Amenhotep III

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2192 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 juillet 2011
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan
X
Amenhotep III (by Trustees of the British Museum, Copyright)
Amenhotep III
Trustees of the British Museum (Copyright)

Amenhotep III (c. 1386-1353 av. J.-C.) fut le neuvième roi de la XVIIIe dynastie d'Égypte. Il est également connu sous les noms de Nebmaâtrê, Aménophis III et Amāna-Ḥātpa, tous liés au concept de satisfaction du dieu Amon ou, dans le cas de Nebmaâtrê, à l'idéal de l'équilibre satisfait, ma'at (ou maât).

Il était le fils du pharaon Touthmôsis IV et de son épouse Moutemouia, l'époux de la reine Tiyi, le père d'Akhenaton et le grand-père de Toutânkhamon et d'Ânkhésenamon. Sa plus grande contribution à la culture égyptienne fut de maintenir la paix et la prospérité, ce qui lui permit de se consacrer aux arts.

Supprimer la pub
Publicité

Bon nombre des structures les plus impressionnantes de l'Égypte ancienne furent construites sous son règne et, grâce à ses campagnes militaires, non seulement il renforça les frontières de son pays, mais il les étendit également. Il gouverna l'Égypte avec Tiyi pendant 38 ans, jusqu'à sa mort. Amenhotep IV, plus tard connu sous le nom d'Akhenaton, lui succéda.

Le règne opulent d'Amenhotep III

Le père d'Amenhotep, Touthmôsis IV, avait laissé à son fils un empire d'une taille, d'une richesse et d'une puissance immenses. L'égyptologue Zahi Hawass écrit: "Amenhotep III vit le jour dans un monde où l'Égypte régnait en maître. Ses coffres étaient remplis d'or et ses vassaux s'inclinaient devant les puissants souverains des Deux Terres [l'Égypte]" (27). Il n'avait que douze ans lorsqu'il monta sur le trône et épousa Tiyi lors d'une cérémonie royale. Un aspect significatif de la relation entre Amenhotep et son épouse est que, immédiatement après leur mariage, elle fut élevée au rang de Grande Épouse Royale, un honneur que la mère d'Amenhotep, Moutemouia, n'avait jamais reçu et cela signifiait en fait que Tiyi avait un rang supérieur à celui de la mère du roi dans les affaires de la cour.

Supprimer la pub
Publicité
Maître en diplomatie, il mettait les autres nations à sa merci par de somptueux cadeaux en or, afin qu'elles se plient à ses désirs, ce qu'elles faisaient invariablement.

Après son mariage, le roi entreprit de poursuivre la politique de son père et de mettre en œuvre de nouveaux programmes de construction dans toute l'Égypte. Maître en diplomatie, il mettait les autres nations à sa merci par de somptueux cadeaux en or, afin qu'elles se plient à ses désirs, ce qu'elles faisaient invariablement. Sa générosité envers les rois amis est bien établie et il entretenait des relations fructueuses avec les nations environnantes.

Il était également connu comme un grand chasseur et sportif et se vantait dans une inscription que "le nombre total de lions tués par Sa Majesté avec ses propres flèches, de la première à la dixième année [de son règne], était de 102 lions sauvages" (Nardo, 19). En outre, Amenhotep III était un chef militaire compétent qui "participa probablement à une campagne en Nubie, ou dirigea ses commandants militaires, et il fit faire des inscriptions pour commémorer cette expédition" (Bunson, 18).

Supprimer la pub
Publicité

Il préserva l'honneur des femmes égyptiennes en refusant de les envoyer comme épouses auprès de souverains étrangers, affirmant qu'aucune fille égyptienne n'avait jamais été envoyée dans un pays étranger et ne le serait pas sous son règne. Dans tous ces domaines, Amenhotep III imita ou améliora la politique de son père, et il en fit de même en matière de religion. Amenhotep III était un fervent défenseur de l'ancienne religion égyptienne et y trouva un exutoire parfait pour son plus grand intérêt: les arts et les projets de construction.

Constructions monumentales

L'historien Durant décrit la grandeur des monuments d'Amenhotep en écrivant: "Deux géants [siègent] dans la pierre, représentant le plus luxueux des monarques égyptiens, Amenhotep III. Chacun mesure soixante-dix pieds de haut, pèse sept cents tonnes et est taillé dans un seul rocher" (141). La vision d'Amenhotep III était celle d'une Égypte si splendide qu'elle susciterait l'admiration, et les plus de 250 édifices, temples, statues et stèles dont il ordonna la construction attestent de son succès en la matière.

Les statues mentionnées par Durant sont aujourd'hui connues sous le nom de Colosses de Memnon et sont les seuls vestiges du temple mortuaire d'Amenhotep III. Leur taille immense et la complexité des détails suggèrent cependant que le temple lui-même - et ses autres projets de construction aujourd'hui disparus - étaient tout aussi impressionnants, voire plus.

Supprimer la pub
Publicité

Pharaoh Amenhotep III
Pharaon Amenhotep III
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Parmi ces projets figure le nouveau palais et jardin de plaisance de Malkata, sur la rive ouest du Nil, juste en face de la capitale Thèbes. Bunson écrit:

Le vaste complexe était appelé "la maison de Nebmaâtrê en tant que splendeur d'Aton". Le complexe s'enorgueillissait d'un lac de plus d'un kilomètre de long, qui semble avoir été créé en 15 jours seulement grâce à des techniques hydrauliques avancées d'éclusage. Le complexe comprenait des résidences pour la reine Tiyi et pour Akhenaton, le fils et héritier du roi. Amenhotep fit même construire une barque de plaisance, dédiée au dieu Aton, pour les sorties sur le lac. (18)

Il effectuait fréquemment ces sorties en compagnie de Tiyi qui, semble-t-il, était souvent sa compagne la plus proche, tant dans la vie publique que dans la vie privée. Tiyi avait en fait un statut presque égal, voire totalement égal, à celui de son mari et est souvent représentée dans les statues de la même taille que lui, ce qui symbolise l'harmonie et l'égalité de leur relation. Alors qu'Amenhotep était occupé par ses projets de construction, Tiyi s'occupait des affaires de l'État et de la gestion du complexe palatial de Malkata.

Les lettres des souverains étrangers et le nombre de bâtiments construits sous le règne d'Amenhotep III montrent qu'elle était très occupée par ces tâches. Outre ceux déjà mentionnés, il fit ériger 600 statues de la déesse Sekhmet autour du temple de Mout, au sud de Karnak, rénova le temple existant à Karnak, construisit des temples à Amon, érigea des statues représentant Amon, éleva des stèles où étaient consignées ses réalisations, installa les lions de granit devant le temple de Soleb en Nubie, et décora les murs et les monuments de scènes illustrant ses exploits et le plaisir que les dieux avaient à son égard.

Supprimer la pub
Publicité

Dès la première année de son règne, il fit creuser de nouvelles carrières de calcaire dans la région de Toura, et tout au long de son règne, il les épuisa. Les images du pharaon et de ses dieux se répandirent dans les plaines et les vallées d'Égypte et les villes furent rénovées. Les routes furent améliorées et les déplacements devinrent plus faciles. La facilité des déplacements permit aux marchands d'écouler plus rapidement leurs marchandises, ce qui stimula bien sûr l'économie. Avec les revenus provenant des États vassaux, l'Égypte devint de plus en plus riche sous le règne d'Amenhotep III. La population était satisfaite et le pouvoir du trône était stable, à l'exception de la menace des prêtres du culte du dieu Amon.

Le dieu Soleil et les prêtres d'Amon

Bien avant l'accession au trône d'Amenhotep III, un autre pouvoir se développait en Égypte: le culte d'Amon. En Égypte, la possession de terres était synonyme de richesse et, à l'époque d'Amenhotep III, les prêtres d'Amon possédaient presque autant de terres que le roi. Conformément à la pratique religieuse traditionnelle, Amenhotep III n'avait rien fait pour interférer avec le travail des prêtres, mais on pense que leur immense richesse et la menace qu'ils faisaient peser sur le pouvoir du trône eurent un effet profond sur son fils.

Le dieu Aton n'était qu'un des nombreux dieux vénérés dans l'Égypte ancienne mais, pour la famille royale, il avait une signification particulière qui se manifesterait plus tard dans les édits religieux d'Akhenaton. À cette époque, cependant, le dieu n'était qu'un autre dieu vénéré au même titre que les autres.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

King Amenhotep III
Roi Amenhotep III
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Peut-être dans le but d'arracher un peu de pouvoir aux prêtres d'Amon, Amenhotep III s'identifia à Aton plus directement qu'aucun pharaon ne l'avait fait auparavant. Aton était un dieu solaire mineur, mais Amenhotep III l'éleva au rang de divinité personnelle du pharaon. Hawass écrit:

Le dieu Soleil était une créature complexe, dont le dogme se développait depuis des milliers d'années. Outre son incarnation principale, , ce dieu était associé au créateur Atoum ainsi qu'à des divinités telles que Khépri... et Osiris, avec lequel Rê fusionnait la nuit. Un autre aspect de ce dieu est l'Aton; selon des textes remontant au moins au Moyen Empire, il s'agit du disque du soleil, avec lequel le roi fusionne à la mort. Cet aspect divin, inhabituel en ce qu'il n'est pas anthropomorphique, a été choisi par Amenhotep III comme point central de son incarnation. Il a été suggéré que l'essor d'Aton était spécifiquement lié au maintien de l'empire, en tant que zone sur laquelle, au moins théoriquement, le soleil régnait. En s'associant au disque visible du soleil, le roi se plaçait symboliquement au-dessus de toutes les terres où il pouvait être vu - tout le monde connu, en fait. (31)

L'élévation d'Aton au rang de dieu personnel par Amenhotep III n'était pas rare. Dans le passé, les pharaons étaient associés au culte d'un dieu particulier et, de toute évidence, Amenhotep III ne négligea pas les autres dieux au profit d'Aton. Si son objectif d'accroître la notoriété d'Aton était politiquement motivé, il n'accomplit pas grand-chose pendant son règne. Le culte d'Amon continua à se développer et à accumuler des richesses et, ce faisant, continua à représenter une menace pour la famille royale et l'autorité du trône.

Mort d'Amenhotep et règne d'Akhenaton

Amenhotep III souffrait de graves problèmes dentaires, d'arthrite et peut-être d'obésité dans les dernières années de sa vie. Il écrivit à Tushratta, le roi de Mitanni (dont l'une des filles, Tadukhipa, faisait partie des épouses secondaires d'Amenhotep III) pour qu'il lui envoie la statue d'Ishtar qui avait visité l'Égypte auparavant, lors de son mariage avec Tadukhipa, afin de le guérir. La question de savoir si la statue fut bel et bien envoyée est aujourd'hui controversée, de même que celle de savoir ce dont souffrait précisément Amenhotep III. On a suggéré que ses problèmes dentaires avaient provoqué un abcès qui finit par le tuer, mais cette hypothèse a été contestée.

King Amenhotep III as a Lion
Le roi Amenhotep III en lion
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Il mourut en 1353 avant notre ère, et des lettres de souverains étrangers, comme Tushratta, expriment leur chagrin à sa mort et leurs condoléances à la reine Tiyi. Ces lettres indiquent également que ces monarques espéraient poursuivre avec le nouveau roi les bonnes relations qu'ils avaient eues avec Amenhotep III. À la mort d'Amenhotep III, son fils, alors appelé Amenhotep IV, entama son règne.

Au début, rien ne distinguait le règne d'Amenhotep IV de celui de son père; des temples furent érigés et des monuments construits comme auparavant. Cependant, au cours de la cinquième année de son règne, le nouveau pharaon se convertit à la religion et interdit l'ancienne religion de l'Égypte, il ferma les temples et proscrit toute pratique religieuse. À la place de l'ancienne foi, le roi en institua une nouvelle: l'aténisme. Il changea son nom en Akhenaton et créa le premier système monothéiste au monde imposé par l'État.

Akhenaton continua de construire des monuments et des temples comme son père, mais "ces temples [n'étaient] pas destinés à Amon, mais au disque solaire, l'Aton" (Hawass, 36). L'Aton était désormais le seul vrai dieu de l'univers et Akhenaton en était l'incarnation vivante. Le nouveau roi abandonna le palais de Thèbes et construisit une nouvelle ville, Akhetaton (l'horizon d'Aton, également connue sous le nom d'Amarna), sur une terre vierge au milieu de l'Égypte.

Depuis son nouveau palais, il promulgua ses décrets royaux, mais semble avoir consacré l'essentiel de son temps à ses réformes religieuses et négligea les affaires de l'État et, en particulier, les affaires étrangères. Les États vassaux, tels que Byblos, furent perdus pour l'Égypte, et les espoirs que les souverains étrangers avaient exprimés dans la poursuite de bonnes relations avec l'Égypte furent déçus.

L'épouse d'Akhenaton, la reine Néfertiti, assuma les responsabilités de son mari et, bien qu'elle ait été douée pour cela, la négligence de ce dernier avait déjà entraîné une perte énorme de la richesse et du prestige de l'Égypte. Pendant la période amarnienne, le trésor s'épuisa peu à peu, la discipline et l'efficacité militaires se relâchèrent et le peuple égyptien, privé de ses croyances religieuses traditionnelles et des avantages financiers associés aux pratiques religieuses, souffrait.

Ceux qui vendaient autrefois des statues, des amulettes ou des charmes à l'extérieur des temples n'avaient plus de travail, car la vente de ces objets était illégale, et ceux qui travaillaient dans ou pour ces temples étaient également sans emploi. Les affaires étrangères furent aussi négligées que les affaires intérieures et, à la mort d'Akhenaton en 1336 avant notre ère, l'Égypte était tombée bien plus bas que le glorieux niveau qu'elle avait connue sous le règne d'Amenhotep III..

Le fils et successeur d'Akhenaton, Toutânkhamon, tenta de renverser la situation de son pays pendant les dix années de son règne, mais il mourut à l'âge de 18 ans avant d'avoir pu atteindre ses objectifs. Il annula toutefois les réformes religieuses de son père, ouvrit les temples et rétablit l'ancienne religion. Son successeur, Aÿ, poursuivit ces politiques, mais c'est son successeur, Horemheb, qui effaça complètement, ou tenta d'effacer, les dommages causés au pays par les politiques d'Akhenaton.

Horemheb détruisit la ville d'Akhetaton, démolit les temples et les monuments d'Aton, et le fit si bien que les générations suivantes croyaient qu'il était le successeur d'Amenhotep III. Horemheb redonna à l'Égypte la prospérité qu'elle avait connue avant le règne d'Akhenaton, mais l'Égypte ne put jamais atteindre les sommets qu'elle avait connus sous Amenhotep III, pharaon splendide, diplomate, chasseur, guerrier et grand architecte des monuments égyptiens.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2011, juillet 15). Amenhotep III [Amenhotep III]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10348/amenhotep-iii/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Amenhotep III." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 15, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10348/amenhotep-iii/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Amenhotep III." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 juil. 2011. Web. 13 juil. 2024.

Adhésion