Saint Cyrille

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 novembre 2017
Disponible dans ces autres langues: anglais, serbe, Turc, ukrainien
X
Saint Cyril & Saint Methodius (by Милютин Станислав Викторович, Public Domain)
Saint Cyrille et Saint Méthode
Милютин Станислав Викторович (Public Domain)

Saint Cyrille (alias Kyrillos ou Constantin le Philosophe, mort en 867) était un linguiste, enseignant, érudit et missionnaire byzantin qui prêcha le christianisme aux Slaves de Moravie avec son frère Méthode au cours du IXe siècle. Il créa l'alphabet glagolitique, précurseur de l'alphabet cyrillique qui porte son nom, et fit beaucoup pour diffuser la religion, l'art et la culture de l'empire byzantin en Europe centrale.

Origines

Cyrille est le nom monastique que le saint choisit vers la fin de sa vie, mais il était né Constantin, fils d'un officier militaire du nom de Léo en poste à Thessalonique ; sa mère était peut-être slave. Linguiste de talent dès son plus jeune âge, il fut envoyé à Constantinople pour parfaire son éducation et étudier des langues comme le syriaque et l'hébreu. Pris en charge par l'eunuque Theoktistos, Cyrille fut ordonné prêtre et travailla comme fonctionnaire à l'église Sainte-Sophie où il développa une relation étroite avec le patriarche de Constantinople, l'évêque Photios. Le brillant érudit devint rapidement le bibliothécaire de l'évêque. Cyrille devint professeur de philosophie à l'université Magnaura de Constantinople où il gagna l'épithète de "Constantin le philosophe".

Supprimer la pub
Publicité

Cyrille fut ensuite envoyé en mission diplomatique, la première à la cour musulmane de Samarra et la seconde chez les Khazars, une tribu turque du Caucase, vers l'an 860. Selon la biographie de Cyrille datant du IXe siècle, attribuée à l'un de ses disciples, le moine érudit était enthousiaste à l'idée de pouvoir diffuser l'Évangile :

Si vous l'ordonnez, seigneur, pour une telle mission, j'irai volontiers à pied et sans chaussures, dépourvu de tout ce que le Seigneur a interdit à ses disciples d'apporter'. L'empereur répondit : "Bien parlé, si tu faisais cela [tout seul] ! Mais n'oubliez pas le pouvoir et l'honneur impériaux, et partez honorablement et avec l'aide de l'empereur.

Vie de Constantin (in Shepard, 315)

Cyrille, pour faciliter sa prédication aux Slaves, inventa l'écriture glagolitique qui utilisait quelques lettres de l'hébreu et du grec.

Le voyage, s'il avait pour but de convertir les Khazars au christianisme, se solda malheureusement par un échec puisque les Byzantins ne réussirent à baptiser qu'environ 200 d'entre eux. L'État khazar finit par adopter le judaïsme à la place. Cyrille rapporta cependant des souvenirs qui auraient été les reliques de l'évêque de Rome exilé au Ier siècle de notre ère, saint Clément. Ses ambitions ne furent en rien freinées non plus puisqu'il partit de son propre chef en Crimée pour diffuser son message au peuple païen de Phoulloi. Il est probable que Cyrille n'était pas plus populaire là-bas, surtout lorsqu'il abattit leur chêne sacré.

Supprimer la pub
Publicité

Mission en Moravie

Cyril fut ensuite choisi par l'empereur byzantin Michel III (r. de 842 à 867) pour une mission en Moravie (la République tchèque et la Slovaquie modernes) afin de répandre la foi chrétienne. Sa capacité à parler le slave était sans doute un point en sa faveur, et elle lui serait certainement utile. Le prince Rastislav (r. de 846 à 870), désireux d'établir sa propre église indépendante en utilisant la langue slave et de repousser l'Empire franc, avait demandé une telle mission et Michel, heureux de rendre service, envoya Cyrille et son frère aîné Méthode en 863, bien qu'aucun d'eux n'ait occupé de fonction ecclésiastique à l'époque. Michel était probablement encouragé par Photios, l'évêque de Constantinople, désireux de suivre le rythme de son grand rival religieux, le pape de Rome, qui venait lui-même d'envoyer des missionnaires francs dans la région. En effet, bien que Cyrille et Méthode aient acquis la réputation d'"Apôtres des Slaves", ils n'étaient en aucun cas les premiers missionnaires chrétiens auprès de ce peuple.

Glagolitic Script
Écriture glagolitique
Neoneo13 (Public Domain)

Cyrille, pour faciliter sa prédication aux Slaves, inventa, avec l'aide de Méthode, l'écriture glagolitique qui utilisait certaines lettres de l'écriture cursive hébraïque et grecque pour capturer avec précision les sons uniques de la langue slave. Les frères avaient créé cette écriture avant même de quitter leur pays (la langue slave n'ayant pas de forme écrite auparavant) et l'utilisèrent pour faire des traductions de la liturgie de l'évêque de Constantinople de 398 à 404 de notre ère), des Psaumes de l'Ancien Testament et des Évangiles du Nouveau Testament.

Supprimer la pub
Publicité

Comment se fait-il que vous enseigniez et que vous ayez créé des lettres pour les Slaves que personne n'avait trouvées auparavant ?

Méthode demande à Cyrille, Vie de Constantin (in Herrin, 131)

Bien qu'il ait réussi à créer de nombreuses nouvelles églises, malheureusement pour Cyrille, les évêques francs de Moravie, qui défendaient la moitié occidentale rivale de l'Église chrétienne, s'opposèrent à chaque étape de son travail missionnaire. Le clergé conservateur s'opposait également à la tenue de services religieux (ou même à la diffusion de littérature religieuse) dans toute langue autre que le trio traditionnel latin, grec et hébreu. Les moines francs continuaient à célébrer leurs offices en latin devant des congrégations slaves qui ne comprenaient pas un mot de ce qui se passait. Cyrille et Méthode, quant à eux, célébraient leur office en slave et, pour recevoir la bénédiction du pape Adrien II, ils célébraient la messe d'abord en latin, puis en slave.

Cyrille lui-même insiste sur l'importance d'utiliser les langues locales pour communiquer le message de Dieu :

Nous connaissons de nombreux peuples qui possèdent l'écriture, et rendent gloire à Dieu, chacun dans sa propre langue. Il s'agit bien évidemment des Arméniens, des Perses, des Abkhazes, des Ibères, des Sogdiens, des Goths, des Avars, des Turcs, des Khazars, des Arabes, des Égyptiens et de bien d'autres encore... La pluie de Dieu ne tombe-t-elle pas également sur tous ? Et le soleil ne brille-t-il pas aussi sur tous ? Vie de Constantin (in Herrin, 133)

Mort et héritage

Cyrille mourut à Rome en 867 alors qu'il était en mission pour obtenir le soutien du pape pour son travail en Europe centrale et pour faire ordonner certains de ses disciples slaves. Le voyageur présenta tout d'abord les reliques de saint Clément au nouveau pape, Hadrien II. Les Moraves furent ensuite ordonnés et les écritures slaves données à l'église de Santa Maria ad Praesepe. Cyrille fut enterré dans le sanctuaire de San Clemente dans la ville.

L'œuvre du défunt missionnaire fut poursuivie en Moravie par Méthode qui inventa l'alphabet cyrillique (bien qu'il ait pu être créé par son disciple Clément d'Ohrid). Cette nouvelle écriture, nommée en l'honneur de Cyrille, était dérivée de l'alphabet grec et était plus simple que le glagolitique, plutôt complexe. Une biographie de Cyrille fut écrite peu après sa mort, probablement par son disciple et collègue évangéliste des Slaves, Clément d'Ohrid. L'alphabet cyrillique allait lui-même inspirer l'écriture utilisée en russe, bulgare, serbe et macédonien.

Supprimer la pub
Publicité

En fin de compte, les Moraves, sous la pression des Francs, rejetèrent l'église byzantine en faveur de l'église occidentale. Un souverain moins favorable avait succédé à Rastislav, et Méthode et ses disciples furent expulsés de Moravie en 885. Néanmoins, l'expérience acquise par les missionnaires et leur bibliothèque de textes traduits furent mises à profit dans leur prochaine escale, la Bulgarie, où l'on parlait également le slave. Michel III fit valoir la domination politique et religieuse de Byzance en rassemblant une armée menaçante à la frontière de la Bulgarie. Le souverain bulgare Boris fut ainsi persuadé de favoriser les Byzantins et il se rendit à Constantinople en 864 pour être baptisé à Sainte-Sophie par l'empereur en personne.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, novembre 23). Saint Cyrille [Saint Cyril]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16547/saint-cyrille/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Saint Cyrille." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 23, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16547/saint-cyrille/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Saint Cyrille." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 nov. 2017. Web. 26 mai 2024.

Adhésion