Impératrice Zoé

Définition

Mark Cartwright
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 19 avril 2018
X
translations icon
Disponible dans d'autres langues: Anglais
Byzantine Empress Zoe (by Myrabella, Public Domain)
L'impératrice byzantine Zoé
Myrabella (Public Domain)

Zoé Porphyrogénète fut impératrice de l'Empire byzantin de 1028 à sa mort en 1050. Au cours d'une carrière mouvementée, elle régna aux côtés de trois maris, joua un rôle dans la succession de son fils adoptif et, en 1042, elle fut co-dirigeante avec sa sœur l'impératrice Théodora. Zoé fit l'objet d'une biographie colorée et peu flatteuse dans la Chronographie de l'historien byzantin du XIe siècle Michael Psellos.

Enfance

Zoé vit le jour vers l'an 978, l'une des trois filles de Constantin VIII (r. de 1025 à 1028). Elle apparaît pour la première fois sur la scène historique lorsque son oncle l'empereur Basile II (r. de 976 à 1025) la promet en mariage d'alliance à Otton III (r. de 996 à 1002), le Saint Empereur romain germanique. Zoé, qui avait alors 23 ans et dont on disait qu'elle était d'une grande beauté, s'embarqua en 1001 à Constantinople, mais à son arrivée à Bari, elle apprit la triste nouvelle qu'Otton était mort de fièvre. C'est l'un de ces moments de l'histoire où l'on se demande "ce qui aurait pu se passer", si les familles impériales des deux grands empires d'Occident avaient été unies. Au lieu de cela, Zoé rentra chez elle et passa les 27 années suivantes dans la solitude du Grand Palais de Constantinople, mais son heure viendrait.

Le caractère et le physique de Zoé sont décrits dans les termes suivants par l'historien et courtisan byzantin souvent critique Michael Psellos (1018 - c. 1082), qui avait vu l'impératrice de ses propres yeux lorsqu'elle était âgée :

[Zoé] était royale en humeur, une femme d'une grande beauté, majestueuse dans ses manières et imposant le respect... c'était une femme passionnée, prête avec un enthousiasme égal pour les deux alternatives, la mort ou la vie, je veux dire. En cela, elle me faisait penser aux vagues de la mer, qui soulèvent un navire et le font plonger dans les profondeurs... Zoé avait les mains ouvertes, le genre de femme qui pourrait épuiser une mer pleine de poussière d'or en un jour... [elle] mélangeait les futilités du harem avec les affaires importantes de l'État... Ses yeux étaient grands, bien séparés par des sourcils imposants. Son nez avait une tendance à être aquilin, et tout son corps rayonnait par la blancheur de sa peau.

(Zoe & Theodora, Chronographie).

Romain III (Époux n° 1)

Lorsque son père Constantin VIII mourut de vieillesse sans avoir donné naissance à un héritier mâle, Zoé devint impératrice en 1028, sa sœur aînée ayant depuis longtemps élu domicile dans un monastère. Constantin avait arrangé le mariage de Zoé avec le vieux Romain Argyre, l'éparque (en fait, le maire) de Constantinople qui, une fois empereur, devint Romain III. N'étant pas du tout intéressée par le choix de son père, Zoé complota avec son jeune amant, Michel, afin d'assassiner Romain qui avait pris une maîtresse et lui refusait, de manière plutôt imprudente, l'accès au trésor impérial. L'empereur fut noyé dans son bain en 1034. Romain n'avait pas non plus été très populaire auprès de beaucoup d'autres personnes. Son règne fut considéré comme un désastre pour l'économie byzantine - en particulier sa politique de réduction des impôts pour l'aristocratie foncière et de dépenses somptueuses pour les églises et les monastères. Les affaires militaires ne connurent pas plus de succès, le point le plus bas étant une défaite contre une armée arabe à Alep en 1030.

Byzantine Empire, 1025 CE
Empire byzantin en l'an 1025
Necropotame (CC BY-SA)

Michel IV (Époux n°2)

Michel devint donc empereur en 1034 sous le nom de Michel IV le Paphlagonien, mais il s'avéra être lui-même un peu comploteur et fit rapidement bannir Zoé, alors âgée de 56 ans, dans un monastère. Le règne de Michel ne fut pas plus réussi que celui de son prédécesseur, l'aristocratie s'opposant à l'influence indue de l'eunuque Jean l'Orphanotrophe, frère de Michel IV, à la cour. Une révolte majeure fut menée par Pierre Deljan en raison du taux d'imposition élevé et de l'exigence déraisonnable de Jean de payer les impôts en espèces et non en nature comme c'était le cas habituellement. La révolte éclata en 1040, mais la question des impôts n'était qu'une étincelle pour le vrai problème brûlant : la domination byzantine sur les Bulgares. Deljan affirmait être le fils (ou le petit-fils) de l'ex-Tsar Samuel de Bulgarie et les rebelles ébranlèrent l'empire en capturant des villes aussi importantes que Belgrade, Nish et Skopje, et même en assiégeant sans succès la deuxième plus importante ville byzantine, Thessalonique. En moins d'un an, cependant, Deljan fut trahi par son co-rebelle Alousiane (fils du tsar bulgare Jean Vladislav) qui céda son partenaire à Michel et la rébellion fut écrasée.

Le peuple de Constantinople et l'église avaient toujours favorisé Zoé car elle représentait la véritable lignée dynastique.

Il y eut d'autres rébellions que celle de Deljan à gérer. Stefan Vojislav, prince de Zeta (Duklja en Serbie), avait mené une révolte en 1034 et obtenu l'indépendance de Zeta en remportant une bataille dans la province de Dyrrachion en 1042. Comme pour le règne de Romain, les défaites à l'étranger contribuèrent à un sentiment général de déclin, les franges de l'empire continuant à être grignotées par les puissances étrangères. Dans le cas de Michel, les pertes survinrent en Sicile, en grande partie parce que l'empereur avait été assez stupide pour rappeler son brillant général George Maniakès de l'île et le mettre en prison en 1040. En plus de tous ces problèmes, Michel souffrait d'épilepsie qui s'aggravait avec l'âge, même s'il n'avait encore qu'une vingtaine d'années.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Michel V (Le Neveu)

Pendant ce temps, Zoé avait peut-être été placée dans un monastère, mais elle n'était pas tout à fait hors d'état de nuire, et elle avait toujours l'intention de reconquérir son trône. Elle avait été encouragée par Jean l'Orphanotrophe à adopter en tant que fils Michel V, le neveu de Michel IV. Jean, voyant que son frère était mourant, était désireux de maintenir sa puissante position à la cour en adoptant un nouveau protégé. Zoé pouvait utiliser le même outil pour retrouver sa position légitime à la cour. Michel IV, malade, fut donc contraint de se retirer dans un monastère en 1041 où il mourut de causes naturelles.

Gold Coin depicting Zoe and Theodora
Pièce d'or représentant Zoé et Theodora
PHGCOM (CC BY)

Michel V le Calfat était appelé ainsi parce que son père n'était qu'un simple calfat tandis que sa mère était la sœur de Michel IV. Zoé fut obligé de faire de Michel V l'héritier officiel du trône, mais lorsqu'il devint empereur en 1041, il se retourna contre ceux qui l'avaient mis au pouvoir et bannit Jean l'Orphanotrophe de la cour. Zoé fut la suivante en avril 1042, lorsque l'impératrice fut envoyée pour la deuxième fois dans un monastère (sur Prinkipos, une île de Marmara). Cependant, le peuple de Constantinople et l'Église favorisaient Zoé qui représentait la véritable lignée dynastique. Une révolte populaire éclata, une foule saccagea le palais et renversa le jeune empereur en avril 1042. Zoé co-dirigea alors avec sa jeune sœur Théodora qui sortit également de sa retraite dans un monastère. Les Byzantins avaient maintenant deux vieilles dames qui se partageaient le trône, mais au moins elles avaient un pedigree impérial impeccable, et l'ignoble Michel fut banni dans un monastère. Pour le peuple, cette punition légère n'était cependant pas suffisante, et Zoé ordonna donc qu'il soit rendu aveugle.

Constantin IX (mari n°3)

Zoé, sans doute en raison de son âge (64 ans à l'époque) et de son expérience antérieure, avait la priorité sur sa sœur - son trône, par exemple, était placé légèrement plus en avant que celui de Théodora lors de leur cérémonie de re-coronation. Dans l'espoir d'ouvrir un nouveau chapitre de l'histoire byzantine, les sœurs procédèrent à de nouvelles nominations à la cour, s'opposèrent à des pratiques corrompues comme la vente de titres et lancèrent une enquête sur les transgressions de leur prédécesseur.

Zoé cimenta sa position en choisissant un nouveau mari, son troisième. Constantin Monomaque était un choix riche et élégant, apprécié depuis longtemps par l'impératrice, et il fut donc rappelé de son exil à Lesbos. Marié en juin 1042, cet aristocrate à la réputation scandaleuse d'homme à femmes devint l'empereur Constantin IX Monomaque (r. de 1042 à 1055). Constantin avait une certaine expérience du gouvernement byzantin puisqu'il avait été administrateur civil de haut rang, et il avait un certain pedigree, étant apparenté à Romain III.

Constantine IX & Empress Zoe
Constantin IX et l'impératrice Zoé
Myrabella (Public Domain)

Dans un arrangement sans précédent, Constantin co-dirigeait avec Zoé et Théodora. Pour compliquer les choses davantage encore, Constantin installa son amant de longue date, Marie Sklèraina, dans le palais, une décision qui semblait avoir la bénédiction de Zoé. Le public n'était pas aussi tolérant vis-à-vis de cette division confuse du pouvoir et réclama l'éviction de Marie Sklèraina - un dilemme résolu par sa mort soudaine d'une maladie pulmonaire.

L'un des premiers actes du nouvel empereur fut de bannir de la cour le comploteur Jean pour la deuxième fois de sa carrière, le punissant de la trop fréquente mutilation byzantine de la cécité. Constantin entreprit de réformer l'administration de l'empire, mais cela contribua à deux grandes révoltes menées par les généraux George Maniakès et Léo Tornikios (le neveu de l'empereur) en 1043 et 1047 respectivement. L'empereur s'entoura à la cour d'intellectuels de renom, dont Michel Psellos, mais sa négligence à l'égard de l'armée eut des conséquences à long terme, même si une attaque de la rous de kiev sur Constantinople fut déjouée en 1043. L'empire s'effrita aux frontières, les Normands faisant des incursions dans le sud de l'Italie, les Pechenègues menaçant les Balkans et les Seldjoukides s'étendant en Asie mineure. Constantin lésina peut-être sur l'armée, mais il trouva des ressources pour construire des monastères somptueux et offrir des cadeaux à ses amis aristocrates.

La mort

En 1050, alors que l'Empire connaîssait certains de ses jours les plus sombres, Zoé mourut. Malgré trois mariages, elle n'eut jamais d'enfant, et lorsque sa sœur Théodora mourut en 1056, la dynastie macédonienne fondée par Basile Ier (r. de 867 à 886) s'éteignit. Mais Zoé resta dans la mémoire populaire grâce à sa vie haute en couleur, à la biographie de Psellos et à la célèbre mosaïque d'or et de verre de Sainte-Sophie à Constantinople. L'impératrice y est représentée aux côtés de Constantin IX, avec Jésus-Christ entre eux dans un acte de bénédiction. Sur le mur est de la galerie sud, chacun fait des dons au Christ, et Zoé porte une superbe robe et une couronne ornées de bijoux. Au-dessus d'elle se trouve une inscription qui dit "Zoé, la très pieuse Augusta". La mosaïque reflète de manière intéressante la vie personnelle mouvementée de Zoé, car en regardant de près, on peut voir que les têtes des trois personnages ont été modifiées, car la mosaïque originale honorait peut-être le premier mari de Zoé, Romain III, ou même son neveu Michel V.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

A propos de l'auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer ce travail

Style APA

Cartwright, M. (2018, avril 19). Impératrice Zoé [Empress Zoe]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16911/imperatrice-zoe/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Impératrice Zoé." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification avril 19, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16911/imperatrice-zoe/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Impératrice Zoé." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 avril 2018. Web. 30 juin 2022.

Adhésion