Bataille de Plassey

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 novembre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X

La bataille de Plassey, le 23 juin 1757, vit l'armée de la Compagnie des Indes orientales de Robert Clive vaincre une force plus importante du Nabab du Bengale. La victoire apporta de nouvelles richesses à la Compagnie et marqua le début de son expansion territoriale dans le sous-continent. Plassey, qui n'était guère plus qu'une escarmouche, a souvent été cité comme le début de la domination britannique en Inde.

Clive et l'expansion de l'EIC

La Compagnie des Indes orientales (EIC) fut fondée en 1600 et, au milieu du XVIIIe siècle, elle profitait de son monopole commercial en Inde pour rendre ses actionnaires immensément riches. La Compagnie était en fait le bras colonial du gouvernement britannique en Inde, mais elle protégeait ses intérêts en utilisant sa propre armée privée et en engageant des troupes de l'armée régulière britannique. Dans les années 1750, la Compagnie souhaitait étendre son réseau commercial et commencer à exercer un contrôle territorial plus actif sur le sous-continent.

Supprimer la pub
Publicité

Robert Clive & Mir Jafar at Plassey
Robert Clive et Mir Jafar à Plassey
Francis Hayman (Public Domain)

Robert Clive (1725-1774) s'était déjà distingué au service de la Compagnie à Arcot en août 1751, où il avait conduit ses troupes à résister à un siège de 52 jours. Il remporta ensuite une victoire à Arni en décembre 1751. Clive commanda ensuite l'artillerie de l'EIC à Trichinopoly en juin 1752. En 1755, Clive était lieutenant-colonel dans l'armée de l'EIC et il était envisagé en tant que prochain gouverneur de Madras, mais c'est au Bengale que la Compagnie des Indes orientales rencontrait le plus de difficultés.

Un nouveau souverain du Bengale, le Nabab Siradj al-Dawla (né en 1733), s'était installé au Bengale. N'ayant pris ses fonctions qu'en avril 1756, Siradj al-Dawla n'avait qu'une vingtaine d'années et était quelque peu téméraire. Il s'agissait d'un choix surprenant pour le rôle d'héritier du nabab, son grand-père Ali Vardi Khan. La décision de faire de Siradj al-Dawla le prince héritier quatre ans plus tôt avait déjà divisé la cour royale du Bengale au moment même où l'unité était nécessaire pour faire face à son plus grand défi.

Supprimer la pub
Publicité
L'EIC fut obligée de réagir à la perte de Calcutta, l'un de ses centres commerciaux les plus importants.

Le nouveau nabab s'offusqua de la présence de l'EIC dans la région et marcha sur Calcutta en juin 1756. Siradj al-Dawla était particulièrement furieux que l'EIC ait ajouté des fortifications à Calcutta sans autorisation et n'ait pas répondu favorablement à sa demande de les retirer. Arrivé dans la ville avec son armée, un court siège s'ensuivit et Calcutta tomba. L'EIC était déjà obligée de réagir à la perte de l'un de ses centres de commerce les plus importants, mais un incident curieux se produisit alors, qui renforça la détermination des militaristes de la Compagnie et affaiblit la position de ceux qui souhaitaient que l'EIC reste un organisme purement commercial. Après la chute de Calcutta, un certain nombre de militaires et de civils qui se trouvaient dans le fort de la ville furent faits prisonniers et détenus dans une petite cellule de prison mal éclairée et mal ventilée, connue localement sous le nom de "Black Hole of Calcutta" (trou noir de Calcutta). Selon un prisonnier, seuls 23 hommes sur les 146 prisonniers originels, hommes et femmes, survécurent à l'enfermement, tous les autres moururent de déshydratation extrême dans la terrible chaleur de la cellule bondée. L'histoire du trou noir de Calcutta eut pour effet de galvaniser la réponse militaire de l'EIC.

Siraj ud-Daulah
Siradj al-Dawla
Unknown Artist (Public Domain)

Robert Clive fut envoyé avec une armée pour rétablir la présence commerciale de l'EIC à Calcutta. Avec cinq navires et une armée de quelque 1 500 hommes, Clive réussit à reprendre Calcutta en janvier 1757, mais Siradj al-Dawla disposait toujours d'une immense armée. De plus, la Compagnie française des Indes orientales, rivale de Clive, contrôlait Chandernagore, juste en amont de la côte. Clive était déterminé à mener une action militaire décisive. Il s'empara du fort de Hughli plus tard en janvier, qui fut ensuite détruit par les tirs de canon de la flotte de l'EIC. Une attaque contre l'armée du nabab à l'extérieur de Calcutta fut moins fructueuse et obligea Clive à battre en retraite. Les deux camps se méfiaient l'un de l'autre et des lourdes pertes qu'entraînerait toute confrontation future, mais le contrôle du Bengale était désormais en jeu. Un traité de paix fut conclu, même si les deux camps savaient qu'il ne s'agissait que d'une pause temporaire. Dans l'intervalle, Clive put alors s'occuper de la présence française menaçante dans la région. En mars 1757, Clive attaqua et s'empara de Chandernagore, mettant fin aux dernières ambitions françaises au Bengale. Lorsque les Seths hindous de Murshidabad, une dynastie de financiers inquiets de l'effondrement du commerce européen qu'entraînerait un conflit plus large, retirèrent leur soutien au nabab désormais isolé, Clive saisit l'occasion.

Supprimer la pub
Publicité
Marchant sous la pluie et dans la boue, Clive établit son poste de commandement dans un pavillon de chasse.

Formations de combat

La bataille de Plassey se déroula près d'un village du même nom, sur les rives de la rivière Bhagirathi, au Bengale, le 23 juin 1757. Quelques jours auparavant, Clive s'était emparé du fort de Katwa, qui contenait des réserves de nourriture très utiles. Après avoir pris Katwa et la ville voisine, Clive ne savait pas comment procéder. Le temps était exécrable en ce début de mousson et il n'avait pas de cavalerie, mais s'il ne traversait pas la rivière, celle-ci serait bientôt en crue et trop large et trop profonde pour être franchie. Il soumit la situation à un conseil de guerre, mais ses commandants étaient divisés entre battre en retraite et attendre de meilleures conditions ou se lancer dans la bataille. Clive se retira pour réfléchir à la situation et, au bout d'une heure, prit la décision fatidique de poursuivre l'attaque.

Marchant sous la pluie et dans la boue, Clive établit son poste de commandement dans un pavillon de chasse au bord d'une mangrove. Ce bosquet partiellement submergé était une meilleure redoute qu'il n'y paraîssait: L'armée de Clive était désormais bien protégée sur deux côtés par un vieux mur et un haut talus devant un long fossé. Les deux armées étaient littéralement à portée de voix l'une de l'autre. Depuis le toit du pavillon de chasse, Clive pouvait voir les rangs ennemis, qu'il décrivit comme suit:

Avec le nombre d'éléphants, tous couverts de broderies écarlates, leurs chevaux aux épées dégainées étincelant au soleil, leurs lourds canons tirés par de vastes trains de bœufs et leurs étendards flottants, ils formaient un spectacle pompeux et fabuleux.

(Dalrymple, 126-7)

Mid-18th Century British Infantryman
Tirailleur britannique, moitié du XVIIIe siècle
Unknown Artist (Public Domain)

Clive commandait une armée composée de 1 400 cipayes (troupes indiennes) et de plus de 700 Européens (infanterie et artilleurs), dont quelque 250 membres aguerris du 39e régiment d'infanterie de l'armée britannique. Certains historiens estiment l'armée totale à 3 000 hommes, mais ce chiffre inclut les marins des cinq navires de l'expédition initiale de Clive au Bengale. Les forces du nabab étaient beaucoup plus importantes, peut-être environ 50 000 hommes. Ceux-ci étaient bien entraînés et comprenaient un petit contingent d'artilleurs français (une cinquantaine d'hommes avec quatre canons), mais la loyauté de l'armée principale envers le nabab, et même de certains de ses commandants, était très discutable. Les armes typiques des deux camps étaient des fusils à silex, des épées, des hallebardes et des lances. Clive ne disposait que de 10 canons de grande taille, contre 51 (ou 53 selon Clive lui-même) pour le nabab.

Supprimer la pub
Publicité

Attaque

Les combats débutèrent vers 8 heures du matin par le barrage d'artillerie habituel des deux camps. C'est alors que l'un des généraux du nabab, Mir Jafar (1691-1765), envoya un message à Clive pour lui confirmer ce qu'il avait promis précédemment: il ne se battrait pas pour le nabab. Malheureusement, les canons de Clive avaient déjà bombardé la partie du champ de bataille où étaient stationnées les troupes de Jafar. C'est alors qu'une pluie diluvienne fit pencher la balance. Les canons du nabab n'étaient pas protégés, mais les artilleurs de Clive utilisèrent judicieusement des bâches pour garder leur poudre au sec. À la fin de l'orage, le nabab, pensant probablement que les canons de Clive étaient également hors d'usage, envoya sa cavalerie. L'artillerie britannique ouvrit alors à nouveau le feu et faucha les chevaux ennemis, tuant l'un des rares commandants loyaux du nabab, Mir Madan. Après une accalmie de quelques heures, Clive fut contraint de suivre une avancée désordonnée de son second Kilpatrick - qui avait vu le flanc extrême droit des troupes ennemies commencer à se replier - et les Britanniques reprirent ainsi l'avantage. À la vue de ce carnage, la plupart des fantassins du nabab commencèrent à quitter le champ de bataille en divers groupes.

Positions at the Battle of Plassey
Positions lors de la bataille de Plassey
Unknown Artist (Public Domain)

Les artilleurs de l'armée du nabab tentèrent de remettre leurs canons en marche, mais ils s'avérèrent plus gênants qu'utiles, comme le résume l'historien Lawrence James:

Ils disposaient de pièces massives de vingt-quatre et trente-deux livres, chacune montée sur des plates-formes traînées par quarante ou cinquante jougs de bœufs et poussées en position par des éléphants. Leur transport a causé la perte de l'artilleur, car trois éléphants ont été tués et les autres sont devenus "indisciplinés". Les bœufs, terrifiés par les tirs, se sont enfuis à leur tour, entraînant avec eux leurs conducteurs. Comme si cela ne suffisait pas, un observateur a remarqué que les artilleurs indiens semblaient maladroits et qu'ils avaient accidentellement mis le feu à leurs propres barils de poudre, qui ont explosé et ajouté au pandémonium. (35).

Voyant le manque évident de loyauté de ses commandants, le nabab se retira rapidement sur son dromadaire. Les réserves de Clive poursuivirent une partie de l'ennemi en retraite dans une mêlée chaotique et sanglante qui impliquait des hommes, des dromadaires et autres éléphants paniqués. La bataille - qui ne fut finalement qu'une escarmouche - fut gagnée à 17 heures, les Britanniques ne comptant que 50 morts et l'armée du nabab plus de 500 morts et blessés.

Supprimer la pub
Publicité

Robert Clive & The East India Company Rule in India, c. 1765
Robert Clive et la Compagnie des Indes orientales règnent en Inde, vers 1765
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Suites de la bataille

Après la bataille, le nabab fut capturé, exécuté (poignardé à mort) et remplacé par Mir Jafar. L'énorme trésor de l'ex-nabab fut réparti entre les vainqueurs, comme le voulait la coutume, et Clive s'enrichit considérablement, acquérant ce qui représenterait aujourd'hui plus de 50 millions de dollars. Un Mir Jafar reconnaissant donna également à Clive les droits lucratifs sur les revenus annuels des loyers (jagir) autour de Calcutta. Clive put annoncer avec jubilation aux directeurs de l'EIC à Londres qu'ils avaient désormais le "pouvoir d'être aussi grand que vous le souhaitez dans le royaume du Bengale" (James, 36). L'historien révisionniste Jon Wilson donne une évaluation plus réaliste de la victoire de Plassey: "Elle a simplement permis au chaos politique de perdurer au Bengale plus longtemps qu'il ne l'aurait fait autrement" (103). Quelle que soit la réalité du champ de bataille et de ses suites immédiates, Plassey fut présentée comme une grande victoire à l'époque, le principal propagandiste étant Clive lui-même, qui décrivit à plusieurs reprises les événements de Plassey comme rien de moins qu'une "révolution". Il est également significatif que le 39e régiment de fantassins (et ses successeurs) ait par la suite porté sur leurs uniformes des insignes portant les mots "Plassey" et "Primus in Indus".

La vacance du pouvoir après la victoire de Plassey permit à l'EIC de siphonner les ressources du Bengale sans payer les frais d'administration, qui furent laissés à la charge du nabab fantoche. La bataille permit également à Clive d'être associé à jamais au sous-continent et lui valut le surnom de "Clive of India". Il fut nommé gouverneur du Bengale en février 1758, poste qu'il occupa pendant deux ans, et il fut reconduit dans ses fonctions en 1764. En tant que première étape d'une série d'expansions de l'autorité territoriale de l'EIC, Plassey et 1757 sont souvent cités comme le début de la domination britannique en Inde, même si le processus de colonisation fut, en réalité, plus graduel. L'idée que Plassey avait marqué un tournant se répandit encore plus à l'époque victorienne, lorsque des statues commémoratives de Clive furent érigées à Londres et à Calcutta et que les manuels scolaires firent une large place à la bataille. Même pour les Indiens, la date de Plassey restait significative. Lors de la mutinerie des Cipayes, le chef des insurgés, Nânâ Sâhib (1824-1859), attaqua la résidence de l'EIC à Cawnpore (Kanpur) 100 ans plus tard et à la même date que celle de la bataille de Plassey.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qui participa à la bataille de Plassey?

La bataille de Plassey opposa l'armée de la Compagnie des Indes orientales, dirigée par Robert Clive, à l'armée du Nabab du Bengale, Siradj al-Dawla.

Qui gagna la bataille de Plassey et comment?

La bataille de Plassey fut remportée par l'armée de la Compagnie des Indes orientales dirigée par Robert Clive. La victoire fut principalement due au fait que les commandants de l'armée du Nabab du Bengale ne voulaient pas se battre.

Pourquoi la bataille de Plassey fut-elle importante?

La bataille de Plassey fut importante parce qu'elle donna à la Compagnie des Indes orientales le contrôle territorial de la riche région du Bengale. Pour beaucoup, elle marqua le début de la domination britannique en Inde.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, novembre 18). Bataille de Plassey [Battle of Plassey]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2107/bataille-de-plassey/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Bataille de Plassey." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 18, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2107/bataille-de-plassey/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Bataille de Plassey." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 nov. 2022. Web. 22 juin 2024.

Adhésion