Bès

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 novembre 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien
Bes, Blue Glazed Relief (by The Trustees of the British Museum, Copyright)
Bès, relief bleu émaillé
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Bès est le dieu égyptien antique de l'accouchement, de la fertilité, de la sexualité, de l'humour et de la guerre, mais il servit surtout de dieu protecteur des femmes enceintes et des enfants. Il est régulièrement représenté comme un nain barbu aux grandes oreilles, aux cheveux longs, aux parties génitales proéminentes et aux jambes arquées.

Il est généralement représenté tenant un hochet, mais parfois un serpent (ou des serpents), un couteau ou une épée. L'image de Bès était souvent placée près des portes en signe de protection et apparaît presque toujours à l'extérieur des maisons de naissance. C'était également une image populaire utilisée sur des articles ménagers tels que des miroirs, des étuis à cosmétiques, sur des meubles et comme manche de couteau.

Supprimer la pub

Advertisement

Son aspect féminin, Beset, apparaît dans les sorts destinés à éloigner les fantômes, la magie noire, les mauvais esprits et les démons. Beset est en fait un démon, plus qu'un dieu, mais ce mot ne doit pas être compris dans son sens moderne. Un "démon" (du mot grec daimon) peut être une entité bonne ou mauvaise, à l'instar du démon mésopotamien Pazuzu, qui, lui aussi, présidait aux femmes enceintes et aux enfants. Bien que Bès soit fréquemment associé à son aspect féminin en tant que consort, il est plus régulièrement identifié à la déesse Taouret, la divinité hippopotame de l'accouchement et de la fertilité.

Origine et nature

BÈS, L'ANCIEN DIEU ÉGYPTIEN DE L'ACCOUCHEMENT ET DE LA FERTILITÉ, ÉTAIT RÉGULIÈREMENT REPRÉSENTÉ COMME UN NAIN barbu AUX GRANDES OREILLES, AUX CHEVEUX LONGS, AUX ORGANES GÉNITAUX PROÉMINENTS ET AUX JAMBES ARQUÉES.

Bien que Bès ait été l'un des dieux les plus populaires de l'Égypte ancienne, aucune histoire sur son origine n'a été trouvée. Il partage des similitudes avec au moins neuf autres divinités, selon l'égyptologue Richard Wilkinson, qui énumère Aha, Âmam, Hayet, Ihty, Mefdjet, Menew, Segeb, Sopdou et Tetetenu avec Bès dans une quasi-uniformité de rôle et de ressemblance (102). Ce qui distinguait Bès de ces autres, apparemment, était son caractère unique.

Supprimer la pub

Advertisement

Il n'était pas un dieu au même titre qu'Osiris ou Thot, n'avait pas de temple (à l'exception d'un temple protégeant les raisins du vignoble de l'oasis de Baharia) et ne faisait l'objet d'aucun culte officiel, mais était honoré dans les foyers égyptiens depuis l'époque de l'Ancien Empire (c. 2613 - c. 2181 av. JC) jusqu'à l'Empire romain, en passant par la dynastie ptolémaïque (323-30 av. JC), bien que sa popularité soit la plus répandue à partir du Nouvel Empire d'Égypte (1570-1069 av. JC). Son rôle de protecteur des enfants s'est étendu à celui de protecteur de quiconque se plaçait sous sa garde et les soldats égyptiens (et plus tard romains) avaient des images de Bès inscrites sur leurs boucliers et buvaient dans des gobelets gravés de Bès avant la bataille.

La nature protectrice de Bès s'exprimait par ses talents de guerrier qui repoussait le mal, mais aussi par son côté plus léger. Conformément au concept égyptien de la valeur de l'équilibre, Bès est aussi souvent représenté dans l'art en train de rire, de danser et de chanter qu'en tant que guerrier/protecteur féroce. On pensait qu'il amusait les petits enfants avec ses chansons, et si l'on voyait un enfant sourire ou rire, apparemment pour rien, on pensait que Bès en était la cause. Cela peut sembler étrange car Bès était le plus souvent représenté comme un nain laid et renfrogné qui exhibait fréquemment ses immenses organes génitaux, mais comme l'écrit Wilkinson:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Malgré son apparence, qui changea dans de nombreux détails au fil du temps, Bès était considéré comme bienfaisant pour les humains et il était accepté par toutes les classes d'Égyptiens comme une puissante divinité apotropaïque [celle qui éloigne le mal et protège de la malchance]... Tout comme la figure de Bès subsumait divers dieux et démons mineurs, dans les temps ultérieurs, il était lui-même syncrétisé avec d'autres divinités protectrices, formant le "noyau" d'une divinité composite dont les éléments comprenaient Amon, Min, Horus, Sopdu, Reshef et d'autres dieux. Mythologiquement, Bès pouvait également être associé à , Hathor et Horus - et une forme féminine du dieu, Beset, apparaît parfois comme la mère d'Horus. (102)

Bien qu'il ait été suggéré que Bès était à l'origine une divinité nubienne, libyenne ou syrienne, il s'agit principalement de spéculations et, comme le notent Wilkinson et d'autres égyptologues (dont Pinch et David), d'efforts inutiles. Le dieu apparaît pour la première fois dans l'art de l'Ancien Empire d'Égypte, et il ne semble pas y avoir de raison impérieuse de lui chercher une origine en dehors d'Égypte.

Le culte et la vie quotidienne

Comme il n'y avait pas de temple ou de clergé officiel pour Bès, il n'y avait pas non plus de culte officiel. Les gens rendaient hommage à Bès à la maison ou dans les maisons de naissance où il montait la garde. L'égyptologue Rosalie David écrit:

Les dieux domestiques étaient adorés dans un sanctuaire avec des stèles, des tables d'offrandes, des jarres d'eau, des braseros et des vases dans une zone séparée de la maison. Le culte à domicile reflétait probablement les rituels pratiqués dans les grands temples et incluait la présentation d'offrandes alimentaires et de libations ainsi que la combustion d'encens devant la statue du dieu. (Manuel, 118)

Dans les foyers plus modestes qui ne pouvaient pas s'offrir de stèles, de tables d'offrandes et de vases, une simple statue de Bès était placée sur un autel et on offrait ce que l'on pouvait se permettre. Bès était principalement vénéré à travers les activités quotidiennes des gens qui vaquaient à leurs occupations. Bès était souvent gravé sur des meubles, par exemple, et surtout sur des lits pour protéger les gens (surtout les enfants) des mauvais esprits ou des fantômes qui pouvaient venir la nuit.

Supprimer la pub

Advertisement

Wilkinson note comment "la vaste gamme d'objets sur lesquels Bès était représenté et le grand nombre de ses images et amulettes démontrent sa grande popularité en tant que divinité domestique" (104). Il apparaît sur des pots d'onguent, des appuie-tête, des amulettes, des bracelets, des canapés, des lits, des chaises, des miroirs, des couteaux et de nombreux autres objets domestiques. On l'a retrouvé dans les ruines du palais d'Amenhotep III à Malkata et dans les maisons des ouvriers à Deir el-Médineh. Rosalie David note que les deux dieux les plus populaires vénérés à Deir el-Médineh étaient Bès et Taouret, qui apparaissent fréquemment ensemble dans les objets d'art trouvés dans les maisons les plus modestes comme les plus grandes de cette région (Handbook,118).

Cosmetic Spoon Handle with the Image of Bes
Manche de cuillère à cosmétique avec image de Bès
The Trustees of the British Museum (Copyright)

David souligne que Bès faisait partie intégrante des aspects les plus fondamentaux de la vie en tant que dieu de "l'amour, du mariage, de la danse et de la joie", qui "assistait également aux accouchements et protégeait les jeunes et les faibles" (Handbook, 118). Dans le cadre de ses fonctions, il était chargé d'encourager l'apprentissage de la propreté chez les jeunes et apprenait aux garçons et aux filles à être courageux, à se battre pour la justice, mais aussi à profiter de la vie, à chanter et à danser.

Il pouvait également influencer la profession d'un garçon. En effet, un enfant (presque toujours de sexe masculin) qui avait la même morphologie courte et potelée que Bès était considéré comme ayant été choisi par les dieux pour devenir prêtre marchand, un membre du clergé qui surveillait les marchandises qui entraient et sortaient du temple. Bès était considéré comme un protecteur de ces biens et les prêtres marchands avaient souvent un corps semblable à celui de Bès. Il encourageait également les filles dans leurs tâches domestiques et, comme Bastet, gardait leurs secrets et protégeait leur santé.

Supprimer la pub

Advertisement

Bès et l'intérêt des femmes

Bès était à l'origine, et est resté principalement, le dieu des femmes enceintes et de l'accouchement. Les femmes qui avaient des difficultés à concevoir se rendaient dans une chambre de Bès (également appelée chambre d'incubation) dans un site tel que le temple d'Hathor à Dendérah, où elles passaient la nuit en présence du dieu. À l'époque de la dynastie ptolémaïque, ces chambres à Bès étaient décorées d'images d'un Bès nu avec un phallus en érection et d'une déesse nue pour encourager la fertilité et la guérison. Les femmes utilisaient ou portaient régulièrement des objets gravés à l'effigie du dieu et se faisaient même tatouer des images de lui sur le corps. L'égyptologue Geraldine Pinch écrit:

Les "vieilles femmes" égyptiennes racontaient probablement des histoires sur les frasques de Bès, mais elles ne survivent pas dans les archives écrites. Les preuves de l'existence de divinités naines sont principalement picturales. Elles apparaissent sur des objets magiques, des meubles de chambre à coucher et des articles utilisés pour contenir ou appliquer du maquillage. Les amulettes et les figurines Bès furent populaires pendant plus de 2 000 ans. Certaines femmes décorèrent même leur corps de tatouages Bès pour améliorer leur vie sexuelle ou leur fertilité. (118)

À partir du Nouvel Empire, Bès est de plus en plus représenté en compagnie de Taouret enceinte dans des images célébrant la naissance et la fertilité. Pinch note : " Bès et Taouret étaient également les gardiens des nourrissons divins vénérés dans les Maisons de naissance des temples du premier millénaire avant notre ère. Les textes des temples et les textes magiques donnent à Bès ou Bès-Shu le rôle d'ouvrir l'utérus pour permettre la naissance d'un enfant" (119). Ces maisons de naissance étaient un aspect régulier des temples dans toute l'Égypte et comportaient des statues ou des inscriptions de Bès à l'extérieur et des peintures murales de Bès et Taouret à l'intérieur. L'une des images les plus connues de Bès provient d'ailleurs de la maison de naissance du temple d'Hathor à Dendérah. Les scènes de ces maisons de naissance étaient souvent peintes sur les murs des maisons et apparaissent même sur les murs de la maison de l'ouvrier à Deir el-Médineh pour encourager la fertilité et assurer la protection.

Taweret
Taouret
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Les musiciennes portaient régulièrement des amulettes de Bès ou avaient des tatouages du dieu pour inspirer leur art. Les prostituées étaient également tatouées d'images de Bès, comme le note l'égyptologue Joyce Tyldesley: "Les prostituées utilisaient leurs talents musicaux pour séduire leurs clients et un lien entre la musique, la féminité, le sexe et même l'accouchement est suggéré par les tatouages de Bès sur les cuisses des prostituées musiciennes" (130). Les prêtresses, les danseuses et les musiciennes se tatouaient également des images, cependant, et les spécialistes ne s'accordent pas sur la question de savoir si ce sont principalement les prostituées qui s'ornaient d'images de Bès ou s'il s'agit d'une pratique observée par les femmes dans les arts et la religion égyptienne en général. La danseuse Isadora d'Artemisia (c. 206 de notre ère), par exemple, était une célèbre danseuse à castagnettes qui avait un tatouage de Bès sur la cuisse. Isadora était une femme libre et une artiste très bien rémunérée qui exigeait un prix de trente-six drachmes par jour, les frais de voyage, l'assurance de sa garde-robe et de ses bijoux, et les frais de repas. Aucun document n'indique en aucune façon qu'elle était une prostituée.

Supprimer la pub

Advertisement

Bès sous sa forme féminine, comme nous l'avons vu, était fréquemment associé à Hathor et, par ce lien, au concept de déesse lointaine. La déesse lointaine était une divinité qui quittait son foyer pour partir à l'aventure - généralement contre la volonté de son père - puis revenait ou était ramenée et, par cette action, initiait une sorte de transformation. Bès est représenté comme un singe, divertissant la déesse à son retour, ou comme la déesse elle-même. L'aspect transformateur de Bès et son apparence redoutable le définissent comme un "dieu farceur" - un dieu qui peut sembler nuisible mais qui a à cœur les meilleurs intérêts de l'humanité.

Le Gardien Divin

Bès était souvent invoqué dans la jeunesse d'une personne pour la protéger, que ce soit par un parent, un tuteur ou par soi-même. La berceuse magique de l'Égypte ancienne était un sort qu'une mère ou une sœur aînée chantait pour éloigner les mauvais esprits d'un enfant endormi, et Bès était parfois invoqué en même temps que ce poème pour une protection maximale. Les mères dessinaient une image de Bès sur la main gauche de leur enfant et enveloppaient la main dans un tissu béni par le temple pour que l'enfant fasse des rêves agréables. L'image de Bès sur la main associée au monde du rêve chassait tout élément spirituel susceptible de donner des cauchemars à l'enfant.

Bes Figurine, British Museum
Figurine de Bès, British Museum
The Trustees of the British Museum (Copyright)
.

Tout comme Bès protégeait l'enfant pendant son sommeil, il était présent tout au long de la journée pour l'encourager, l'animer et le protéger. Wilkinson note les travaux de l'érudit James Romano qui a démontré que "l'origine de l'iconographie de Bès se trouve très probablement dans l'image d'un lion mâle se dressant sur ses pattes arrière" (102). Le lion était l'une des premières images zoologiques représentant le pouvoir des dieux et les forces de la nature. L'idée que Bès soit issu de l'imagerie du lion prend tout son sens si l'on considère la manière dont le lion fut utilisé dans l'iconographie tout au long de l'histoire égyptienne.

Le lion symbolise toujours le pouvoir divin ou temporel, la protection, la majesté et la vitalité. Bès, le nain hirsute, n'a peut-être pas la dignité d'un lion dans nombre de ses représentations, mais il incarne certainement les éléments que les Égyptiens croyaient que les lions symbolisaient. Endormis ou éveillés, tout au long de la vie, Bès veille toujours sur les gens, les protège et les encourage à faire de leur mieux..

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, novembre 07). Bès [Bes]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-798/bes/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Bès." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 07, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-798/bes/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Bès." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 nov. 2016. Web. 02 déc. 2022.

Adhésion