Grotte aux Lettres

Définition

Jenni Irving
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 mai 2013
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Babatha Scroll (by Gveret Tered, CC BY-SA)
Papyrus de Babatha
Gveret Tered (CC BY-SA)

Tout le monde connaît les manuscrits de la mer Morte, mais peu savent qu'il ne s'agissait que d'une découverte parmi tant d'autres dans une région qui continue d'en produire des centaines, toutes importantes pour notre compréhension de la vie au cours des premiers siècles de notre ère, des révoltes juives et des relations entre les peuples de la région. La grotte aux lettres est l'un de ces sites en Israël qui a livré un grand nombre de lettres et de documents sous forme de papyrus.

Découverte

La grotte aux lettres fut découverte en Israël au début des années 1960 et fut fouillée par le célèbre archéologue israélien Yigaël Yadin de 1960 à 1961. Yadin s'était consacré à la recherche et à l'archéologie après avoir quitté l'armée et avait reçu le prix Israël en études juives pour sa thèse de doctorat sur la traduction des manuscrits de la mer Morte. Outre la grotte des Lettres, Yadin fouilla de nombreux sites importants dans la région, dont Tel Megiddo, Masada, les grottes de Qumran et Hazor. Yadin découvrit la grotte lorsqu'il lança, en toute urgence, une recherche dans les grottes de la mer Morte afin de sauver des objets d'importance historique avant qu'ils ne soient pillés par les chasseurs de trésors de plus en plus nombreux dans la région. La grotte pourrait être l'un des 64 lieux inscrits sur un rouleau de cuivre trouvé dans une autre grotte près du village de Qumrân, sur la mer Morte. On pense que cela est dû à la similitude de l'emplacement et de la forme des entrées de la grotte sous forme de deux colonnes, ainsi qu'à la présence d'objets en bronze et de récipients en pierre dans la grotte, qui sont également mentionnés sur le rouleau.

Supprimer la pub
Advertisement

Fouilles archéologiques

La grotte des Lettres fut découverte au-dessus d'un canyon appelé Nahal Hever. La grotte est située dans la région de la mer Morte, dans le désert de Judée, et on ne peut y accéder que par une montée de 15,24 m jusqu'à l'entrée de la grotte. Au cours des fouilles de 1960-61, Yadin découvrit un certain nombre de crânes et d'os humains, ainsi que des objets de la vie quotidienne, à côté de ce qu'il pensait être des objets rituels en bronze. L'équipe de Yadin trouva également des groupes de lettres en papyrus qui constituaient la plus grande cachette de correspondance et de documents personnels anciens jamais trouvée en Israël. Ces lettres ont été publiées peu à peu depuis, un processus qui n'est pas encore terminé. Parmi les lettres figure celle de Bar Kochba, un leader messianique de la troisième révolte juive contre les Romains au deuxième siècle de notre ère. La Judée faisait partie de l'empire romain, mais le peuple juif vivait mal la domination des dirigeants romains en tant que nation soumise. Parmi les documents de la grotte des lettres, on a retrouvé des ordres militaires signés par Bar Kochba sous le nom de Shimon Bar Kochba, Simon fils d'une étoile.

contre toute attente, les lettres ont un ton assez dur et incluent des lettres de menaces à Yehonatan, le chef d'Ein Gedi.

Contenu des lettres

Ce qui étonna certains chercheurs est les lettres ont un ton assez dur et incluent des lettres de menaces à Yehonatan qui était le chef d'Ein Gedi. En 2000-2001, l'archéologue et professeur d'histoire juive Richard Freund, de l'université de Hartford, a dirigé une équipe dans le cadre de l'expédition John et Carol Merrill pour en savoir plus sur la grotte des lettres. En retournant dans la grotte avec une équipe internationale d'archéologues et de chercheurs, Richard Freund a découvert de nouvelles preuves de l'utilisation de la grotte et a localisé un grand nombre de nouveaux artefacts. M. Freund explique que la grotte des Lettres est une grotte massive comportant deux ouvertures dans la paroi abrupte de la falaise et trois chambres internes reliées par d'étroits passages. Le complexe de la grotte s'enfonce à plus de 300 mètres (274 m) dans la falaise. Freund a eu la chance d'explorer de nouvelles zones à fouiller, ce que Yadin n'avait pas pu faire. Yadin n'avait pas pu explorer sous l'épaisse couche de gravats sur le sol de la grotte, causée par des siècles de tremblements de terre. À certains endroits, l'épaisseur des gravats atteignait 4,57 m (15 pieds). Freund a également eu accès à un radar à pénétration de sol et à une tomographie de résistivité électrique, ce qui lui a permis d'effectuer des fouilles et des relevés au-delà des moyens de Yadin. Les fouilles de Freund et Yadin ont mis au jour des artefacts importants pour l'histoire des relations entre le judaïsme et le christianisme et pour la politique du Moyen-Orient moderne.

Supprimer la pub
Advertisement

L'un des corpus de lettres les plus importants découverts dans la grotte est constitué des documents personnels d'une femme juive qui vivait dans la ville portuaire de Maoza. Cette femme s'appelait Babatha. Ces documents donnent une image vivante de la vie d'une femme juive de la classe moyenne supérieure au cours du deuxième siècle de notre ère. Ils datent d'environ 96-134 de notre ère et donnent des exemples de la bureaucratie et des systèmes juridiques romains en incluant des contrats juridiques concernant le mariage, les transferts de propriété et la tutelle. Ils montrent que Babatha était née vers 104 de notre ère et avait hérité du verger de palmiers dattiers de son père. Elle s'était mariée pour la première fois en 124 de notre ère et était devenue veuve avec un fils nommé Yeshua. Elle s'était remariée en 125 de notre ère avec un homme nommé Yehoudah (Juda) qui avait déjà une autre femme et une fille adolescente. Il existe également des documents de prêt montrant que Yehoudah avait emprunté de l'argent à Babatha qui était manifestement maître de son argent. Elle récupéra cet argent à la mort de Yehoudah sous la forme de ses biens. Les archives de Babatha contiennent également des documents relatifs à la tutelle de son fils et à un conflit entre elle et la première épouse de Yehoudah, Miriam, au sujet des biens de Yehoudah.

Utilisation de la grotte

L'utilisation de la grotte aux lettres fait encore l'objet de débats, mais les artefacts sont révélateurs. La théorie la plus courante veut que la grotte ait servi de refuge aux réfugiés juifs qui fuyaient l'oppression romaine. Babatha se serait trouvée dans la région en 132 de notre ère, au moment de révolte de Bar Kokhba. Il est possible qu'elle se soit enfuie ou qu'elle ait été tuée, car les documents qui se trouvaient dans la grotte n'ont jamais été retrouvés et ont été découverts à côté de 20 squelettes, ce qui suggère qu'elle ou d'autres personnes périrent après s'être réfugiés dans la grotte. Ce qui est intéressant à propos des restes des squelettes, c'est l'absence totale de signes de traumatisme violent, ce qui suggère qu'ils seraient morts de faim. L'utilisation de la grotte comme refuge est également suggérée par des signes d'animaux et de préparations culinaires, notamment un morceau de four circulaire. Freund a trouvé un certain nombre d'objets témoignant de la vie quotidienne, notamment des fragments de corde et de papyrus, des tissus, un peigne en bois, des signes de lieux de vie et une sandale d'enfant. La sandale est particulièrement importante car les preuves de la présence de femmes et d'enfants dans la région sont rares.

Supprimer la pub
Advertisement

La grotte aux Lettres fournit également des preuves directes des premiers triomphes de Bar Kochba, supposément avec une pièce de monnaie de Bar Kochba trouvée dans le passage A-B. C'est l'une des huit pièces de monnaie trouvées dans la grotte. L'inscription sur la pièce indique "pour la liberté de Jérusalem". Il est clair que la grotte des lettres est une mine d'informations et de renseignements.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Irving, J. (2013, mai 07). Grotte aux Lettres [Cave of Letters]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11899/grotte-aux-lettres/

Style Chicago

Irving, Jenni. "Grotte aux Lettres." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 07, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11899/grotte-aux-lettres/.

Style MLA

Irving, Jenni. "Grotte aux Lettres." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 mai 2013. Web. 22 avril 2024.

Adhésion