Jan van Eyck

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2723 / $18000

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 octobre 2020
Disponible dans ces autres langues: anglais, néerlandais, espagnol
X
Man in a Red Turban by Jan van Eyck (by The Yorck Project, Public Domain)
L'homme au turban rouge de Jan van Eyck
The Yorck Project (Public Domain)

Jan van Eyck (1390-1441) était un peintre néerlandais de la Renaissance, célèbre de son vivant pour sa maîtrise de la peinture à l'huile, de la coloration, des scènes naturalistes et son sens du détail. Parmi ses chefs-d'œuvre figurent le Retable de Gand de 1432, également connu sous le nom d'Adoration de l'agneau mystique, et Les époux Arnolfini, un tour de force en matière d'illusions d'optique. Pionnier de l'utilisation de l'huile pour obtenir des effets réalistes, son œuvre influença l'art de la Renaissance, mais surtout les artistes italiens de la seconde moitié du XVe siècle.

Influences précoces et style

Jan van Eyck vit probablement le jour à Maaseik, en Belgique, vers 1390. Sa famille était aristocratique et il est possible qu'il ait eu un frère aîné, Hubert van Eyck (mort en 1426), bien que cette figure reste très mystérieuse dans le monde de l'art (voir ci-dessous le Retable de Gand). Jan van Eyck commença à travailler pour l'évêque de Liège en 1422. Cependant, aucune des premières œuvres de Jan ne peut lui être attribuée avec certitude. Les œuvres sont généralement associées à sa main en raison d'une croyance (qui n'est pas non plus attestée avec certitude) selon laquelle il aurait travaillé comme enlumineur de manuscrits dans sa jeunesse. C'est pour ces raisons stylistiques que Jan van Eyck (et/ou son frère Hubert) sont souvent identifiés comme les créateurs des miniatures du manuscrit enluminé connu sous le nom de Les heures de Turin-Milan.

Supprimer la pub
Publicité

L'œuvre de Robert Campin (1378-1444), actif à Tournai, en Belgique, exerça également une influence précoce. Le réalisme et la luminosité de l'œuvre de van Eyck pourraient bien avoir été inspirés par les peintures de Campin, même si van Eyck l'éclipsa pendant la période de la Renaissance et au-delà. Les dernières œuvres de van Eyck sont plus facilement identifiables et sont souvent signées ou portent l'inscription: "Johannes de Eyck". La devise familiale de l'artiste, "Du mieux possible" ou "As Ich Can"(Als ik kan ou Als Ich Can), qui est peut-être aussi un jeu de mots sur son propre nom, constitue une autre marque de paternité. C'est dans ses dernières œuvres que l'on peut le mieux voir son style de peinture défini et tout à fait unique.

Les œuvres de Jan van Eyck présentent un niveau élevé de détails naturalistes, réalisés à l'aide des pinceaux les plus fins.

Au XVe siècle, la détrempe restait le médium le plus populaire pour les peintures, mais Jan van Eyck allait maîtriser la technique de la peinture à l'huile, l'un des premiers artistes de la Renaissance à le faire, même s'il ne s'agissait pas d'un nouveau médium. Les huiles permettent une plus grande subtilité dans les couleurs et les tons, et elles permettent d'obtenir une réelle profondeur dans une peinture que les panneaux de détrempe ou les murs ornés de fresques ne peuvent égaler. Par conséquent, l'œuvre de van Eyck se caractérise par son haut degré de détails naturalistes, réalisés à l'aide des pinceaux les plus fins. Tout dans ses peintures, de la peau d'un visage aux collines lointaines vues à travers une fenêtre en arrière-plan, est rendu avec des détails minutieux et tout à fait convaincants. Les couleurs brillantes, la texture riche et la finition générale sont d'autres caractéristiques d'Eyck. Une autre caractéristique de l'œuvre de l'artiste est l'utilisation fréquente d'objets quotidiens dans les scènes pour signifier indirectement des idées religieuses. Un coquillage, par exemple, signifiait la résurrection de Jésus-Christ, tandis que l'architecture gothique symbolisait la nouvelle alliance.

Supprimer la pub
Publicité

The Virgin of Chancellor Rolin by Jan van Eyck
La Vierge du chancelier Rolin de Jan van Eyck
Web Gallery of Art (Public Domain)

Un artiste de cour

D'octobre 1424 à 1425, Jan van Eyck fut employé comme miniaturiste par Jean III, duc de Bavière et comte de Hollande (1374-1425), poste qui l'amena à La Haye. L'artiste passa ensuite à une autre cour, celle de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (r. de 1419 à 1467). Non content de passer du temps en France, van Eyck fut envoyé par son employeur au Portugal en 1427, puis en 1428, à chaque fois pour aider le duc à trouver une épouse. C'est à ce titre qu'il peignit la future épouse de Philippe, Isabelle, fille du roi Jean Ier de Portugal (r. de 1385 à 1433).

Bruges et les portraits

Jan van Eyck retourna à Bruges vers 1430, bien qu'il ait continué à travailler par intermittence pour Philippe le Bon jusqu'à la fin de sa carrière. Il s'installa dans la ville, acheta une maison et épousa une jeune fille appelée Margaret en 1431. Bruges était un centre de commerce animé, et les riches marchands qui s'y trouvaient, parmi lesquels de nombreux étrangers, constituaient une bonne source de commandes pour l'artiste. C'est à cette époque qu'il réalisa de nombreux portraits, notamment l'Homme au turban (1433), aujourd'hui conservé à la National Gallery de Londres, la Vierge du chancelier Rolin (vers 1435), aujourd'hui au Louvre à Paris, et La Vierge au chanoine van der Paele (1436), somptueusement colorée, aujourd'hui au Groeningenmuseum de Bruges.

Supprimer la pub
Publicité

Le premier de ces trois tableaux est considéré par certains experts comme un autoportrait. Réalisé en 1433, il montre van Eyck portant un chaperon rouge élaboré, un couvre-chef alors à la mode pour les classes aspirantes. L'œuvre se trouve toujours dans son cadre d'origine. Il est intéressant de noter qu'il s'agit du seul cadre original de van Eyck qui ait été doré. La devise de l'artiste est inscrite en haut du cadre en lettres grecques, tandis qu'une autre, en bas du cadre, cette fois en latin, indique "Jan van Eyck m'a fait, 1433, 21 octobre". L'artiste peignit également un portrait de sa femme Margaret en 1439, aujourd'hui conservé au Groeningenmuseum de Bruges.

Les époux Arnolfini brouille délibérément les frontières entre la peinture fiction et la réalité spatiale.

Le Chancelier Rolin est un portrait de Nicolas Rolin, alors chancelier de Bourgogne, assis en face de la Vierge et du Christ enfant. Rolin est représenté en prière, mais toute la scène symbolise sa richesse dans ce monde, avec ses somptueuses robes et son beau palais. Le tableau témoigne de la maîtrise de van Eyck en matière de lumière et de couleurs, ainsi que de sa passion pour les détails, comme en témoignent les colonnes de la fenêtre et la rivière au-delà, qui mène à des collines encore plus lointaines et brumeuses à l'horizon. L'abondance d'églises dans la ville du côté de la Vierge suggère que ce paysage n'était pas censé être réel, ou du moins pas de cette terre.

Les époux Arnolfini, réalisé à Bruges en 1434, est un double portrait intéressant. Il représente le marchand de tissus Giovanni Arnolfini et son épouse Giovanna Cenami (bien que l'identification ne soit pas certaine). Entre et derrière les deux personnages se trouve un miroir dans lequel nous voyons leurs reflets, une astuce de van Eyck pour donner l'impression que le couple se tient plus près du spectateur. Plus ingénieuse encore est la représentation de deux autres personnes dans le reflet, des personnages qui doivent se tenir là où se trouve le spectateur, ce qui brouille encore plus les lignes entre la peinture fiction et la réalité spatiale. L'artiste signa l'œuvre au-dessus de ce miroir. Le tableau est aujourd'hui exposé à la National Gallery de Londres.

Supprimer la pub
Publicité

Arnolfini Wedding Portrait by Jan van Eyck
Les Époux Arnolfini par Jan van Eyck
National Gallery, London (Public Domain)

Les portraits de Van Eyck, comme ceux d'autres peintres néerlandais, se distinguent par la relation directe établie entre le modèle et le spectateur, et par leur haut degré de réalisme, éléments qui deviendraient la norme en matière de portrait dans toute l'Europe. D'autres caractéristiques très imitées des portraits de van Eyck sont le fait que le sujet soit placé sur un fond sombre et uni et qu'il se tienne debout ou assis en formant un léger angle avec le spectateur. La plus grande contribution de l'artiste à l'art occidental, le retable de la cathédrale de Gand, est toutefois bien plus célèbre que toutes ces œuvres.

Le retable de Gand

Jan van Eyck réalisa le retable L'adoration de l'agneau mystique en 1432. L'œuvre est plus connue sous le nom de Retable de Gand. Il est toutefois difficile d'identifier avec certitude van Eyck comme l'auteur de l'œuvre. En effet, une inscription y figure: "Le peintre Hubert van Eyck, plus grand que quiconque, a commencé [cette œuvre]; et Jan, son frère, second dans l'art, a mené à bien cette tâche. Elle est datée de 1432. L'authenticité de cette inscription, qui est en fait une transcription du XVIe siècle de l'original (potentiel), a été remise en question par certains historiens de l'art et linguistes. D'autres historiens ont accepté l'inscription et ont cherché à identifier quels panneaux peints ont été réalisés par quel frère, bien qu'aucun consensus n'ait été atteint sur ce point non plus. Le problème majeur est qu'il n'existe aucune autre référence à l'implication d'Hubert dans l'œuvre et que les commentaires de personnalités telles qu'Albrecht Dürer (1471-1528), qui vit le retable en personne en 1521, ne mentionnent personne d'autre que Jan van Eyck. Il en va de même pour l'historien Marcus van Vaernewyck lorsqu'il évoqua le retable en 1562. Il semble qu'il y ait bien eu un Hubert van Eyck, puisqu'il apparaît à trois reprises dans les archives municipales de Gand. Toutefois, la datation du bois des panneaux latéraux révèle qu'ils ne peuvent avoir été peints par Hubert, mort en 1426. Comme le résume l'historien de l'art H. L. Kessler, "la question de savoir si ce Hubert van Eyck était lié à Jan et pourquoi, au XVIe siècle, on lui attribuait la majeure partie du retable de Gand reste sans réponse".

The Ghent Altarpiece by Jan van Eyck
Le retable de Gand de Jan van Eyck
Web Gallery of Art (Public Domain)

Le retable à plusieurs panneaux, peint à l'huile sur chêne, peut susciter des débats quant à son auteur, mais les historiens de l'art s'accordent tous à dire qu'il s'agit de l'une des plus grandes œuvres d'art de la Renaissance. Composé de 12 panneaux encadrés et peints sur les deux faces, il devait à l'origine se trouver dans ce qui était alors la chapelle Vijd de l'église Saint-Jean-Baptiste, devenue depuis la cathédrale Saint-Bavon. L'œuvre avait été commandée par Jodocus Vijd, qui apparaît dans le panneau inférieur gauche lorsque l'œuvre est fermée; son épouse, Elizabeth Borluut, apparaît dans le panneau inférieur droit. Les autres panneaux du revers représentent deux prophètes, deux saints, deux sibylles, l'archange Gabriel et la Vierge Marie. C'est toutefois l'autre côté qui comporte les panneaux étoilés.

Supprimer la pub
Publicité

Ouvert, le retable mesure 5,2 x 3,75 mètres. Le panneau central inférieur, qui donne son nom à l'œuvre, montre une foule adorant un agneau, symbole de Jésus-Christ et de son sacrifice lors de la crucifixion. Au-dessus se trouve Dieu, flanqué de la Vierge Marie et de Jean-Baptiste. L'aile gauche des panneaux montre un Adam nu, des anges chanteurs et des chevaliers, tandis que l'aile opposée présente Ève, des joueurs d'orgue et des saints ermites et pèlerins. Le thème principal est peut-être la rédemption de l'humanité.

Les personnages de ces scènes souvent complexes ont une apparence tridimensionnelle réaliste, mais cela est dû à des effets de coloration et d'ombrage ; ils existent en réalité dans un espace tridimensionnel qui est illusoire, car la perspective mathématique dans l'art était alors inconnue dans les Pays-Bas. Les personnages sont dotés de détails hyperréalistes - voir, par exemple, Adam dans le panneau à l'extrême gauche et le mécène en prière de l'œuvre avec son expression anxieuse. Les panneaux sont tous colorés comme des joyaux et simulent des feuilles d'or qui auraient fait briller les scènes dans la pénombre de l'autel de l'église.

Madonna with Canon van der Paele by Jan van Eyck
La Vierge au chanoine Van der Paele par Jan van Eyck
Heritage Brugge (Public Domain)

Le retable fut menacé à de nombreuses reprises, que ce soit par des extrémistes calvinistes au XVIe siècle ou par les troupes allemandes au XXe siècle. Le retable était tellement estimé qu'il fut même mentionné dans le traité de Versailles de 1919 après la Première Guerre mondiale. Le traité contenait une clause selon laquelle l'Allemagne devait restituer le retable au peuple belge. Le retable fut bel et bien restitué, mais il fut de nouveau volé pendant la Seconde Guerre mondiale. Heureusement, le retable fut sauvé de sa cachette dans une mine de sel autrichienne. Dans les années 1940, il fut la première œuvre d'art de la Renaissance à faire l'objet d'une analyse scientifique détaillée. Aujourd'hui, il est de retour dans la cathédrale Saint-Bavon de Gand, mais pas dans sa position d'origine.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Mort et héritage

Van Eyck mourut en 1441 et fut enterré dans l'église Saint-Donatien de Bruges. Célèbre de son vivant, sa légende s'accrut davantage encore grâce à une pléthore d'artistes et de biographes admiratifs. L'habileté de Jan van Eyck à manier la peinture à l'huile était si grande qu'il était extrêmement difficile de l'imiter, même s'il était très admiré dans toute l'Europe. Son œuvre influença des personnalités telles que le peintre flamand Hugo van der Goes (+1482) et Gérard David (c. 1450-c. 1523). Van Eyck fut également étudié par des personnalités comme Albrecht Dürer. Les peintres italiens, en particulier Piero della Francesca (c. 1420-1492), Sandro Botticelli (1445-1510) et Andrea Mantegna (c. 1431-1506) (du moins pour certaines œuvres sur lin), s'intéressèrent vivement aux techniques d'utilisation de l'huile utilisées par van Eyck. En effet, à la fin du XVe siècle, la plupart des grands artistes utilisaient des peintures à l'huile et non plus à la détrempe lorsqu'ils travaillaient sur un chevalet. Ses œuvres étaient également appréciées par les non-artistes et faisaient l'objet d'une collection, les premiers aficionados notables étant Alphonse V d'Aragon, roi d'Aragon et de Naples (+1458), la famille d'Este à Ferrare et les Médicis de Florence.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, octobre 16). Jan van Eyck [Jan van Eyck]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19223/jan-van-eyck/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Jan van Eyck." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 16, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19223/jan-van-eyck/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Jan van Eyck." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 oct. 2020. Web. 17 juil. 2024.

Adhésion