Effets de la Mort Noire en Europe

Collecte de fonds pour traductions

Pour que les élèves et étudiants du monde entier puissent apprendre l'histoire gratuitement, nous devons publier notre travail dans de nombreuses langues. Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à traduire afin que nous puissions avoir un réel impact à l'échelle mondiale. Merci d'avance !
$900 / $3000

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 16 avril 2020
X

Texte original en Anglais : Effects of the Black Death on Europe

L'épidémie de peste en Europe entre 1347-1352 EC, connue sous le nom de Mort Noire, changea complètement le monde de l'Europe médiévale. Non seulement la gravité du dépeuplement qui suivit bouleversa le système socio-économique féodal de l'époque, mais l'expérience de la peste elle-même toucha tous les aspects de la vie des gens. La maladie à l'échelle épidémique faisait simplement partie de la vie au Moyen Age, mais on n'avait jamais connu une pandémie de la gravité de la mort noire auparavant et, par la suite, il n'y eut pas moyen pour les gens de reprendre la vie telle qu'ils l'avaient connue par le passé. La Mort Noire modifia le paradigme fondamental de la vie européenne dans les domaines suivants :

  • Socio-économique
  • Connaissances et pratiques médicales
  • Croyances et pratiques religieuses
  • Persécution et migration
  • Droits des femmes
  • Art & Architecture

Avant la peste, le système féodal divisait la population en un système de castes bien distinctes du roi au sommet, suivi par les nobles et les riches marchands avec les paysans (serfs) tout en bas de l'échelle. La médecine était prodiguée, et acceptée sans conteste, par des médecins qui s'appuyaient sur des médecins du passé et l'Église catholique était considérée une autorité sur les questions spirituelles encore plus élevée. Les femmes étaient largement considérées comme des citoyens de seconde classe et l'art et l'architecture de l'époque reflétaient la croyance du peuple en un Dieu bienveillant qui répondait à la prière et à la supplication.

Supprimer la pub

Advertisement

Triumph of Death, Fresco
Triomphe de la mort, fresque
Maestro del Trionfo della Morte (Public Domain)
La vie à cette époque n'était en aucun cas facile, ni même parfois agréable, mais les gens savaient — ou pensaient savoir — comment le monde fonctionnait et comment y vivre; la peste changea tout cela et introduisant un nouvel entendement qui s'exprima dans des mouvements tels que la Réforme protestante et la Renaissance.

Arrivée, propagation et effets de la peste

Le nombre de morts augmenta si vite que les citoyens européens n'eurent pas le temps de comprendre ce qui se passait et ce qu'ils devaient faire face à cette situation.

La peste arriva en Europe de l'Est, très probablement par les routes commerciales connues sous le nom de Route de la Soie par voie terrestre, et certainement par le transport maritime. La mort noire — une combinaison de peste bubonique, septicémique et pneumonique (et peut-être aussi une souche d'un autre type de pestilence) — avait pris de l'ampleur dans l'Est depuis au moins 1322 EC et, vers 1343 EC, infecta les troupes de la Horde d'or mongole sous le commandement du Khan Djanibeg (r. 1342-1357 EC) qui assiégeaient la ville italienne de Caffa (Théodosie moderne en Crimée) sur la mer Noire.

Supprimer la pub

Advertisement

Alors que les troupes de Djanibeg mouraient de la peste, il fit catapulter leurs cadavres au-dessus des murs de la ville, infectant les habitants de Caffa par leur contact avec les cadavres en décomposition. Finalement, plusieurs habitants de la ville fuirent la ville par bateau, arrivant d'abord dans les ports siciliens, puis à Marseille et bien d'autres encore d'où la peste se répandit à l'intérieur des terres. Les personnes infectées mouraient habituellement dans les trois jours suivant la présentation des symptômes et le nombre de décès augmenta si rapidement que les Européens n'eurent pas le temps de comprendre ce qui se passait, pourquoi ou ce qu'ils devaient faire pour remédier à la situation. Le chercheur Norman F. Cantor commente :

La peste était beaucoup plus grave dans les villes qu'à la campagne, mais son impact psychologique pénétra tous les secteurs de la société. Personne — paysan ou aristocrate — n'était à l'abri de la maladie, et une fois qu'elle était contractée, une mort horrible et douloureuse était presque une certitude. Les morts et les mourants étaient dans la rue, abandonnés par des amis et des parents effrayés. (Civilisation, 482)

Alors que la peste faisait rage et que tous les efforts pour arrêter sa propagation ou guérir les personnes infectées se montraient vains, les gens commencèrent à perdre confiance dans les institutions sur lesquelles ils s'étaient appuyés auparavant tandis que le système social de féodalisme commença à s'effondrer en raison de la mort généralisée des serfs qui étaient les plus vulnérables étant donné leur mode de vie qui les mettaient chaque jour plus en contact étroit les uns avec les autres que les classes supérieures.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

The Triumph of Death
Le triomphe de la mort
Museo del Prado (Public Domain)
La peste se répandit à toute allure parmi la classe inférieure qui chercha refuge et aide auprès des frères, des églises et des monastères, répandant la peste au clergé, et du clergé, elle se répandit jusqu'à la noblesse. Après que la maladie ait frappé, en 1352, des millions étaient morts et la structure sociale de l'Europe était aussi méconnaissable que la majeure partie du paysage puisque, comme le note Cantor, «de nombreuses villes florissantes s'étaient pratiquement transformées en villes fantômes pendant un certain temps» (Civilisation, 482) et les cultures pourrissaient dans les champs sans personne pour les récolter.

Effets socio-économiques

Avant la peste, on pensait que le roi possédait toute la terre qu'il attribuait à ses nobles. Les nobles faisaient travailler la terre par les serfs et celle-ci ramenait un profit pour le seigneur qui payait un pourcentage au roi. Les serfs eux-mêmes ne gagnaient rien pour leur travail si ce n'est un logement et la nourriture qu'ils faisaient eux-mêmes pousser. Étant donné que toute la terre appartenait au roi, il se sentait libre de la donner en cadeau à des amis, des membres de sa famille et d'autres nobles qui lui avaient rendu service. Ainsi, tous les terrains disponibles étaient cultivés par des serfs sous les ordres de l'un de ces seigneurs.

L'Europe était fortement surpeuplée à cette époque et il n'y avait donc pas de pénurie de serfs pour travailler la terre et ces paysans n'avaient d'autre choix que de poursuivre ce travail — qui était essentiellement une sorte d'esclavage — depuis le moment où ils pouvaient marcher jusqu'à leur mort. Il n'y avait pas de mobilité ascendante dans le système féodal et un serf était lié à la terre que lui et sa famille travaillaient de génération en génération.

Supprimer la pub

Advertisement

March, Les Très Riches Heures
Mars, Les Très Riches Heures
Limbourg Brothers (Public Domain)
Cependant, au fur et à mesure que la peste se répandit, le dépeuplement réduisit considérablement la main-d'œuvre et le travail des serfs devint soudainement un atout important — et de plus en plus rare —. Le seigneur d'un domaine ne pouvait pas se nourrir lui-même, sa famille, ni payer la dîme au roi ou à l'Église sans le travail de ses paysans et la perte de tant de personnes signifiait que les survivants pouvaient maintenant négocier pour obtenir un salaire et un meilleur traitement. La vie des membres de la classe la plus basse s'améliora donc considérablement car ils purent s'offrir de meilleures conditions de vie, des vêtements et des articles de luxe.

Une fois la peste passée, l'amélioration des conditions de vie des serfs fut contestée par la classe supérieure qui craignait que les classes inférieures n'en viennent à oublier leur place dans la structure sociale. La mode changea radicalement, car l'élite exigea des vêtements et des accessoires de plus en plus extravagants pour se distancer des pauvres qui pouvaient désormais se permettre de s'habiller plus finement que dans leurs guenilles du passé. Les efforts des riches pour ramener le serf à sa condition antérieure entraînèrent des soulèvements tels que la révolte paysanne en France en 1358 EC, les révoltes de corporations de 1378 EC, la fameuse révolte des paysans de Londres en 1381 EC. Cependant, il n'y eu aucun retour en arrière et les efforts de l'élite furent futiles. La lutte des classes se poursuivrait, mais l'autorité du système féodal était brisée.

Effet sur les connaissances et les pratiques médicales

Le défi à l'autorité affecta également la façon dont les connaissances et les pratiques médicales étaient perçues. Les médecins fondaient leurs connaissances médicales principalement sur le travail du médecin romain Claude Galien (c. 130-210 EC) ainsi que sur Hippocrate (l. c. 460 - 370 AEC) et Aristote (l. 384-322 AEC), mais beaucoup de ces ouvrages n'étaient disponibles que dans des traductions à partir d'exemplaires arabes, souvent, de mauvaise qualité. Malgré cela, les documents qu'ils avaient en leur possession étaient utilisés au mieux. Le chercheur Jeffrey Singman commente :

Supprimer la pub

Advertisement

La science médiévale était loin d'être primitive; en fait, c'était un système très sophistiqué basé sur une multitude d'écrits de théoriciens depuis le premier millénaire avant notre ère. La faiblesse de la science médiévale était son orientation théorique et livresque, qui soulignait l'autorité des auteurs acceptés. Le devoir de l'expert [et du médecin] était d'interpréter et de réconcilier ces anciennes autorités, plutôt que de mettre leurs théories à l'épreuve des réalités observées (62).

Les médecins et les autres soignants moururent à un rythme alarmant alors qu'ils tentaient de guérir les victimes de la peste en utilisant leur compréhension traditionnelle et, de plus, rien de ce qu'ils prescrivaient ne pouvait soigner leurs patients. Dès 1349 EC, il était évident que les gens guérissaient de la peste ou en mouraient sans aucune raison apparente. Un remède qui avait sauvé la vie d'un patient ne fonctionnait pas nécessairement sur un autre.

Franciscan Monks Treat Victims of Leprosy
Des moines franciscains soignent les victimes de la lèpre
Unknown Author (Public Domain)

Après la peste, les médecins commencèrent à remettre en question leur ancienne pratique d'accepter la connaissance du passé sans l'adapter aux circonstances actuelles. Le Dr. Joseph A. Legan écrit :

La médecine commenca lentement à changer au cours de la génération qui suivit la flambée initiale de la peste. Beaucoup de théoriciens médicaux de premier plan périrent de la peste, ce qui ouvrit la discipline à de nouvelles idées. Une deuxième cause de changement fut que puisque la médecine universitaire échouait, les gens commencèrent à se tourner vers les chirurgiens moins théoriques et plus pratiques... Avec la montée de la chirurgie, on accorda plus d'attention à l'étude directe du corps humain, tant dans la maladie que dans le domaine de la santé. Les enquêtes anatomiques et les dissections, rarement réalisées en Europe pré-peste, furent entreprises de manière plus pressante avec un soutien accru des pouvoirs publics (53).

La mort de tant de scribes et de théoriciens, qui avaient écrit ou traduit des traités médicaux en latin, donna lieu à l'écriture de nouvelles œuvres dans les langues vernaculaires. Cela permit aux gens ordinaires de lire des textes médicaux ce qui élargit encore plus la base des connaissances médicales. En outre, les hôpitaux se transformèrent en établissements ressemblant plus étroitement à ceux des temps modernes. Auparavant, les hôpitaux étaient utilisés uniquement pour isoler les malades; après la peste, ils devinrent des centres de traitement avec un degré beaucoup plus élevé de propreté et d'attention aux soins des patients.

Supprimer la pub

Advertisement

Changement d'attitude religieuse

le mode de vie extravagant du clergé et les décès croissants dus à la peste générèrent une méfiance généralisée à l'égard de la vision de l'Église et de son autorité.

Cependant, les médecins et les théoriciens ne furent pas les seuls dont l'autorité fut contestée par la peste, car le clergé fut aussi remis en cause et inspira les mêmes doutes — ou plus encore— sur leur capacité à accomplir les services dont ils prétendaient être capables. Frères, moines, prêtres et religieuses moururent aussi facilement que n'importe qui d'autre — dans certaines villes, les services religieux cessèrent complètement parce qu'il n'y avait pas d'autorité pour les faire - et, en outre, les charmes et les amulettes achetées par les gens pour se protéger, les services auxquels ils assistaient, les processions auxquelles ils participaient, la prière et le jeûne, tout cela n'avait rien fait pour arrêter la propagation de la peste et, dans certains cas, l'avait même favorisée.

Le mouvement des flagellants, dans lequel des groupes de pénitents voyageaient de ville en ville en se fouettant pour expier leurs péchés, commença en Autriche et prit de l'ampleur en Allemagne et en France. Ces groupes, dirigés par un Maître autoproclamé avec peu ou pas de formation religieuse, non seulement aidèrent à répandre la peste, mais aussi à perturber les communautés par leur insistance à attaquer des groupes marginalisés tels que les Juifs.

The Flagellants
Les Flagellants
Pieter van Laer (Public Domain)
Comme personne ne connaissait la cause de la peste, elle fut attribuée au surnaturel (tout comme la supposée magie juive) et, plus précisément, à la fureur de Dieu sur le péché humain. Ceux qui moururent de la peste furent soupçonnés d'un manque personnel de foi et pourtant il était clair que le même clergé qui les condamnait mourait de la même maladie et de la même manière. Les scandales au sein de l'Église et le mode de vie extravagant de nombreux membres du clergé, combinés aux décès croissants dus à la peste, suscitèrent une méfiance généralisée à l'égard de la vision de l'Église et de son autorité.

Augmentation des persécutions et des migrations

La frustration ressentie causée par l'impuissance face à la peste donna lieu à de violentes explosions de persécution à travers l'Europe. Le mouvement flagellant n'était pas la seule source de persécution; les citoyens pacifiques pouvaient être poussés à commettre des attaques frénétiques sur des communautés de Juifs, de Roms (gitans), de lépreux ou d'autres encore. Les femmes étaient également maltraitées car on croyait qu'elles encourageaient le péché en raison de leur association avec l'Ève de la bible et la déchéance de l'homme.

Les cibles les plus courantes, cependant, étaient les Juifs qui avaient longtemps été montrés du doigt pour leur hostilité envers la foi chrétienne. Le concept chrétien des Juifs comme «peuple déicide» encourageait un grand nombre de superstitions qui comprenaient l'affirmation selon laquelle les Juifs tuaient des enfants chrétiens et utilisaient leur sang dans des rituels impies, que ce sang était souvent répandu par les Juifs dans les champs autour d'une ville pour causer des maladies, et que les Juifs empoisonnaient régulièrement des puits dans l'espoir de tuer autant de chrétiens que possible.

Persecution of Jews during the Black Death
Persécution des Juifs pendant la peste noire
Unknown artist (Public Domain)

Les communautés juives furent complètement détruites en Allemagne, en Autriche et en France, malgré une bulle pontificale émise par le pape Clément VI (l. 1291-1352 EC) qui exonérait les juifs et condamnait les attaques chrétiennes contre eux. Grands nombres de communautés juives fuirent les scènes de ces massacres, et nombreuses furent celles qui s'installèrent finalement en Pologne et en Europe de l'Est.

Droits des femmes

En revanche, les femmes obtinrent un statut plus élevé après la peste. Avant l'épidémie, les femmes avaient peu de droits. L'experte Eileen Power écrit :

En examinant les idées médiévales caractéristiques sur les femmes, il est important de savoir non seulement quelles étaient les idées en elles-mêmes, mais aussi quelles étaient les sources d'où elles provenaient... Au début du Moyen Age, ce qui passait pour l'opinion contemporaine [sur les femmes] provenait de deux sources: l'Église et l'aristocratie. (9)

Ni l'Église médiévale ni l'aristocratie ne tenaient les femmes en très haute estime. Les femmes des classes inférieures pouvaient travailler comme boulangères, laitières, serveuses, tisserandes et, bien sûr, comme ouvrières agricoles avec leur famille sur les terres du seigneur, mais n'avaient pas leur mot à dire dans la direction de leur propre destin. Le seigneur décidait qui une fille devait épouser, et non son père, et une femme passait directement du contrôle de son père, qui était soumis au seigneur, à celle de son mari qui était également subordonné.

Medieval Women
Femmes médiéval
Stuart (CC BY-NC-ND)
Le statut des femmes s'améliora quelque peu grâce à la popularité du Culte de la Vierge Marie qui associait les femmes à la mère de Jésus-Christ, mais l'Église insistait continuellement sur le péché inhérent des femmes en tant que filles d'Ève qui avait apporté le péché dans le monde.

Après la peste, avec tant d'hommes morts, les femmes furent autorisées à posséder leurs propres terres, à prendre la relève des affaires autrefois dirigées par leur mari ou leur fils, et eurent plus de liberté dans le choix d'un compagnon. Les femmes se joignirent à des corporations, dirigèrent des entreprises de transport maritime et de textile, et purent posséder des tavernes et des terres agricoles. Bien qu'un grand nombre de ces droits furent diminués plus tard à mesure que l'aristocratie et l'Église tentèrent d'affirmer leur ancien contrôle, les femmes se trouvaient dans une bien meilleure situation à la suite de la peste qu'elles ne l'avaient été auparavant.

Art & Architecture

La peste toucha également de façon spectaculaire l'art et l'architecture du Moyen Age. Les œuvres artistiques (peintures, gravures sur bois, sculptures, etc.) eurent tendance à être plus réalistes qu'auparavant et, presque uniformément, axées sur la mort. L'experte Anna Louise DesOrmeaux commente:

Certains arts de l'époque de la peste contiennent des images horribles qui furent directement influencées par la mortalité de la peste ou par la fascination médiévale pour le macabre et la conscience de la mort qui ont été augmentées par la peste. Certains arts de la peste documente les réponses psychosociales à la peur que la peste suscitait chez ses victimes. Un autre art de la peste est d'un sujet qui répond directement à la dépendance des gens à l'égard de la religion pour leur donner de l'espoir (29).

Le motif le plus célèbre était la Danse de la Mort (aussi connue sous le nom de Danse Macabre), une représentation allégorique de la mort réclamant des gens de tous horizons à venir avec elle. Comme le note DesOrmeaux, l'art post-peste ne faisait pas référence directement à la peste, mais quiconque regardait une œuvre en comprenait le symbolisme. Cela ne veut pas dire qu'il n'y avait pas d'allusions à la mort avant la peste, mais qu'elles devinrent beaucoup plus prononcées par la suite.

Danse Macabre in St. Mary's Church, Beram
Danse Macabre à l'église Sainte-Marie de Beram
Toffel (GNU FDL)

L'architecture fut influencée de la même manière, comme l'a souligné Cantor

En Angleterre, il y avait en parallèle une austérité accrue dans le style architectural qui peut être attribuée à la mort noire — un passage de la version décorée du gothique français, qui comprenait des sculptures élaborées et du verre, à un style plus sobre appelé Perpendiculaire, avec des profils plus nets des bâtiments et des angles, moins opulent, moins arrondi et ayant moins de noblesse... La cause était peut-être économique — moins de capital à dépenser pour la décoration en raison de lourdes taxes de guerre et de la réduction des revenus terriens en raison de la pénurie de main-d'œuvre et des salaires plus élevés des paysans. (Veille, 209)

Étant donné que les paysans pouvaient désormais exiger un salaire plus élevé, les types de projets de construction élaborés qui avaient été commandés avant la peste n'étaient plus aussi facilement abordables, ce qui donna lieu à des structures plus austères et plus rentables. Les experts ont toutefois noté que l'architecture post-peste extériorisait clairement le pessimisme omniprésent de l'époque et la préoccupation du péché et de la mort.

Conclusion

Ce n'était pas seulement les salaires plus élevés exigés par la classe paysanne, ni la préoccupation de la mort qui affectèrent l'architecture post-peste, mais aussi la réduction considérable de la production agricole et de la demande due au dépeuplement qui conduit à une récession économique. Les champs furent laissés en jachère et les cultures pourrirent sur place, tandis qu'en même temps, les pays limitèrent sévèrement les importations afin de contrôler la propagation de la peste qui n'avait fait qu'aggraver leurs économies ainsi que celles de leurs anciens partenaires commerciaux.

La crainte généralisée d'une mort que l'on n'avait pas mérité, pas vu venir et dont on ne pouvait échapper, étourdit la population de l'Europe de l'époque et, une fois qu'elle se rétablit quelque peu, la poussa à repenser la façon dont elle vivait auparavant et les valeurs qu'elle avait conservées. Bien que peu de choses changèrent au tout début, au milieu du XVe siècle, des changements radicaux — inimaginables seulement cent ans auparavant — se produisirent dans toute l'Europe, notamment la Réforme protestante, le passage de l'agriculture céréalière à grande échelle à l'élevage, l'augmentation des salaires des ouvriers urbains et agricoles et les nombreuses autres avancées associées à la Renaissance.

Des flambées de peste se poursuivraient bien après la pandémie de mort noire du XIVe siècle, mais aucune n'aurait le même impact psychologique qui conduisit à une totale réévaluation du paradigme existant des connaissances de l'époque. L'Europe, ainsi que d'autres régions, basa ses réactions à la Mort Noire sur des conventions traditionnelles - religieuses ou laïques — et, lorsque celles-ci se soldèrent par un échec, de nouveaux modèles de compréhension du monde durent être créés.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, avril 16). Effets de la Mort Noire en Europe [Effects of the Black Death on Europe]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1543/effets-de-la-mort-noire-en-europe/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Effets de la Mort Noire en Europe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 16, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1543/effets-de-la-mort-noire-en-europe/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Effets de la Mort Noire en Europe." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 avril 2020. Web. 27 nov. 2021.

Adhésion