Brahma

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 mai 2015
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, Gujarati, espagnol
X
Brahma, Chiang Mai (by Dennis Jarvis, CC BY-SA)
Brahma, Chiang Mai
Dennis Jarvis (CC BY-SA)

Brahma est le dieu créateur hindou. Il est également connu comme le grand-père et comme un équivalent ultérieur de Prajapati, le premier dieu primitif. Dans les premières sources hindoues, comme le Mahabharata, Brahma est le dieu suprême de la triade des grands dieux hindous, qui comprend Shiva et Vishnou.

En raison de son statut élevé, Brahma est moins impliqué dans les mythes pittoresques où les dieux prennent forme et caractère humains, mais il représente plutôt l'idéal généralement abstrait ou métaphysique d'un grand dieu. Dans les Puranas (épopées hindoues) ultérieurs, Brahma n'est plus vénéré et d'autres dieux se voient attribuer ses mythes, même s'il conserve toujours son statut de dieu créateur. L'un des épithètes de Brahma est ekahamsa, le Cygne Unique. Son vahanam ("véhicule") est un paon, un cygne ou une oie. Aujourd'hui encore, il est honoré par une cérémonie annuelle au lieu de pèlerinage de Pushkar, au Rajasthan, en Inde, et il reste une figure populaire en Asie du Sud-Est, notamment en Thaïlande et à Bali.

Supprimer la pub
Publicité

Brahma, le créateur

Brahma créa les quatre types de créatures : les dieux, les démons, les ancêtres et les hommes.

Au début, Brahma jaillit de l'œuf d'or cosmique et créa ensuite le bien et le mal, la lumière et l'obscurité à partir de sa propre personne. Il créa également les quatre types de dieux, de démons, d'ancêtres et d'hommes (le premier étant Manu). Brahma créa ensuite toutes les créatures vivantes sur la terre (bien que dans certains mythes, le fils de Brahma, Daksa, en soit responsable). Au cours du processus de création, peut-être dans un moment de distraction, les démons sortirent de la cuisse de Brahma et il abandonna donc son propre corps qui devint alors la Nuit. Après que Brahma eut créé des dieux bons, il abandonna à nouveau son corps, qui devint alors le jour. Les démons prirent donc l'ascendant la nuit et les dieux, les forces du bien, régnèrent le jour. Brahma créa ensuite les ancêtres et les hommes, abandonnant à chaque fois à nouveau son corps pour qu'ils deviennent respectivement le Crépuscule et l'Aurore. Ce processus de création se répète à chaque Aeon. Brahma désigna ensuite Shiva pour régner sur l'humanité, bien que dans les mythes ultérieurs, Brahma devienne un serviteur de Shiva.

Brahma eut plusieurs épouses, la plus importante étant sa fille Sarasvati qui, après la création, enfanta avec Brahma les quatre Vedas (livres sacrés de l'hindouisme), toutes les branches du savoir, les 36 Raginis et les 6 Ragas: la musique, les idées telles que la mémoire et la victoire, les yogas, les actes religieux, la parole, le sanskrit et les différentes unités de mesure et de temps. Outre Daksa, Brahma eut d'autres fils remarquables, dont les sept sages (dont Daksa faisait partie) et les quatre célèbres Prajapatis (déités) : Kardama, Pancasikha, Vodhu et Narada, ce dernier étant le messager entre les dieux et les hommes.

Supprimer la pub
Publicité

Brahma crée les femmes et la mort

Dans les mythes racontés dans le Mahabharata, Brahma créa les femmes, source du mal chez les hommes :

Une femme dévergondée est un feu ardent... elle est le tranchant d'un rasoir ; elle est à la fois poison, serpent et mort.

Les dieux craignaient que les hommes ne deviennent si puissants qu'ils pourraient remettre en cause leur règne, ils demandèrent donc à Brahma comment empêcher cela. Sa réponse fut de créer des femmes dévergondées qui, "avides de plaisirs sensuels, se mirent à exciter les hommes". Alors le seigneur des dieux, le seigneur, créa la colère comme assistante du désir, et toutes les créatures, tombant sous le pouvoir du désir et de la colère, commencèrent à être attachées aux femmes" (Mahabharata in Hindu Myths, 36).

Supprimer la pub
Publicité

Dans un autre mythe, la première femelle de Brahma est aussi la Mort, la force maléfique qui apporte l'équilibre à l'univers et qui veille à ce qu'il ne soit pas surpeuplé. La figure de la Mort est décrite de façon pittoresque dans le Mahabharata comme "une femme sombre, portant des vêtements rouges, avec des yeux rouges et des paumes et des semelles rouges, ornée de boucles d'oreilles et d'ornements divins" et elle est chargée de "détruire toutes les créatures, les imbéciles et les savants" sans exception (Mahabharata in Hindu Myths, 40). La Mort pleure et supplie Brahma de la libérer de cette terrible tâche, mais Brahma reste impassible et l'envoie accomplir son devoir. Au début, la Mort continua à protester en accomplissant divers actes extraordinaires d'ascétisme, comme se tenir dans l'eau dans un silence complet pendant 8 000 ans et se tenir sur un orteil au sommet des montagnes de l'Himalaya pendant 8 000 millions d'années, mais Brahma ne se laissa pas influencer. Ainsi, la Mort, toujours en sanglots, accomplit son devoir en apportant une nuit sans fin à toutes les choses lorsque leur heure arriva et ses larmes tombèrent sur la terre et devinrent des maladies. Ainsi, grâce au travail de la Mort, la distinction entre les mortels et les dieux fut préservée à jamais.

Brahma, Cambodian Statue
Brahma, statue cambodgienne
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Brahma dans l'art

Brahma est souvent représenté en rouge avec quatre têtes, symbole de sa création des quatre Vedas. C'est pourquoi il est souvent appelé Caturanana/Caturmukha ou " quatre visages " et Astakarna ou " huit oreilles ". À l'origine, Brahma avait cinq têtes, mais lorsqu'il convoita sa fille Sandhya, Shiva, outragé, coupa la tête qui lorgnait la déesse (ou la brûla avec son œil central). Brahma est également représenté avec quatre bras. Une main droite tient le brahma-tandram, un disque ovale avec un bord perlé qui est peut-être une louche sacrificielle et qui était utilisé pour marquer le front des hommes avec leur destin. L'autre main droite tient un chapelet fait de graines de rudraksha. Une main gauche tient un vase de purification et il tient parfois son arc Parivita ou les Vedas. Brahma peut également être représenté assis sur la fleur de lotus sacrée qui jaillit du nombril de Vishnou, une scène particulièrement courante dans l'art cham.

Dans l'art cambodgien, Brahma - connu sous le nom de Prah Prohm - est à nouveau représenté avec quatre têtes et chevauche souvent une oie sacrée, le hamsa (une forme de représentation populaire dans l'art javanais également), et le dieu peut donc être appelé Hansavahana sous cette forme. Au Tibet, où Brahma est connu sous le nom de Tshangs-pa ou Brahma blanc (Tshangs-pa dkar-po), il monte souvent à cheval et porte un taureau blanc et une épée.

Supprimer la pub
Publicité

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2015, mai 16). Brahma [Brahma]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13741/brahma/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Brahma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 16, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13741/brahma/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Brahma." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 mai 2015. Web. 19 juin 2024.

Adhésion