Index des Livres Interdits

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 juin 2022
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

L'Index des livres interdits (Index Librorum Prohibitorum) était une liste d'ouvrages écrits condamnés comme hérétiques ou préjudiciables à la foi chrétienne par l'Église catholique lors du Concile de Trente en 1563. Il resta en vigueur jusqu'en 1966, date à laquelle il fut suspendu, mais les catholiques étaient toujours tenus de respecter ses préceptes fondamentaux.

Index of Prohibited Books
Index des livres interdits
Drw1 (CC BY-SA)

Le concile de Trente (1545-1563) fut le premier effort global de l'Église catholique pour répondre au défi posé par la Réforme protestante (1517-1648). Le Concile lança concrètement ce que l'on appelle la Contre-Réforme (également appelée Réforme catholique, de 1545 à environ 1700), qui rétablit l'autorité de l'Église catholique. Le Concile de Trente décréta que la traduction de la Bible intitulée "Vulgate" était la seule à faire autorité, il réforma les abus au sein de l'Église, définit clairement des termes tels que "justification", "sacrements" et "pénitence", et condamna la Réforme protestante comme étant une hérésie.

Supprimer la pub
Publicité

Le concile se réunit 25 fois entre 1545 et 1563. Lors des dernières sessions, il rédigea l'Index, qui fut ratifié par le pape en 1564. Son objectif était d'empêcher la propagation de l'hérésie et la remise en cause de l'autorité de l'Église en empêchant les laïcs de lire ou d'entendre lire tout ouvrage qui n'aurait pas été expressément approuvé par l'Église.

Contexte

L'impression et la diffusion des 95 thèses de Martin Luther n'avaient été que le début d'un assaut de publications contestant l'autorité et la validité de l'Église. Avant l'invention de l'imprimerie vers 1440, les livres étaient écrits à la main et les copies étaient réalisées par impression sur bois, ce qui prenait beaucoup de temps et ne permettait de produire que quelques livres dans un laps de temps donné. À l'époque de Martin Luther (1483-1546), la presse à imprimer permettait de produire plus de livres en une semaine que les imprimeurs sur bois n'auraient pu espérer en produire en plus d'un mois.

Supprimer la pub
Publicité
L'Église ne pouvait pas empêcher l'impression de livres, mais elle pouvait empêcher leur lecture.

Entre 1517, date à laquelle il publia les 95 thèses, et 1522, Luther produisit et publia de nombreux ouvrages attaquant l'Église, suivis par ceux de Huldrych Zwingli (1484-1531), de Jean Calvin (1509-1564) et d'autres. En 1545, lorsque le concile de Trente se réunit, des femmes - dont les efforts littéraires avaient été efficacement réprimés auparavant - publiaient des ouvrages sous leur propre nom et avec leur propre autorité. Argula von Grumbach (1490 - 1564 environ), Katharina Zell (1497 - 1562 environ) et Marie Dentière (1495 - 1561 environ), entre autres, avaient toutes publié des ouvrages critiques à l'égard de l'Église catholique ou ouvertement hostiles à ses allégations, à ses politiques et à ses enseignements.

L'Église ne pouvait pas empêcher les livres d'être imprimés, mais elle pouvait les empêcher d'être lus. Ce n'était pas la première fois que l'Église mettait en place une telle politique. Les écrits hérétiques étaient interdits et détruits par l'Église médiévale, et les œuvres des proto-réformateurs tels que John Wycliffe (1330-1384) et Jan Hus (1330-1415) avaient été condamnées et brûlées. L'Index, publié pour la première fois en 1559 sous le pape Paul IV (1555-1559), différait des tentatives précédentes en ce sens qu'il s'agissait d'une politique systématique désignant spécifiquement les œuvres et les auteurs condamnés par l'Église non seulement pour hérésie, mais aussi pour tout écart par rapport à la doctrine officiellement approuvée par l'Église. Au Concile de Trente, l'Index précédent fut révisé et clarifié conformément au modèle des décrets et des canons du Concile, afin d'être aussi précis que possible, de sorte que personne ne puisse invoquer l'ignorance comme excuse pour ne pas s'y conformer.

Supprimer la pub
Publicité

Ratification of the Canons of the Council of Trent
Ratification des canons du Concile de Trente
Torvindus (CC BY-SA)

Le texte

Le texte suivant est la traduction en français de l'introduction en 10 points de l'Index de 1563, tirée de A Reformation Reader : Primary Texts with Introductions de Denis R. Janz, pp. 422-425, traduit par H. J. Schroeder à partir de ses Canons et Décrets du Concile de Trente. La"biblia Vatabli" au point III fait référence au travail de l'érudit humaniste français François Vatable (d. 1547), et Isidore Clarius (d. 1555) dans ce même passage fait référence à l'un des premiers délégués au Concile de Trente, mais parce qu'il prônait l'unité et la discussion entre les points de vue protestants et catholiques dans ses écrits, sa préface et l'introduction à ses traductions furent condamnées et placées à l'index.

I: Tous les livres qui ont été condamnés soit par les souverains pontifes, soit par les conciles œcuméniques avant l'année 1515 et qui ne figurent pas dans cette liste, seront considérés comme condamnés de la même manière qu'ils l'ont été auparavant.

II: Les livres des hérésiarques qui, après l'année susmentionnée, ont créé ou ravivé des hérésies, ainsi que ceux qui sont ou ont été les chefs des hérétiques, tels que Luther, Zwingli, Balthasar, Friedberg, Schwenkfeld, et d'autres semblables, quels que soient leur nom, leur titre ou la nature de leur hérésie, sont absolument interdits. Les livres des autres hérétiques qui traitent de la religion sont absolument condamnés. En revanche, ceux qui ne traitent pas de religion et qui, sur ordre des évêques et des inquisiteurs, ont été examinés par des théologiens catholiques et approuvés par eux, sont autorisés. De même, les livres catholiques écrits par ceux qui, par la suite, sont tombés dans l'hérésie, ainsi que par ceux qui, après leur chute, sont revenus dans le giron de l'Église, peuvent être autorisés s'ils ont été approuvés par la faculté de théologie d'une université catholique ou par l'inquisition générale.

III: Les traductions d'écrivains, également ecclésiastiques, qui ont été jusqu'à présent éditées par des auteurs condamnés, sont autorisées à condition qu'elles ne contiennent rien de contraire à la saine doctrine. Les traductions des livres de l'Ancien Testament peuvent, au jugement de l'évêque, être permises aux seuls hommes savants et pieux, à condition que ces traductions ne soient utilisées que comme des élucidations de l'édition de la Vulgate pour l'intelligence des Saintes Écritures et non comme le texte de base. Les traductions du Nouveau Testament faites par des auteurs de la première classe de cette liste ne seront permises à personne, car leur lecture entraîne généralement un grand danger et peu d'utilité pour les lecteurs. Mais si, avec les traductions autorisées, ou avec l'édition de la Vulgate, des annotations sont diffusées, celles-ci pourront aussi, après que les passages suspects auront été expurgés par la faculté de théologie de quelque université catholique ou par l'inquisition générale, être autorisées à ceux à qui les traductions sont permises. Dans ces conditions, le volume entier des livres sacrés, communément appelé biblia Vatabli, ou des parties de celui-ci, peuvent être autorisés aux hommes pieux et érudits. Dans les Bibles d'Isidore Clarius de Brescia, cependant, la préface et l'introduction doivent être supprimées, et personne ne doit considérer son texte comme celui de l'édition de la Vulgate.

Supprimer la pub
Publicité

IV: Puisqu'il est clair par expérience que si les livres sacrés sont autorisés partout et sans discrimination en langue vernaculaire, il en résultera, en raison de l'audace des hommes, plus de mal que de bien, la question est à cet égard laissée au jugement de l'évêque ou de l'inquisiteur, qui peut, avec l'avis du pasteur ou du confesseur, permettre la lecture des livres sacrés traduits en langue vernaculaire par des auteurs catholiques à ceux dont ils savent qu'ils n'en tireront aucun mal, mais plutôt un accroissement de foi et de piété, permission qu'ils doivent avoir par écrit. Mais ceux qui, sans cette permission, ont l'audace de les lire ou de les posséder, ne peuvent recevoir l'absolution de leurs péchés qu'après les avoir remis à l'Ordinaire. Les libraires qui vendront ou fourniront de quelque manière que ce soit des Bibles écrites en langue vernaculaire à quiconque n'a pas cette permission, perdront le prix des livres, qui sera affecté par l'évêque à des fins pieuses, et, selon la nature du délit, ils seront soumis à d'autres peines laissées à l'appréciation du même évêque. Les réguliers qui n'ont pas la permission de leurs supérieurs ne peuvent ni les lire ni les acheter.

V: Les livres qui produisent parfois des œuvres d'auteurs hérétiques, dans lesquels ceux-ci n'ajoutent rien ou presque rien, mais recueillent plutôt les paroles d'autres auteurs, comme les lexiques, les concordances, les apothèmes, les paraboles, les tables des matières et autres, sont permis si ce qui doit être éliminé dans les éditions est supprimé et corrigé selon la suggestion de l'évêque, de l'inquisiteur, et des théologiens catholiques.

VI: Les livres qui traitent en langue vernaculaire des controverses entre catholiques et hérétiques de notre temps ne peuvent être autorisés sans discrimination, mais il faut observer à leur égard ce qui a été décrété pour les Bibles écrites en langue vernaculaire. Il n'y a cependant aucune raison d'interdire celles qui ont été écrites en langue vernaculaire pour indiquer la bonne façon de vivre, de contempler, de confesser, et d'autres buts semblables, si elles contiennent une saine doctrine, de même que les sermons populaires en langue vernaculaire ne sont pas interdits. Mais si jusqu'à présent, dans un royaume ou une province, certains livres ont été interdits parce qu'ils contenaient des éléments dont la lecture ne serait pas profitable à tous indistinctement, ils peuvent, si leurs auteurs sont catholiques, être autorisés par l'évêque et l'inquisiteur après avoir été corrigés.

Supprimer la pub
Publicité

VII: Les livres qui traitent, racontent ou enseignent des choses lascives ou obscènes sont absolument interdits, car il faut tenir compte non seulement de la foi, mais aussi des mœurs, qui sont habituellement facilement corrompues par la lecture de tels livres, et ceux qui les possèdent doivent être sévèrement punis par les évêques. Les livres anciens écrits par des païens peuvent être autorisés en raison de leur élégance et de la qualité de leur style, mais ils ne peuvent en aucun cas être lus aux enfants.

VIII: Les livres dont le contenu principal est bon, mais dans lesquels ont été insérées incidemment des choses qui se réfèrent à l'hérésie, à l'impiété, à la divination ou à la superstition, peuvent être autorisés si, par l'autorité de l'inquisition générale, ils ont été purifiés par des théologiens catholiques. La même décision vaut pour les préfaces, résumés ou annotations ajoutés par des auteurs condamnés à des livres non condamnés. Toutefois, à l'avenir, ils ne seront pas imprimés tant qu'ils n'auront pas été corrigés.

IX: Tous les livres et écrits qui traitent de géomancie, hydromancie, aéromancie, pyromancie, oniromancie, chiromancie, nécromancie, ou de sortilège, mélange de potions, augure, auspices, sorcellerie, arts magiques, sont absolument répudiés. Les évêques veilleront avec diligence à ce que ne soient pas lus ni possédés les livres, traités, catalogues déterminant le destin par l'astrologie, qui, en matière d'événements futurs, de conséquences ou d'occurrences fortuites, ou d'actions qui dépendent du libre arbitre humain, tentent d'affirmer quelque chose comme devant se produire avec certitude. En revanche, sont autorisées les opinions et les observations naturelles qui ont été écrites dans l'intérêt de la navigation, de l'agriculture ou de l'art médical.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

X: En ce qui concerne l'impression de livres ou d'autres écrits, il convient d'observer ce qui a été décrété lors de la dixième session du concile du Latran sous le pape Léon X. Ainsi, si un livre doit être imprimé dans la belle ville de Rome, il doit d'abord être examiné par le vicaire du souverain pontife et par le maître du palais sacré ou par les personnes désignées par notre très saint seigneur [le pape]. Dans les autres localités, l'approbation et l'examen incomberont à l'évêque et à l'inquisiteur de la ville ou du diocèse où se fait l'impression, et elle sera approuvée par la signature de leur propre main, gratuitement et sans délai, sous les peines et censures contenues dans le même décret, avec l'observation de cette règle et la condition qu'un exemplaire authentique du livre à imprimer, soussigné de la propre main de l'auteur, reste chez l'examinateur.

Ceux qui mettent en circulation des livres manuscrits avant qu'ils n'aient été examinés et approuvés seront, au jugement des pères délégués par le conseil, soumis aux mêmes peines que les imprimeurs, et ceux qui les posséderont et les liront seront, à moins qu'ils n'en fassent connaître les auteurs, considérés eux-mêmes comme les auteurs. L'approbation de ces livres sera donnée par écrit et devra figurer authentiquement au recto du livre écrit ou imprimé, et l'examen, l'approbation et les autres choses devront se faire gratuitement.

En outre, dans toutes les villes et diocèses, les maisons ou lieux où s'exerce l'art de l'imprimerie et les bibliothèques où l'on vend des livres seront souvent visités par des personnes désignées à cet effet par l'évêque ou son vicaire, ainsi que par l'inquisiteur, afin que rien de ce qui est interdit ne soit imprimé, vendu ou possédé. Tous les marchands et vendeurs de livres devront avoir dans leurs bibliothèques une liste des livres qu'ils ont à vendre, souscrite par lesdites personnes, et sans la permission des mêmes personnes nommées, ils ne pourront, sous peine de confiscation des livres et d'autres peines à imposer selon le jugement des évêques et des inquisiteurs, posséder ou vendre ou fournir d'autres livres de quelque autre manière que ce soit.

Les vendeurs, les lecteurs et les imprimeurs seront punis selon le jugement de ces derniers. Si quelqu'un apporte dans une ville des livres quelconques, il sera tenu d'en aviser les mêmes personnes déléguées, ou si un lieu public est prévu pour les marchandises de ce genre, les fonctionnaires de ce lieu aviseront les personnes susmentionnées que des livres ont été apportés. Mais personne n'osera donner à lire à qui que ce soit un livre que lui-même ou un autre a apporté dans la ville, ni en disposer ou le prêter de quelque manière que ce soit, à moins qu'il n'ait d'abord exposé le livre et obtenu la permission des personnes désignées, ou qu'il ne soit notoirement connu que la lecture du livre est permise à tout le monde.

Il en est de même pour les héritiers et les exécuteurs testamentaires, à savoir qu'ils doivent présenter les livres laissés par les défunts, ou une liste de ces livres, aux personnes déléguées et obtenir d'elles l'autorisation avant de les utiliser ou de les transférer de quelque manière que ce soit à d'autres personnes. Dans tous ces cas, il faut prévoir une peine, soit la confiscation des livres, soit, selon le jugement des évêques ou des inquisiteurs, une autre peine qui corresponde au degré de la contumace ou au caractère du délit.

En ce qui concerne les livres que les pères délégués ont examinés et expurgés, ou qu'ils ont fait expurger, ou dont ils ont permis, sous certaines conditions, la réimpression, les libraires comme les autres doivent observer ce qu'ils savent avoir été prescrit par eux. Toutefois, les évêques et les inquisiteurs généraux, en raison de l'autorité dont ils disposent, sont libres d'interdire même les livres qui semblent être autorisés par ces règles, s'ils le jugent opportun dans leurs royaumes, provinces ou diocèses. En outre, le secrétaire des délégués doit, par ordre de notre très saint seigneur [le pape], remettre par écrit au notaire de la sainte Inquisition romaine universelle les noms des livres qui ont été expurgés par les pères délégués, ainsi que les noms de ceux à qui ils ont confié cette tâche.

Enfin, il est ordonné à tous les fidèles de ne pas avoir la prétention de lire ou de posséder des livres contraires aux prescriptions de ces règles ou à l'interdiction de cette liste. Et si quelqu'un lit ou possède des livres d'hérétiques ou des écrits de tout auteur condamné et interdit pour cause d'hérésie ou de soupçon de faux enseignement, il encourt immédiatement la peine d'excommunication. En revanche, celui qui lit ou possède des livres interdits sous un autre nom, outre le péché mortel, sera sévèrement puni selon le jugement des évêques.

Conclusion

L'Index des livres interdits acquit une mauvaise réputation en ce qu'il incarnait la censure et autorisait la persécution d'écrivains dont les opinions remettaient en cause les enseignements de l'Église - une critique qui ne peut être réfutée - mais les raisons de l'Index sont généralement ignorées par ceux qui le condamnèrent. Si, comme le prétendait l'Église, elle était directement mandatée par Jésus-Christ et constituait la seule autorité spirituelle sur terre, toute contestation de l'Église n'était pas seulement une question d'opinion personnelle sur une construction humaine, mais un déni de la vérité divine et un affront à Dieu. Le ciel et l'enfer étant considérés comme des réalités absolues, l'Église ne pouvait permettre la prolifération d'ouvrages écrits susceptibles d'ébranler la foi d'une personne et de lui coûter le salut et la vie éternelle au paradis.

Les œuvres mises à l'Index étaient choisies après avoir été portées à la connaissance des autorités ecclésiastiques et lues par au moins deux membres d'un concile avant que la décision ne soit prise en groupe. Les écrivains qui se rétractaient et révisaient leurs œuvres pouvaient les faire retirer de l'Index, tandis que les "hérétiques notoires", tels que Luther et Zwingli, étaient considérés comme irrécupérables.

Parmi les écrivains dont les œuvres furent mises à l'Index, citons Olympia Fulvia Morata, Galilée, René Descartes, Michel de Montaigne, Nicolas Copernic et bien d'autres écrivains notables. Dans tous les cas, la décision de mettre un livre à l'index se résumait à la manière dont cet ouvrage s'écartait des enseignements catholiques orthodoxes qui, selon l'Église, constituaient la voie étroite vers le paradis, tandis que les nombreuses sectes et enseignements des protestants et autres opposants à l'Église n'ouvraient que la voie large vers l'enfer.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Qu'est-ce que l'Index des livres interdits ?

L'Index des livres interdits est une liste d'ouvrages condamnés par l'Église catholique comme hérétiques ou préjudiciables à la foi chrétienne lors du Concile de Trente en 1563.

En quelle année l'Index des livres interdits fut-il publié pour la première fois ?

L'Index fut publié pour la première fois en 1559, mais il fut révisé et clarifié lors du Concile de Trente en 1563.

Quel était l'objectif de l'Index des livres interdits ?

L'objectif de l'Index était d'empêcher la propagation de l'hérésie en empêchant les gens de lire des ouvrages qui s'écartaient de l'enseignement de l'Église ou qui étaient critiques à l'égard de l'Église catholique.

L'Index des livres interdits est-il toujours en vigueur aujourd'hui ?

L'Index a été suspendu en 1966, mais les catholiques sont toujours tenus de respecter ses préceptes de base afin de protéger leur foi personnelle et leur relation avec Dieu.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2022, juin 21). Index des Livres Interdits [Index of Prohibited Books]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2018/index-des-livres-interdits/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Index des Livres Interdits." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 21, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2018/index-des-livres-interdits/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Index des Livres Interdits." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 juin 2022. Web. 18 juin 2024.

Adhésion