Réforme de Bohême

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 17 novembre 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Matej Hádek as Jan Hus (by Czech Television, Copyright)
Matej Hádek dans le rôle de Jan Hus
Czech Television (Copyright)

La Réforme de Bohême (c. 1380 à c. 1436) fut le premier effort concerté du clergé catholique pour réformer les abus et la corruption de l'Église médiévale. Les ecclésiastiques et les théologiens de Bohême appelèrent à la réforme et, à l'instar des partisans ultérieurs, n'avaient initialement aucune intention de rompre avec l'Église jusqu'au martyre de Jan Hus en 1415.

L'Église de Bohême avait été fondée par l'Église orthodoxe orientale, et non par l'Église de Rome, par les missionnaires (et frères) Saint Cyrille et Méthode en 863. À cette époque, les Églises orientales et occidentales étaient encore unies et coopéraient les unes avec les autres. Après avoir établi le christianisme en Bohême (en République tchèque actuelle), Cyrille et Méthode travaillèrent avec l'Église de Rome pour organiser et administrer les paroisses et, dans le cas de Méthode, pour essayer de naviguer dans le monde d'un clergé catholique jaloux et corrompu.

Supprimer la pub
Publicité

La secte hérétique des Vaudois, fuyant les persécutions en France et en Italie, arriva dans la région au début du 13e siècle et semble avoir influencé le développement des paroisses locales qui constatèrent la différence entre le luxe et l'opulence de l'Église et la simplicité et la pauvreté des hérétiques. Des appels à la réforme furent lancés par un certain nombre de prêtres et de théologiens, notamment Konrad von Waldhausen (+ 1369), Jan Milíč (aussi appelé Milicz von Kremsier, + 1374), Matthias de Janov (aussi appelé Matěj z Janova, +. 1394) et Matthieu de Cracovie (c. 1335-1410). La Bible, disponible uniquement en latin, fut traduite en tchèque vers 1360, permettant à toute personne alphabétisée de la lire et suscitant d'autres questions sur la politique et la pratique de l'Église.

La paix conclue au Concile de Bâle en 1436 accorda à la Bohême la liberté de religion.

Le réformateur le plus célèbre fut Jan Hus (1369-1415), qui fut exécuté par l'Église pour hérésie, tout comme son ami et co-réformateur Jérôme de Prague (1379-1416) un an plus tard. Leur mort, ainsi que les abus continus de l'Église, déclenchèrent les guerres hussites (1419 à 1434 environ) entre les adeptes de la vision de Hus et les loyalistes catholiques. La violence fut combattue par le grand penseur et écrivain hussite Petr Chelčický (c. 1390 à c. 1460), reconnu comme l'une des voix les plus importantes de la Réforme en Bohême.

Supprimer la pub
Publicité

Bien que les catholiques aient remporté le conflit, la paix convenue au concile de Bâle en 1436 accorda à la Bohême la liberté de religion. Les dates généralement données pour la Réforme de Bohême sont considérées comme des approximations. Le mouvement aurait commencé avant 1380 environ (on ne sait pas quand), et bien que la conférence de Bâle puisse être considérée comme la conclusion, d'autres conflits suivirent et ne furent pas résolus avant l'ère de la Réforme protestante (1517-1648) ou plus tard.

Église de Bohême et premiers réformateurs

Cyrille et Méthode sont considérés comme les fondateurs de l'Église de Bohême primitive en raison de la conversion au christianisme du duc Bořivoj Ier de Bohême, qui incita sa famille et la noblesse à suivre son exemple. Cyrille mourut à Rome en 869 et Méthode fut nommé archevêque de Moravie et de Pannonie, régions centrales de la Grande Moravie qui comprenait la Bohême. Des jalousies au sein du clergé conduisirent à l'arrestation de Méthode en 870, au motif qu'il prêchait et célèbrait la messe en langue vernaculaire au lieu du latin. Après trois ans de prison, il fut libéré et traduisit la Bible en langue slave tout en continuant à repousser les attaques de ses confrères, jusqu'à sa mort en 885.

Supprimer la pub
Publicité

Saint Cyril & Saint Methodius
Saint Cyrille et Saint Méthode
Милютин Станислав Викторович (Public Domain)

Les églises orientales et occidentales continuèrent à coopérer, plus ou moins, jusqu'au Grand Schisme de 1054. À cette époque, de soi-disantes hérésies commencèrent à apparaître dans toute l'Europe en réponse à la différence très nette entre la figure et les enseignements de Jésus-Christ et les politiques et les dogmes de l'Église catholique. Vers 1177, le mouvement vaudois fut fondé ou développé de manière significative par Pierre Waldo (c. 1140-1205) de Lyon, en France. Les vaudois prônaient la pauvreté, la simplicité en toutes choses et le service aux autres, tout en condamnant le luxe, les politiques et les dogmes de l'Église. Condamnés et persécutés, ils se réfugièrent en Bohême au XIIIe siècle.

L'influence des vaudois sur le développement de l'Église de Bohême fait encore l'objet de débats. Il est possible que leur influence ait été négligeable, mais cela semble peu probable car les réformateurs ultérieurs reprirent bon nombre de leurs points. Quoi qu'il en soit, comme ces réformateurs étaient lettrés et connaissaient la Bible, il ne serait pas exagéré pour eux de conclure que l'Église qu'ils servaient avait peu en commun avec la vie et la vision de Jésus-Christ et de ses disciples, ou de Saint Paul et du christianisme primitif décrit dans le livre biblique des Actes des Apôtres.

Matthias de Janov soutenait qu'il y avait un christianisme idéal exprimé par le Christ et ses apôtres et un faux christianisme exprimé dans l'Église.

Konrad von Waldhausen dénonça avec force la corruption de l'Église et appela à la réforme, mais il fut ignoré. Jan Milíč, qui parlait couramment le tchèque et l'allemand, était un prédicateur si populaire qu'il officiait jusqu'à cinq fois par jour et attirait des foules si nombreuses dans l'église Notre dame de Tyn de Prague qu'il devait souvent prêcher sur la place publique. Il affirmait que la fin des temps était proche et que l'antéchrist était déjà parmi eux, incarné par le pape.

Supprimer la pub
Publicité

Milíč fut arrêté lorsqu'il se rendit à Rome pour annoncer cette nouvelle en personne, mais il était si populaire (et également admiré par le roi de Bohême et empereur du Saint-Empire romain germanique Charles IV, r. de 1355 à 1378) qu'il fut relâché. Il rentra chez lui et créa une école de prédicateurs chargés de diffuser sa vision d'un christianisme plus simple, fondé sur la Bible. Il fut convoqué par le pape pour retourner à Rome et y être jugé pour hérésie, mais il mourut avant la date prévue de sa comparution. Matthieu de Cracovie, professeur de théologie à l'université de Prague, était la figure centrale d'une délégation adressée au pape Urbain VI en 1382 pour réclamer des réformes, mais ses suggestions restèrent lettre morte, comme l'avaient été les tentatives précédentes.

Matthias de Janova fut l'auteur le plus prolifique de ces quatre premiers réformateurs. Il fut le premier à développer le concept d'une vraie et d'une fausse Église, peut-être dérivé des travaux du réformateur anglais John Wycliffe (1330-1384) ou, comme pour Wycliffe, des écrits de saint Augustin d'Hippone. Matthias de Janova soutenait qu'il existait un christianisme idéal exprimé par le Christ et ses apôtres et un faux christianisme exprimé par l'Église dont le pape était l'antéchrist dont le livre biblique de l'Apocalypse nous mettait en garde. On ne sait pas exactement à quel point ces quatre théologiens influencèrent Jan Hus, mais une fois qu'il eut lu les œuvres de Wycliffe, il développa nombre de leurs revendications en appelant à la réforme.

Jan Hus

Jan Hus fut la figure centrale de la Réforme en Bohême, car c'est son martyre en 1415 qui radicalisa le mouvement et conduisit directement aux guerres hussites. Hus vit le jour dans la classe paysanne et apprit les Écritures à un jeune âge grâce à sa mère qui lui lisait la Bible de Bohême et l'encourageait à entrer dans la prêtrise pour une vie meilleure. Il obtint sa maîtrise en 1396, enseigna à l'université de Prague en 1398 et fut nommé prêtre de la chapelle de Bethléem en 1402. La chapelle de Bethléem avait été fondée en 1391 à la condition que les offices y soient célébrés en tchèque, une condition qui influencerait le ministère de Hus.

Supprimer la pub
Publicité

Portrait of Jan Hus
Portrait de Jan Hus
Christoffel van Sichem I (Copyright)

La même année, son ami Jérôme de Prague lui fit découvrir les œuvres de John Wycliffe. Jérôme avait étudié à Oxford - où Wycliffe avait été professeur - et avait copié un certain nombre de ses œuvres. Hus réagit immédiatement à la condamnation par Wycliffe des politiques de l'Église telles que la simonie (vendre ou donner des charges ecclésiastiques à des membres de la famille et à des amis qui n'étaient souvent pas qualifiés) et la vente d'indulgences, des brefs qui étaient censés raccourcir le temps d'une personne, ou d'un être cher, au purgatoire, entre autres. La chapelle de Bethléem pouvait accueillir plus de 3 000 fidèles, et Hus y prêchait deux sermons chaque dimanche, formulant en langue vernaculaire ses critiques de l'Église et celles de Wycliffe. Comme il était un prédicateur très populaire, ses opinions furent rapidement diffusées par son auditoire et par ses œuvres, qui furent imprimées en tchèque, en utilisant la technique de la gravure sur bois, et distribuées.

En 1414, Hus fut convoqué au concile de Constance pour expliquer ses "erreurs". Sigismond de Hongrie (1368-1437) lui accorda un sauf-conduit. À son arrivée, et avant que le concile ne se réunisse, il commença à prêcher à Constance et fut arrêté par les autorités ecclésiastiques qui affirmèrent que cela constituait une violation de l'ordre de passage. Il fut emprisonné, sommé à plusieurs reprises de se rétracter et finalement condamné et brûlé sur le bûcher comme hérétique le 6 juillet 1415. Jérôme de Prague, qui défendait ses opinions, connut la même fin un an plus tard.

Rébellion hussite et les Quatre articles de Prague

L'une des politiques de l'Église que Hus avait contestée était la pratique des prêtres, lors de la célébration de l'eucharistie, de ne donner que le pain aux laïcs et de se réserver le vin. Hus prônait la pratique de l'utraquisme ("sous les deux espèces"), ce qui signifiait que le pain et le vin étaient offerts à tous les catholiques en règle pendant la messe. Le débat sur l'utraquisme serait à l'origine de la rébellion hussite qui suivrait l'exécution de Hus. Le spécialiste John Bossy note:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les hussites [...] défendaient le salut collectif du peuple tchèque par une répression publique du péché et une culture plus intense de l'eucharistie, qui a finalement pris la forme d'une communion universelle dans les deux genres (utraeque specie). Connus pour cette raison sous le nom d'utraquistes, ils étaient à peu près aussi radicaux que Jeanne d'Arc, et leur colonne vertébrale était une noblesse pieuse. (81)

On ne sait pas exactement à quel point la noblesse était pieuse, mais elle comprenait que tout coup porté au pouvoir et à l'autorité de l'Église était une bonne nouvelle pour elle. L'Église détenait des titres de propriété sur de nombreuses terres rentables à travers l'Europe qui ne pouvaient pas être taxées, et si un défi au pouvoir ecclésiastique pouvait être prouvé comme offrant le même espoir de salut que l'Église, cela signifierait plus de pouvoir et de profit pour la noblesse. La révolte religieuse se transforma donc également en un mouvement politique qui cherchait toujours à remédier aux abus de la hiérarchie ecclésiastique.

Jan Hus Being Burnt at the Stake
Jan Hus est brûlé sur le bûcher
Fb78 (Public Domain)

Les hussites formulèrent leur vision dans les Quatre articles de Prague:

  • Liberté de prêcher la parole de Dieu à partir des Ecritures
  • Liberté du calice dans la communion (utraquisme)
  • Interdiction pour le clergé de posséder de grandes propriétés ou d'occuper des postes d'autorité séculière
  • Punition des péchés mortels indépendamment de la position sociale.
Le contrôle clérical de l'eucharistie en vint à symboliser les politiques répressives de l'Église dans tous les autres domaines.

L'utraquisme devint un point de ralliement central pour les Hussites, car la pratique traditionnelle du clergé consistant à tenir le vin - considéré comme le sang du Christ - à l'écart des laïcs incarnait la politique de l'Église consistant à séparer les fidèles des enseignements essentiels et de la signification du ministère du Christ. La messe était dite en latin, les prières étaient enseignées en latin, la Bible était lue aux fidèles en latin, que très peu de laïcs comprenaient. Le contrôle clérical de l'eucharistie en vint à symboliser les politiques répressives de l'Église dans tous les autres domaines, propulsant l'utraquisme au centre de la rébellion qui déclencha les guerres hussites en 1519. Leur symbole, inscrit sur les étendards, les boucliers et ailleurs, était le calice.

Le conflit commença après l'événement connu sous le nom de Première défenestration de Prague, le 30 juillet 1419, lorsqu'un groupe de hussites, furieux du refus des autorités catholiques de livrer les captifs hussites, jeta sept membres du conseil municipal par les hautes fenêtres de l'hôtel de ville; tous les sept mururent dans leur chute. La nouvelle de leur mort brisa rapidement toute illusion de sécurité ou de confort en Bohême, car les hussites saccagèrent alors les établissements catholiques et les loyalistes catholiques attaquèrent les hussites. Le spécialiste Howard Louthan écrit:

Bien qu'il soit difficile, voire impossible, de déterminer des chiffres précis, il est clair que la majorité du royaume [de Bohême] a fait défection vers l'utraquisme... La gestion des affaires quotidiennes dans les églises était compliquée. Les guerres hussites avaient presque entièrement détruit l'infrastructure ecclésiastique du royaume. Presque tous les biens ecclésiastiques avaient été sécularisés et la plupart des monastères démolis ou fermés. (Rublack, 133)

Sigismond de Hongrie avait reçu l'autorisation du pape de lancer une croisade pour écraser les hussites hérétiques, ce qui signifiait la destruction de nombreuses villes, villages et cités alors que la région entrait en éruption. Les morts civiles étaient fréquentes car, dans un conflit religieux, quiconque n'était pas du côté de l'armée en approche était considéré comme un ennemi. Par conséquent, le nombre de victimes fut élevé, qu'il s'agisse de combattants ou de non-combattants, et de nombreuses personnes moururent de faim ou de froid après la destruction des récoltes et des maisons.

Religions in Europe in the 16th Century
Religions dans l’Europe du XVIe siècle
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Jan Žižka & Petr Chelčický

Le général hussite Jan Žižka (c. 1360-1424) et le philosophe religieux hussite Petr Chelčický étaient deux hommes qui, dans le même camp, se trouvaient aux antipodes l'un de l'autre pendant le conflit. Bien que les opposants à l'Église soient régulièrement désignés sous le nom de hussites, il s'agissait en réalité d'un groupe diversifié comprenant plusieurs factions, dont les taborites (centrés à Tábor, en Bohême) qui associaient la vision de Hus à celle de Jan Milíč et prêchaient une théologie de la fin des temps tout en adhérant au modèle du christianisme communautaire primitif tel qu'il est dépeint dans la Bible. Jan Žižka de Trocnov était initialement un mercenaire qui avait déjà combattu dans un certain nombre de campagnes et avait pris le contrôle des forces taborites contre la croisade de Sigismond.

Žižka avait déjà prouvé ses talents de guerrier lors de la bataille de Grunwald, le 15 juillet 1410, qui avait anéanti la puissance des chevaliers teutoniques, mais il dirigea ensuite avec succès les forces hussites contre la croisade de Sigismond. Il fut le premier à utiliser la poudre à canon dans les batailles, ainsi que les forts de chariots dans les tactiques défensives et offensives. Bien qu'il ait perdu un œil au début de la bataille, et l'autre plus tard, même aveugle, il était un meilleur général que n'importe lequel de ses adversaires et était invaincu au moment de sa mort, due à la peste, en 1424.

Jan Žižka's Army
Armée de Jan Žižka
Unknown Artist (Public Domain)

À l'autre extrémité du spectre hussite, Petr Chelčický prônait la non-violence et l'adhésion à l'admonition du Christ d'aimer ses ennemis et de prier pour eux. Le point de vue de Chelčický influencerait l'Union des Frères, un important mouvement réformateur pendant les guerres hussites et par la suite. Louthan commente:

On sait peu de choses sur le parcours personnel de Chelčický. De condition modeste, c'était un laïc du sud de la Bohême qui, bien qu'entretenant des relations amicales avec de nombreux taborites, vivait à l'écart de ces derniers. Il critiquait leur recours à l'Ancien Testament, qui appelait à la juste vengeance et au jugement. Chelčický pensait que le Nouveau Testament avait perfectionné son prédécesseur de qualité inférieure. S'appuyant sur le Sermon sur la Montagne, il appelait les chrétiens à accepter la véritable loi du Christ, à renoncer à toute prétention au pouvoir et à refuser de prêter serment et de porter les armes. (135)

Žižka prouva que les forces hussites, principalement composées de fermiers et d'ouvriers avec peu ou pas d'expérience militaire, étaient égales aux forces aguerries des loyalistes catholiques, tandis que Chelčický, qui dénonçait la violence de Žižka, fournit la base spirituelle et philosophique de la cause hussite pour aller de l'avant.

Conclusion

Les guerres hussites firent plus de victimes parmi la population de Bohême car, une fois que Žižka eut vaincu les forces catholiques, les différentes factions hussites se retournèrent les unes contre les autres. Bien que les sectes hussites aient pu s'entendre sur les problèmes qu'elles rencontraient avec l'Église catholique, elle ne pouvaient parvenir à un véritable consensus entre elles. Lors de la bataille de Lipany en 1434, les hussites modérés (les utraquistes) s'allièrent aux loyalistes catholiques de Sigismond pour vaincre les hussites plus radicaux (les taborites) et mettre fin au conflit.

Lors du concile de Bâle en 1436, les représentants de l'Église reconnurent les Quatre articles de Prague (bien que la papauté s'y soit refusée). Les utraquistes se virent accorder la liberté d'organiser leur église et de conduire les services comme ils l'entendaient, y compris, bien sûr, d'offrir le pain et le vin aux laïcs lors de la célébration de l'eucharistie. Bien qu'ils se soient établis en tant que confession chrétienne indépendante, ils continuèrent à se référer à l'Église catholique pour la validation et modelèrent même leur propre hiérarchie ecclésiastique sur celle de l'Église dont ils s'étaient libérés par la lutte.

L'Église utraquiste de Bohême élut son propre archevêque et établit sa propre hiérarchie, élevant même Jan Hus au rang de saint et reconnaissant ceux qui étaient morts pour la cause en tant que saints martyrs, tout comme l'avait fait l'Église catholique primitive. Après la Réforme allemande de Martin Luther et la Réforme protestante plus large qui suivit, les utraquistes furent plus largement reconnus et intégrés. Aujourd'hui, leurs croyances inspirent les principes de l'Église moravienne, l'une des plus anciennes des nombreuses dénominations du christianisme protestant.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, novembre 17). Réforme de Bohême [Bohemian Reformation]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20221/reforme-de-boheme/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Réforme de Bohême." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 17, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20221/reforme-de-boheme/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Réforme de Bohême." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 nov. 2021. Web. 27 mai 2024.

Adhésion