Vie et Mort de Sweet Medecine

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 janvier 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X

Vie et mort de Sweet Medicine est un conte cheyenne sur le grand prophète et législateur Sweet Medicine qui reçut les quatre flèches sacrées, la structure du gouvernement et les règles de la société de Maheo, le Sage d'en haut, et prédit la venue du cheval, de l'homme blanc, et la perte du bison et des terres du peuple.

A Cheyenne Chief,
Chef cheyenne
George Catlin (Public Domain)

Parmi ses nombreux autres dons, le peuple attribue également à Sweet Medicine l'invention du jeu populaire amérindien chunkey (appelé ci-dessous "le jeu du cerceau et du bâton"). Aujourd'hui encore, les Cheyennes le vénèrent comme un héros religieux et culturel fondamental, ainsi que comme un sauveur qui fit passer son peuple de l'obscurité à la lumière.

Supprimer la pub
Publicité
Sweet Medicine est toujours vénéré par les Cheyennes en tant que héros fondateur religieux et culturel.

L'anthropologue et historien George Bird Grinnell (1849-1938) note qu'il existe de nombreuses légendes concernant Sweet Medicine et de nombreuses versions différentes de ces histoires (263). Le récit ci-dessous partage certains détails avec Sweet Medicine and the Arrows (Sweet Medecine et les flèches, présenté dans By Cheyenne Campfires de Grinnell), mais diffère sur d'autres points et constitue un récit beaucoup plus simple.

L'histoire telle qu'elle est présentée ici, tirée du site Pyramid Mesa, est attribuée à la tradition orale de la famille Strange Owl de la réserve de Lame Deer dans le Montana, telle qu'elle fut racontée en 1967, et présente des similitudes avec la version racontée par John Stands dans Timber, tirée du livre Cheyenne Memories, Yale University Press, New Haven, CT, 1967, telle que réimprimée dans Bringing the Story of the Cheyenne People to the Children of Today, créé par le Northern Cheyenne Curriculum Committee, 2006, revu et corrigé en 2023.

Supprimer la pub
Publicité

Texte

Il y a longtemps, les gens n'avaient pas de lois, pas de règles de conduite - ils en savaient à peine assez pour survivre. Ils faisaient des choses déplorables par ignorance parce qu'ils ne comprenaient pas comment vivre.

Il y avait parmi eux un homme qui avait un sens naturel de ce qui était juste. Lui et sa femme étaient de bons travailleurs, une famille dont ils pouvaient être fiers. Ils savaient avoir honte et ce sentiment les empêchait de faire le mal.

Leur seul enfant était une fille, belle et modeste, qui avait atteint l'âge où les filles commencent à penser aux maris et à fonder une famille. Une nuit, une voix d'homme lui parla en rêve. "Tu es belle et forte, modeste et jeune. C'est pourquoi Sweet Root te rendra visite".

Supprimer la pub
Publicité

N'y voyant qu'un simple rêve, la jeune fille s'adonna gaiement à ses tâches le lendemain. La nuit suivante, cependant, elle entendit à nouveau la voix: "Sweet root arrive - Médecine des femmes qui fait couler le lait de la mère. Sweet root arrive pour te faire la cour".

À son réveil, la jeune fille s'interrogea sur ces mots, mais finit par hausser les épaules. Les gens ne peuvent pas contrôler leurs rêves, pensa-t-elle, et l'idée de la visite d'une racine médicinale n'avait aucun sens.

La troisième nuit, le rêve se reproduisit et, cette fois, il était si réel qu'une silhouette semblait se tenir à côté de la peau de bison sur laquelle elle dormait. Il lui parlait et lui disait: "Sweet Root arrive, il est tout proche. Bientôt, il sera avec toi.

Supprimer la pub
Publicité

La quatrième nuit, elle entendit la même voix et vit la même silhouette. Troublée, elle en parle à sa mère le lendemain matin. "Il doit y avoir quelque chose là-dedans", dit-elle. "C'est si réel et la voix ressemble tellement à une voix d' homme.

"Non, ce n'est qu'un rêve", lui dit sa mère. "Cela ne veut rien dire.

Mais à partir de ce moment-là, la jeune fille se sentit différente. Quelque chose bougeait, grandissait en elle et, au bout de quelques mois, son état devint évident: elle allait avoir un enfant. Elle dit à ses parents qu'aucun homme ne l'avait touchée et ils la crurent. Mais d'autres ne le croiraient pas, et la jeune fille cacha son état. Lorsqu'elle sentit les douleurs de l'accouchement arriver, elle se rendit dans la prairie, loin du camp, et se construisit un wickiup, un abri de broussailles. Faisant tout elle-même, elle donna naissance à un petit garçon. Elle sécha le bébé, l'enveloppa dans de la mousse douce et le laissa là, dans le wickiup, car dans son village, un bébé sans père serait méprisé et maltraité. Priant pour que quelqu'un le trouve, elle rentra tristement chez ses parents.

À peu près à la même époque, une vieille femme cherchait dans la prairie des navets sauvages qu'elle déterrait avec l'omoplate d'un animal. Elle entendit des pleurs et, suivant le bruit, arriva au wickiup. Elle fut ravie de trouver le bébé, car elle n'en avait jamais eu. Tout autour de l'abri de broussailles poussait la racine sucrée qui fait couler le lait d'une mère; elle nomma donc le garçon Sweet Medicine. Elle le ramena chez elle, dans son tipi miteux, même si elle n'avait rien d'autre à lui offrir que de l'amour.

Supprimer la pub
Publicité

Dans le tipi voisin de celui de la vieille femme vivait une jeune mère qui allaitait un petit enfant, et elle accepta d'allaiter aussi Sweet Medicine. Il grandit et apprit plus vite que les enfants ordinaires et fut sevré en un rien de temps. Alors qu'il n'avait que dix ans, il avait déjà acquis une sagesse et un talent de chasseur bien supérieurs à ceux de son âge. Mais comme il n'avait pas de famille et qu'il vivait à la périphérie du camp dans un pauvre tipi, personne ne prêta attention aux pouvoirs exceptionnels de Sweet Medicine.

Cette année-là, il y eut une sécheresse, très peu de gibier et beaucoup de faim dans le village. "Grand-mère, lui dit-il, trouve-moi une vieille peau de bison - n'importe quel morceau séché, mâché et troué fera l'affaire.

La femme fouilla dans les tas d'ordures et trouva un morceau fripé et cassant que les chiens affamés avaient rongé. Lorsqu'elle l'apporta à Sweet Medicine, il lui dit: "Apporte-le au ruisseau à l'extérieur du camp, lave-le dans l'eau courante, rends-le souple et gratte-le pour le nettoyer." Après cela, Sweet Medicine prit une baguette de saule et la plia en forme de cerceau, qu'il colora avec de la peinture de terre rouge sacrée. Il coupa la peau de bison en une longue corde et la tissa tout autour du cerceau, formant une sorte de filet avec une ouverture au centre. Il coupa ensuite quatre bâtons de cerisier sauvage, les aiguisa en pointe et les durcit dans le feu de l'âtre.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le lendemain matin, il dit: "Grand-mère, viens avec moi. Nous allons jouer au jeu du cerceau et du bâton." Il prit le cerceau et les bâtons en bois de cerisier et s'avança au milieu du cercle du camp. "Grand-mère, fais rouler ce cerceau pour moi", dit-il. Elle fit rouler le cerceau sur le sol et Sweet Medicine lança ses bâtons pointus à travers le centre du cerceau, frappant toujours au bon endroit. Bientôt, beaucoup de gens, hommes et femmes, garçons et filles, vinrent observer ce nouveau jeu étrange.

C'est alors que Sweet Medicine s'écria: "Grand-mère, laisse-moi frapper encore une fois pour que le cerceau se transforme en un gros bisonneau !"

Il lança à nouveau son bâton comme une fléchette, le bâton traversa à nouveau le centre du cerceau et, ce faisant, le cerceau se transforma en un gros bisonneau jaune. Le bâton lui avait transpercé le cœur et le veau tomba raide mort. "Maintenant, vous aurez beaucoup à manger", dit Sweet Medicine. "Venez dépecer ce veau."

Les gens se rassemblèrent et firent rôtir des morceaux de viande tendre sur leurs feux. Et peu importe le nombre de morceaux de chair qu'ils coupaient du corps du bisonneau, ils y en avait toujours. Ils avaient beau manger, il en restait toujours. Les gens furent donc rassasiés et la famine prit fin. C'est aussi le premier jeu de cerceaux et de bâtons pratiqué par les Cheyennes. Ce jeu sacré a beaucoup de pouvoir et il est toujours pratiqué.

La première prise d'un garçon est un événement important dans sa vie, dont il se souviendra toujours. Après avoir tué son premier bison, le garçon est honoré par son père, qui peut organiser un festin pour lui et lui donner un nom d'homme. Il n'y aura pas de tel festin pour Sweet Medicine, mais il était tout de même très heureux lorsqu'il tua un veau jaune et gras lors de sa première chasse. Il était en train de l'écorcher et de le dépecer lorsqu'il fut abordé par un vieil homme, un chef trop âgé pour chasser beaucoup, mais toujours dur et autoritaire. "C'est exactement le type de peau que je cherchais", dit le chef. "Je la prends."

"Vous ne pouvez pas avoir la première peau d'un garçon", dit Sweet Medicine. "Tu dois certainement le savoir. Mais tu peux prendre la moitié de la viande parce que j'honore les anciens."

Le chef prit la viande, mais saisit aussi la peau et commença à s'en aller. Sweet Medicine saisit l'une des extrémités et ils commencèrent à tirer chacun de son côté. Le chef utilisa sa cravache sur Sweet Medicine en criant: "Comment un pauvre garçon ose-t-il défier un chef?" Alors qu'il fouettait Sweet Medicine encore et encore sur le visage, l'esprit combatif du garçon s'éveilla. Il saisit un gros os de patte de bison et frappa le vieil homme à la tête.

Certains disent que Sweet Medicine tua le chef, d'autres que le vieil homme tomba, assommé. Mais dans le village, les gens étaient furieux qu'un simple garçon ait osé se battre avec le vieux chef. Certains disaient: "Fouettons-le", d'autres disaient: "Tuons-le".

Après être retourné à la hutte de la vieille femme, Sweet Medicine sentit ce qui se passait. Il dit: "Grand-mère, des jeunes hommes des sociétés de guerriers vont venir ici pour me tuer parce que je me suis défendu." Il la remercia pour sa gentillesse et s'enfuit du village. Plus tard, lorsque les jeunes guerriers arrivèrent, ils étaient si furieux de voir que le garçon avait disparu qu'ils démolirent la hutte et y mirent le feu.

Le lendemain matin, quelqu'un aperçut Sweet Medicine, habillé en guerrier renard, sur une colline surplombant le village. Ses ennemis se lancèrent à sa poursuite, mais il était toujours hors de leur portée, et ils finirent par se retirer, épuisés. Le lendemain matin, il apparut sous les traits d'un guerrier élan, portant un bâton tordu enveloppé dans une peau de loutre. Ils essayèrent à nouveau de l'attraper et de le tuer, mais il leur échappa à nouveau. Ils reprirent leur vaine poursuite le troisième matin, alors qu'il portait la peinture faciale rouge et les plumes d'un guerrier au Bouclier rouge, et le quatrième, alors qu'il s'était habillé en soldat chien et secouait un petit hochet rouge noué avec des poils de bison à l'intention de ses poursuivants. Le cinquième jour, il se présenta sous les traits d'un chef cheyenne. Cela rendit les guerriers du village plus furieux que jamais, mais ils ne purent toujours pas l'attraper, et après cela, ils ne le virent plus.

Alors qu'il errait seul dans la prairie, le garçon entendit une voix qui l'appelait et qui le conduisit vers un magnifique pays aux forêts sombres et aux nombreuses collines. À l'écart des autres, une montagne unique en forme d'immense tipi: la montagne sacrée appelée Bear Butte.

Sweet Medicine trouva une ouverture secrète qui a été fermée depuis (ou qui n'est peut-être visible que par lui seul) et entra dans la montagne. Elle était creuse à l'intérieur comme un tipi, formant une hutte sacrée remplie de gens qui avaient l'air d'hommes et de femmes ordinaires, mais qui étaient en réalité de puissants esprits.

"Lorsque Sweet Medicine prit place, ils commencèrent à lui enseigner le mode de vie des Cheyennes afin qu'il puisse retourner auprès de son peuple et lui transmettre ce savoir.

Tout d'abord, les esprits lui donnèrent les quatre flèches sacrées, en lui disant: "C'est le grand cadeau que nous te donnons. Grâce à ces merveilleuses flèches, la tribu prospérera. Deux flèches sont destinées à la guerre et deux autres à la chasse. Mais les quatre flèches sont bien plus que cela. Elles ont de grands pouvoirs. Elles contiennent des règles selon lesquelles les hommes devraient vivre".

Le peuple des esprits enseigna à Sweet Medicine comment prier les flèches, comment les conserver, comment les renouveler. Ils lui enseignèrent les sages lois des quarante-quatre chefs. Ils lui apprirent à établir des règles pour les sociétés de guerriers. Ils lui apprirent comment les femmes devaient être honorées. Ils lui enseignèrent les nombreuses choses utiles qui permettent aux gens de vivre, de survivre et de prospérer, des choses que les gens n'avaient pas encore apprises à l'époque. Enfin, ils lui apprirent à fabriquer un tipi spécial dans lequel les flèches sacrées devaient être conservées. Sweet Medicine écouta respectueusement et apprit bien, et finalement un vieil homme spirituel brûla de l'encens de foin d'odeur pour purifier Sweet Medicine et le paquet de flèches sacrées. Le jeune Cheyenne mit alors le paquet sacré sur son dos et entreprit le long voyage de retour vers son peuple.

Pendant son absence, une famine s'était abattue sur le pays. Les bisons s'étaient cachés, car ils étaient furieux que les gens ne sachent pas comment vivre et se comportent mal. Lorsque Sweet Medicine arriva au village, il trouva un groupe d'enfants fatigués et apathiques, les côtes saillantes, qui jouaient avec de petites figurines de bison qu'ils avaient fabriquées avec de la boue. Sweet Medicine transforma immédiatement les figurines en gros morceaux de viande et de graisse de bison juteuse. "Maintenant, vous avez assez à manger", dit-il aux jeunes, "et il en reste beaucoup pour vos parents et vos grands-parents. Apportez la viande, la graisse et les langues au village et dites à deux jeunes chasseurs de venir me retrouver demain matin."

Bien que les enfants aient transmis le message et que deux jeunes chasseurs soient sortis et aient cherché partout Sweet Medicine le lendemain, tout ce qu'ils virent, c'était un grand aigle qui tournoyait au-dessus d'eux. Ils réessayèrent le deuxième et le troisième jour, sans succès, mais le quatrième matin, ils trouvèrent Sweet Medicine au sommet d'une colline surplombant le village. Il leur dit: "Je suis venu apporter un merveilleux cadeau du Créateur que les esprits de la grande montagne de médecine vous ont envoyé. Dites aux gens d'ériger une grande hutte au centre du cercle du campement. Recouvrez son sol de sauge et purifiez-le en brûlant du foin d'odeur. Dis à tout le monde d'entrer dans le tipi et d'y rester, personne ne doit me voir approcher.

Lorsque tout fut enfin prêt, Sweet Medicine marcha lentement vers le village et appela quatre fois: "Peuple Cheyenne, je m'approche avec une grande puissance. Soyez joyeux. J'apporte les flèches sacrées." Il entra dans le tipi avec le paquet de flèches sacrées et dit: "Vous n'avez pas encore appris la bonne façon de vivre. C'est pourquoi les êtres supérieurs se sont mis en colère et les bisons se sont cachés." Les deux jeunes chasseurs allumèrent le feu et Sweet Medicine remplit une pipe en os de cerf avec du tabac sacré. Toute la nuit, il enseigna aux gens ce que les esprits de la montagne sacrée lui avaient appris. Ces enseignements établirent la voie des Tsistsistas, la véritable nation cheyenne. Vers le matin, Sweet Medicine chanta quatre chants sacrés. Après chaque chanson, il fumait le calumet et son souffle sacré montait par le trou de fumée jusqu'au ciel, jusqu'au grand mystère.

À l'aube, lorsque le soleil se leva et que les gens sortirent de la hutte sacrée, ils trouvèrent la prairie autour d'eux couverte de bisons. Les esprits n'étaient plus en colère. La famine était terminée.

Pendant de nombreuses nuits, Sweet Medicine instruisit le peuple sur les lois sacrées. Il vécut longtemps parmi les Cheyennes et fit d'eux une tribu fière et respectée dans toute la plaine.

Le Créateur lui avait donné quatre vies, mais même Sweet Medicine n'était pas immortel. Seuls les rochers et les montagnes sont éternels. Lorsqu'il devint vieux et faible et qu'il sentit que la fin de son temps était proche, il ordonna à son peuple de le transporter jusqu'à un endroit proche de Bear Butte. Là, ils lui construisirent une petite hutte avec des branches de peuplier et des poteaux de cèdre recouverts d'écorce et de feuilles. Le sol fut recouvert de sauge, de feuilles de cèdre aplaties et d'herbes odorantes. C'était une bonne hutte pour mourir, et lorsqu'ils le placèrent devant, il s'adressa au peuple pour la dernière fois:

"J'ai vu dans mon esprit qu'un jour, après ma mort... et que le temps soit long... des hommes barbus à la peau claire arriveront avec des bâtons crachant du feu. Ils conquerront le pays et vous conduiront devant eux. Ils tueront les animaux qui vous donnent leur chair pour que vous viviez, et ils amèneront des animaux étranges que vous chevaucherez et mangerez. Ils introduiront la guerre et le mal, des maladies étranges et la mort. Ils essaieront de vous faire oublier Maheo, le Créateur, et les choses que je vous ai enseignées, et ils vous imposeront leurs propres coutumes étrangères et maléfiques. Ils prendront votre terre petit à petit, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien pour vous. Je n'aime pas vous dire cela, mais vous devez le savoir. Vous devez être forts lorsque ce mauvais moment arrivera, vous les hommes, et surtout vous les femmes, parce que beaucoup dépend de vous, parce que vous êtes les perpétuateurs de la vie et si vous vous affaiblissez, les Cheyennes cesseront d'exister. J'ai dit tout ce qu'il y avait à dire.

Puis Sweet Medicine alla mourir dans sa hutte.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

De quoi parle Vie et mort de Sweet Medecine ?

Vie et mort de Sweet Medecine est un récit Cheyenne sur la naissance, les hauts faits, les prophéties et la mort de leur prophète et législateur Sweet Medicine.

Qui était Sweet Medicine?

Sweet Medicine était le grand prophète et législateur de la nation cheyenne qui reçut les quatre flèches sacrées, les lois, la structure du gouvernement et de la société, ainsi que les traditions culturelles du Dieu créateur Maheo et les transmit à son peuple.

Quelle est la source principale de Vie et mort de Sweet Medecine?

Il existe de nombreuses versions différentes de Vie et mort de Sweet Medecine, mais l'une des plus anciennes versions écrites est celle de George Bird Grinnell dans Journal of American Folklore, volume 22, Oct-Dec, 1908, pp. 3-54, citée dans le livre de Grinnell By Cheyenne Campfires, p. 263, qui donne également une version longue de l'histoire sous le titre Sweet Medicine and the Arrows (Sweet Medecine et les flèches).

Sweet Medicine était-il un personnage historique réel?

Selon les traditions des Cheyennes, Sweet Medicine était un personnage historique réel.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2024, janvier 20). Vie et Mort de Sweet Medecine [The Life and Death of Sweet Medicine]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2355/vie-et-mort-de-sweet-medecine/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Vie et Mort de Sweet Medecine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 20, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2355/vie-et-mort-de-sweet-medecine/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Vie et Mort de Sweet Medecine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 janv. 2024. Web. 27 mai 2024.

Adhésion