Les Armées des Croisades

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 novembre 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien, portugais, espagnol

Les armées des croisades (11e-15e siècles), qui virent chrétiens et musulmans lutter pour le contrôle de territoires au Moyen-Orient et ailleurs, pouvaient compter plus de 100 000 hommes de part et d'autre, venus de toute l'Europe pour former les armées chrétiennes et de toute l'Asie occidentale et de l'Afrique du Nord pour les armées musulmanes. Les chrétiens avaient l'avantage de disposer de chevaliers disciplinés et bien armés, tandis que les musulmans utilisaient souvent la cavalerie légère et les archers avec beaucoup d'efficacité. Au fil du temps, les deux camps apprirent l'un de l'autre, adoptant des armes et des tactiques à leur avantage. D'énormes ressources furent investies dans les croisades des deux côtés et si les armées chrétiennes remportèrent des succès en Ibérie et dans la Baltique, dans l'arène qui comptait le plus, la Terre Sainte, c'est peut-être la supériorité des tactiques et le souci de la logistique qui permirent aux armées des différents États musulmans de venir à bout de la menace chrétienne.

Second Crusade Battle Scene
Scène de bataille de la deuxième croisade
Unknown Artist (Public Domain)

Les armées européennes

Tout au long des Croisades, les armées européennes étaient composées de chevaliers lourdement armés, de cavalerie légère, d'archers, d'arbalétriers, de frondeurs et de fantassins armés de lances, d'épées, de haches, de masses et de toute autre arme de leur choix. La plupart des chevaliers prêtaient allégeance à un chef particulier et, comme de nombreuses croisades étaient dirigées par plusieurs nobles, voire des rois et des empereurs, toute armée de croisade était généralement un mélange cosmopolite de nationalités et de langues. Bien qu'un chef général ait généralement été nommé avant la campagne, le pouvoir et la richesse des nobles impliqués signifiaient que les disputes sur la stratégie étaient fréquentes. À l'exception des deux premières croisades (1095-1102 et 1147-1149), les armées étaient presque entièrement constituées sur une base féodale - des hommes enrôlés sur les terres des barons - auxquels s'ajoutait une part importante de mercenaires, généralement des fantassins. Des groupes de mercenaires réputés en Europe venaient de Bretagne et des Pays-Bas, tandis que les arbalétriers italiens étaient très appréciés. Lorsque les rois étaient impliqués, ils pouvaient faire appel à la conscription de tout homme valide pour servir les besoins de la couronne, mais ces troupes étaient mal entraînées et mal équipées.

Supprimer la pub

Advertisement

Les chevaliers des ordres militaires étaient parfois un peu trop enthousiastes sur le champ de bataille mais leur vaillance et leur valeur pour la cause des croisades sont incontestées.

Le transport des armées là où elles étaient nécessaires était principalement assuré par les navires des États italiens de Gênes, Pise et Venise. Parfois, ces villes fournissaient également des troupes et des navires pour un service actif dans la campagne elle-même. Naturellement, une armée en campagne comptant des dizaines de milliers de combattants avait besoin d'un grand nombre de personnel non combattant, comme des bagagistes, des ouvriers, des charpentiers, des cuisiniers et des prêtres, tandis que les chevaliers amenaient leurs écuyers et leurs serviteurs personnels.

Les États croisés

Les quatre États croisés du Moyen-Orient étaient la Principauté d'Antioche, le Comté d'Édesse, le Comté de Tripoli et le Royaume de Jérusalem. Dirigés (en théorie) par ce dernier, les États levaient leurs propres armées à partir de tenanciers féodaux, d'hommes libres et de mercenaires. Les souverains accordaient souvent des domaines aux nobles en échange d'un quota fixe d'hommes de combat en temps de guerre. Les États croisés ne pouvaient pas compter sur la conscription de la population locale, car celle-ci était majoritairement musulmane et n'avait de toute façon aucune formation. En raison de la faible population occidentale, les États croisés étaient donc perpétuellement à court de combattants - ils ne pouvaient rassembler qu'un maximum de 1500 chevaliers, par exemple - et ils devinrent fortement dépendants des ordres militaires de la région. L'emploi de mercenaires dépendait évidemment des fonds disponibles, mais les États croisés recevaient au moins des paiements occasionnels des monarques européens. Ces souverains préféraient cette méthode d'assistance à l'envoi d'une véritable armée, afin de se conformer à leur devoir moral perçu en tant que souverains chrétiens de défendre la Terre Sainte. Un autre problème était le statut relativement égal entre les barons et le roi du Royaume de Jérusalem, qui entraînait de nombreuses querelles et même des cas où un ou plusieurs États croisés optaient temporairement pour la neutralité plutôt que de soutenir la cause commune de la défense.

Supprimer la pub

Advertisement

Les ordres militaires

Initialement formés pour protéger et offrir des soins médicaux aux pèlerins traversant la Terre Sainte, les ordres militaires tels que les Templiers, les Hospitaliers et les Chevaliers Teutoniques se sont rapidement imposés comme une présence militaire inestimable dans la région. Les chevaliers des ordres militaires, qui étaient recrutés dans toute l'Europe et vivaient comme des moines, se voyaient souvent confier les cols les plus dangereux et les châteaux les plus précieux sur le plan stratégique pour y tenir garnison, et ils fournissaient plusieurs centaines de chevaliers à la plupart des armées de campagne des croisades. Avec le meilleur entraînement et le meilleur équipement, ils constituaient la force d'élite des croisés et leur exécution fréquente en cas de capture témoigne du respect que leur portaient leurs adversaires - ils étaient tout simplement trop compétents et trop fanatiques pour être autorisés à retourner sur un futur champ de bataille. Le seul inconvénient des ordres était leur indépendance totale, ce qui entraînait parfois des disputes avec les dirigeants des États croisés et les chefs des armées croisées au sujet de la stratégie et des alliances. Les chevaliers des ordres militaires étaient parfois un peu trop enthousiastes sur le champ de bataille et pouvaient lancer des accusations irréfléchies et non étayées, mais leur valeur et leur contribution à la cause des croisades sont incontestées. D'autres ordres militaires virent très vite le jour en Europe, notamment dans la péninsule ibérique lors de la Reconquista contre les Maures musulmans, et les trois grands ordres déjà mentionnés étendirent leurs tentacules de pouvoir à toute l'Europe continentale. Les chevaliers teutoniques étaient particulièrement efficaces et créèrent leur propre État en Prusse et au-delà pendant les croisades du Nord contre les païens européens.

Medieval Great Sword
Grande épée médiévale
The Metropolitan Museum of Art (Copyright)

L'Empire byzantin

Au 12ème siècle, l'Empire byzantin était en déclin et son armée reflétait cette situation en étant principalement composée de mercenaires. Néanmoins, à l'époque de la première croisade, l'empereur byzantin Alexis I Comnène (r. de 1081 à 1118) pouvait rassembler une armée d'environ 70 000 hommes en cas de besoin. Au début des Croisades, l'Empire contribua aux armées croisées (avant d'être lui-même victime de la quatrième Croisade, de 1202 à 1204), en fournissant ses différentes unités de mercenaires, parmi lesquelles la cavalerie légère turque, les Gardes varangiennes, composées de descendants anglo-saxons et vikings qui maniaient d'énormes haches de combat, les Serbes, les Hongrois et l'infanterie rus. Tous étaient très bien organisés et entraînés, et les ingénieurs byzantins, qui apportaient une expertise inestimable à la guerre de siège, étaient particulièrement utiles.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les armées musulmanes - Les Turcs seldjoukides

Les armées musulmanes suivaient généralement le même schéma de recrutement que les armées européennes et étaient composées d'une garde du corps d'élite (askars), de levées féodales provenant de villes clés comme Mossoul, Alep et Damas, de troupes alliées, de volontaires et de mercenaires. Dans les armées musulmanes, il y avait des unités de cavalerie, qui pouvaient comprendre des archers montés, et des unités d'infanterie armées de lances, d'arbalètes ou d'arcs et protégées le plus souvent par un bouclier circulaire. La cavalerie seldjoukide portait généralement une armure lamellaire constituée de rangées superposées de petites plaques de fer ou de cuir durci.

Une tactique seldjoukide courante consistait à engager l'ennemi, à tirer un barrage de flèches mortelles, puis à se retirer aussi vite que possible pour minimiser les pertes.

Les Seldjoukides dominèrent l'Asie occidentale à partir du milieu du 11e siècle et leurs armées se distinguaient par leurs importants contingents d'archers montés hautement qualifiés. Il était courant d'engager l'ennemi, de tirer un barrage mortel de flèches, puis de se retirer aussi vite que possible pour minimiser les pertes. Avec un peu de chance, l'ennemi pouvait également être tenté de lancer une charge de cavalerie risquée pour les poursuivre, les archers pourraient alors faire demi-tour et attaquer à nouveau ou tirer sur l'ennemi depuis une position d'embuscade.

Les Fatimides

Le califat fatimide (909-1171) était basé en Égypte et s'appuyait largement sur des troupes mercenaires, mais sa grande richesse lui permettait de déployer de très grandes armées d'infanterie raisonnablement bien entraînée et bien équipée, y compris des contingents d'archers soudanais. La cavalerie était généralement composée d'un mélange d'Arabes, de Bédouins et de Berbères maniant le cimeterre. L'armée fatimide était peut-être la meilleure du monde musulman de l'époque, mais elle était quelque peu en retard sur les Croisés en termes d'armes, d'armures et de tactiques ; leurs successeurs, les Ayyubides, allaient cependant bientôt les rattraper.

Supprimer la pub

Advertisement

The Battle of Hattin, 1187 CE
La bataille de Hattin, 1187 ap. J.-C.
Unknown Artist (Public Domain)

Les Ayyoubides

La dynastie des Ayyoubides (1171-1260) fut façonnée par le grand chef musulman Saladin, sultan d'Égypte et de Syrie (r. 1174-1193). Reprenant les armées des Fatimides, Saladin en augmenta considérablement l'efficacité et choisit comme principale force d'élite environ 1 000 guerriers kurdes, les Mamelouks, qui avaient été entraînés depuis l'enfance et qui avaient des liens particulièrement forts avec leur commandant-formateur. Il y avait également un important contingent de guerriers esclaves turcs kipchak, en provenance de la steppe russe. Le reste de l'armée était composé de troupes levées par les gouverneurs régionaux de l'empire ayyoubide en Égypte, en Syrie et dans la Jazira (nord de l'Irak). L'infanterie de Saladin était particulièrement réputée pour sa discipline, une caractéristique qui, à l'époque, n'était généralement associée qu'aux unités de cavalerie d'élite.

Les Mamelouks

Comme nous l'avons déjà mentionné, les Mamelouks constituaient une partie essentielle des armées ayyoubides et ils devinrent si experts en guerre qu'ils renversèrent leurs maîtres au milieu du 13ème siècle et formèrent le Sultanat Mamelouk (1250-1517). Ils employaient des mercenaires tels que des Bédouins, des Turcs, des Arméniens et des Kurdes au sein de leurs armées qui étaient si grandes que les croisés se méfiaient beaucoup des batailles directes. La cavalerie mamelouke portait souvent des casques métalliques gravés de versets du Coran, une cotte de mailles sur la moitié inférieure du visage et un bouclier en forme de cerf-volant. Une autre caractéristique intéressante de l'armée de campagne mamelouke était les multiples corps de musiciens qui jouaient de la trompette et du tambour, ce qui contribuait à créer la panique chez l'ennemi, en particulier chez ses chevaux. La garde personnelle du sultan avait son propre groupe composé de 4 joueurs de hautbois, 20 trompettes et 44 tambours.

Les Maures

Les Maures, qui contrôlaient la majeure partie de la moitié sud de l'Ibérie et affrontèrent les croisés de la Reconquista, privilégiaient les tactiques de frappe et de fuite en utilisant une cavalerie légèrement armée dont les armes préférées étaient la lance et le javelot. Même les troupes d'infanterie, typiquement la ligne de front d'une unité, disposaient de javelots de lancer tandis que le reste était armé de longues lances. Les Berbères portaient un bouclier distinctif en forme de cœur, l'adarga, tandis que la cavalerie maure avait un bouclier en forme de cerf-volant semblable à celui de ses homologues européens.

Supprimer la pub

Advertisement

The Siege of Damietta, 1218-19 CE
Siège de Damiette, 1218-1219
Cornelis Claesz van Wieringen (Public Domain)

Les Ottomans

À la fin du XIVe siècle, un nouvel ennemi fut identifié comme une cible légitime pour une croisade : les Turcs ottomans. Les Ottomans possédaient deux unités d'élite dignes d'intérêt. Les gardes janissaires étaient un corps d'archers d'infanterie formé de chrétiens conscrits qui recevaient une formation militaire dès l'enfance. Deuxièmement, l'unité d'élite sipahis était une unité de cavalerie dont les membres se voyaient promettre le droit à des domaines et à des revenus fiscaux pour tout succès sur le champ de bataille. Les Ottomans utilisèrent également des armes à poudre à partir du 15e siècle. Certains de leurs canons étaient énormes, mesurant 9 mètres (30 pieds) de long et capables de tirer un boulet de 500 kilos (1100 livres) sur une distance de 1,5 km (1600 yards).

Organisation et tactique

Les armées croisées étaient organisées en plusieurs divisions, chacune dirigée par un commandant supérieur qui devait suivre le plan de bataille pré-établi et les ordres du commandant général. La communication s'effectuait par le biais de bannières (qui servaient surtout de points de ralliement) ou d'ordres verbaux, mais dans le bruit, la poussière et le chaos de la bataille, il était plus raisonnable que chacun évite la tentation des charges irréfléchies sans avoir de soutien approprié. Non pas que cela ne se produisit jamais, car de nombreuses défaites au cours des croisades étaient dues en grande partie au fait qu'un élément d'une armée avait pris un risque trop élevé dans une action indépendante.

En termes de tactique, l'infanterie était généralement armée de lances et d'arbalètes et protégée par une armure rembourrée. Au combat, ils étaient disposés de manière à former un encerclement protecteur de leur propre cavalerie lourde de chevaliers. L'idée était d'empêcher les missiles ennemis de blesser les chevaux s'ils disposaient d'une barrière protectrice composée de fantassins plus faciles à sacrifier. La même stratégie était utilisée lorsqu'une armée de croisés était en marche. Au combat, l'infanterie était divisée en petites compagnies, tandis que les chevaliers opéraient généralement par groupes de 20 à 25.

Supprimer la pub

Advertisement

Les chevaliers constituaient l'élite des armées croisées. Protégés par des armures de chaînes puis de plaques, et montés sur un cheval également protégé, ils pouvaient charger l'ennemi en formation très serrée avec des lances et briser les lignes ennemies, en abattant les adversaires avec leurs longues épées. Les sergents, le grade inférieur à celui de chevalier, pouvaient également former des unités de cavalerie, mais ils étaient également utilisés comme fantassins. Au départ, la cavalerie lourde permit aux Européens de remporter d'importantes victoires, mais les armées musulmanes finirent par s'adapter et même par adopter certaines de leurs tactiques, les Ayyoubides alignant par exemple leurs propres unités de cavalerie lourde.

Siege of Lisbon, 1147 CE
Siège de Lisbonne, 1147
Roque Gameiro (Public Domain)

Les chevaliers ne représentaient qu'environ 10 % de l'armée des Croisés et la cavalerie lourde avait besoin d'un terrain relativement plat et sec pour être efficace. Par conséquent, un corps d'infanterie bien discipliné et numériquement supérieur, armé d'arbalètes, pouvait parfois leur tenir tête au combat. Il convient également de rappeler que les guerres des croisades consistaient le plus souvent en des sièges de villes fortifiées ; les batailles en campagne étaient rares et le pari était tel qu'une défaite en un seul jour pouvait sonner le glas d'une campagne particulière. En outre, l'une des tactiques favorites des musulmans consistait à harceler l'ennemi avec de la cavalerie légère et des archers montés, de sorte que les chevaliers n'avaient jamais l'occasion d'effectuer une charge disciplinée contre des lignes ennemies massées. Dans l'ensemble, le rôle des chevaliers en armure n'eut pas une aussi grande influence sur la victoire que la littérature et les légendes ultérieures voudraient nous le faire croire.

Comme nous l'avons vu, la guerre de siège constituait une part importante de la guerre de croisade et les chevaliers étaient censés se joindre à tous les autres pour tenter de mettre à genoux une ville ou un camp fortifié aussi rapidement que possible. Les armées chrétiennes et musulmanes se faisaient face, tour à tour, en tant qu'attaquant ou défenseur au cours des nombreuses campagnes. Les catapultes lançaient d'énormes rochers et des missiles enflammés contre les défenseurs. Parfois aussi, des projectiles de nature plus psychologique, comme des têtes décapitées, étaient lancés par-dessus les murs. Il y avait même des commandants sans scrupules qui autorisaient le tir de cadavres d'animaux et d'humains malades sur les lignes ennemies. Les tours de siège et les béliers permettaient une attaque directe sur les murs eux-mêmes. Le sapement des murs était une tactique où des ingénieurs spécialisés creusaient des tunnels et y allumaient des feux pour faire s'effondrer les fondations des tours. Pendant ce temps, les défenseurs lançaient des pierres et des liquides inflammables sur les attaquants et envoyaient des sorties de cavalerie lourde pour perturber les camps des attaquants.

Logistique

La logistique a toujours été un aspect crucial de la guerre et peut signifier la défaite ou la victoire, quelles que soient les aptitudes au combat d'une armée et les connaissances stratégiques d'un commandant. Malheureusement pour les croisés, l'Europe médiévale avait depuis longtemps perdu les compétences en matière de logistique de combat, celles-ci ayant disparu après la disparition des Romains. Ces compétences durent être réapprises au Moyen-Orient, d'autant plus que le climat et le terrain étaient souvent rudes et arides et que vivre de la terre n'était généralement pas envisageable. De nombreuses armées croisées furent vaincues simplement parce qu'elles ne trouvaient pas de nourriture et d'eau adéquates et que les hommes mouraient du scorbut ou de faim. Les maladies bactériennes étaient également fréquentes, surtout dans les camps crasseux des armées de siège qui ne disposaient pas d'installations sanitaires adéquates, d'eau potable et de traitement des morts.

Le manque de planification était également souvent évident, les sièges des croisés étant menés sans équipement de siège adéquat ou les rivières naviguant sans bateaux fiables. Il y eut des exceptions : Richard Ier d'Angleterre (1189-1199) était un planificateur méticuleux et non seulement il expédia des catapultes au Moyen-Orient, mais aussi les énormes rochers dont ils avaient besoin comme munitions. Les armées des États croisés étaient bien meilleures dans cet aspect de la guerre et des colonnes et des chaînes de bases de ravitaillement étaient parfois établies, mais une fois de plus, lorsque les dirigeants européens se rendirent sur le terrain, ils ignoraient souvent les défis particuliers du terrain sur lequel ils espéraient remporter la victoire. En revanche, les musulmans étaient bien meilleurs dans ce domaine et maintenaient d'excellentes colonnes de ravitaillement utilisant des milliers de mules et de chameaux qui comprenaient des médecins et du matériel médical. En outre, les armées musulmanes aggravaient fréquemment la situation des Croisés en contaminant les puits, en rassemblant le bétail et en détruisant les cultures. Enfin, une caractéristique du monde musulman qui s'est souvent avérée utile pendant les croisades est le système de communication bien établi des postes de relais répartis dans toute la région et reliés par des pigeons dressés. Les messages étant portés à vol d'oiseau sur des distances de 1500 km, les mouvements de l'ennemi pouvaient être rapidement signalés et les réponses appropriées planifiées et exécutées.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, novembre 15). Les Armées des Croisades [The Armies of the Crusades]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1281/les-armees-des-croisades/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Les Armées des Croisades." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 15, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1281/les-armees-des-croisades/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Les Armées des Croisades." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 nov. 2018. Web. 07 août 2022.

Adhésion