Dèce

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 février 2014
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan, espagnol
X
Decius (by Egisto Sani (used with permission), Copyright)
Dèce
Egisto Sani (used with permission) (Copyright)

Dèce fut empereur romain de 249 à 251 de notre ère. En 249, l'empereur romain Philippe l'Arabe envoya le sénateur Dèce en tant que gouverneur des provinces troublées de Mésie et de Pannonie. Les légions romaines, sous le commandement inefficace du gouverneur de l'époque, avaient déserté de colère devant les envahisseurs goths, parce que Philippe avait réduit les paiements d'indemnités. Après avoir repoussé les Goths et rétabli la stabilité dans la région, les légions de Dèce, déjà fatiguées du règne de Philippe, le déclarèrent empereur. Avec le retour des légions qui avaient déserté et l'encouragement de ses troupes, Dèce avança vers Rome en septembre 249 de notre ère. Bien que certains historiens pensent que Dèce était réticent à l'idée de combattre Philippe, les armées des deux empereurs se firent face à Béroé en Macédoine où Dèce vainquit et tua Philippe. Peu après, le jeune fils et héritier de Philippe fut tué au camp prétorien à Rome. Rome avait officiellement un nouvel empereur. Il serait le premier d'une longue lignée d'empereurs originaires des Balkans.

Jeunesse

Quintus Decius Valerinus vit le jour vers 190 de notre ère dans une grande famille de propriétaires terriens du petit village de Budalia, situé dans la province balkanique de Pannonie. Le jeune Dèce entra par son mariage à Herennia Cupressenia Etruscilla dans une famille étrusque respectable. Ils auraient deux fils, Herennius et Hostilien. Contrairement à plusieurs de ses prédécesseurs - Macrin, Maximin et Philippe - qui avaient acquis leur renommée dans l'armée, Dèce n'avait que peu, voire aucune expérience dans l'armée, ayant servi en tant que membre distingué du Sénat romain et même comme consul en 232 de notre ère. De 235 à 238, il fut gouverneur de la Basse-Allemagne, puis de la Tarraconaise. Sous le règne de Philippe, avant d'être envoyé en Mésie et en Pannonie, il était préfet urbain de Rome. Étrangement, lorsque Philippe proposa de quitter son poste d'empereur, c'est Dèce qui empêcha sa démission, affirmant que cela n'était pas nécessaire.

Supprimer la pub
Publicité
En 250 de notre ère, Dèce reprit le service militaire lorsqu'il conduisit des forces dans les Balkans pour affronter les Goths renaissants.

Dèce en tant qu'empereur

Après avoir vaincu Philippe et consolidé son pouvoir à Rome, l'empereur se concentra sur un certain nombre de projets de construction, notamment la réparation du Colisée vieillissant et la construction des thermes de Dèce. En 250 de notre ère, il reprit le service militaire en menant des forces dans les Balkans pour affronter les Goths renaissants qui avaient traversé le Danube dans la province de Thrace et attaqué la ville de Philippopolis. C'est là que les Goths s'allieraient avec le gouverneur de la province, Titus Julius Priscus. Avec le soutien des Goths, Priscus ne tarda pas à se déclarer empereur. Malheureusement pour Priscus, bien que la date exacte soit inconnue, il fut tué par ses nouveaux alliés avant d'avoir pu profiter des avantages de la fonction impériale. En 251 de notre ère, alors qu'il combattait toujours loin de Rome, Dèce reçut la nouvelle d'un second usurpateur du trône, un sénateur, un certain Julius Valens Licinianus. Contrairement à Priscus, il bénéficiait d'un certain soutien à Rome, tant au sénat qu'au sein de la population, mais sa rébellion et lui seraient bientôt réprimés par Publius Licinius Valerianus (futur empereur de 253 à 260 de notre ère) qui avait été nommé par Dèce pour s'occuper des tâches administratives pendant son absence.

Dèce ne pouvait pas se préoccuper de ces empereurs en puissance. Sa principale préoccupation était le chef des Goths, Cniva. Bien que repoussé par les forces de Dèce, l'envahisseur "barbare" continua vers l'est où il fut rejoint par les Carpiens qui avaient traversé la province romaine de Dacie. Dans l'espoir d'arrêter Cniva, l'empereur envoya son fils aîné Herennius en Mésie et Dèce le suivit très vite. Malheureusement, Dèce et son fils (qui avait été nommé co-empereur) ne parvinrent pas à repousser Cniva et ses forces combinées. Ils s'enfuirent tous deux à Oescus où ils rejoignirent le gouverneur de la Haute et de la Basse Mésie, Trebonianus Gallus. Malgré leurs premiers succès, Dèce et son fils (ainsi que la majeure partie de leur armée) se retrouvèrent piégés dans un marécage et moururent à la bataille d'Abrittus. Dèce fut le premier empereur romain à mourir au combat contre un ennemi étranger. Trebonianus Gallus prit le titre impérial (251-253 de notre ère) et fit rapidement la paix avec les Goths. À son retour à Rome, il fit du plus jeune fils de Dèce son co-empereur, mais le garçon mourut peu après.

Supprimer la pub
Publicité

Roman Empire 271 CE
Empire romain en l'an 271 de notre ère
Pomalee et al. (CC BY-SA)

Malheureusement pour l'empereur Dèce, on se souvient davantage de lui pour sa persécution des chrétiens que pour ses campagnes militaires. Bien que les chrétiens ne soient pas nommés spécifiquement dans les édits impériaux, il est évident à qui qu'ils étaient destinés. Certains historiens supposent que son aversion pour les chrétiens provenait des politiques moins agressives de Philippe - la rumeur persistante selon laquelle Philippe était chrétien. Dèce déclara que tous les citoyens devaient non seulement sacrifier aux dieux romains mais aussi observer les rituels païens, ce que les juifs et les chrétiens, depuis le règne de Néron, avaient toujours refusé de faire. Si les chrétiens n'étaient pas sommés d'abandonner leur foi, la torture et l'exécution étaient monnaie courante pour ceux qui refusaient de faire preuve d'allégeance - même le pape Fabien ne fut pas épargné. Cette allégeance s'étendait non seulement aux dieux romains mais aussi à l'empereur via le culte impérial. Dèce était fasciné par nombre de ceux qui l'avaient précédé et, dans le but de réaffirmer leur divinité, il émit des pièces de monnaie en l'honneur de chacun d'eux. En outre, afin de s'associer à l'empereur romain Trajan, Dèce adopta même le nom de Trajanus. Après la mort de l'empereur, les persécutions cessèrent, pour renaître sous l'empereur Dioclétien cinquante ans plus tard.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2014, février 12). Dèce [Decius]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12459/dece/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Dèce." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 12, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12459/dece/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Dèce." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 févr. 2014. Web. 26 mai 2024.

Adhésion