Cinq Sites Historiques Clés de la Culture Hittite

Article

Carole Raddato
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 avril 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, Turc
X

Bien que mentionnés à plusieurs reprises dans les textes bibliques, l'existence réelle des Hittites a été largement oubliée jusqu'à la fin du 19e siècle. Avec la découverte d'Hattusa en 1834, la ville qui fut pendant de nombreuses années la capitale de l'empire hittite, les Hittites finirent par être reconnus comme l'une des grandes puissances de l'ancien Moyen-Orient à la fin de l'âge du bronze (1550 - 1200 av. J.-C.).

Lion Gate at Hattusa
Porte des Lions, Hattusa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La langue hittite est considérée comme la plus ancienne des langues indo-européennes.

Les Hittites peuplaient les vastes terres de l'Anatolie (la Turquie actuelle) occupées à l'origine par le Hatti et étendirent ensuite leurs territoires au nord de la Syrie, jusqu'au Liban. La langue hittite, écrite en cunéiforme et en hiéroglyphes, est considérée comme la plus ancienne des langues indo-européennes et n'a été déchiffrée qu'en 1915. La religion jouait un rôle important dans la vie des Hittites. Les Hittites vénéraient tellement de divinités qu'ils les appelaient "les mille dieux de Hatti". Au centre du panthéon hittite se trouvaient le dieu de l'orage Teshub et son épouse, la déesse du soleil Hebat.

Supprimer la pub
Publicité

Yazilikaya Engraving with Hittite Gods
Gravure Yazilikaya avec des dieux hittites
Charles Texier (Public Domain)

Le royaume hittite atteignit son apogée au milieu du XIVe siècle avant notre ère, sous Suppiluliuma Ier (v. 1344 - 1322 av. J.-C.) et son fils Mursili II (v. 1321 - 1295 av. J.-C.). L'effondrement du royaume vers 1200 avant notre ère poussa les Hittites vers le sud, où ils créèrent une série de cités-états néo-hittites au nord et à l'est d'Adana (sud de la Turquie actuelle). Certaines d'entre elles survécurent jusqu'au 8e siècle avant notre ère avant de disparaître des pages de l'histoire.

La redécouverte des Hittites fut l'une des grandes réussites archéologiques du siècle dernier, et Hattusa, leur capitale, a depuis été déclarée site du patrimoine mondial par l'UNESCO. Une copie agrandie d'une tablette cunéiforme en argile trouvée à Hattusa est exposée dans le bâtiment des Nations unies à New York. Cette tablette est un traité de paix signé entre l'Empire hittite et l'Égypte en 1258 avant notre ère, après la célèbre bataille de Qadech. Le traité de Qadech est le premier traité de paix au monde dont le texte a survécu.

Supprimer la pub
Publicité

Reamasesa-Mai-amana, le grand roi, le roi du pays d'Égypte, n'attaquera jamais le pays de Hatti pour prendre possession d'une partie (de ce pays). Et Hattusili, le grand roi, le roi du pays de Hatti, n'attaquera jamais le pays d'Égypte pour prendre possession d'une partie (de ce pays).

Treaty of Kadesh
Traité de Qadech
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les vestiges hittites les plus impressionnants sont dispersés entre Çorum, au nord-est d'Ankara, et Kayseri, aux confins orientaux de la Cappadoce. Lors de mon dernier voyage en Turquie, je suis sortie des sentiers battus pour découvrir le pays des Hittites et explorer leurs villes, citadelles et centres religieux. J'ai dressé une liste des cinq plus importants sites hittites.

Hattusa

Hattusa était la capitale de l'empire hittite. Elle est située dans le district de Boğazkale de la province de Çorum, à 150 kilomètres à l'est d'Ankara. Les ruines des remparts, des portes, des temples et des palais qui attendent les visiteurs aujourd'hui donnent une image complète de la capitale hittite au XIIIe siècle avant notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

King’s Gate in Hattusa
Porte du Roi, Hattusa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le site fut découvert le 28 juillet 1834 par Charles Texier, mais les premières fouilles systématiques à Hattusa ont commencé en 1893-1894 sous la direction d'Ernest Chantre qui a publié les premières tablettes cunéiformes d'Hattusa. Depuis 1907, les travaux archéologiques sont menés par l'Institut archéologique allemand. La ville se composait de deux quartiers distincts: la ville basse - le quartier de la vieille ville des Hittites où se trouvait le temple principal - et la ville haute - une partie plus récente de la ville avec un complexe de palais fortifié entouré de murs massifs. Le site présente également un certain nombre d'inscriptions hiéroglyphiques portant des traces de l'écriture dite "luvienne".

Luwian Hieroglyphs in Hattusa
Hiéroglyphes luviens à Hattusa
Travelling Runes (CC BY-SA)

Hattusa fut fondée par les Hatti en 2500 avant notre ère, et leur culture pourrait avoir servi de base à celle des Hittites.

Les premières traces de peuplement sur le site datent du 6e millénaire avant notre ère. Au cours des XIXe et XVIIIe siècles avant notre ère, les Hattis et les colonies commerciales assyriennes s'installèrent dans la région. Hattusa, nommée Huttush à l'époque, était l'un des karu (comptoirs commerciaux) établis par les colonies marchandes d'Assyrie. Hattush prit fin vers 1720 avant notre ère lorsque Anitta, roi de Kussara (de la dynastie qui formerait l'ancien royaume hittite), saccagea la ville. Une génération plus tard, un autre roi de Kussara décida de faire de la ville sa capitale. Une nouvelle ville fut planifiée et construite sur les ruines de l'ancienne, et la langue hittite fut introduite dans la région. Hattush devint la ville hittite de Hattusa, et le roi prit le nom de Hattusili I, "celui de Hattusa". Au cours des centaines d'années suivantes, Hattusa resta la capitale de l'empire hittite.

À son apogée, la population d'Hattusa a été estimée entre 40 000 et 50 000 habitants. La ville était vaste, couvrant 1,8 km² (0,7 mi²) avec des murs défensifs massifs de plus de 6 km de long, d'immenses tours de guet et des tunnels secrets. En entrant sur le site, la première chose que le visiteur voit est une reconstitution évocatrice d'une section de 65 m de long des fortifications de la ville. Le mur d'origine était fait de briques crues et les tours de défense étaient construites à des intervalles de 20 à 25 mètres. La partie reconstruite repose sur les fondations hittites d'origine. Le mur de la ville intérieure protégeait la zone du Grand Temple et l'agglomération adjacente.

Supprimer la pub
Publicité

City Wall of Hattusa, Reconstruction
Mur d'enceinte de Hattusa, reconstruction
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La visite complète de la ville ancienne peut se faire à pied ou en voiture en suivant l'itinéraire circulaire principal de 3 à 4 km. Le site est divisé par le ruisseau Kızlarkayası entre la ville basse au nord et la ville haute au sud, avec de nombreux arrêts en cours de route. Pour bien découvrir Hattusa, il est conseillé aux voyageurs de faire le tour de la ville à pied. Cependant, le circuit complet autour du site est une longue marche, avec des montées difficiles, qui prend au moins trois heures.

Hattusa Sightseeing Trail
Sentier touristique de Hattusa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
The Great Temple of Hattusa
Le grand temple de Hattusa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Sphinx Gate in Hattusa
Porte du Sphinx à Hattusa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La ville fut détruite, ainsi que l'État hittite lui-même, vers 1200 avant notre ère, dans le cadre de l'effondrement des royaumes de la fin de l'âge du bronze. Les fouilles du site ont révélé que Hattusa fut envahie et incendiée au début du 12e siècle avant notre ère, après que de nombreux habitants de Hattusa eurent abandonné la ville. Le site fut ensuite abandonné jusqu'en 800 avant notre ère, date à laquelle une modeste colonie phrygienne apparut dans la région.

Hattusa Temple District
Quartier du temple de Hattusa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Yazilikaya

Yazılıkaya ("rocher inscrit") est un sanctuaire rupestre hittite situé à environ 1,5 kilomètre (1 mile) au nord-est d'Hattusa. C'est le plus grand monument rupestre hittite connu. Le sanctuaire se compose d'un bâtiment en forme de temple et de deux chambres à ciel ouvert creusées dans la roche.

Supprimer la pub
Publicité

Yazilikaya Hittite Rock Sanctuary
Sanctuaire rupestre hittite de Yazilikaya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Le sanctuaire de Yazılıkaya servait de lieu de célébration de l'arrivée de la nouvelle année chaque printemps. Ces cérémonies se déroulaient en plein air devant le panthéon hittite. Le sanctuaire était composé de deux chambres rocheuses, appelées plus tard Chambre A et Chambre B par les archéologues. Les murs de chaque chambre étaient recouverts des plus beaux et des plus riches exemples de l'art du relief hittite. Ils représentaient des dieux et des déesses, ainsi que les figures du grand roi Tudhaliya IV (c. 1237 - 1209 av. J.-C.). Il y a un total de 83 images, 66 dans la chambre A et 17 dans la chambre B.

L'activité humaine sur le site commença probablement au XVIe siècle avant notre ère, bien que ce que nous voyons aujourd'hui soit probablement le résultat de modifications apportées à la fin du XIIIe siècle avant notre ère, peu de temps avant que l'Empire hittite n'entame son déclin abrupt et mystérieux.

Yazilikaya Hittite Rock Sanctuary, Overview of Chamber A
Sanctuaire rupestre hittite de Yazilikaya, vue d'ensemble de la chambre A
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Rock Relief with Procession of Hittite Deities at Yazilikaya
Relief rupestre avec procession de divinités hittites à Yazilikaya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Hittite Rock Relief at Yazilikaya
Relief rupestre hittite à Yazilikaya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Hittite Rock Reliefs at Yazilikaya
Reliefs rupestres hittites à Yazilikaya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

La chambre B est accessible par un passage étroit bordé de part et d'autre par des démons ailés. On pense que la chambre B fut construite en tant que chapelle commémorative pour Tudhaliya IV, dédiée par son fils Suppiluliuma II à la fin du 13e siècle avant notre ère. Les reliefs des murs sont beaucoup mieux conservés que ceux de la chambre A. Une file de dieux du monde souterrain est représentée sur le mur immédiatement à droite de l'entrée. Sur le mur opposé se trouve une représentation de Nergal, le dieu de l'épée et des enfers. À gauche de ce relief, un cartouche portant le nom de Tudhaliya IV est visible, et ce même roi est représenté embrassé par le dieu Sharruma (fils du dieu du tonnerre Teshub).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Hittite relief of a Winged Lion-Headed Demon at Yazilikaya
Relief hittite représentant un démon ailé à tête de lion à Yazilikaya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Yazilikaya Hittite Rock Sanctuary, Overview of Chamber B
Sanctuaire rupestre hittite de Yazilikaya, vue d'ensemble de la chambre B
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Twelve Gods of the Underworld, Yazilikaya Hittite Sanctuary
Douze dieux des enfers, sanctuaire hittite de Yazilikaya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Hittite relief of the God Sharruma and King Tudhaliya
Relief hittite représentant le dieu Sharruma et le roi Tudhaliya
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Alacahöyük

Alacahöyük était le centre de la florissante culture hatti à l'âge du bronze. Elle fut ensuite occupée par les Hittites qui en firent leur première capitale avant de s'installer à Hattusa. Le site est situé à Alaca, au nord-est de Hattusa.

The Sphinx Gate, Alacahöyük (Hittite settlement)
La porte du Sphinx, Alacahöyük (colonie hittite)
Carole Raddato (CC BY-SA)

Alacahöyük a été découvert en 1835 par l'archéologue anglais W.G. Hamilton. Les premières fouilles ont commencé en 1861 par l'archéologue français George Perrot, mais des travaux plus importants ont été entrepris par l'Association historique turque en 1935 et se sont poursuivis jusqu'en 1948. Depuis 1997, les fouilles sont menées par l'université d'Ankara sous la direction du professeur Aykut Çınaroğlu.

Model of Alacahöyük in the Hittite Period
Maquette d'Alacahöyük à l'époque hittite
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les fouilles ont révélé 15 couches de peuplement enfouies sous le sol et datant de 5500 avant notre ère - 600 avant notre ère. La couche la plus riche et la plus importante appartient à l'âge du bronze ancien. De nombreux trésors ont été exhumés des 13 tombes royales hattis datant du 3e millénaire avant notre ère. Parmi ces objets, on trouve des sculptures en bronze de taureaux ou de cerfs, des symboles cérémoniels et des disques solaires. Ces objets sont aujourd'hui conservés au Musée des civilisations anatoliennes à Ankara.

Hattian Royal Tombs at Alacahöyük
Tombes royales hattis à Alacahöyük
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Hattian Sun Disk
Disque solaire hatti
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les orthostates sont des pierres ou des dalles dressées qui font partie d'une structure ou qui sont enfoncées dans le sol.

Les parties inférieures des tours étaient décorées de reliefs d'orthostates représentant une cérémonie religieuse comprenant un roi et une reine priant un taureau devant un autel, une chasse au lion, des animaux sacrifiés ainsi que des jongleurs et des acrobates. Ces représentations représentaient tout un ensemble rituel de culte, de libation, de chasse et de divertissement qui comprenait une cérémonie religieuse en l'honneur du dieu de l'orage. Les reliefs originaux sont exposés au Musée des civilisations anatoliennes d'Ankara.

Sphinx Gate at Alacahöyük
Porte du Sphinx à Alacahöyük
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Eagle Relief at Alacahöyük
Relief représentant un aigle à Alacahöyük
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Hittite Orthostates at Alacahöyük
Orthostates hittites à Alacahöyük
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Hittite Orthostat with Acrobats
Orthostat hittite avec acrobates
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Overview of Alacahöyük Hittite Settlement
Vue d'ensemble de la Colonie Hittite d'Alacahöyük
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Kültepe

Kültepe, située à 18 kilomètres (11 miles) au nord-est de Kayseri et anciennement connu sous les noms de Kanesh et Karum, faisait partie du réseau de colonies commerciales établies en Anatolie centrale par les marchands assyriens d'Assur (nord de la Mésopotamie) au début du deuxième millénaire avant notre ère. Cette période est appelée "période des colonies commerciales assyriennes". À cette époque, les Assyriens étaient très actifs dans le commerce international. Les marchands assyriens vendaient de l'étain et des produits textiles en échange de métaux précieux comme l'or, l'argent et le cuivre. Plus tard, les Hittites habitèrent la ville; ils l'appelèrent Nesha et en firent leur première capitale. Le site est composé de deux parties, la ville basse Karum et la butte haute Kanesh.

Kültepe Ruins
Ruines de Kültepe
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

C'est à Kültepe que l'Anatolie entra dans l'histoire écrite, car c'est là qu'ont été découverts les premiers documents écrits en Turquie. Les marchands assyriens documentaient et enregistraient leurs transactions sur des tablettes d'argile dans l'ancien dialecte assyrien en utilisant l'écriture cunéiforme. Des milliers de ces textes stockés dans des archives domestiques furent préservés lorsque le feu détruisit la ville vers 1836 avant notre ère. Aujourd'hui, les tablettes d'argile trouvées à Kültepe donnent un aperçu des interactions économiques, politiques et sociales complexes et sophistiquées qui avaient lieu au début du deuxième millénaire avant notre ère.

Cuneiform Clay Tablets from Kanesh
Tablettes cuneiformes en argile de Kanesh
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Ces tablettes d'argile fournissent également des informations précieuses sur les premiers Hittites. Parmi les souverains locaux qui s'installèrent à Kanesh, on trouve Anitta, le premier souverain connu à composer un texte en langue hittite (et le plus ancien texte indo-européen connu).

Ruins of Kanesh
Ruines de Kanesh
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Sapinuwa

Située à Ortakoy, à 53 kilomètres au sud-est de Çorum, Sapinuwa était un important centre militaire et religieux hittite. La ville était établie dans une longue vallée entre Alacahoyuk et Hattusa, le long de la route commerciale est-ouest menant à l'Anatolie moyenne. Sapinuwa fut également la résidence de plusieurs rois hittites et, pendant un certain temps, la capitale de l'Empire.

Ruins of Sapinuwa
Ruines de Sapinuwa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Sapinuwa est mentionnée sur des tablettes cunéiformes mises au jour lors de fouilles à Hattusa, mais son emplacement n'a été identifié qu'en 1989, lorsqu'un agriculteur a trouvé des tablettes d'argile en labourant son champ. Les fouilles du site ont commencé l'année suivante, en 1990, pour le compte de l'université d'Ankara. Le site a livré des archives d'environ 4 000 tablettes et fragments de tablettes datant du début du 14e siècle avant notre ère.

Ruins of Sapinuwa, Building A
Ruines de Sapinuwa, bâtiment A
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Les ruines de Sapinuwa s'étendent sur 9 km² et comprennent de nombreuses fondations de bâtiments. Une structure monumentale à murs cyclopéens, appelée "bâtiment A", a été mise au jour sur le site. Il s'agissait d'un bâtiment de trois étages utilisé à des fins administratives, religieuses et commerciales. Parmi les autres structures découvertes, on trouve un entrepôt de grandes jarres où étaient stockés les céréales, le vin et l'huile d'olive. Une rue orientée nord-sud avec des ateliers d'un côté a également été mise au jour. Certaines des découvertes de Sapinuwa sont exposées au musée de Çorum.

Hittite Street in Sapinuwa
Rue hittite à Sapinuwa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)
Hittite Workshops in Sapinuwa
Ateliers hittites à Sapinuwa
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Ces derniers temps, le monde hittite a connu un regain d'intérêt et de notoriété. En témoignent la publication de nombreux livres et guides en anglais et en allemand, ainsi que le succès public de l'exposition sur les Hittites organisée en Allemagne en 2002 ("Hittites : Nation Of 1000 Gods"). En 2019, le Louvre à Paris a accueilli l'exposition "Royaumes oubliés, de l'empire hittite aux Araméens" qui invitait à découvrir les sites mythiques de cette civilisation oubliée, comme les vestiges majestueux du site de Tell Halaf, situé près de l'actuelle frontière turco-syrienne.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Carole Raddato
Carole gère le célèbre blog photo d'histoire ancienne "Following Hadrian" ("Sur les pas d'Hadrien") dans lequel elle relate ses voyages à travers le monde à la suite de l'empereur Hadrien.

Citer cette ressource

Style APA

Raddato, C. (2019, avril 11). Cinq Sites Historiques Clés de la Culture Hittite [Five Key Historical Sites of the Hittites]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1359/cinq-sites-historiques-cles-de-la-culture-hittite/

Style Chicago

Raddato, Carole. "Cinq Sites Historiques Clés de la Culture Hittite." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 11, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1359/cinq-sites-historiques-cles-de-la-culture-hittite/.

Style MLA

Raddato, Carole. "Cinq Sites Historiques Clés de la Culture Hittite." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 avril 2019. Web. 25 mai 2024.

Adhésion