Warren Hastings

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 octobre 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Portrait of Warren Hastings (by Joseph Zoffany, Public Domain)
Portrait de Warren Hastings
Joseph Zoffany (Public Domain)

Warren Hastings (1732-1818) fut nommé gouverneur du Bengale par la Compagnie britannique des Indes orientales (EIC) en 1772 et devint son premier gouverneur général en Inde de 1774 à 1785. Sous son mandat, l'EIC étendit impitoyablement son territoire, à la fois par la conquête et par des traités d'alliance avec les États princiers indiens.

Hastings avait une nouvelle vision de la manière dont l'Inde devait être gouvernée qui impliquait d'inclure les Indiens dans leurs propres formes de gouvernement et de système judiciaire, mais la réalité chaotique d'une Inde post-Moghol désormais en proie à des rivalités entre États princiers et à la présence rapace des commerçants de l'EIC et de ses militaires signifiait que les plans du gouverneur n'aboutirent à rien. De retour en Angleterre, Hastings, grand dépensier, fut accusé de corruption pendant son séjour en Inde, accusation dont il finit par être acquitté. Pris pour cible par le grand commentateur politique Edmund Burke (1729-1797), Hastings fut un personnage controversé dont la carrière tumultueuse reflétait les questions complexes auxquelles le parlement britannique était confronté à la fin du XVIIIe siècle: comment mieux contrôler l'EIC et comment gouverner l'Inde si elle devenait une colonie au sens le plus large du terme?

Supprimer la pub
Publicité

Début de carrière

Warren Hastings vit le jour à Churchill, dans l'Oxfordshire, en Angleterre, le 6 décembre 1732, dans une famille qui avait été prospère à l'époque des Tudor, mais qui était à l'époque plutôt dans le creux de la vague. La mère de William mourut jeune et son père l'abandonna pour aller vivre à la Barbade. William fut alors pris en charge par l'un de ses oncles et envoyé à l'école de Westminster à Londres.

Hastings tenta de mettre fin aux pires abus commis par les agents locaux de l'EIC au Bengale.

Hastings rejoignit la puissante EIC en tant que clerc ou "rédacteur" et s'embarqua pour l'Inde en 1750. En 1757, Hastings servit comme volontaire dans l'armée de l'EIC commandée par Robert Clive (1725-1774) qui remporta la bataille de Plassey contre le Nawab (souverain) du Bengale. Impressionné par le jeune homme, Clive obtint pour Hastings un nouveau poste à Murshidabad, au Bengale occidental. De 1758 à 1761, en tant que représentant de l'EIC à la cour du Nawab du Bengale, il supervisa un commerce lucratif de marchandises telles que l'opium, le sel, le tabac et le bois. Il fut nommé au Conseil du Bengale de l'EIC en 1761 et y siégea jusqu'à ce qu'il ne se brouille avec les autres membres du Conseil sur des questions politiques. L'historien W. Dalrymple décrit Hastings comme suit: "D'une vie simple, érudit, diligent et austère, c'était un indophile notoire" (ix).

Supprimer la pub
Publicité

Robert Clive & The East India Company Rule in India, c. 1765
Robert Clive et la Compagnie des Indes orientales règnent en Inde, vers 1765
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

En 1765, Hastings rentra en Angleterre en triomphe après s'être enrichi grâce aux ressources de l'Inde, comme l'avaient fait tant d'autres personnalités de l'EIC. Il put acheter un nouveau carrosse rouge vif et reprendre l'utilisation des anciennes armoiries de sa famille dans le cadre de sa décoration ostentatoire. Sir Joshua Reynolds fut chargé de peindre le portrait de Hastings. Malheureusement, les revenus de Hastings n'étaient pas à la hauteur de son train de vie et il se retrouva rapidement endetté. L'attrait de l'Inde et de ses richesses le poussa à revenir en tant que fonctionnaire du conseil de l'EIC, cette fois à Madras, en 1769.

Gouverneur général de l'EIC

En 1772, l'étoile d'Hastings était à nouveau en pleine ascension et il fut nommé gouverneur du Bengale. Hastings dut faire face aux conséquences d'une famine généralisée qui frappa le Bengale l'année précédente, mais il ne laissa pas cette famine et les énormes pertes humaines qui en résultèrent trop entamer les revenus de l'EIC. Le gouverneur rendit les dirigeants locaux responsables du chaos et des horreurs d'une famine qui tua un tiers de la population paysanne dans certaines régions. Hastings, dans sa curieuse vision dualiste des affaires indiennes, nota que la perception des impôts "n'a pas du tout été maintenue à son niveau antérieur" (Dalrymple, p. 220). Le nouveau gouverneur fit construire des greniers publics pour s'assurer qu'aucune famine future ne causerait de telles pertes humaines.

Supprimer la pub
Publicité

En 1774, il fut nommé gouverneur général des trois présidences de l'EIC, à savoir le Bengale, Madras et Bombay. Ce dernier poste avait été créé par le Regulating Act de 1773 qui, en réponse aux préoccupations concernant ses finances, ses pouvoirs et la corruption, obligea l'EIC à restructurer sa hiérarchie de gestion. Hastings fut donc le premier gouverneur général, et c'est lui et son conseil de quatre conseillers qui avaient la haute main sur l'EIC en Inde. Il y avait beaucoup à faire, Hastings remarquant que les affaires de l'EIC étaient "un amas confus de matériaux non digérés" (Mansingh, 170). Hastings supervisa une campagne visant à mettre fin à la corruption parmi les négociants de l'EIC, en particulier la convention de longue date consistant à accepter des cadeaux de la part des parties intéressées par les contrats de l'EIC. Pour décourager l'acceptation de pots-de-vin, tous les échanges privés des employés de l'EIC furent interdits et les salaires furent augmentés. Il tenta également de mettre un terme aux pires abus commis par les agents locaux de l'EIC à l'encontre des populations locales. Hastings déplaça le centre administratif du Bengale de la cour du Nawab à la supervision directe de l'EIC à Calcutta. Il mit en place un système postal efficace et fit procéder à un arpentage complet afin de dresser des cartes plus précises de l'Inde.

Badge of EIC Bengal Presidency
Insigne de la présidence de l'EIC au Bengale
Samhanin (CC BY)

Après les victoires militaires fructueuses mais coûteuses de Robert Clive, Hastings souhaitait que la Compagnie des Indes orientales poursuive son expansion territoriale par une méthode plus rentable. Hastings conclut plusieurs traités avec des princes indiens indépendants, comme les souverains d'Awadh et de Banaras, en vertu desquels l'administration et la collecte des impôts étaient confiées à des organismes locaux, ce qui permit à l'EIC de se concentrer sur ce pour quoi elle avait été créée: le commerce. Cette politique, souvent qualifiée d'alliance subsidiaire, permit à l'EIC de se développer considérablement.

Plutôt que de laisser les fonctionnaires de l'EIC gouverner directement, Hastings voulait que les Indiens se gouvernent eux-mêmes.

Les souverains indépendants virent les avantages de l'armée de l'EIC en tant que force de protection contre les menaces potentielles des rivaux et des rébellions; le souverain d'Awadh, par exemple, loua une armée de l'EIC contre rémunération et put ainsi vaincre son ennemi, les Rohillas. Les souverains devaient parfois payer pour le privilège de la protection, un arrangement que de nombreux détracteurs de Hastings en Angleterre considéraient comme de l'extorsion de fonds. Ces mêmes critiques soulignèrent également que les ennemis des États princiers n'étaient pas nécessairement des ennemis de l'EIC et que de telles guerres ne constituaient donc pas une bonne utilisation du bras militaire de la Compagnie. Hastings pouvait répondre qu'il augmentait au moins la rentabilité de l'EIC à une époque où celle-ci n'était pas en bonne santé financière, en particulier au Bengale.

Supprimer la pub
Publicité

Le territoire sous contrôle britannique en Inde ne cessa de s'étendre, car Hastings, à Calcutta, ne put pas influencer directement les gouverneurs des deux autres présidences (régions administratives) de l'EIC, Bombay et Madras. Les deux gouverneurs étaient impliqués dans des guerres, le premier contre les Marathas et le second contre Mysore, dans le sud-ouest de l'Inde. Les quatre guerres anglo-mysore (1767-1799), en particulier, permirent à l'EIC de s'emparer de nouveaux territoires.

Une autre caractéristique du mandat de Hastings fut d'essayer de reproduire le système de gouvernement que l'Empire moghol avait imposé dans certaines parties de l'Inde. Plutôt que de laisser les fonctionnaires de l'EIC gouverner directement, Hastings voulait que les Indiens se gouvernent eux-mêmes et suivent leur propre système judiciaire, tout en restant fidèles à l'EIC. L'historien J. Wilson décrit le plan de Hastings comme "une fantaisie intellectuelle" (131) puisque l'appareil moghol de l'empire n'existait plus sous aucune forme significative et que d'autres hauts fonctionnaires de l'EIC étaient heureux de gouverner par l'épée et d'extorquer à la population et aux dirigeants tout ce qu'ils pouvaient obtenir impunément.

East India Company Madras Army
Armée de Madras de la Compagnie des Indes orientales
Unknown Artist (Public Domain)

Hastings se montra un peu plus compréhensif que ses prédécesseurs à l'égard des millions d'Indiens sur lesquels l'EIC régnait désormais et des étrangers en général. Contrairement à ses prédécesseurs tels que Robert Clive, qui ne parlait que l'anglais, Hastings avait au moins appris le persan, qui était alors la langue officielle de l'EIC, le bengali et l'ourdou. Hastings fit traduire en anglais plusieurs ouvrages indiens importants. Il soutint la Société asiatique du Bengale (fondée en 1784), qui promouvait ce que l'on appelait alors les études orientales. L'une de ces curieuses bizarreries du racisme institutionnel de l'Inde britannique voulait qu'aucun Indien ne puisse adhérer à la société jusqu'en 1829, mais celle-ci permit au moins de promouvoir l'intérêt des Européens pour la culture, la religion et l'art indiens, à une époque où la plupart des colonisateurs n'avaient que peu de temps à consacrer aux peuples qu'ils exploitaient et n'avaient rien de positif à dire à leur sujet.

Supprimer la pub
Publicité

Un épisode nuisit particulièrement à la réputation de Hastings: l'exécution du Maharadjah Nandakumar Bahadir (alias Nuncomar). En 1775, cherchant à exploiter les divisions au sein du Conseil de l'EIC au Bengale et à renforcer sa propre position au Bengale tout en diminuant celle du gouverneur, il accusa Hastings d'accepter des pots-de-vin en échange de faveurs politiques. Reconnu coupable de faux (commis plusieurs années auparavant) par un panel de juges britanniques, Nandakumar fut pendu le 5 août à Calcutta. C'était la première fois que l'EIC pendait quelqu'un pour un crime aussi mineur, et l'impitoyabilité de Hastings ne cadrait pas bien avec ses autres politiques plus conservatrices. Hastings continua également à avoir des problèmes avec ses rivaux au sein du Conseil du Bengale. Il se battit même en duel avec l'un d'entre eux, Philip Francis, en 1780. Francis rata son tir tandis qu'Hastings toucha la côte de son adversaire, mais Francis survécut.

Nababs et destitution

En 1785, Hastings retourna en Angleterre, mais l'accueil qu'il reçut fut loin d'être celui du héros colonial qu'il avait peut-être espéré. Il fut attaqué pour corruption et actes de cruauté pendant son séjour en Inde, notamment par le politicien whig Edmund Burke qui qualifia Hastings et ses semblables de "nabobs" (bien qu'il n'ait pas lui-même inventé l'expression), une corruption du terme indien nabab destinée à tourner en dérision leur avidité et le nouveau style tape-à-l'œil dont ils jouissaient en Angleterre grâce à leurs gains mal acquis. Hastings était considéré comme le pire exemple de cette espèce particulière de nouveaux riches. Pire encore aux yeux de Burke, Hastings avait sali le nom de la Grande-Bretagne en Inde et sur la scène internationale en volant à grande échelle et en acquérant pour l'EIC "toutes les propriétés foncières du Bengale sous d'étranges prétextes" (Wilson, 132). Burke avait reçu ses informations privilégiées de nul autre que Philip Francis, l'homme que Hastings avait abattu cinq ans plus tôt.

Hastings n'avait peut-être pas fait plus ou moins que d'autres dans sa position, mais il était enclin à des dépenses somptuaires, tant pour son ménage que pour d'autres indulgences telles que le fameux diamant rouge qu'il avait rapporté du sous-continent. Même sa femme Marian était souvent vue parée d'une telle quantité de diamants qu'elle était connue sous le nom de "princesse indienne". Hastings considérait probablement ses dépenses comme la juste récompense d'une carrière qui avait réussi à combiner le service de la Compagnie et l'augmentation de ses propres comptes en banque. Hastings fut cependant victime de timing. D'éminents membres du Parlement britannique étaient horrifiés par les récits sordides sur les politiques de l'EIC en Inde, et nombre d'entre eux cherchaient à soumettre la compagnie à un examen et à un contrôle beaucoup plus stricts. D'autres, en revanche, avaient largement profité de l'EIC, certains députés étant même à son service. La monarchie n'était pas non plus favorable à une atteinte à la propriété privée. Hastings devint une balle renvoyée entre ces deux camps, l'establishment britannique réfléchissant à loisir à ce qu'il devait faire exactement de ce monstre commercial qu'était devenu l'EIC.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

The Trial of Warren Hastings
Le procès de Warren Hastings
Unknown Artist (Public Domain)

L'India Act de 1784 restructura la direction de l'EIC et le Parlement installa l'un de ses représentants au sein du désormais tout-puissant Conseil de contrôle. Il s'agissait d'un pas modeste mais significatif vers un contrôle accru de l'État, mais l'EIC restait indépendant à bien des égards. Il restait à répondre à la question fondamentale: pourquoi l'EIC conquérait-il des territoires alors qu'il n'était pas un État ? Il est encore plus difficile de répondre à une question secondaire: Selon quel code moral l'EIC fonctionnait-elle alors qu'elle n'avait de comptes à rendre qu'à ses actionnaires? Ces questions étaient posées dans un contexte culturel où les philosophes influençaient les hommes politiques britanniques par leurs réflexions sur l'importance de la liberté individuelle, du gouvernement par consentement et du règne de la justice. Il semble que l'EIC n'ait pas été gêné d'un iota par ces considérations lorsqu'elle faisait du commerce avec les Indiens et les gouvernait au nom de la Grande-Bretagne. Dans un certain sens, Hastings était devenu une sorte de test pour savoir comment l'EIC pourrait également être examiné et traité. Il est quelque peu ironique que Hastings ait été envoyé en Inde pour réduire la corruption et qu'il en ait été le pire exemple.

Hastings fut destitué par le Parlement en 1787, accusé de "crimes et délits graves". L'accusation - fondée sur la vente par Hastings de bureaux de l'EIC, l'acceptation de pots-de-vin et d'argent de protection, l'accumulation de richesses personnelles et la responsabilité finale d'actes de violence commis par des employés de l'EIC - fut entendue à Westminster Hall sous les auspices de la Chambre des communes, mais la Chambre des lords, la chambre haute du Parlement, acquitta Hastings de tout acte répréhensible pendant son séjour en Inde, une décision à laquelle il fallut sept ans pour parvenir. Cela prit beaucoup de temps, mais l'establishment britannique comprit finalement que, même si toutes les accusations portées contre Hastings étaient fondées sur la réalité, il n'était peut-être pas la meilleure cible à poursuivre devant un tribunal. C'est l'EIC qui aurait dû être jugée, et non l'un de ses cadres les plus modérés. Cette fois, l'EIC avait échappé à la justice, mais les projecteurs avaient été braqués sur ses sombres agissements et, un demi-siècle plus tard environ, son heure viendrait lorsqu'elle serait finalement dissoute et que l'État britannique s'emparerait de ses richesses et de son empire.

Les temps changèrent à nouveau et, au XIXe siècle, vers la fin de sa vie, Hastings était de nouveau tenu en haute estime (en Grande-Bretagne) en tant qu'un des principaux architectes de l'impérialisme britannique en Inde. Non seulement la réputation de Hastings fut réhabilitée, mais il eut également la satisfaction de restaurer la fortune de sa famille en rachetant la maison ancestrale de Daylesford, dans le Gloucestershire, que la famille Hastings avait été obligée de vendre en 1715. Hastings y vécut sa retraite et mourut en 1818, à l'âge de 85 ans.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Pourquoi Warren Hastings est-il célèbre ?

Warren Hastings est célèbre pour avoir été le premier gouverneur général de la Compagnie des Indes orientales, nommé en 1774. Il fut tristement célèbre pour avoir été mis en accusation par le Parlement pour corruption, mais fut acquitté à l'issue d'un long procès public.

Qu'a fait Warren Hastings en Inde ?

Warren Hastings tenta de réduire la corruption au sein de la Compagnie des Indes orientales (EIC) et de permettre aux Indiens de se gouverner eux-mêmes sous la suzeraineté de la compagnie, mais ce plan ne fut pas couronné de succès. L'EIC étendit considérablement son territoire pendant son mandat de gouverneur général.

Quand Warren Hastings a-t-il quitté l'Inde ?

Warren Hastings quitta l'Inde en 1785 et dut alors faire face à une mise en accusation par le Parlement pour corruption, accusations pour lesquelles il fut finalement acquitté.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, octobre 12). Warren Hastings [Warren Hastings]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21085/warren-hastings/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Warren Hastings." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 12, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21085/warren-hastings/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Warren Hastings." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 oct. 2022. Web. 23 mai 2024.

Adhésion