Rāma

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 septembre 2015
Disponible dans ces autres langues: anglais
X
Rama & Hanuman (by Sowrirajan, CC BY)
Rāma et Hanumān
Sowrirajan (CC BY)

Rāma est le septième avatar du dieu hindou Vishnou. Ses aventures incluent le massacre du roi démon Ravana, raconté dans le Vana Parva du Mahabharata et dans le Ramayana, la plus ancienne épopée sanskrite, écrite au Ve siècle avant J.-C., mais avec quelques ajouts ultérieurs.

Le Seigneur Rāma, considéré par de nombreux hindous comme inspiré d'un personnage historique, est peut-être le héros le plus vertueux de la mythologie hindoue et il est, avec sa femme Sītā, une image de pureté et de dévotion conjugale. En outre, les aventures de Rama illustrent avant tout l'importance et les récompenses de l'accomplissement de son devoir pieux ou dharma.

Supprimer la pub
Advertisement

La famille de Rāma

Le père de Rāma est le roi Dasaratha, un prince de la race solaire, et sa mère est la reine Kaushalyâ. Rāma est né à la fin du deuxième âge ou Treta-yuga et il est venu au monde spécifiquement à la demande des dieux pour s'occuper du redoutable démon à plusieurs têtes Ravana, le roi de Lanka (le Sri Lanka moderne). Le grand dieu Vishnou a répondu à l'appel des dieux et est apparu dans un feu sacrificiel préparé par Dasaratha. Le roi pieux reçut un pot de nectar, dont il donna la moitié à Kaushalyâ, qui donna naissance au demi-divin Rāma. Rāma avait trois demi-frères - Bharata, Lakshmana et Shatrughna - tous dotés de qualités divines, quoique moindres. Le frère préféré et grand compagnon de Rāma était Laksmana, fils de Sumitra, tandis que son fidèle serviteur était le singe guerrier Hanumân.

Rāma rencontre Sîtā

La première aventure de Rāma a lieu lorsque le sage Visvamitra lui demande de l'aide pour combattre un démon ou Rakshasa. Rāma et Laksmana, quittant la maison de leur enfance à Ayodhya, capitale du royaume septentrional de Koshala, suivent Visvamitra chez lui et y tuent Taraka, un terrible démon féminin. En remerciement, Rāma reçoit des armes divines et part pour d'autres aventures, jusqu'à Mithila. C'est là que Janaka, le roi de Videha, accueille notre héros, qui rencontre la belle fille du roi, Sîtâ (également appelée Janaki ou Maithili). Le roi avait promis la princesse en mariage à quiconque parviendrait à bander un arc gigantesque qui avait été autrefois l'arme du grand dieu Shiva. Rāma, grâce à sa force divine, ne se contenta pas de bander l'arc mais le brisa en deux et gagna ainsi la main de Sîtā, sa première épouse et celle qu'il vénéra le plus.

Supprimer la pub
Advertisement
"Rāma, le meilleur des défenseurs du dharma, le maître du monde " Ramayana

L'exil de Rāma

La succession de Rāma au trône d'Ayodhya fut rendue difficile par l'esclave bossu de sa mère, Manthara. Jalouse de Rāma, elle envenima l'opinion de Kaikeyi, la seconde épouse de Dasaratha, et la convainquit de persuader son mari de faire plutôt de Bharata l'héritier du trône. Pour couronner le tout, Rāma fut exilé du royaume pendant quatorze ans. Ainsi, accompagné de Sîtā et de son fidèle compagnon Laksmana, Rāma partit vivre à l'extrême sud, à Citrakuta, au fin fond de la forêt de Dandaka. Entre-temps, Dasaratha mourut, mais Bharata, voyant l'injustice du traitement réservé à Rāma, décida de ne pas devenir roi, mais de rechercher et de ramener Rāma dans son foyer et à son droit de naissance. Lorsque les deux frères se rencontrèrent à nouveau, Rāma refusa obstinément de retourner à Ayodhya avant d'avoir accompli les souhaits de son père et purgé ses quatorze années d'exil. Après de longues discussions, Bharata accepta d'agir en tant que régent jusqu'à cette date, et pour prouver à ses sujets la décision de Rāma, il prit les chaussures de son frère comme symbole du statut royal de Rāma.

Rama, Sita, & Laksmana
Rāma, Sîtā et Laksmana
Raja Ravi Press (Public Domain)

Affrontement entre Rāma et Ravana

Rāma ne resta pas immobile pendant le reste de son exil et il rendit visite à de nombreux sages. Il finit par se retrouver à Pancavati, le long de la rivière Godavari, une région infestée de démons. L'un d'entre eux, Surpanakha, la sœur de Ravana, s'éprit de Rāma et, lorsque ses avances furent repoussées, elle attaqua Sîtā pour se venger. Laksmana fut le premier à réagir et coupa les oreilles et le nez de Surpanakha. Peu satisfaite de ce traitement, la démone enragée rassembla une armée de démons pour attaquer le trio. Au cours d'une bataille épique, Rāma les vainquit tous ; cependant, Surpanakha n'en avait pas fini avec cette affaire et elle persuada Ravana que Sîtā était une fille pour laquelle il valait la peine de se battre. En conséquence, le roi démon se rendit chez Rāma et, alors que ce dernier était distrait par la chasse à un cerf (qui était en fait Maricha, le magicien de Ravana, déguisé), il enleva Sîtā et la ramena à Lanka dans son char aérien pour la garder captive dans son magnifique jardin d'Ashoka.

Supprimer la pub
Advertisement

Rāma le poursuivit avec ardeur, mais il fut confronté à plusieurs distractions en cours de route. Le premier fut le monstre sans tête Kabandha. Après avoir tué la créature, son âme se révéla utile et conseilla à Rama de demander l'aide de Sugriva, le roi des singes, avant d'affronter Ravana. En arrivant à Kiskindha, la capitale de Sugriva, Rāma découvrit que le roi avait perdu son trône au profit de son frère Balin et l'aida à rétablir Sugriva au pouvoir. Reconnaissant, Sugriva donna à Rama l'usage d'une armée et demanda l'aide de Hanuman, qui, en plus d'être un bon général, était le fils du vent, capable de franchir d'énormes distances et de prendre la forme qu'il souhaitait. C'est lui qui, par magie, transporte Rāma et son armée à Lanka, en traversant le pont de pierre construit par l'habile général Nala, fils de Visvakarma, qui serait connu sous le nom de Pont de Rāma.

Ravana the Demon King
Ravana le roi démon
Henryart (Public Domain)

Une série de batailles titanesques entre les forces de Rāma et les démons s'ensuivit, mais finalement Ravana fut tué, Lanka tomba aux mains de l'armée de Rāma, et notre héros retrouva sa femme. Rāma n'était pas entièrement convaincu que sa femme lui était restée fidèle pendant son enlèvement, mais Sîtā était déterminée à prouver son honneur par une épreuve du feu, le feu divin d'Agni, rien de moins. Sortie indemne des flammes, Rāma se rendit compte qu'il avait mal jugé Sîtā, et le couple retourna à Ayodhya où Rāma récupéra son trône et entama une ère dorée de gouvernement.

Selon l'Uttara Kanda, l'histoire se poursuit avec Rāma qui nourrissait encore des soupçons sur la vertu de sa femme pendant sa captivité avec Ravana. Rāma exila donc Sîtā pour vivre avec le sage Valmiki, et c'est là qu'elle lui donna des fils jumeaux, Kusa et Lava. Les fils finirent par retourner à Ayodhya où Rāma reconnut sa progéniture et, pris de remords, rappela Sîtā. Dans le Ramayana, tout le monde vécut heureux jusqu'à la fin des temps, mais dans l'Uttara Kanda , l'histoire n'était pas tout à fait terminée. Proclamant toujours son innocence, Sîtā jura maintenant sa vertu sur la terre elle-même qui l'avala promptement en s'ouvrant sous ses pieds. Rāma, encore plus désemparé, jura de suivre sa femme au paradis, mais le Temps lui apparut sous les traits d'un ascète et lui demanda de rester sur terre pour accomplir son devoir. Néanmoins, Rāma se jeta dans la rivière Sarayu et de là, il fut accueilli au paradis par Brahma.

Supprimer la pub
Advertisement

Vénération et représentation dans l'art

Rāma reste une figure de culte dans toute l'Inde et l'Asie du Sud-Est, mais surtout dans l'Oude et le Bihar. Il possède, par exemple, un magnifique temple à Ramesvaram, remarquable par son couloir à colonnes du XVIIe siècle. En outre, les Ramanandi constituent l'ordre monastique Vaishnava le plus important et peut-être le plus strict. Rāma est également considéré par certains bouddhistes comme un avatar de Bouddha, et des sculptures du héros apparaissent parfois à l'extérieur des temples bouddhistes.

Dans l'art, Rāma est toujours jeune et a généralement la peau verte ou bleue, il tient un arc et des flèches, et porte une robe jaune. On le voit le plus souvent avec Sita, Laksmana et Hanumân - collectivement connus comme la famille de Rāma ou Rama Parivara. Les épisodes du Ramayana sont particulièrement populaires dans la sculpture hindoue, les peintures murales et l'art en général, surtout les scènes de forêt avec Rāma chassant le cerf et la bataille épique contre Ravana.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

De quoi Rāma est-il le dieu ?

Rāma est le septième avatar du grand dieu hindou Vishnou.

Pourquoi Rāma est-il connu ?

Rāma est connu pour être un important avatar du dieu hindou Vishnou. L'aventure la plus célèbre de Rama est celle où il tue le roi démon Ravana.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, septembre 13). Rāma [Rama]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14021/rama/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Rāma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 13, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14021/rama/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Rāma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 sept. 2015. Web. 23 mai 2024.

Adhésion