Commerce Étrusque

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 février 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La civilisation étrusque s'épanouit en Italie centrale entre le VIIIe et le IIIe siècle avant notre ère, et sa prospérité reposait en grande partie sur l'exploitation des ressources minérales locales, à la fois par le biais de produits manufacturés et du commerce. Les Étrusques échangeaient des marchandises non seulement avec les autres villes d'Étrurie, mais aussi avec les civilisations méditerranéennes de l'époque, telles que les Grecs, les Phéniciens et les cultures du Proche-Orient. Particulièrement connus pour leur production et leur exportation de fer, les Étrusques recevaient en échange, entre autres, de l'ivoire d'Égypte, de l'ambre de la Baltique et des poteries de Grèce et d'Ionie. Ces relations commerciales s'accompagnaient d'influences culturelles qui se manifestaient à la fois dans la vie quotidienne et dans l'art étrusque.

Etruscan Gold Coin
Pièce d'or étrusque
Sailko (CC BY)

Un réseau de villes indépendantes

Il est peut-être important de noter ici que lorsque l'on parle du commerce étrusque, on décrit les accords commerciaux de villes individuelles. Les Étrusques ne formaient pas un État politique et économique cohérent, comme l'explique l'historien N. Spivey,

Supprimer la pub
Advertisement

Il est clair qu'il n'y avait pas de commerce administré à ce stade; de nombreuses petites unités politiques se faisaient concurrence dans des conditions relativement égales au sein d'un réseau d'échange. L'accès à ce réseau d'échange était limité à une élite "chefferiale", mais n'était pas fortement centralisé. (Spivey & Stoddart, 83)

Cela dit, il est vrai que les villes côtières étrusques jouaient généralement le rôle d'emporia, surtout à partir du 7e siècle avant notre ère. Des sites tels que Cerveteri, Tarquinia et Populonia permettaient d'échanger des marchandises avec l'intérieur de l'Étrurie. On peut imaginer que les marchandises provenant de l'intérieur des terres voyageaient dans la direction opposée.

Etruscan Civilization
Civilisation étrusque
NormanEinstein (GNU FDL)

Les marchandises étaient échangées et payées en nature, bien qu'à partir du VIe siècle avant notre ère, il existe des preuves que des lingots de bronze estampillés d'une branche sans feuilles étaient utilisés pour payer les commandes en gros. À partir du Ve siècle avant notre ère, plusieurs villes étrusques frappaient leur propre monnaie d'or ou d'argent, même si, comme ailleurs en Méditerranée, cette activité était probablement motivée par la nécessité de payer les soldats plutôt que par le commerce.

Supprimer la pub
Advertisement

Commerce de la culture de Villanova

La culture étrusque primitive, connue sous le nom de culture de Villanova de l'âge du fer, se développa entre 1000 et 750 avant notre ère dans le centre-ouest de l'Italie. La prospérité initiale de ces peuples reposait sur les riches gisements de minerais de la région, dont le plomb, l'étain, le cuivre, l'argent et, surtout, le fer. L'agriculture se développa grâce aux outils métalliques qui améliorèrent la productivité, ce qui apporta une stabilité et la possibilité d'une petite industrie manufacturière de poterie et d'articles en métal. Ainsi, des échanges de marchandises eurent lieu entre les villes étrusques, en particulier celles situées sur la côte et près des fleuves, où l'accès à l'intérieur des terres était plus facile. De plus, les œuvres en bronze découvertes sur les sites étrusques indiquent des contacts avec la Sardaigne, l'Europe centrale, les Balkans et même les Cyclades. Ces liens permirent l'émergence d'une métallurgie plus avancée, mais l'essor du commerce étrusque n'en était qu'à ses débuts.

les ressources minérales et la richesse accrue des Étrusques finirent par attirer des étrangers dans la région.

Des horizons élargis

Les ressources minérales et la richesse accrue des Étrusques finirent par attirer des étrangers dans la région. Au VIIIe siècle avant notre ère, les Eubéens, par l'intermédiaire de leur base de Pithecusae (Ischia), se présentèrent aux Étrusques. Toujours au VIIIe siècle avant notre ère, voire plus tôt, des liens commerciaux furent établis avec les cultures contemporaines d'Égypte, de Phénicie, d'Ionie et du Proche-Orient, toutes désireuses de trouver de nouvelles sources de métaux. En témoignent les découvertes, par exemple, d'œufs d'autruche (décorés en Étrurie), d'objets en ivoire, de bijoux en pâte de verre et d'objets métalliques caractéristiques de leur lieu de production, tels que de petits bateaux en bronze de Sardaigne et des scarabées d'Égypte. La poterie grecque de qualité semble avoir été particulièrement appréciée par les Étrusques, et elle provenait d'ateliers de Sparte, de Corinthe, de Grèce orientale et, surtout, d'Attique. Il est également prouvé que certaines poteries avaient même été fabriquées pour répondre aux goûts des Étrusques. Les importations étrangères ne mirent pas fin à la production locale, comme l'illustrent les objets du peintre Micali de Vulci. Ses vases ont été retrouvés sur des sites de toute l'Étrurie et montrent que le commerce local prospéra parallèlement aux échanges internationaux. Parmi les autres importations étrangères, citons l'or, l'ivoire, les meubles en bois noble, les bouteilles en verre pour les parfums et les crèmes, les lampes à huile et les esclaves.

Supprimer la pub
Advertisement

Attic Black-figure Plate, Vulci
Assiette attique à figures noires, Vulci
Egisto Sani (CC BY-NC-SA)

La présence maritime des Étrusques à cette époque était telle qu'ils acquirent une réputation de pirates qui perdurerait tout au long de l'Antiquité. L'industrie manufacturière, déjà en plein essor grâce à l'approvisionnement en matières premières, bénéficia en outre de l'arrivée d'artistes et d'artisans de Grèce et du Levant venus en personne s'installer en Étrurie, tant la demande d'objets en métaux précieux et de poteries fines était forte. Nombre de ces artistes et commerçants étrangers s'établirent dans des zones commerciales côtières spécialisées, les emporia. Ils pouvaient y vivre comme ils l'entendaient, protégés par leurs sanctuaires et pouvant pratiquer leur religion, en fait une maison loin de chez eux. Les plus importants de ces emporia étaient Pyrgi (un port de Cerveteri), Regae (Vulci) et Gravisca (Tarquinia). Les Étrusques étaient ainsi assurés d'un approvisionnement continu en produits de luxe dont ils avaient besoin pour leur usage quotidien, pour les offrandes votives dans les sanctuaires ou pour les produits destinés à accompagner les morts dans les grandes tombes peintes de l'élite étrusque au fil des siècles.

Exportations rentables

Au VIe siècle avant notre ère, les céréales, les pignons, l'huile d'olive et le vin étrusques étaient exportés en grandes quantités. Chiusi produisait des sculptures en pierre et des chaudrons en bronze. Pise était réputée pour son marbre et son bois adaptés à la construction navale, Cerveteri était connue pour son orfèvrerie et ses récipients à eau en poterie à deux anses, Populonia était l'un des principaux producteurs méditerranéens de fonte (fonte du minerai de l'île d'Elbe), Tarquinia avait sa production de lin, Veii produisait des poteries et des mors de cheval en bronze, et Vulci avait d'innombrables ateliers où l'on produisait à peu près tout, des œufs d'autruche peints aux plaques d'ivoire incrustées.

La concurrence accrue des marchands grecs et carthaginois poussa toutefois les Étrusques à chercher de nouveaux marchés à l'intérieur des terres qu'ils trouvèrent chez les Celtes, de l'autre côté des Alpes. Les exportations de vin sont attestées par les nombreuses découvertes de grandes cruches en bronze fabriquées à Vulci. Des amphores fabriquées à Vulci et transportant le vin local ont été retrouvées le long de la côte étrurienne, en Provence, à Alicante et sur les îles de Sicile et de Naxos.

Supprimer la pub
Advertisement

Bucchero Krater
Cratère en bucchero
Metropolitan Museum of Art, N.Y: (Copyright)

Une autre exportation étrusque à succès était le bucchero, leur propre poterie distinctive avec une finition brillante proche du noir. Des exemples de bucchero ont été trouvés le long des zones côtières du sud de la France et du nord-ouest de l'Espagne, à Athènes, Sparte et Corinthe, à Corfou et à Chypre, à Carthage, en Roumanie, en Syrie, en Libye et en Égypte. D'autres produits manufacturés étrusques (mors de chevaux, casques et boucliers) étaient appréciés par les cultures étrangères, comme en témoigne leur utilisation en tant qu'offrandes votives dans des sites religieux "internationaux" aussi importants qu'Olympie, Delphes et Dodone. En outre, des fibules (boucles) de fabrication italienne ont été mises au jour à Égine, Rhodes et Samos.

Concurrence commerciale

Naturellement, les Étrusques étaient loin d'avoir la vie facile et d'autres cultures commerciales cherchèrent souvent à s'immiscer dans leurs lucratives routes commerciales. En 509 avant notre ère, les cités étrusques signèrent un traité avec Carthage pour convenir de zones d'opération exclusives, mais elles durent défendre leurs intérêts contre une flotte grecque. C'est ce qu'elles firent avec succès lors de la bataille d'Alalia (ou bataille de la mer Sarde) en 540 avant notre ère. Au Ve siècle avant notre ère, Syracuse était la principale puissance commerciale de la Méditerranée, et la ville sicilienne s'associa à Cumes pour infliger une défaite navale aux Étrusques lors de la bataille de Cumes en 474 avant notre ère. Le pire était à venir lorsque le tyran syracusain Denys l'Ancien décida d'attaquer la côte étrusque en 384 avant notre ère et de détruire de nombreux ports étrusques. À la fin du IVe siècle avant notre ère, Rome commençait également à montrer ses muscles dans la région, et ces facteurs contribuèrent de manière significative à la perte du commerce et au déclin consécutif de nombreuses villes étrusques à partir du IVe siècle avant notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, février 09). Commerce Étrusque [Etruscan Trade]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1014/commerce-etrusque/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Commerce Étrusque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 09, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1014/commerce-etrusque/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Commerce Étrusque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 févr. 2017. Web. 25 févr. 2024.

Adhésion