Femmes de Perse Antique

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 janvier 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan, espagnol, Turc

Dans la Perse antique, les femmes étaient non seulement très respectées mais, dans de nombreux cas, considérées comme les égales des hommes. Les femmes pouvaient posséder des terres, faire des affaires, recevoir un salaire égal, voyager librement et, dans le cas des femmes royales, tenir leurs propres réunions de conseil sur la politique.

Les titres de respect accordés aux femmes royales perses semblent provenir de la culture élamite antérieure et, très probablement, de l'empire mède, précurseur immédiat de l'empire perse achéménide (c. 550-330 av. J.-C.) fondé par Cyrus le Grand (r. c. 550-530 av. J.-C.). Cyrus établit le paradigme perse de la liberté de religion et d'expression dans son empire, mais il était également responsable du maintien de la dignité et de l'autonomie des femmes de toutes classes.

Supprimer la pub
Advertisement

Achaemenid Woman
Femme achéménide
The Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

Ce même modèle fut maintenu par l'Empire parthe (227 av. J.-C. - 224 ap. J.-C.) bien que, en raison de la perte de documents et d'œuvres d'art après la chute de la Parthie au profit de l'Empire sassanide (224-651 ap. J.-C.), on ne connaisse pas aussi bien les détails de la vie des femmes pendant cette période. La période sassanide est cependant bien documentée, et les droits des femmes furent maintenus au même niveau - voire plus élevés - que sous l'empire achéménide. Les femmes perses continuèrent à jouir de ce statut élevé dans la culture perse antique jusqu'à la chute de l'empire sassanide face à l'invasion des musulmans arabes en l'an 651. Par la suite, la reconnaissance de longue date des femmes en tant qu'individus autonomes, capables de décider de leur propre sort, fut remplacée par le concept de citoyennes de second ordre, intrinsèquement pécheresses et nécessitant l'encadrement et le contrôle des hommes.

Les femmes dans l'empire achéménide

L'Empire achéménide suivait un modèle patriarcal mais, dans ce cadre, les femmes avaient plus de droits et de responsabilités que dans toute autre civilisation antique, à l'exception de l'Égypte. Les femmes, comme les hommes, étaient définies par la classe sociale et le rang au sein de cette classe. La hiérarchie féminine, du plus haut au plus bas, était la suivante :

Supprimer la pub
Advertisement
  • Mère du roi
  • Épouse principale (mère de l'héritier du roi)
  • Filles du roi
  • Les sœurs du roi
  • les épouses mineures/concubines du roi
  • Femmes nobles (épouses et parentes de courtisans, de satrapes, de militaires)
  • Femmes militaires
  • Femmes d'affaires
  • Ouvrières
  • Servantes/esclaves

Les documents attestant de l'autonomie des femmes et de leurs activités proviennent des tablettes de fortification, des textes de trésorerie et des textes de voyage trouvés dans les ruines de Persépolis. Lorsqu'Alexandre le Grand brûla la ville en 330 avant J.-C., tous les documents écrits sur parchemin furent détruits, mais ceux inscrits sur des tablettes d'argile furent cuits et ainsi préservés.

Les tablettes de fortification datent du règne de Darius Ier (522-486 av. J.-C.), les textes de trésorerie de l'époque d'Artaxerxès Ier (r. de 465 à 424 av. J.-C.) et les textes de voyage de différentes époques. Ils ont tous trait à l'administration et à l'économie de l'empire et les textes de voyage comprennent des paiements et des rations distribués par le trésor royal pour les frais de voyage des femmes. Ces textes relatent un nombre important de transactions entre le trésor et les femmes qui voyageaient de leur propre chef, que ce soit pour affaires ou pour le plaisir.

Supprimer la pub
Advertisement

Les femmes royales et nobles

L'épouse principale tenait sa propre cour, pouvait signer des accords avec son propre sceau et avait un accès illimité au roi.

La mère et l'épouse principale du roi (connue sous le nom de Shahbanu, "dame du roi") voyageaient seules ou avec lui lors de campagnes militaires et pour superviser les affaires administratives. Elles avaient leur propre entourage, du personnel pour répondre à leurs besoins, et on leur accordait des places d'honneur lors des banquets aux côtés d'invités masculins distingués. L'épouse principale tenait sa propre cour, pouvait signer des accords avec son propre sceau et avait un accès illimité au roi, étant même accueillie lors des visites officielles de dignitaires étrangers et participant aux réunions.

Parmi les femmes royales les plus célèbres, citons Mandane, mère de Cyrus le Grand (d. c. 559 av. J.-C.), Cassandane Shahbanu, épouse de Cyrus le Grand (c. 575-519 av. J.-C.), qui fut pleurée dans tout l'empire après sa mort, et Atossa Shahbanu (c. 550-475 av. J.-C.), fille de Cyrus le Grand et épouse de Cambyse II (r. de 530 à 522 av. J.-C.) et de Darius Ier, mais il y en avait beaucoup d'autres. Sisygambis, mère de Darius III (r. 336-330 av. J.-C.), se comporta de manière plus honorable que son fils après sa défaite face à Alexandre le Grand et Roxanne, l'épouse perse d'Alexandre (c. 340-310 av. J.-C.), est également reconnue pour son courage face à l'adversité. La figure biblique de la reine Esther, épouse de Xerxès Ier, est une autre femme royale de la période achéménide, même si elle n'était pas perse de naissance.

Les filles et les sœurs du roi servaient principalement à sceller des alliances, des traités et des accords commerciaux par le biais de mariages, mais elles pouvaient néanmoins posséder leurs propres terres et mener leurs propres affaires, tout comme les épouses de rang inférieur. Les femmes pouvaient toutefois choisir leur propre mari, et le faisaient lorsqu'on ne leur demandait pas de se marier à des fins politiques. Les concubines étaient souvent des femmes non perses et, par conséquent, ne pouvaient pas se marier à la royauté, mais étaient tout de même respectées en tant que femmes de haut rang. Xerxès Ier (r. de 486 à 465 av. J.-C.) fit construire un harem à Persépolis, près de son palais, ce qui suggère le statut élevé des femmes.

Supprimer la pub
Advertisement

Achaemenid Queen
Reine achéménide
A. Davey (CC BY)

Même les filles illégitimes pouvaient exercer un pouvoir important, comme dans le cas de Parysatis, fille illégitime d'Artaxerxès Ier (r. de 465 à 424 av. J.-C.), qui devint la shahbanou de Darius II (r. de 424 à 404 av. J.-C.) et le pouvoir derrière le trône grâce à son réseau d'espions et à la force de son caractère. Elle est probablement plus connue pour avoir soutenu son fils Cyrus le Jeune (m. 401 av. J.-C.) dans sa tentative de renverser son frère Artaxerxès II (r. de 404 à 358 av. J.-C.), un événement relaté par les historiens Ctésias, Hérodote et Xénophon dans son Anabasis.

Les femmes militaires

Les femmes de la période achéménide pouvaient également servir dans l'armée, comme l'attestent les écrits et les preuves matérielles. L'expert Kaveh Farrokh note que "des tombes attestant de l'existence de femmes guerrières de langue iranienne ont été trouvées en Iran et ont également été fouillées en Europe de l'Est" (128). La guerrière la plus connue de cette époque est Artémise Ier de Carie, qui vivait sous le règne de Xerxès Ier. Amiral de la flotte perse lors de la bataille de Salamine en 480 avant J.-C., elle était réputée pour son courage et son habileté et était tellement admirée par Xerxès Ier qu'après la bataille, elle eut l'honneur d'escorter ses fils en lieu sûr.

Parmi les autres femmes guerrières achéménides notables, citons Panthée, qui vécut sous le règne de Cyrus le Grand et qui contribua, avec son mari, à l'organisation de l'unité militaire d'élite des 10 000 Immortels perses, Artonis (c. 540-500 av. J.-C.), lieutenant-commandant de l'armée, connue pour son courage et son habileté au combat, et Youtab (m. 330 av. J.-C.), qui servit dans l'armée et tomba avec son frère Ariobarzane (386-330 av. J.-C.) en défendant les portes de la Perse contre les forces d'Alexandre le Grand.

Supprimer la pub
Advertisement

Femmes d'affaires

Les activités commerciales et les voyages des femmes d'affaires et des marchandes, ainsi que l'échelle des salaires des ouvriers, sont également mentionnés dans les textes de Persépolis. Irdabama, une femme d'affaires et commerçante remarquable qui vécut sous le règne de Darius Ier, voyageait beaucoup pour ses affaires et supervisait personnellement la production et le commerce dans la région de l'actuelle Chiraz, en Iran, en Babylonie, en Égypte, dans les médias et en Syrie. Elle était l'une des personnes les plus riches de son époque, commandait une main-d'œuvre de 480 ouvriers et voyageait à volonté avec son vaste entourage. Les femmes royales se livraient également à des activités commerciales, comme dans le cas de Parysatis qui possédait plusieurs villages en Babylonie et s'y rendait personnellement pour percevoir les loyers.

Ouvriers, serviteurs et esclaves

Les femmes enceintes recevaient des salaires plus élevés, tout comme les nouvelles mères pendant le premier mois suivant la naissance de leur enfant.

Les femmes travaillaient aux côtés des hommes parmi les travailleurs et étaient souvent superviseurs et gestionnaires. Les superviseurs féminins très bien payés étaient connus sous le nom d'arashshara ("grand chef") et recevaient une plus grande quantité de vin et de céréales pour superviser le travail de groupes souvent importants de subordonnés. Il n'y avait pas de différence de salaire en fonction du sexe ; le salaire était uniquement basé sur le niveau de compétence et d'expérience dans le travail. Les femmes enceintes, cependant, recevaient un salaire plus élevé, tout comme les nouvelles mères pendant le premier mois suivant la naissance de leur enfant. La mère, la sage-femme et le médecin assistant à la naissance recevaient également une prime si l'enfant était de sexe masculin. Les fils étaient préférés aux filles, mais il n'existe aucune preuve d'infanticide féminin ou de la pratique consistant à exposer un enfant non désiré au froid.

Les esclaves de la période achéménide - et de toute l'histoire de la Perse antique - étaient traités comme des serviteurs, recevaient une compensation pour leurs services et avaient un niveau et une qualité de vie bien supérieurs à ceux des esclaves de tout autre pays de l'Antiquité. En vertu des lois initiées par Darius Ier, les esclaves ne pouvaient être maltraités, battus ou tués en toute impunité et un propriétaire d'esclaves ou un maître d'un domaine qui le faisait encourait la même peine que si la victime était un citoyen libre de l'empire.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les femmes parthes

La connaissance des femmes de la période parthe n'est pas aussi complète que celle des femmes de l'empire achéménide en raison de la destruction de nombreux documents et ouvrages lorsque l'empire tomba aux mains des Sassanides en 224 de notre ère. De plus, les Parthes décentralisèrent le gouvernement de la Perse antique afin d'éviter la faiblesse perçue de l'empire séleucide (312-63 av. J.-C.) et il n'y avait donc pas de dépôt central pour les documents comme à l'époque des Achéménides. L'experte Maria Brosius note :

Les sources ne permettent pas une discussion détaillée de l'ordre de classement parmi les femmes de la cour, ni de leur éventuelle influence politique et indépendance économique. Sur la base des pratiques achéménides et séleucides, on ne peut qu'émettre l'hypothèse que les femmes royales parthes possédaient elles aussi des terres et des domaines, ainsi que des manufactures. (Encyclopedia Iranica, Femmes, 10)

Brosius précise également qu'aucune information n'est disponible sur le statut juridique ou économique des femmes à cette époque, ni même, pour la plupart, sur ce qu'elles portaient ou leur degré d'autonomie. On pense, sur la base des éléments disponibles, que les femmes continuaient à être considérées de la même manière qu'elles l'étaient sous l'empire achéménide et qu'elles bénéficiaient du même niveau de respect.

Famille royale

Le style de vie et les activités des femmes royales parthes semblent avoir reflété ceux de la période achéménide ou, du moins, des femmes royales de la période séleucide, qui poursuivit de nombreuses politiques achéménides. Un exemple de ceci concerne les contrats de mariage : les monarques parthes continuèrent la pratique achéménide d'épouser des membres de leur propre famille mais, pour la royauté, cela n'était pas considéré comme incestueux. Les Parthes s'écartèrent du modèle achéménide en ce sens que les concubines pouvaient épouser des membres de la famille royale et même prendre le titre de reine.

Le meilleur exemple en est Musa (également connue sous le nom de Thermusa, r. de 2 av. J.-C. à 2 ap. J.-C.) qui fut présentée au roi parthe Phraatès IV (r. de 37 à 2 av. J.-C.) par l'empereur romain Auguste (r. de 27 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.) en tant que concubine lors de la conclusion du traité sur l'Arménie en 20 av. J.-C.. Musa réussit à gagner les faveurs de Phraatès IV et devint sa principale épouse avant de le faire empoisonner et d'élever son fils, Phraatès V (r. de 2 av. J.-C. à 2 ap. J.-C.), au rang de co-dirigeant avec elle.

Musa
Musa
Carole Raddato (CC BY-SA)

Femmes militaires

Les preuves de la présence de femmes dans l'armée à cette époque proviennent d'inscriptions et de tombes fouillées. Kaveh Farrokh écrit :

Un résumé d'un rapport publié par l'agence de presse Reuters le 3 décembre 2004, intitulé "Bones Suggest Women Went to War in Ancient Iran" (Les os suggèrent que les femmes faisaient la guerre dans l'Iran ancien) indique que les tests ADN effectués sur le squelette d'un guerrier maniant l'épée, vieux de 2 000 ans, dans le nord-ouest de l'Iran, ont montré que les os appartenaient à une femme. La durée de 2 000 ans situerait la femme guerrière à l'époque parthe... d'autres tombes anciennes appartenant à des femmes guerrières iraniennes ont également été mises au jour près de la mer Caspienne, dans le nord de l'Iran. (128)

La femme guerrière la plus célèbre de cette période est Sura (m. c. 224 de notre ère), fille du roi parthe Artaban IV (r. de 213 à 224 de notre ère), qui fut également son conseiller et le général de son armée. Elle dirigea les forces de son père contre les armées d'Ardashir Ier (r. de 224 à 240), qui renversa l'Empire parthe et fonda l'Empire sassanide. Après qu'Ardashir Ier eut tué son père au combat, Sura chercha à se venger et on pense qu'elle fut également tuée au combat par Ardashir peu après la mort de son père.

Marchandes et ouvrières

Il n'y a pas d'informations spécifiques sur les marchandes ou les ouvrières parthes, mais on suppose que dans ce domaine, comme dans d'autres, les Parthes adhéraient plus ou moins au modèle achéménide. L'esclavage à l'époque parthe suivait le paradigme précédent à un point tel qu'il était presque inexistant par rapport à la façon dont l'institution était pratiquée dans d'autres civilisations.

Femmes sassanides

Les Sassanides conservèrent les politiques achéménides concernant la place des femmes dans la société, mais autorisaient une plus grande liberté d'expression et une plus grande autonomie. Les femmes royales sassanides exerçaient plus de pouvoir et d'influence que leurs prédécesseurs, sont plus souvent mentionnées dans les documents officiels en tant que personnes d'importance et sont bien plus souvent représentées dans les œuvres d'art.

Les femmes royales

Les chercheurs ont souvent mal compris le statut élevé des femmes et leur place dans la représentation artistique en interprétant les œuvres qui les mettent en scène comme des représentations de divinités. Bien que des déesses apparaissent dans l'art sassanide, les femmes mortelles sont beaucoup plus souvent représentées.

Toutes les femmes royales étaient appelées "reines", qu'elles aient été sœurs du roi, filles ou autres membres de la famille. Les concubines étaient exclues de cet honneur car elles étaient généralement nées à l'étranger. Le titre de "reine des reines" désignait la femme la plus haut placée parmi les épouses du roi. La mère du roi était appelée "Mère du Roi des Rois" et la principale épouse du monarque était appelée "Reine de l'Empire". Comme pour les périodes précédentes, les filles et les sœurs d'un roi étaient mariées à des princes étrangers pour conclure des traités, des alliances et des accords commerciaux, mais comme chez les Achéménides, les femmes pouvaient choisir leur propre mari et les mariages n'étaient pas toujours arrangés par le père de la femme. Même dans les mariages arrangés, les femmes exerçaient une autonomie et une influence considérables.

Sassanian Stamp Seal
Sceau sassanide
The Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

La reine sassanide Azadokht Shahbanu, épouse de Chapour Ier (r. de 240 à 270 de notre ère), était une partenaire égale dans le mariage. Un certain nombre d'érudits contemporains pensent que c'est Azadokht qui fit venir des médecins grecs à la cour et initia la fondation de Gundichapour, qui allait devenir le plus grand hôpital universitaire, la plus grande bibliothèque et le plus grand centre d'enseignement supérieur de son époque.

Parmi les autres femmes royales dignes d'intérêt, citons Aspas, chef de la police secrète sous Ardashir II (r. de 379 à 383 de notre ère) ; la princesse Parin, fille d'un haut fonctionnaire de la cour sous Kavadh Ier (r. de 488 à 496 de notre ère), qui joua un rôle déterminant dans les négociations entre la cour de Kavadh Ier et l'Empire byzantin ; Zand Shahbanu, épouse de Khosro Ier (r. de 531 à 579 de notre ère), qui le conseilla ; et Purandokht (également connue sous le nom de Boran), fille de Khosro II (r. de 590 à 628 de notre ère), qui devint impératrice de l'Empire sassanide, régnant de 629 à 631 de notre ère.

Femmes militaires et autres

Farrokh note "la présence d'un nombre substantiel de femmes dans les forces expéditionnaires perses" à cette époque et comment leur participation à la guerre de la Perse antique - "habillées et armées comme des hommes" - fut notée par les historiens romains (129). Farrokh poursuit :

Les femmes ont été recrutées pour des rôles de combat à des moments critiques, un exemple étant à Singara (343 ou 344 de notre ère), dont Libanios rapporte que " les Perses ont enrôlé l'aide de leurs femmes ". Cela suggère fortement que les femmes iraniennes, comme les hommes, étaient formées aux arts de la guerre et capables de manier des armes lorsqu'elles étaient appelées au service. (129)

Azadokht Shahbanu, en fait, est fréquemment citée comme experte au sabre en plus de ses autres réalisations, et la même référence est faite à Aspas. La plus grande femme guerrière de l'Empire sassanide postérieur était Apranik (m. c. 651 de notre ère) qui commandait l'armée contre les forces arabo-musulmanes pendant le règne de Yazdegerd III (632-651 de notre ère). Son armée fut vaincue mais Apranik n'accepta pas de se rendre et continua à mener une guérilla contre ses ennemis jusqu'à ce qu'elle ne soit tuée au combat.

Les femmes d'affaires commerçaient aussi librement que les hommes d'affaires dans tout l'Empire sassanide, bien qu'il n'y ait pas d'exemple unique comparable à celui d'Irdabama à la période achéménide. Les ouvriers, les serviteurs et les esclaves suivaient tous, plus ou moins, le modèle achéménide d'emploi, de rémunération et de traitement équitable. Une différence majeure entre les périodes précédentes et la période sassanide était l'importance accordée à la danse. La danse, la musique et les contes avaient toujours été au cœur de la vie et des valeurs perses, mais les Sassanides encouragèrent la danse à un degré bien plus élevé, tant pour les hommes que pour les femmes. L'un des danseurs les plus célèbres de cette époque était Zenon qui était très admiré sous le règne d'Ardashir II, .

Conclusion

Lorsque l'Empire sassanide s'effondra en l'an 651, le statut des femmes chuta avec lui et elles furent considérées comme des citoyens de second ordre. Les femmes ne pouvaient plus voyager sans la permission d'un homme, ne pouvaient pas posséder ni diriger leur propre entreprise et n'étaient plus libres de choisir leur propre compagnon. Les femmes perses cependant n'acceptèrent pas aussi simplement que cela cette atteinte à leurs droits et elles se joignirent à leurs hommes pour résister à l'oppression des forces d'occupation.

La figure la plus connue à cet égard est Banu, épouse de Bābak Khurramdîn (m. en 838), qui mena avec lui une cellule de résistance jusqu'à ce qu'ils ne soient finalement trahis, capturés et exécutés sous le califat abbasside. L'héritage des femmes perses fortes s'est toutefois perpétué après Banu et reste une source de fierté aujourd'hui. Tout au long de l'année, un certain nombre de festivals iraniens honorent la terre, les éléments et les femmes, et lors du festival d'Esfandgaan - où la gratitude envers les femmes est particulièrement mise en avant - les histoires des grandes femmes du passé continuent d'être racontées, non seulement en leur honneur mais aussi pour encourager le même niveau de respect pour les femmes dans le présent que celui que les grands empires perses leur accordaient dans le passé.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, janvier 30). Femmes de Perse Antique [Women in Ancient Persia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1492/femmes-de-perse-antique/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Femmes de Perse Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 30, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1492/femmes-de-perse-antique/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Femmes de Perse Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 janv. 2020. Web. 22 avril 2024.

Adhésion