Cipayes

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 novembre 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Tagalog
East India Company Madras Uniforms (by Yellapah of Vellore, Public Domain)
Uniformes de Madras de la Compagnie des Indes orientales
Yellapah of Vellore (Public Domain)

Un cipaye était un soldat indien dans les armées de divers États et compagnies commerciales européennes du sous-continent indien puis, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, dans l'armée indienne britannique. Recrutés parmi de nombreux groupes de population et religieux différents, les cipayes ont fini par dominer les forces armées britanniques dans le sous-continent, même s'ils n'ont pas été autorisés à devenir officiers avant le XXe siècle. Le terme "cipaye" continue d'être utilisé pour l'infanterie ordinaire dans plusieurs armées aujourd'hui.

Les armées cipayes

Le terme cipaye dérive d'une corruption du terme persan sipahi, illustrant le fait que ce sont les armées de l'Empire moghol (1526-1857) en Inde qui furent les premières à utiliser ces troupes recrutées localement comme infanterie armée de mousquets. Bien qu'ils aient été utilisés par la Compagnie française des Indes orientales et de nombreux États princiers indiens, les soldats cipayes, du moins dans la langue anglaise, sont surtout associés aux armées britanniques du sous-continent indien. Ils sont également devenus les plus associés aux fantassins, et d'autres termes sont généralement utilisés pour d'autres types de soldats, comme sowars pour les membres indiens des corps de cavalerie.

Supprimer la pub

Advertisement

L'armée de l'EIC

La Compagnie britannique des Indes orientales (EIC) a progressivement étendu ses tentacules de contrôle sur de nombreuses régions de l'Inde. La Compagnie avait été fondée en 1600, mais ce n'est qu'après la bataille de Plassey en 1757, lorsque Robert Clive (1725-1774) vainquit l'armée du Nawab du Bengale, que l'EIC a vraiment commencé à ressembler au bras colonial de la Couronne et du gouvernement britanniques dans le sous-continent. Finalement, au milieu du 19e siècle, l'EIC en est venu à employer une armée privée de plus de 275 000 hommes. Parmi eux, environ 45 000 étaient des soldats britanniques et plus de 230 000 étaient des cipayes. D'abord connus sous le nom de péons, puis de cipayes, les Indiens ont fini par dominer l'armée de l'EIC, mais après 1765, ils n'étaient plus autorisés à devenir officiers. Le changement de nom en cipayes reflétait la différence d'entraînement et d'armement des troupes indiennes dans l'armée professionnelle de l'EIC, par opposition aux premiers jours où les recrues indigènes n'étaient que des groupes de mercenaires locaux portant les armes qu'ils pouvaient trouver.

Les cipayes ont aidé l'EIC à gagner d'immenses étendues de territoire et de grandes richesses au cours d'un siècle de guerres.

L'EIC ne disposait pas d'une armée unique, mais permettait à chacune de ses présidences (régions administratives) de lever ses propres forces. Cela s'explique par le fait que chaque centre de commere était géographiquement isolé des autres. Des exemples de présidences sont Bombay (Mumbai), Madras (Chennai) et le Bengale, chacune étant gouvernée par un président (appelé plus tard gouverneur). Comme chaque armée était recrutée et entretenue de manière isolée, des traditions militaires distinctes se sont développées. Les premières unités professionnelles de cipayes furent créées par Robert Clive en 1757 et, après Plassey, Clive forma le premier bataillon de cipayes, le 1st Bengal Native Infantry, qui avait le surnom de Lal Pultan ou "Red Battalion". En 1758, deux autres bataillons de cipayes furent créés par la présidence de Madras et, en 1768, la présidence de Bombay possédait ses propres bataillons de cipayes. D'autres bataillons suivirent, et ceux qui se distinguaient au combat reçurent parfois le titre honorifique de "grenadier" dans le nom de leur bataillon. L'"infanterie légère" était un autre titre honorifique, mais il n'est pas certain qu'il ait eu une signification pratique en termes d'armes, d'entraînement ou d'utilisation stratégique au combat.

Supprimer la pub

Advertisement

Sepoy in Uniform
Cipaye en uniforme
Auguste Wahlen (Public Domain)

Outre l'infanterie, la cavalerie (à partir de 1780 environ), la marine et les cipayes d'artillerie, un grand nombre d'Indiens trouvèrent d'autres rôles dans les armées de l'EIC. Un groupe important était les ouvriers qui aidaient les ingénieurs dans des projets tels que la construction de ponts et de fortifications, connus sous le nom de Sappers (sapeurs) et Miners (mineurs), Lascars, ou Pioneers (pionniers). Les Indiens faisaient également office de porteurs d'eau, de porteurs de bagages, de cuisiniers et de transporteurs de munitions et de boulets. Il y avait aussi un autre groupe : Les Eurasiens, c'est-à-dire les soldats ayant une ascendance mixte britannique/indienne ou portugaise/indienne. Ces Eurasiens étaient souvent appelés Topasses ou "porteurs de chapeau" car beaucoup portaient des turbans comme les cipayes.

Les fils et les neveux des cipayes en service rejoignaient souvent l'armée de l'EIC.

Les cipayes ont aidé l'EIC à gagner d'immenses étendues de territoire et de vastes richesses au cours d'un siècle marqué par de nombreuses guerres, notamment les quatre guerres anglo-mysore (1767-99), les trois guerres anglo-marathes (1775-1819), la guerre des Gurkhas (alias guerre anglo-népalaise, 1814-16), les trois guerres anglo-birmanes (1824-85) et les deux guerres anglo-sikhs (1845-49). Comme le note l'historien I. Barrow, "c'est l'une des grandes ironies de l'histoire de la Compagnie que son empire indien ait été effectivement conquis par des troupes indiennes" (82).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Recrutement

Les cipayess étaient recrutés localement par chaque présidence de l'EIC. Bien que l'EIC n'ait pas été particulièrement généreuse dans la rémunération des troupes britanniques ou des cipayes, il y avait la possibilité d'un revenu supplémentaire lorsque le soldat était stationné en dehors de sa présidence d'origine, et certains commandants partageaient les gains après une victoire au combat ou un siège réussi. Les ciapyes, en particulier les hindous issus de milieux paysans, étaient également attirés par la possibilité d'acquérir un statut plus important dans la société locale. Le soldat est une profession très respectée "qui a toujours été honorée dans la société indienne, même si cela implique, comme c'est inévitable, de se battre contre son propre peuple... Le métier de soldat est porteur de dignité et offre un bon gagne-pain et une pension" (James, 131-2). L'engagement dans l'armée était synonyme de dignité et offrait un bon niveau de vie et de pension " (James, 131-2).

Le recrutement local pouvait entraîner certains problèmes lorsque la Compagnie étendait son territoire pour contrôler de nouveaux groupes de population. Il y avait quelques tensions entre les cipayes qui suivaient des religions différentes. Les hindous de haute caste sont limités par une religion qui considère les cipayes sikhs et musulmans comme des intouchables. L'expansion se traduisait également par de nouvelles recrues, même dans les zones " frontalières " qui n'étaient pas encore totalement contrôlées par l'EIC. Dans ces régions, il n'était pas rare que l'armée de l'EIC forme des bandes connues sous le nom d'infanterie locale, souvent des mercenaires armés de manière disparate comme ceux avec lesquels la Compagnie avait débuté. Une célèbre unité d'infanterie locale était le bataillon Sirmoor de 1815, composé de Gurkhas, qui ne comptait que trois officiers supérieurs britanniques. Avec le temps, ces unités pouvaient devenir des compagnies EIC à part entière, comme ce fut le cas des troupes sikhes après la conquête du Pendjab au milieu du XIXe siècle. Les troupes sikhes furent d'abord formées dans la Brigade des frontières, puis devinrent l'Infanterie locale sikhe, puis la Force irrégulière du Pendjab, et enfin l'Infanterie du Pendjab.

East India Company Madras Army
Compagnie des Indes orientales et armée de Madras
Unknown Artist (Public Domain)

Une troisième source de troupes indigènes était les armées des souverains conquis ou alliés des états princiers indiens. Ces armées, ou certaines de leurs unités, étaient souvent prises en charge et dirigées par des officiers de l'EIC. Ces unités alliées étaient connues sous le nom d'unités de contingents, et certaines pouvaient être très importantes, comme le contingent de Gwalior qui était composé de sept bataillons d'infanterie, de deux régiments de cavalerie et d'une unité d'artillerie.

Supprimer la pub

Advertisement

À l'origine, les troupes de cipayes étaient commandées par des officiers indiens appelés subedars (capitaines) et jenadars (lieutenants), mais au XIXe siècle, ceux-ci furent remplacés par des officiers commissionnés exclusivement britanniques. Les sergents cipayes (havildars) et autres sous-officiers étaient chargés d'inculquer la discipline aux troupes et d'appliquer les punitions ordonnées par leurs commandants. Dans la structure de commandement plutôt sommaire de l'EIC, un capitaine britannique dirigeait un bataillon de cipayes. En revanche, un bataillon entièrement britannique, considéré comme plus prestigieux, était commandé par un major. Si un cipaye était traduit en cour martiale, son cas était entendu par des sous-officiers indiens. Les punitions comprenaient la pendaison en cas de meurtre et 500 coups de fouet pour le pillage. En laissant les affaires des cipayes aux cipayes supérieurs, les officiers britanniques s'épargnaient un certain travail et peut-être l'embarras de ne pas comprendre ce que leurs hommes faisaient vraiment. Cette distance - physique dans le camp, linguistique et culturelle - entre les Britanniques et les Indiens dans l'armée se retournerait plus tard contre eux en développant un esprit de méfiance mutuelle, souvent totalement injustifié mais né d'un manque évident de contact entre les deux parties.

Uniformes

Les cipayes portaient des vestes rouges similaires à celles des soldats britanniques de l'EIC, mais leurs revers de couleur (par exemple les cols et les poignets) varièrent selon la période et le lieu. Les couleurs changèrent également avec le remaniement et le changement de nom des bataillons et des régiments. Le rouge, le vert foncé, le bleu foncé, le gris et le kaki occupaient une place importante dans les revers. Ces couleurs pouvaient également indiquer la fonction militaire. Les cipayes se distinguaient par leurs jangheas (un type de short), ils portaient également des pantalons plus longs (jodhpurs) ou plus amples (pantalons), qui étaient un insigne de grade à partir de 1801, mais plus tard, toutes les troupes étaient autorisées à les porter par temps chaud. Les pantalons et shorts des cipayes réguliers étaient généralement blancs avec des garnitures de différentes couleurs. Un autre indicateur du rang pouvait être une ceinture ou une ceinture de soie de couleur, ainsi que des ajouts de dentelle de couleur aux ourlets des vestes, pantalons et shorts. Les chaussures des cipayes étaient généralement des sandales en cuir ou, à partir de la fin du XIXe siècle, des bottes.

Les cipayes portaient différents types de turban, qui pouvaient comporter des ajouts en laiton tels qu'une plaque d'identification sur le devant, une pointe ou une boule, et une mentonnière décorative. L'un des premiers types de turban portés par les cipayes du Bengale était le turban "cadran solaire", appelé ainsi parce que l'insigne frontal en forme de feuille se terminait par une haute pointe. Cet insigne, comme beaucoup d'autres, indiquait l'unité ou la fonction du cipaye.

Supprimer la pub

Advertisement

East India Company Trooper & Sepoy
Compagnie britannique des Indes Orientales: Homme de troupe et cipaye
Unknown Artist (Public Domain)

Les cipayes de Bombay étaient connus pour porter un turban avec une plaque en laiton en forme de chapeau d'évêque et une boule en laiton au sommet. Un sergent pouvait porter une sorte d'identification de son grade sur son turban, comme une houppe en argent. Les unités de la Royal Horse Artillery avaient les turbans les plus flamboyants, souvent recouverts de peau de guépard ou de léopard et arborant une crinière en crin de cheval.

Après 1806, on a commencé à porter des faux turbans, c'est-à-dire des tissus tendus sur une armature en bambou ou en rotin pour faire croire à un turban. Les premiers modèles de ces faux turbans étaient si inconfortables à porter et rompaient tellement avec la tradition qu'il y eut même une brève mutinerie des cipayes à Vellore en 1808. Alors que les uniformes des cipayes se rapprochaient de plus en plus de ceux des troupes britanniques, le turban, dans toutes ses variantes, restait la marque de distinction la plus évidente d'un soldat cipaye. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les armées du Bengale et de Bombay abandonnèrent les turbans au profit d'une sorte de bonnet de fourrage ou de Kilmarnock.

Au combat, les cipayes étaient disposés en rangs de manière à présenter une série de tirs de volée dévastateurs avec des mousquets ou des fusils. Ils chargeaient ensuite l'ennemi à la baïonnette. Certains cipayes, notamment les sergents, pouvaient également porter un sabre tulwar traditionnel ou une hallebarde. Pour atteindre la précision et la discipline sous le feu, les cipayes subissaient un entraînement rigoureux, et c'est pour cette raison que les jeunes recrues étaient préférées afin qu'elles puissent plus facilement respecter et obéir à leurs officiers que les hommes plus âgés.

Supprimer la pub

Advertisement

La révolte

Bien que les sepoys aient été l'épine dorsale de l'armée de l'EIC, cette dépendance même devint une faiblesse majeure. Comme nous l'avons vu, il y eut une rébellion notable des cipayes à Vellore, dans le sud de l'Inde, en juillet 1806. De courte durée, la mutinerie entraîna tout de même la mort de plus de 100 soldats et officiers britanniques. Les cipayes, déjà mécontents des nouveaux faux turbans, s'étaient mutinés en raison de soupçons et de rumeurs selon lesquels l'EIC avait l'intention de les convertir au christianisme, ainsi que parce qu'ils étaient mécontents de certains changements dans les règlements.

The Sepoy Mutiny of 1857
La révolte des cipayes de 1857
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

En 1857, la mutinerie des Cipayes (également appelée révolte des Cipayes, soulèvement et première guerre d'indépendance indienne) constitua une attaque bien plus importante que celle de Vellore contre la domination britannique en Inde. La mutinerie commença le 10 mai lorsque les cipayes de l'EIC protestèrent à Meerut contre leur salaire bien inférieur à celui des soldats britanniques de l'EIC. En outre, les salaires des cipayes n'avaient pas été augmentés depuis plus de 50 ans, ce qui signifiait qu'en termes réels, leur solde avait perdu la moitié de sa valeur depuis 1800. Les soldats indiens n'étaient pas satisfaits de l'obligation de servir en dehors de l'Inde (ce qui obligeait certains hindous à accomplir de coûteux rites de purification) ni du racisme institutionnel qui les empêchait de devenir officiers. La goutte d'eau qui fit déborder le vase fut l'introduction de cartouches graissées pour les fusils Enfield. Les Cipayes pensaient (à tort) que la graisse animale provenait de porcs et de vaches, ce qui heurtait les croyances hindoues et musulmanes, d'autant plus qu'une rumeur prétendait que les cartouches devaient être préparées par la bouche, en déchirant l'emballage en papier de la poudre à canon uniquement avec les dents (également faux).

L'étincelle initiale qui mit le feu aux poudres fut la punition de l'un des leurs, Mangal Pandey (alias Pande), en mars 1857. Pandey avait blessé un officier européen EIC près de Calcutta, et pour son crime, il fut exécuté. Il s'agissait peut-être d'une question de justice, mais l'indignation résulta de la décision de fouetter également toute la compagnie de cipayes de Pandey. Puis, le 10 mai 1857, les cipayes de l'EIC à Meerut prirent les armes. Ils protestèrent contre les peines de 10 ans de prison infligées à 85 de leurs camarades cipayes pour avoir refusé d'utiliser des cartouches Enfield graissées. Les mutins tuèrent leurs officiers britanniques et se déchaînèrent par la suite. Comme le déplora un mutin : "J'étais un bon cipaye, et j'aurais été prêt à aller n'importe où pour le service, mais je ne pouvais pas abandonner ma religion " (James, 239). Les mutins s'emparèrent de la ville voisine de Delhi le 11 mai, assassinant des hommes, des femmes et des enfants européens, ainsi que des Indiens convertis au christianisme.

La mutinerie s'étendit rapidement au Bengale où 45 des 74 régiments de cipayes se rebellèrent. Les régiments de cavalerie du Bengale se mutinèrent également. Par précaution, 24 des 29 régiments de cipayes restants furent dissous ou désarmés par l'EIC. Heureusement pour les Britanniques, dans les deux autres centres principaux de l'EIC - Madras et Bombay - la première armée resta loyale, et seuls deux régiments se rebellèrent dans le second.

La cause des cipayes fut reprise par une foule de princes indiens mécontents du mauvais traitement que leur réservait l'EIC, ainsi que par les paysans et les artisans qui avaient souffert de la gouvernance de l'EIC, principalement de la surtaxation et des importations bon marché. Bien que la rébellion se soit étendue à une grande partie du nord et du centre de l'Inde et que les cipayes s'emparèrent de plusieurs centres importants, leur manque de commandement et de coordination et les ressources bien plus importantes de l'EIC et du gouvernement britannique les menèrent à leur perte. Pour combattre les rebelles, on fit appel à l'armée britannique régulière (fraîchement arrivée d'Europe) ainsi qu'aux troupes sikhes loyales et à de nouveaux alliés tels que les Gurkhas du Népal. La mutinerie fut réprimée au printemps 1858, mais le nombre de victimes avait été élevé :

2 600 soldats britanniques engagés et 157 officiers ont été tués. Huit mille autres sont morts de coups de chaleur et de maladies, tandis que trois mille ont été gravement blessés. Les décès d'Indiens causés par la guerre et les famines qui en ont résulté pourraient avoir atteint 800 000.
(Barrow, 115)

Les troubles conduisirent le gouvernement britannique à reprendre finalement les territoires de l'EIC en Inde et à dissoudre complètement la compagnie britannique des Indes orientales.

20th-Century Sepoy
Cipaye du 20e siècle
Major A.C. Lovett (Public Domain)

Histoire ultérieure

En 1895, l'armée de l'EIC était devenue l'armée indienne britannique (ou "l'armée en Inde"), et les Britanniques avaient réduit de moitié le nombre de cipayes à leur service, pour atteindre environ 120 000 hommes. Le rapport entre les cipayes et les Britanniques resta ensuite stable à environ 2:1. Il y avait également une préférence marquée pour les Indiens du nord du sous-continent, car ils étaient considérés comme plus loyaux que ceux du sud. Les officiers britanniques avaient au moins retenu la leçon de la révolte et vivaient désormais beaucoup plus étroitement avec leurs troupes, une politique qui s'avéra payante puisqu'un véritable esprit de corps se développa, rarement observé dans d'autres parties de l'Empire britannique où les troupes locales étaient également largement utilisées.

En outre, les Indiens pouvaient désormais être officiers, connus collectivement sous le nom d'"officiers indigènes", puis d'"officiers commissionnés du vice-roi" (VCO). Le plus haut grade d'officier indien dans la cavalerie était un rissaldar-major et dans l'infanterie un subedar-major. En réalité, cependant, l'administration britannique se montrait réticente à permettre à un trop grand nombre d'Indiens de devenir officiers. Bien que certains candidats aient été envoyés suivre une formation d'officier en Angleterre dans des institutions prestigieuses telles que le Royal Military College de Sandhurst, les Indiens n'auraient pas leur propre académie de formation d'officiers en Inde même avant l'arrivée des nécessités désespérées de la Seconde Guerre mondiale (1939-45). Les Cipayes continuaient à provenir de tous les groupes de population et religieux du sous-continent, tels que les Sikhs, les Punjabis, les Gurkhas, les Jats, les Dogras, les Garhwalis, les Musulmans, les Gujars et les Meors. Les compagnies de l'armée étaient réparties selon les groupes mentionnés ci-dessus, mais plusieurs compagnies différentes pouvaient être placées dans le même bataillon.

Non seulement essentiels au maintien du Raj britannique en Inde, les cipayes étaient également envoyés pour protéger les intérêts coloniaux ailleurs, comme en Afghanistan, en Perse, dans certaines parties de l'océan Indien et en Malaisie. Les cipayes se battirent encore pour la Grande-Bretagne pendant la Première Guerre mondiale (1914-18) et la Seconde Guerre mondiale, lorsqu'ils servirent en Europe, en Afrique de l'Est, au Moyen-Orient, en Malaisie et en Inde même, en tant que soldats et officiers. Le maréchal Bernard Montgomery (1887-1976), qui avait été instructeur dans l'armée indienne, décrivait les cadets du sous-continent comme "splendides... des soldats naturels et un matériel aussi bon que possible" (Gilmour, 126).

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Les Britanniques utilisaient-ils des cipayes?

Oui, les Britanniques ont utilisé les cipayes en Inde, à certaines périodes bien au-delà de 200 000.

Quel était le rôle des cipayes ?

Le rôle des cipayes était d'agir en tant que fantassin sans grade.

Pourquoi les Britanniques ont-ils appelé le conflit la révolte des cipayes ?

La révolte des cipayes de 1857-1858 en Inde fut appelée ainsi parce que les violences commencèrent avec les cipayes mutinés de l'armée de la Compagnie britannique des Indes orientales. La rébellion se propagea ensuite à d'autres groupes sociaux.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, novembre 21). Cipayes [Sepoy]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21089/cipayes/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Cipayes." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 21, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21089/cipayes/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Cipayes." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 nov. 2022. Web. 08 déc. 2022.

Adhésion