactique employée par l'Église pour séparer les fidèles de la véritable communion avec Dieu. Le refus de l'Église d'offrir la communion "sous les deux formes" aux laïcs faisait partie, selon eux, d'un programme qui comprenait l'obligation de célébrer la messe en latin (que les laïcs ne comprenaient pas), de ne pas traduire la Bible Vulgate, en langue latine, dans une autre langue et de réciter les prières en latin, afin de maintenir un contrôle strict de l'accès aux Écritures et de l'expérience de la communion avec Dieu entre les mains de l'Église.

Jan Žižka's Army
Armée de Jan Žižka
Unknown Artist (Public Domain)

Ce point, et quelques autres, étaient acceptés par tous les hussites, mais ils différaient suffisamment sur les questions doctrinales pour se séparer en différentes factions. La faction la plus modérée était celle des utraquistes, qui cherchaient à réformer l'Église, et non à s'en séparer, tandis que les taborites (ainsi nommés pour leur base dans la ville de Tábor) étaient plus radicaux et prônaient une séparation complète d'une institution qu'ils jugeaient entièrement corrompue, et ce depuis des siècles. Žižka s'aligna sur les Taborites et lorsque leur chef, Mikuláš de Hus, mourut en décembre 1420, Žižka prit sa place en tant que commandant des forces taborites, mais il était déjà un officier de haut rang en mars de la même année.

Supprimer la pub

Advertisement

Croisade et Sudoměř

Selon la légende, Venceslas IV mourut en 1419 en apprenant la nouvelle de la première défenestration de Prague et Sophia, régente, organisa une armée de mercenaires qu'elle envoya contre les Hussites à Prague, n'accomplissant rien d'autre que la destruction de la moitié de la ville. Le frère de Venceslas IV, Sigismond de Hongrie (1368-1437) demanda et obtint l'autorisation du pape Martin V en 1420 de lancer une croisade en Bohême contre les hussites, ce qui attira d'autres nobles des régions environnantes désireux de gagner les faveurs de l'Église ou de s'enrichir par le pillage en même temps.

Pendant ce temps, les hussites, sous la direction de Žižka, s'organisaient en armée. Le problème est qu'ils avaient peu d'armes, aucune expérience ou formation militaire, et que les factions étaient tout aussi aptes à se battre entre elles que contre leur ennemi commun. Alors qu'elles traversaient les plaines près de Sudoměř, les forces de Žižka, qui comptaient environ 400 hommes (dont des femmes et des enfants), furent découvertes par les croisés de Sigismond, au nombre de 2 000 environ. Ils furent tentés de se rendre mais comprirent que cela ne se terminerait pas bien pour eux et, suivant les ordres de Žižka, se positionnèrent avec leurs chariots dans une zone marécageuse. Les croisés durent mettre pied à terre pour engager le combat, ce qui les plaça sur un pied d'égalité avec les hussites qui déclenchèrent un barrage de feu et de projectiles depuis l'arrière de leurs chariots et remportèrent ainsi la bataille de Sudoměř.

Hussite Wagenburg
Fort de chariot hussite
Unknown Artist (Public Domain)

Žižka réalisa qu'il pouvait transformer la faiblesse apparente de son armée en sa plus grande force. Les fléaux utilisés pour vanner le grain pouvaient aussi être utilisés au combat puisque les paysans savaient déjà les manier et il en était de même pour les pioches, les haches, les fourches et autres outils agricoles. Žižka vainquit de nouveau Sigismond à la bataille de la colline de Vítkov lorsqu'il défendit Prague et, après cela, mit au point ses forts de chariots.

Forts de chariots et autres innovations

Le Wagenburg (fort de chariots) est l'une des plus grandes innovations de Žižka. Il s'agissait de simples chariots de ferme utilisés autrefois pour transporter les récoltes ou le fumier, réaménagés et adaptés pour devenir des fortifications mobiles. Les côtés étaient renforcés par d'épaisses planches de bois (et parfois de métal) avec des fentes permettant aux soldats hussites de tirer à travers. Ils étaient tirés par des chevaux et pouvaient être facilement disposés en carré ou en cercle pour la défense, puis déplacés pour servir de fortifications mobiles en cas d'attaque. Chaque fort était occupé par 20 soldats, hommes et femmes, lourdement armés d'armes prises aux ennemis tombés au combat et de leurs propres outils simples. L'expert Victor Verney commente :

Žižka était véritablement un homme de la Renaissance. Pragmatique, il est l'exemple parfait de la façon dont la nécessité engendre l'innovation. Ses forces paysannes étaient largement supérieures en nombre aux armées catholiques et impériales, mais Žižka adapta les outils de l'agriculture aux outils de guerre, transformant les socs de charrue en épées. Parmi les innovations militaires qui lui sont attribuées ainsi qu'aux hussites, citons [le fort de chariots], des chariots lourdement fortifiés qui formaient un cercle défensif, le houfnice ou obusier, une forme précoce d'artillerie, le pist’ala ou pistolet et le fléau agricole modifié. En tant que leader charismatique, il comprenait le pouvoir de la foi pour inciter les gens à agir. Jan Hus, en disant la vérité aux pouvoirs temporel et ecclésiastique, servit d'exemple à la communauté hussite en général et à Žižka en particulier. Les innovations militaires ne peuvent à elles seules expliquer entièrement le succès des hussites sur leurs adversaires largement supérieurs. (3)

Žižka avait compris que l'une des plus grandes forces de son armée était sa dévotion à Dieu, à la vision de Jan Hus et à lui-même, et il en fit pleinement usage en maintenant l'ordre et la discipline parmi des factions très diverses. Cependant, même un chef aussi charismatique et autoritaire que Žižka ne pouvait empêcher les différentes sectes hussites de se retourner les unes contre les autres lorsqu'elles n'étaient pas engagées dans la lutte contre les forces de Sigismond.

Appel à la royauté et mort

Dans l'espoir d'établir une autorité centrale au-dessus de lui qui pourrait unir les factions et régler d'autres problèmes, Žižka offrIT la monarchie de Bohême au roi Ladislas II de Pologne et, lorsque celui-ci refusa, à son cousin Vytautas qui accepta à condition que les hussites retournent dans l'Église. Žižka refusa et se tourna vers le prince lituanien Sigismond Korybutovic qui accepta mais qui fut ensuite neutralisé par la pression politique de Sigismond de Hongrie et de l'Église.

Statue of Jan Zizka
Statue de Jan Žižka
Ben Skála, Benfoto (CC BY-SA)

Tout en gardant le contrôle de la situation et en menant une guerre fructueuse, Žižka supprima la faction hussite radicale des Adamites et perdit son autre œil au combat lors du siège de Rabí. Bien que complètement aveugle, il mena son armée à la victoire la même année (1421) à la bataille de Kutná Hora où il forma une colonne offensive avec ses chariots de guerre pour briser les lignes de Sigismond. En janvier 1422, Žižka fut à nouveau victorieux à la bataille de Německý Brod où ses ordres d'épargner les survivants furent ignorés. Žižka ordonna à ses soldats de se repentir de leur terrible action et de prier pour le pardon.

Comme d'habitude, après une victoire, les factions hussites se retournèrent les unes contre les autres, ce qui finit par provoquer une guerre civile en 1423. Toujours à la tête des Taborites, Žižka vainquit les Utraquistes qui, par la suite, lui demandèrent de prendre à nouveau la tête de leur mouvement. Dans le but de combattre Sigismond sur son propre terrain, Žižka organisa une invasion de la Hongrie mais mourut de la peste en octobre 1424. Selon la légende, il demanda que sa peau soit enlevée et transformée en tambour afin qu'il puisse continuer à inspirer son armée même dans la mort. Ses soldats furent si affligés par sa disparition qu'ils se considéraient des orphelins.

Conclusion

Le général Prokop le Chauve (également connu sous le nom de Prokop le Grand, c. 1380-1434) lui succéda et poursuivit la guerre pendant les dix années suivantes. Prokop ne réussit pas mieux que Žižka à maintenir l'unité hussite et, finalement, les Utraquistes s'allièrent aux forces de Sigismond et firent face aux Taborites sur le champ de bataille de Lipany le 30 mai 1434. Prokop était un habile tacticien, mais il combattait maintenant une armée qui connaissait ses techniques à la perfection et était capable de les anticiper. Il fut tué dans la bataille et les Taborites furent vaincus et massacrés.

Lors du Concile de Bâle en 1436, les demandes des Utraquistes, une version modifiée des Quatre Articles de Prague proposés 16 ans plus tôt, demandant la liberté de religion, la liberté de célébrer l'eucharistie, l'interdiction pour le clergé de posséder des terres ou d'occuper des postes d'autorité séculière, et la liberté de punir les personnes coupables de péchés mortels, quelle que soit leur classe sociale, furent reconnues par l'Église et les guerres hussites prirent fin. Ces mêmes revendications, formulées en 1420, avaient été rejetées par l'Église comme hérétiques.

La réputation de Žižka fut légendaire tout au long du conflit, et il continua à être respecté, même par ses adversaires, après sa mort. Magnusson et Bongard font état du consensus général des historiens sur Žižka, comme "peut-être la figure la plus remarquable de l'histoire tchèque, un guerrier courageux et vaillant, il était un stratège doué et un tacticien innovant et ingénieux" (Dupuy, 832). Il figure généralement en bonne place sur les listes des plus grandes figures militaires de tous les temps et ses tactiques et ses qualités de chef sont encore étudiées de nos jours comme étant parmi les plus efficaces et les plus inspirantes de toutes les époques.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, novembre 19). Jan Žižka [Jan Žižka]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20234/jan-zizka/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Jan Žižka." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 19, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20234/jan-zizka/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Jan Žižka." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 nov. 2021. Web. 02 oct. 2022.

Adhésion