Édile

Coûts des serveurs - Collecte de fonds 2023

Faire fonctionner un site web qui accueille des millions de lecteurs chaque mois coûte extrêmement cher. Nous devons non seulement payer nos serveurs, mais aussi les services connexes tels que notre réseau de diffusion de contenu, Google Workspace, la messagerie électronique, etc. Nous préférerions utiliser cet argent pour produire davantage de contenu historique gratuit pour le monde entier. Merci de votre aide !
$2306 / $21000

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 juillet 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Julius Caesar (by Georges Jansoone, CC BY-NC-SA)
Jules César
Georges Jansoone (CC BY-NC-SA)

L'édile (aedile) était un fonctionnaire de la République romaine qui entretenait les routes romaines, supervisait l'approvisionnement en céréales et en eau et offrait des jeux aux citoyens de la ville, entre autres fonctions. Au départ, ils étaient plébéiens et élus chaque année par le Concilium Plebis ou Conseil de la plèbe, mais à partir de 367 avant Jésus-Christ, deux curules aediles de la classe patricienne se joignirent à leurs collègues plébéiens. Le rôle évolua et s'étendit au cours de la République romaine et la fonction d'édile était souvent considérée comme une partie intégrante du cursus honorum, une étape sur la voie du consulat. Avec Auguste assumant lui-même de nombreuses fonctions de l'édile et l'avènement de l'Empire romain, la fonction finit par disparaitre.

L'évolution du rôle

Le peuple romain émergea de la domination des rois étrusques avec une forme de gouvernement innovante : la république. Les familles aristocratiques - les patriciens - créèrent un système à trois branches comprenant une assemblée, les comices centuriates, un Sénat et deux coexécutifs appelés consuls. Ces consuls étaient élus par l'assemblée et, bien qu'ils n'aient eu qu'un mandat d'un an, ils avaient le pouvoir d'un roi. Cependant, la croissance de la ville et le fardeau de l'administration des provinces nouvellement acquises le long de la mer Méditerranée nécessitaient des magistrats supplémentaires pour assumer certains des pouvoirs du consul. Parmi ces nouveaux fonctionnaires figuraient le praetor (préteur) qui rendait la justice, le quaestor (questeur) qui s'occupait des affaires financières, et l'aedile, qui (entre autres) entretenait les routes romaines, supervisait l'approvisionnement en céréales et en eau, et offrait des jeux aux citoyens de la ville.

Supprimer la pub

Advertisement

L'édile empruntait souvent de l'argent pour organiser des concours de gladiateurs et des jeux publics élaborés. En cas de succès, il était promu ; dans le cas contraire, il était politiquement ruiné.

Bien que certaines preuves indiquent que cette fonction existait sous les Étrusques en tant que gardien des registres et des fonds publics, les aediles - initialement deux, choisis dans la classe plébéienne - apparurent sous la République en tant qu'officiers subordonnés aux tribuns de la plèbe, supervisant les temples et les cultes plébéiens, Cérès et Diane en particulier. Ils étaient élus chaque année par le Concilium Plebis ou Conseil plébéien. En 367 avant Jésus-Christ, deux curules aediles furent créées et, contrairement à leurs collègues édiles plébéiens, ils provenaient de la classe patricienne et étaient élues annuellement par les comices centuriates. Ces derniers édiles devinrent finalement des magistrats et firent partie du cursus honorum. Le rôle de l'édile était étendu à l'entretien de la cura urbis ou tissu de la ville (les routes, les bâtiments publics et la police) et de la cura annonae ou approvisionnement en grain de la ville. Et, si le besoin s'en faisait sentir, il assumait certaines des fonctions du censor. Mais surtout, ils étaient chargés des nombreuses fêtes annuelles et des jeux publics. Plus tard, la fonction d'édile curule devint accessible aux plébéiens, et après l'admission des plébéiens à ce rang, elle fut occupée alternativement par des patriciens et des plébéiens.

Bien qu'elle n'ait pas été essentielle, la fonction d'édile était souvent considérée comme faisant partie intégrante du "parcours des honneurs" (cursus honorum) une étape sur le chemin menant au consulat. Un individu pouvait commencer son ascension en tant que tribun militaire, puis accéder au poste de questeur. S'il était plébéien, il avait la possibilité de devenir soit un tribun de la plèbe, soit un édile. En revanche, s'il était patricien, sa seule option était de devenir édile. Ensuite, s'il réussissait et impressionnait les personnes appropriées en tant qu'édile, il pouvait devenir préteur, le seul officier à part le consul à avoir des pouvoirs d'imperium. Enfin, s'il avait réussi et, comme certains, avait soudoyé les bonnes personnes, il devenait consul, le sommet de la carrière d'un politicien.

Supprimer la pub

Advertisement

Si un édile ambitieux recevait l'allocation gouvernementale habituelle pour exercer ses fonctions, celle-ci n'était pas toujours suffisante, surtout s'il prévoyait de devenir consul. Souvent, il devait utiliser son argent personnel ou emprunter massivement pour s'attirer les faveurs de l'assemblée et du Sénat romain, en organisant des concours de gladiateurs et des jeux publics élaborés. S'il réussissait, il était promu ; dans le cas contraire, il était politiquement ruiné.

Jules César en tant qu'édile

L'un des édiles curules qui eut le plus de succès fut le futur dictateur et héros de la guerre des Gaules : Jules César. Peu de personnes dans la République romaine purent égaler sa détermination et son ambition pour atteindre le poste de consul. Issu d'une famille patricienne, il ne pouvait pas devenir tribun de la plèbe et visa donc la fonction d'édile. En 65 avant J.-C., en tant qu'édile, il s'occupait de tout, de la réparation des routes, de l'entretien des temples, de la criminalité urbaine, de la distribution des céréales et de l'eau, mais c'est en organisant des jeux publics qu'il servit le mieux Rome.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Posthumous bust of Caesar
Buste Posthume de César
Carole Raddato (CC BY-SA)

Ayant emprunté de l'argent et s'étant énormément endetté, il organisa en septembre une importante célébration du dieu romain Jupiter, au grand dam de son collègue édile, Marcus Bibulus. Il décora le Forum et le Capitole (l'emplacement du temple de Jupiter), organisa des banquets publics, des concours de fauves, des mises en scène élaborées et d'extravagantes compétitions de gladiateurs ; il fit même venir à Rome 320 paires de gladiateurs. Ses opposants au Sénat, les optimates les plus conservateurs, le critiquèrent. Dans son ouvrage Les Douze Césars, Suétone écrit : "César ... avait rassemblé une troupe de combattants si immense que ses adversaires politiques terrifiés firent adopter à la hâte par la Chambre un projet de loi limitant le nombre de gladiateurs que chacun pouvait maintenir à Rome...". En dépit de ce que pensaient les membres du Sénat, le public l'aimait ; il allait bientôt gagner le poste de préteur et plus tard celui de consul.

Malheureusement, la fonction d'édile, comme celle de consul, disparut sous le règne de l'empereur Auguste et de l'empire. Auguste assuma lui-même de nombreuses fonctions de l'édile - beaucoup le considérèrent un "micro-manager" - ou les confia à d'autres. Cependant, l'existence de cette fonction sous la République assura la bonne marche de Rome. Les routes étaient entretenues, les citoyens étaient nourris et tout le monde se divertissait.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2014, juillet 01). Édile [Aedile]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-373/edile/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Édile." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 01, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-373/edile/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Édile." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 juil. 2014. Web. 08 févr. 2023.

Adhésion