Sénèque

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 juin 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
Seneca (by Matas Petrikas, CC BY-NC)
Sénèque
Matas Petrikas (CC BY-NC)

Lucius Annaeus Seneca (Sénèque le Jeune, 4 av. J.-C. - 65 de notre ère) était un auteur romain, un dramaturge, un orateur et, surtout, un tuteur et conseiller de l'empereur romain Néron (r. de 54 à 68 de notre ère). Influencé par la philosophie stoïcienne, il écrivit plusieurs traités philosophiques et 124 lettres sur des questions morales, les Epistulae Morales (Épîtres morales). En tant que précepteur de Néron, il tenta de lui transmettre sa philosophie d'une vie vertueuse et, avec l'aide du préfet de la garde prétorienne, Burrus, il fit tout son possible pour contrôler les péchés mignons de Néron.. Malgré tous ses efforts et accusé à tort de faire partie d'un complot visant à assassiner l'empereur, il reçut l'ordre de se suicider de la part d'un Néron de plus en plus paranoïaque.

Jeunesse et exil

Né à Cordoue, en Hispanie (Espagne), en l'an 4 avant notre ère, Sénèque était issu d'une riche famille d'origine italienne, ce qui lui conférait automatiquement la citoyenneté romaine. Il avait deux frères, une mère, Helvia, et un père célèbre, Sénèque l'Ancien, auteur et professeur de rhétorique. Sénèque passa ses années de formation à étudier la grammaire et la rhétorique à Rome, il y développa un intérêt pour la philosophie et assista à des conférences sur le stoïcisme, une philosophie grecque qui correspondait à son caractère et qui était présente dans tous ses traités. Selon l'un de ses adeptes, Épictète, il faut mener une vie de tranquillité, de sérénité et de calme, et la paix de l'esprit peut être obtenue par la maîtrise de soi.

Supprimer la pub
Advertisement
Avec Burrus comme allié, ils devinrent les conseillers du jeune empereur, tentant de contrôler ses péchés mignons et de lui apprendre à gouverner avec sagesse.

Toujours en mauvaise santé, Sénèque se rendit en Égypte pour vivre avec sa tante, avant de revenir à Rome en 31 de notre ère. C'est après son retour dans la ville qu'il acquit une réputation d'orateur, devenant finalement questeur. Malheureusement, il se heurta aux empereurs Caligula (r. de 37 à 41 de notre ère) et Claude (r. de 41 à 54 de notre ère). Il aurait été impliqué dans une liaison adultère avec Julia Luvilla, la jeune sœur de Caligula, et aurait été banni en Corse en 41 de notre ère. Cependant, pendant son exil, il ne resta pas inactif, il poursuivit ses études de philosophie et écrivit une série de traités.

En 49 de notre ère, il fut rappelé à Rome grâce à l'influence d'Agrippine la Jeune, sœur de Caligula et mère du futur empereur romain Néron. Dans son livre les Annales, Tacite parle de son retour:

Supprimer la pub
Advertisement

Cependant Agrippine, afin de ne pas se signaler uniquement par le mal, obtint pour Sénèque le rappel de l'exil et la dignité de préteur, persuadée que cet acte serait généralement applaudi à cause de l'éclat de ses talents, et bien aise que l'enfance de Domitius grandît sous un tel maître, dont les conseils pourraient d'ailleurs leur être utiles à tous deux pour arriver à la domination .... (255)

Tacite ajoute qu'elle pensait qu'il lui serait dévoué - en raison de son rappel - et hostile à son mari, Claude, qui l'avait exilé. Conforté dans sa position de tuteur et de conseiller du futur empereur, Sénèque épousa Pompeia Paulina. C'est également à cette époque qu'il se lia d'amitié avec le préfet de la garde prétorienne, Sextus Afranius Burrus. Cette amitié leur serait bénéfique à tous les deux. Tacite les appelait "les partenaires du pouvoir".

Tuteur et conseiller de Néron

Lorsque le jeune Néron atteignit l'âge de douze ans, Sénèque reprit ses fonctions de tuteur de Néron et, avec Burrus comme allié, ils devinrent les conseillers du jeune empereur, tentant de contrôler ses péchés mignons et de lui apprendre à gouverner avec sagesse. Tous deux exercèrent une influence considérable sur le jeune empereur en devenir, mais par des méthodes totalement différentes. Tacite écrit que la force de Burrus résidait dans son "sérieux" et son efficacité, tandis que Sénèque était un homme aux principes élevés.

Supprimer la pub
Advertisement

Ces deux hommes, qui gouvernaient la jeunesse de l'empereur avec un accord peu commun dans un pouvoir partagé...travaillant de concert à sauver le prince des périls de son âge, et, si la vertu l'effarouchait, à le contenir au moins par des plaisirs permis. Ils n'avaient l'un et l'autre à combattre que la violence d'Agrippine, qui, tourmentée de tous les délires d'un pouvoir malfaisant, était soutenue de Pallas. (285)

Outre la rédaction des discours de Néron, Sénèque enseigna à son jeune protégé la philosophie et la littérature dans l'espoir que ces matières le guideraient dans la pratique d'un bon gouvernement. Le célèbre orateur éveillerait également en lui l'amour de la musique et du théâtre, ce que ses pairs regretteraient un jour. Une remarque curieuse sur la définition du bon gouvernement de Sénèque: l'empereur devrait tolérer l'animosité de ceux qui l'entourent. Il faut savoir faire la différence entre un bon empereur et un tyran.

Roman Emperor Nero
Empereur romain Néron
cjh1452000 (CC BY-SA)

L'histoire a montré que Néron n'avait pas écouté les conseils de son maître. Finalement, à la mort de l'empereur Claude en 54 de notre ère, Néron monta sur le trône à l'âge de 17 ans. Malheureusement, du moins pour l'empereur, il ne serait pas le seul à détenir le pouvoir, car sa mère pensait que son influence perdurerait. Elle apprendrait bientôt qu'il n'en était rien. Sa mort allait tout changer, non seulement pour Néron, mais aussi pour Sénèque et Burrus. Néron était désormais libre d'être qui il voulait et de réaliser ses désirs cachés. Après la mort de sa mère, Néron envoya une lettre au Sénat romain pour la condamner, accusant Agrippine, entre autres, d'avoir comploté pour le tuer. Selon cette lettre, sa mort était "providentielle".

Le Sénat, bien entendu, n'accepta pas les accusations de l'empereur et, selon Tacite, "Aussi ce n'était plus sur Néron que tombait la censure publique; sa barbarie était trop au-dessus de toute indignation: c'était sur Sénèque, auquel on reprochait d'avoir tracé dans ce discours un horrible aveu. " (318). Malheureusement, l'incident ternit la réputation de l'orateur, et les choses ne firent qu'empirer. En 62 de notre ère, Burrus mourut, soi-disant, selon l'historien romain Suétone, par empoisonnement, laissant Sénèque s'interroger sur son propre sort. Il se rendit rapidement compte que son influence sur Néron s'amenuisait. Il se retira progressivement de la vie publique et se consacra à la rédaction de traités de philosophie stoïcienne. Impliqué dans le complot de Pison visant à assassiner l'empereur, Sénèque reçut l'ordre de se suicider. Dans ses Douze Césars, Suétone écrit:

Supprimer la pub
Advertisement

Il obligea son précepteur Sénèque de se donner la mort, quoique ce philosophe lui eût souvent demandé son congé en lui offrant tous ses biens, et que Néron lui eût saintement juré que ses craintes étaient vaines, et qu'il aimerait mieux mourir que de lui faire aucun mal. (229)

Mort

Grâce à ses fortes convictions stoïciennes, Sénèque mourut dignement en 65 de notre ère. Sénèque avait appris des enseignements du philosophe grec Épicure qu'il ne fallait pas craindre la mort. Le jour venu, il s'adressa à ses amis et embrassa sa femme. Elle avait prévu de mourir avec lui, mais Néron avait donné l'ordre de l'en empêcher. Sa mort ne serait pas facile. Il se trancha les artères des bras mais, grâce à son régime alimentaire frugal et à sa fragilité, il ne mourut pas. Il but du poison - comme le célèbre philosophe grec Socrate - et fut ensuite placé dans un bain chaud où il fut asphyxié par la vapeur.

Death of Seneca
Mort de Sénèque
Manuel Dominguez Sanchez (Public Domain)

Son corps fut enterré sans rites funéraires. Selon Tacite:

...Sénèque, dont le corps affaibli par les années et par l'abstinence laissait trop lentement échapper le sang, se fait aussi couper les veines des jambes et des jarrets. Bientôt, dompté par d'affreuses douleurs, il craignit que ses souffrances n'abattissent le courage de sa femme, et que lui-même, en voyant les tourments qu'elle endurait, ne se laissât aller à quelque faiblesse... (376)

Œuvres et philosophie

Bien que certains soient perdus, ses écrits ont traversé les âges et influencé d'innombrables philosophes et auteurs de prose et de poésie. La plupart des gens oublient qu'il était à la fois dramaturge et philosophe. Ses neuf pièces de théâtre - qui n'auraienr peut-être pas destinées au théâtre mais à des lectures publiques - mettent en scène des héros de la mythologie grecque tels qu'Héraklès (Hercule dans la mythologie romaine), Œdipe et Médée.

La plupart de ses traités ont été écrits sous forme de dialogues éthiques, souvent à l'intention de son ami Lucilius. Ses œuvres les plus importantes sont les suivantes:

Supprimer la pub
Advertisement
  • Epistulae Morales (Épîtres morales) - la plus longue de ses œuvres en prose, écrite vers 65 de notre ère, qui comprend 124 brefs sermons en 20 livres, couvrant une variété de sujets allant du végétarisme au traitement humain des esclaves.
  • De Vita Beata - sur la manière de vivre une vie heureuse.
  • De Beneficiis - un traité sur le code social romain.
  • De Tranquillitate Animi - sur la tranquillité d'esprit
  • De Brevitate Vitae - sur la brièveté de la vie
  • De Consolatione ad Polybium - écrit à l'affranchi de Claude dans l'espoir d'user de son influence pour être rappelé d'exil.
  • De Consolatione ad Helviam - écrit à sa mère Helvia pendant son exil.
  • De Clementia - sur la miséricorde, écrit à Néron pour lui conseiller de pratiquer la vertu
  • De Ira - sur la colère
  • De Consolatione ad Marciam - Enseignements stoïciens à une femme à l'occasion de la mort de son fils.
  • De Providentia - sur la providence
  • De Constantia Sapientis - Essai sur la force intérieure d'un homme sage.
  • De Otio - sur les loisirs

La mort est un thème important dans de nombreux écrits de Sénèque et, tout au long de ses lettres, il met en avant ses convictions stoïciennes. Pour Sénèque, la mort est libératrice et fait partie du cycle naturel de la vie: "C'est une folie de mourir par peur de la mort." (Romm, 77). Dans ses Épîtres morales, il écrit à Lucilius:

Qui sait mourir ne sait plus être esclave: il se place au-dessus ou du moins hors de tout pouvoir... Une seule chaîne nous retient captifs, l'amour de la vie. (Lettre XXVI, Éloge de la vieillesse)

Sénèque avait souffert d'une maladie respiratoire tout au long de sa vie et avait même envisagé de se suicider. Pour lui, si une personne pense qu'il y a peu d'espoir, le suicide est une réponse possible. "... si le corps devient incapable de remplir ses fonctions, ne convient-il pas d'en extraire l'esprit qui lutte ?" (72) Cependant, il ne mettrait pas fin à ses jours pour cause de maladie s'il existait un remède, mais il l'envisagerait s'il perdait la tête et qu'il ne lui restait plus que le souffle. Il ajoute: "Pensez-vous qu'il y ait quelque chose de plus cruel à perdre de la vie que le droit d'y mettre fin ?". (73)

Dans une lettre adressée à Marcia (De Consolatione ad Marciam), il écrit :

La mort est le dénouement, la fin de toutes douleurs, la barrière que le malheur ne franchit pas ; elle nous remet dans ce calme profond où nous reposions avant de naître.

Si l'on a pitié des morts, on doit aussi avoir pitié des enfants à naître. Il faut savoir bien mourir. Personne ne s'en va gaiement, sauf ceux qui se sont préparés. Il écrit à Lucillius pour lui parler de sa propre préparation:

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

En ce qui me concerne, je ne refuserais pas d'ajouter des années. Mais je dirai qu'il ne me manque rien pour rendre cette vie heureuse... Je considère chaque jour comme si c'était le dernier. (49)

Sénèque vécut et mourut en adhérant à ses principes stoïciens. En mourant avec dignité, il ne craignait pas la mort. Elle fait partie du cycle naturel de la vie.

Héritage

Les traités de Sénèque épousent son point de vue sur la façon dont une personne devrait être, en vivant une vie de tranquillité, de sérénité et de sang-froid. En tant que tuteur et conseiller du jeune empereur Néron, il tenta de lui transmettre sa philosophie d'une vie vertueuse; soyez un bon chef, pas un tyran. Malheureusement, son enseignement tomba dans l'oreille d'un sourd. Après la mort d'Agrippine, Néron fut libre de faire ce qu'il voulait et devint le despote que Sénèque avait espéré empêcher. Bien qu'il n'ait pas participé au complot de Pison visant à assassiner Néron, les jours de Sénèque étaient comptés. L'empereur paranoïaque qui voyait des conspirations partout faisait le ménage, et son vieux tuteur en fut la victime. Heureusement, les lettres de Sénèque ont perduré. Elles ont influencé d'innombrables générations d'écrivains.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2020, juin 19). Sénèque [Seneca]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14031/seneque/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Sénèque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 19, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14031/seneque/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Sénèque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 juin 2020. Web. 13 avril 2024.

Adhésion