Thésée et le Minotaure: plus qu'un mythe?

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Yves Palisse
publié le 18 février 2011
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, espagnol, Turc

Jusqu'à ce que Sir Arthur Evans ne mette au jour le palais de Knossos, la créature mi-homme mi-taureau tuée par Thésée était considérée comme une simple légende populaire; l'archéologie a changé cette perception.

Après un âpre combat contre son frère pour le trône, le roi Minos de Crète s'empara de la couronne et exila son parent vaincu. Il demanda au dieu de la mer, Poséidon, un taureau blanc comme neige en signe d'approbation. Minos était censé sacrifier ce taureau, mais dès qu'il apparut, il le trouva si beau qu'il préféra le garder pour lui. Indigné par l'ingratitude et l'égoïsme de Minos, Poséidon fit en sorte que la femme de Minos, Pasiphaé, tombe si profondément amoureuse du taureau qu'elle finisse par s'accoupler avec lui. Le résultat de cette union fut le Minotaure: un enfant de sexe masculin pourvu d'une tête et d'une queue de taureau. Le Minotaure fut d'abord pris en charge par Pasiphaé, mais en grandissant, il se révéla de plus en plus violent, de sorte que Minos demanda à l'architecte Dédale de concevoir un labyrinthe sophistiqué dans le palais où la créature était enfermée.

Supprimer la pub
Advertisement

Theseus & the Minotaur
Thésée et le Minotaure
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Selon l'une des versions de l'histoire, la ville d'Athènes était tenue pour responsable de la mort d'Androgée, le fils du roi Minos. Elle devait par conséquent payer un tribut au roi de Crète et lui envoyer chaque année (selon d'autres versions, tous les neuf ans) sept jeunes hommes parmi les plus accomplis et les plus nobles et sept jeunes filles parmi les plus belles et les plus vertueuses, au moyen d'un navire aux voiles noires. Ces jeunes gens étaient ensuite jetés en pâture au Minotaure dans le labyrinthe situé au cœur du palais de Minos.

DANS LE BUT DE METTRE UN TERME À CE CRUEL TRIBUT AU ROI MINOS, IL FUT DÉCIDÉ QUE THÉSÉE, FILS DU ROI ÉGÉE D'ATHÈNES, PRENDRAIT PLACE PARMI LES JEUNES GENS DANS LE BUT DE TUER LE MINOTAURE.

Dans le but de mettre un terme à ce cruel tribut au roi Minos, il fut décidé que Thésée, fils du roi Égée d'Athènes, prendrait place parmi les jeunes gens dans le but de tuer le Minotaure. Thésée réussit à tuer le monstre avec l'aide d'Ariane, la fille du roi Minos, et s'enfuit avec elle vers Athènes. Il l'abandonna cependant sur l'île de Naxos (par accident ou volontairement, selon la version de l'histoire). Or, il avait été convenu que Thésée changerait les voiles noires du navire pour des voiles blanches afin que le roi Égée sache que son fils était vivant et qu'il avait vaincu le Minotaure. Malheureusement, Thésée oublia de le faire et son père, voyant le bateau arborer des voiles noires, fut affligé d'un chagrin si intense qu'il se précipita dans la mer du haut d'une falaise et s'y noya (la mer fut rebaptisée Égée en son honneur).

Supprimer la pub
Advertisement

Knossos, le palais du roi Minos (également orthographié Cnossos ou Cnossus), a été découvert par Sir Arthur Evans en 1894 et les fouilles ont commencé sur le site en mars 1900. Nous ne savons pas si Minos était le nom d'un roi en particulier ou un titre comme 'Pharaon', mais Hérodote mentionne Minos dans ses Histoires, 'Minos de Knossos', comme ayant régné sur la mer. Hérodote mentionne aussi un détail trouvé dans le mythe du Minotaure, 'Sarpedon et Minos [de Crète] se sont disputés le trône et, victorieux, Minos a banni Sarpedon'. Evans connaissait les légendes entourant Minos et Knossos, et après avoir découvert des peintures murales montrant des jeunes gens sautant par-dessus des taureaux dans le palais, il en a déduit que Knossos était peut-être le labyrinthe dont parlait la légende de Thésée et du Minotaure. L'archéologue Michailidou écrit: 'Derrière le mot préhellénique labyrinthos - qui est étymologiquement lié au mot labrys (double hache) - se dessine probablement le palais même de Knossos, dont les ruines révèlent une complexité structurelle digne d'un labyrinthe' et, plus loin : 'Il est étonnant de constater le temps que l'on peut passer à déambuler dans et hors de ces pièces, à monter et descendre des escaliers et, souvent, à sa grande surprise, à se retrouver dans la même pièce après avoir emprunté un autre chemin'. Durant note également que 'le vaste palais est, selon toute vraisemblance, le célèbre labyrinthe, ou sanctuaire de la double hache (labrys), attribué par les anciens à Dédale'.

Knossos
Knossos
sagaYago (Copyright)

Le symbole de la double hache était le signe de la déesse minoenne et se retrouvait en abondance dans tout Knossos, en particulier dans la salle de la double hache. C'est Evans qui en premier donna le nom de Minoenne à la civilisation qu'il découvrit à Knossos (d'après le roi Minos, bien sûr) et le saut de taureau minoen - un sport pratiqué aussi bien par les hommes que par les femmes - était largement connu même des anciens (Platon fait mention de la chasse au taureau sans arme dans son Critias en 360 avant J-C, à propos de l'Atlantide, qui est très probablement une version romancée de la Crète). L'histoire du Minotaure, un être mi-humain, mi-taureau, pourrait provenir des sauteurs de taureaux de Knossos (qui, dans leur saut acrobatique au-dessus du taureau, ne faisaient momentanément qu'un avec lui avant de sauter par-dessus ses cornes), de la même manière que l'histoire du labyrinthe peut être considérée comme une extrapolation de la structure complexe de Knossos elle-même, ainsi que suggéré par Evans et par certains autres. Après tout, peut-être le mythe du prince Thésée et du Minotaure emprisonné dans le labyrinthe contient-il une plus grande part de vérité que de 'mythe'.

Supprimer la pub
Advertisement

Une version de cet article a été publiée une première fois sur le site Suite 101 en janvier 2009.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

  • Anna Michailidou. Knossos. Ekdotike Athenon, S.A., Athens, 1991
  • Aubrey de Selincourt. The Histories of Herodotus. Pnguin Books, New York, 1954
  • Benjamin Jowett. Plato's Critias. Scribner's Company, NY, 1892
  • Edith Hamilton. Mythology. Norton Company, Inc, NY, 1942
  • Will Durant. The Life of Greece. Simon & Schuster, NY, 1939

Traducteur

Yves Palisse
Linguiste passionné d'Histoire, Yves P Palisse est un traducteur indépendant possédant des années d’expérience dans les domaines de la traduction, de l’analyse des médias et du service à la clientèle. Après avoir beaucoup voyagé dans toute l'Europe, Il a fini par poser ses bagages à londres en 1999. Il a une passion pour les sciences humaines, le droit et la justice sociale.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2011, février 18). Thésée et le Minotaure: plus qu'un mythe? [Theseus & the Minotaur: More than a Myth?]. (Y. Palisse, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-209/thesee-et-le-minotaure-plus-quun-mythe/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Thésée et le Minotaure: plus qu'un mythe?." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. modifié le février 18, 2011. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-209/thesee-et-le-minotaure-plus-quun-mythe/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Thésée et le Minotaure: plus qu'un mythe?." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 févr. 2011. Web. 21 avril 2024.

Adhésion