Révolte des paysans

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 janvier 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, afrikaans, espagnol
Richard II & the Peasants' Revolt (by Unknown Artist, Public Domain)
Richard II et la révolte des paysans
Unknown Artist (Public Domain)

La révolte des paysans, aussi connue sous le nom de Grande Révolte, fut un soulèvement populaire en Angleterre en juin 1381 EC. Les meneurs de la rébellion, dont Wat Tyler, ne voulaient pas renverser le roi Richard II d'Angleterre (r. 1377-1399 EC), mais ils réclamaient des changements sociaux massifs, notamment la suppression de l'impôt de capitation, l'abolition du plafonnement des salaires, la redistribution des richesses de l'Église et l'abolition totale du servage. La révolte, qui ne dura que quatre semaines, fut réprimée par Richard, d'abord par la négociation, puis par l'impitoyable persécution de ses meneurs. Les conséquences de la révolte furent donc limitées, mais l'impôt de capitation fut abandonné, les restrictions sur les salaires du travail ne furent pas strictement appliquées et les paysans continuèrent progressivement à se libérer du servage et à devenir des agriculteurs indépendants.

Causes de la révolte

La révolte paysanne de juin 1381 EC fut le soulèvement populaire le plus tristement célèbre du Moyen Age et elle fut causée par un mécontentement latent en Angleterre qui remontait jusqu'au milieu du règne d'Édouard III d'Angleterre (r. 1327-1377 EC) et par l'arrivée de la peste de la mort noire en 1348 EC. Mais c'est le successeur d'Édouard, Richard II d'Angleterre, qui dut faire face au chaos lorsque le mécontentement généralisé se transforma en rébellion totale.

Supprimer la pub

Advertisement

Les principales causes de la révolte des paysans étaient :

  • un nouvel impôt local pour tous les paysans quels que soient leur revenus (la troisième taxe de ce type depuis 1377 EC).
  • la limite prévue par la loi sur les salaires après l'augmentation spectaculaire des coûts de main-d'œuvre à la suite de la peste de la mort noire.
  • des propriétaires sans scrupules essayant de transformer des ouvriers libres en serfs (alias vilains) pour économiser de l'argent sur les salaires.
  • un sentiment général d'exploitation par les autorités locales en période de déclin économique.

La taxe de capitation de trois groats (équivalant à quelques jours de travail) s'appliquait à toute personne âgée de plus de 15 ans (seuls les mendiants étaient exonérés) et, contrairement à d'autres impôts, elle ne tenait pas compte de la capacité d'une personne à la payer. Pour empirer les choses, cette troisième taxe locale était trois fois plus élevée que les deux précédentes. La paysannerie avait été bien habituée aux impôts, Édouard III en avait imposé 27 pendant son règne, en grande partie pour payer ses campagnes militaires extrêmement coûteuses contre les Français pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453 EC). Richard avait également besoin d'argent pour poursuivre la guerre avec la France dont les navires pirates sévissaient dans la Manche, mais maintenant les gens en avaient finalement assez. Il y avait aussi d'autres problèmes.

Supprimer la pub

Advertisement

March, Les Très Riches Heures
Mars, Les Très Riches Heures
Limbourg Brothers (Public Domain)

Le coût de la main-d'œuvre avait augmenté de façon spectaculaire à la suite d'une pénurie après la mort noire en 1348 EC, ce qui signifiait que de nombreux serfs pouvaient maintenant facturer leur travail. Édouard III avait imposé des lois limitant le montant qu'un ouvrier pouvait gagner chaque jour, et il y avait des sanctions strictes pour ceux qui ne s'y conformaient pas. De nombreux propriétaires tentèrent de contourner le problème en faisant en sorte que leurs ouvriers redeviennent des serfs, économisant ainsi sur leur salaire. Cependant, l'idée que l'on ne naissait pas nécessairement dans une vie de servitude envers une autre était difficile à réprimer, et les gens savaient bien que de grands propriétaires fonciers, des avocats et des fonctionnaires étaient de mèche dans un système qui maintenait les pauvres à leur place pendant qu'eux en tirait tous les bénéfices. Il y avait même une rime qui exprimait le mécontentement des roturiers à ne pas être traité de la même manière que les propriétaires fonciers :

Quand Adam creusait, et qu'Eve filait,

Qui était alors le chevalier?

Les croyances chrétiennes étaient donc utilisées pour étayer l'idée que tous les hommes étaient égaux, ou du moins méritaient d'être traités avec respect. Inversement, l'Église médiévale, en tant qu'institution, était considérée responsable de nombreux des maux de la société. Beaucoup de gens croyaient que les responsables et les institutions de l'Église, en particulier les grandes abbayes, n'avaient pas été très accommodants lorsque la mort noire avait frappé et qu'ils étaient tout aussi avides dans la collecte de leurs taxes et de la dîme que tout autre type de propriétaire foncier.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La Mort Noire avait tué entre 30 et 50 % de la population dans les zones qu'elle avait frappées, ce qui signifiait que certains paysans avaient pu acheter leur propre petit lopin de terre à la ferme alors que les prix des terres chutaient et qu'il n'y avait pas assez de gens pour les travailler. Ces paysans fonciers s'appelaient des yeomen. De plus, la chute drastique de la population toucha de plein fouet les petites entreprises et les artisans au fur et à mesure que leurs clients s'évaporaient. Ces développements peuvent expliquer pourquoi c'est dans les régions les plus riches du royaume que la révolte éclata - l'Est-Anglie et le Kent - et pourquoi il s'agissait d'un phénomène qui ne se limitait pas à la campagne.

The Plague by Arnold Bocklin
La Peste par Arnold Bocklin
Arnold Böcklin (Public Domain)

La violence éclate

Le soulèvement commença alors en mai-juin 1381 EC dans le sud-est de l'Angleterre, où les inspecteurs des impôts royaux enquêtaient sur les causes d'une forte diminution des déclarations d'impôt. Ces inspecteurs rencontrèrent alors une forte opposition à leur demande de paiement de la taxe locale que le Parlement avait votée en novembre 1380 EC. Des fonctionnaires et des shérifs furent enlevés et assassinés. Des bandes de rebelles parcoururent la campagne à cheval, incendiant des manoirs et détruisant leurs archives - un signe clair de la volonté des paysans de renverser le manorialisme. Les archives publiques de Maidstone, de Rochester et de Canterbury partirent en fumée. Les meneurs semblaient être des petits paysans plus aisés et incluaient dans leur nombre des curés et des membes de forces de l'ordre locales. Ce n'était pas une révolte des indigents, mais une révolte des personnes qui avaient quelque chose à perdre. La Couronne envoya des hommes d'armes pour régler les problèmes, mais ceux-ci étaient trop peu nombreux et bon nombre d'entre eux furent tués.

Deux leaders en particulier prirent de l'importance: Wat Tyler de Maidstone et le prêtre démagogue John Ball.

Deux leaders, en particulier, prirent de l'importance. Wat Tyler de Maidstone, peut-être un ancien soldat, mais des détails probants font défaut, et le prêtre démagogue John Ball, qui cherchait radicalement à rendre la société plus égalitaire. Ball avait déjà vu l'intérieur d'une prison à plusieurs reprises pour sa prédication extrême. Le chroniqueur médiéval Jean Froissart (c. 1337 — c.1405 EC) signale que Ball nota avec frustration que :

Supprimer la pub

Advertisement

[ Les seigneurs] sont revêtus de velours et de poils de chameau doublés d'écureuil et d'hermine, tandis que nous allons vêtus de tissu grossier. Ils ont les vins, les épices et le bon pain; nous avons le seigle, les cosses et la paille, et nous buvons de l'eau. Ils ont un abri et la belle vie dans leurs belles maisons, et nous avons la vie dure et le labeur, le vent et la pluie dans les champs. Et de nous doivent venir, de notre travail, les choses qui les maintiennent dans le luxe. (cité dans Gies, 198)

Par conséquent, avec des leaders, de véritables griefs et un cadre idéologique pour justifier leurs actions, les troubles se transformèrent en une rébellion à grande échelle avec une seule mission: affronter le roi et faire changer les choses. Il est important de noter, cependant, que les rebelles ne voulaient pas renverser le roi et que leurs membres avaient même prêté serment de loyauté envers "le roi Richard et les vrais députés". Les rebelles marchèrent sur Londres le 11 juin - causant beaucoup de ravages sur leur chemin - où ils furent rejoints par des citadins tout aussi mécontents, illustrant que la révolte n'était pas seulement celle des ouvriers agricoles féodaux. À Londres, il y avait depuis fort longtemps des rivalités entre les riches et les pauvres, les factions de l'Église, les guildes médiévales, les marchands indigènes et étrangers, les apprentis et leurs maîtres, et toutes ces divisions furent élargies par la révolte. Certains chroniqueurs remarquèrent que les rebelles comptaient maintenant plus de 60 000 personnes, et tout cela pendant que l'armée du roi était en Écosse.

Les revendications des paysans

Quand la foule arriva à Londres le 13 juin, ils continuèrent à voler, à piller et à assassiner. Les avocats, les étrangers et les petits fonctionnaires de la Couronne ne furent que quelques-uns des groupes visés, car de vieilles rancunes donnèrent lieu à des actes de vengeance aveugle. Les prisonniers furent libérés tandis que ceux qui étaient présumés coupables de crimes étaient pendus par des tribunaux populaires. Une foule brûla l'hôtel de Savoie et assassina qui elle voulait.

Bien qu'ayant seulement 14 ans, le roi Richard sortit de la sécurité de la Tour de Londres et promit courageusement de rencontrer les chefs de la protestation au Mile End, un champ à la périphérie de Londres. C'est là que Richard écouta leurs revendications et promit de répondre à toutes les exigences, d'émettre des chartes en conséquence et même de permettre à Tyler d'obtenir justice sur toute personne qu'il jugeait digne de punition. Tyler ordonna alors rapidement l'assaut de la Tour de Londres et fit en sorte que le chancelier détesté, Mgr Simon de Sudbury, fut décapité à Tower Hill. Une autre journée de pillage, de meurtre et de chaos s'ensuivit dans la capitale. Pendant ce temps, le roi apprit que les émeutes s'étaient propagées jusqu'à York et qu'il y avait, ou qu'il y aurait, des ennuis dans les comtés du Cambridgeshire, Herefordshire, Suffolk et Norfolk.

Supprimer la pub

Advertisement

Pour mettre fin au chaos Richard exigea une fois de plus de rencontrer les chefs rebelles, cette fois à Smithfield en dehors de Londres le 15 juin pour entendre à nouveau leurs griefs. Il veilla également à ce que les troupes fussent mises en alerte en cas de bataille.

Les participants à la révolte paysanne exigèrent les changements suivants :

  • l' abolition totale du servage
  • une abrogation des lois du travail limitant les augmentations salariales introduites après la mort noire
  • droits de pêche et de chasse gratuits pour tous
  • plus de participation des paysans à l'administration locale
  • la Couronne devrait être la seule autorité dans les comtés, et non les seigneurs locaux
  • la redistribution des richesses de l'Église, en particulier des grandes abbayes

Ces exigences étaient franchement ridicules pour cette période, mais elles avaient au moins un certain fondement dans la réalité. Le servage avait déjà été éradiqué presque partout, mais il restait quelques zones du pays où la pratique se poursuivait encore. De même, la redistribution des richesses de l'Église était une idée défendue par le théologien John Wycliffe (c. 1325-1384 EC), l'un des leaders du mouvement dont les disciples devinrent connus sous le nom de «Lollards». Le mouvement de «Lollardy», qui tire peut-être son nom du mot latin pour «prière» (ou le terme péjoratif néerlandais pour «marmonner»), soulignait que tout le monde pouvait prier en privé, idée qui menaçait le monopole de l'Église et de ses personnes nommées comme pont entre l'humanité et Dieu. Wycliffe voulait même que les gens puissent lire la Bible par eux-mêmes, et il fit donc une traduction du latin vers l'anglais, mais il lui fut interdit de publier son œuvre en Angleterre.

Supprimer la pub

Advertisement

Le successeur de Richard, Henri IV d'Angleterre (r. 1399-1413 EC), soucieux de préserver le statu quo, persécuta les Lollards jusqu'à ce que le mouvement disparaisse. Néanmoins, il subsistait un fort sentiment anti-clérical parmi les manifestants de la révolte paysanne, car l'Église était perçue non seulement comme avide, mais comme le fournisseur de fonds au Pape, un étranger qui soutenait le grand ennemi français. Enfin, il y avait une certaine vérité dans l'idée que les seigneurs locaux prélevaient plus qu'ils ne le devaient de leurs propriétés, et on avait le sentiment que le roi était induit en erreur et mal servi par certains fonctionnaires comme le chancelier et des ducs tel que Jean de Gand, duc de Lancaster (1340-1399 EC).

July, Les Tres Riches Heures
Juillet, Les Très Riches Heures
Limbourg Brothers (Public Domain)

À Smithfield, après la présentation des demandes, les choses auraient pu prendre un mauvais tournant lorsque William Walworth, le maire de Londres, s'avança et tua Wat Tyler, pensant peut-être que Tyler était sur le point de faire du mal au roi. Tyler avait, en tout cas, été irrespectueux envers le roi en crachant de l'eau à ses pieds. Alors que la foule s'avança, Richard se mit parmi eux et déclara hardiment :

Messieurs, voulez-vous tuer votre roi ? Je suis votre capitaine légitime, et je serai votre chef. Que tous ceux qui m'aiment me suivent.

( Cité dans Jones, N., 75)

Richard utilisa alors la tactique courante de faire des tonnes de promesses extravagantes qu'il n'avait pas l'intention de tenir, comme accorder à tous les intéressés des grâces royales. Ces promesses suffirent à éviter plus d'émeutes, et la foule se dissolut, escortée hors de Londres par la milice de la ville.

Conséquences de la révolte

L'impitoyable Richard veilla ensuite à ce qu'environ 150 des rebelles soient pendus, tant que de nouveaux gibbets durent être construits à cet effet. La tête de Wat Tyler fut exposée sur le pont de Londres. Il y eut d'autres épisodes mineurs de rébellion par la suite, mais ceux-ci furent écrasés sans pitié et leurs chefs de file exécutés en tant que traîtres. Comme le roi le déclara hardiment : «Vous êtes des vilains, et vous resterez des vilains». Toute l'affaire fut peut-être le point culminant du règne de Richard, vu que les choses se dégradèrent à partir de ce moment-là, le jeune roi autrefois admiré s'avéra être une grande déception et termina ses jours par un court emprisonnement et une mort mystérieuse.

En fin de compte, cependant, il y eut des changements sociaux en Angleterre, comme on l'avait déjà vu avant la révolte. L'impôt de capitation fut abandonné, les limites des salaires des travailleurs ne furent pas rigoureusement appliquées et les serfs continuèrent d'acheter leur liberté. Il est important de noter que la loi et les registres juridiques étaient maintenant utilisés non pas par les propriétaires fonciers pour faire respecter une obligation de travail, mais pour démontrer qu'un ouvrier avait légitimement acheté sa liberté et pouvait transmettre ses terres à ses descendants.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, janvier 23). Révolte des paysans [Peasants' Revolt]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18757/revolte-des-paysans/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Révolte des paysans." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 23, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18757/revolte-des-paysans/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Révolte des paysans." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 janv. 2020. Web. 18 mai 2022.

Adhésion