Horde d'Or

Définition

Michael Goodyear
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 octobre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien, italien, portugais, espagnol
The Golden Horde Defeated at Kulikovo (by The Deceiver, Public Domain)
La horde d'Or vaincue à Koulikovo
The Deceiver (Public Domain)

La Horde d'or était l'apanage européen de l'Empire mongol (1206-1368). Commencé pour de bon par Batu Khan en 1227, le territoire qui allait devenir la Horde d'or englobait des parties de l'Asie centrale, une grande partie de la Russie et d'autres régions d'Europe de l'Est. Se convertissant par la suite à l'Islam, la Horde d'or mêlera des aspects des cultures d'Europe, d'Asie et du Moyen-Orient tout en régnant sur la Russie pendant plus de deux siècles. À son apogée, les raids mongols de la Horde d'or s'étendaient du Caucase à la Hongrie et à Constantinople, inspirant la crainte, dans le monde entier, des redoutables cavaliers mongols, ou, comme on les appelait, les Tartares.

Ils sont venus de l'Est

C'est au fils de Djötchi, Batu Khan, qu'il reviendrait de consolider les conquêtes autour des montagnes de l'Oural et au-delà, et d'établir la Horde d'or.

Sous la direction de Gengis Khan (r. de 1206 à 1227), l'Empire mongol devint la plus grande machine militaire du monde médiéval. S'étendant de la Corée à la mer Caspienne sous le règne de Gengis, ses fils et petits-fils porteraient l'Empire mongol à son apogée, créant le plus grand empire terrestre contigu que le monde ait jamais connu.

Supprimer la pub
Advertisement

Selon la tradition mongole, Gengis avait divisé son empire en apanages pour chacun de ses quatre fils. Le premier fils de Gengis, Djötchi, reçut les terres les plus éloignées de la Mongolie, celles autour des montagnes de l'Oural et au-delà. Il reviendrait au fils de Djötchi, Batu Khan (r. de 1227 à 1255), de consolider ces futures conquêtes et d'établir ce qui serait connu sous le nom de Horde d'or.

Ögedeï Khan (r. de 1229 à 1241), fils de Genghis et oncle de Batu, ordonna une importante campagne mongole vers l'est, à travers les montagnes de l'Oural, pour conquérir l'Europe. En 1236, la horde mongole descendit dans la vallée de la Volga. Rien ne résista à la guerre mongole: les Bulgares de la Volga tombèrent en 1237, suivis des grandes villes de Vladimir-Souzdal, Kiev et Halytch entre 1238 et 1240. Seule la ville de Novgorod, située loin au nord, échappa à l'assaut mongol.

Supprimer la pub
Advertisement

The Mongols Sack Suzdal
Les Mongols mettent Souzdal à sac
Unknown Artist (Public Domain)

La Rous de Kiev vaincue, la horde mongole marcha vers l'ouest. Une attaque à trois volets menée par Batu et le célèbre général mongol Subötaï dévasta les chevaliers polonais et teutoniques à la bataille de Legnica en 1241, avant que l'armée principale n'écrase l'armée hongroise à la bataille de Mohi (alias la bataille du Sajó) plus tard dans l'année. L'Europe se retrouva à nu devant la horde mongole apparemment invincible, mais la mort d'Ögedeï en Mongolie fit reculer les Mongols et permit à l'Europe de pousser un soupir de soulagement. Ces premiers raids amenèrent les Européens à surnommer les Mongols les Tartares, d'après le nom d'un clan mongol, les Tatars, et le fait qu'ils semblaient venir des profondeurs de l'enfer, ou Tartare.

Les Mongols ne s'aventureraient plus jamais jusqu'à l'Adriatique, mais la Horde d'or resterait une présence importante en Europe pendant les deux siècles suivants. En jouant le rôle de faiseur de roi après la mort de Güyük Khan en 1248, Batu établit la permanence de la domination de sa famille sur la partie de l'Empire mongol correspondant à la Horde d'or. Batu établit une capitale à Saraï, près de la Volga, et introduisit un modèle de tribut des princes russes qui deviendrait une marque de fabrique de la Horde d'or. En fait, l'une des origines possibles du nom "Horde d'or" est que la couleur dérive de celle de la splendide tente dorée de Batu. Cependant, la couleur or était associée à la famille de Genghis (appelée la famille "dorée") et était au centre dans le système de couleurs mongol pour les directions cardinales, ce qui pourrait également être une origine potentielle.

Supprimer la pub
Advertisement

En direction du sud

Le frère de Batu, Berké (r. de 1257 à 1266), poursuivit le précédent du leadership robuste de Batu. Il mena des campagnes en Pologne, en Lituanie et en Prusse, renforçant ainsi la peur des Mongols en Europe. Mais l'événement le plus important du règne de Berké fut peut-être sa conversion à l'Islam.

Le fait que Berké ait été musulman le mit en désaccord avec Houlagou Khan (r. de 1256 à 1265), le chef de l'Ilkhanat, qui conquit l'Iran et l'Irak (ou Iraq) et devint l'une des quatre principales puissances de l'Empire mongol. Houlagou avait mis à sac la grande ville musulmane de Bagdad en 1258 et avait tué le dernier calife abbasside en le roulant dans un tapis et en le piétinant à mort. La Horde d'or et l'Ilkhanat étaient également limitrophes dans le Caucase, qui devint alors une poudrière. En 1262, une guerre éclata entre les deux parties nominales de l'Empire mongol. Berké forma une alliance avec Baybars (r. de 1260 à 1277), le sultan mamelouk d'Égypte. Une invasion de la Horde d'or par l'Ilkhanat se solda par une défaite lorsque le général de la Horde d'or Nogaï mena une attaque surprise à la bataille du Terek en 1262. Au même moment que cette guerre Berké-Houlagou, une guerre civile eut lieu en Mongolie pour déterminer qui deviendrait le Grand Khan.

Painting of the Siege of Baghdad
Peinture représentant le siège de Bagdad
Saint Louis Art Museum (Public Domain)

L'Empire mongol, bien qu'il soit resté uni en théorie, était en réalité brisé. Au cours des décennies suivantes, les Djaghataï revendiquèrent le reste de la Transoxiane à la Horde d'or et Berké mourut lors d'une marche contre l'Ilkhanate. Plus tard, au 13e siècle, la Horde d'or s'impliqua dans le conflit entre Koubilaï Khan (r. de 1260 à 1294) et le chef ogédéen Kaidu, soutenant ce dernier. Les conflits internes avec l'Ilkhanat se poursuivirent également.

Supprimer la pub
Advertisement

Pendant ce temps, la Horde d'or s'impliqua dans les Balkans lorsqu'un ancien sultan seldjoukide fut retenu en captivité par l'Empire byzantin. Nogaï, avec l'aide de la Bulgarie, vassale de la Horde d'Or, envahit l'Empire byzantin en 1271 et obligea l'empereur Michel VIII Paléologue (r. de 1259 à 1281) à marier une de ses filles à Nogaï. Le khan Mengü Temür (r. de 1266 à 1280) ouvrit la Horde d'Or au commerce, donnant aux Génois et à Venise des colonies commerciales à Azov et Caffa, et ordonnant aux Russes d'autoriser les commerçants allemands à entrer sur leurs terres.

Après la mort de Mengü Temür, Nogaï fut le dirigeant de facto de la Horde d'Or. Il mena des raids en Europe, de la Lituanie à la Bulgarie, et força la Serbie à accepter la vassalité. Bien que Nogaï ait été un puissant chef guerrier, sa mort en 1299 ne mit pas un terme aux campagnes de la Horde d'or.

Le triomphe de l'Islam

La Horde d'or connut de nombreux changements au 14e siècle. Tout d'abord, l'Islam s'installa. Alors que Berké avait été le premier prince mongol à se convertir à l'Islam, d'autres souverains de la Horde d'Or, dont Toqtaï, continuaient à suivre le Tengrisme (croyances païennes mongoles) ou le Bouddhisme. Tout changea lorsque Özbeg (r. de 1313 à 1341) proclama l'islam comme religion officielle de la Horde d'Or. Dans cette optique, Özbeg continua de renforcer ses relations avec les Mamelouks d'Égypte, allant jusqu'à marier une princesse mongole au sultan égyptien.

Supprimer la pub
Advertisement

Au lieu de mener des campagnes militaires actives, Özbeg et ses successeurs maintinrent les princes russes soumis et divisés en les montant les uns contre les autres. Tver était la principale ville soutenue par les Mongols, mais lorsque la population de la ville massacra ses résidents mongols en 1327, Özbeg transféra son soutien à la ville de Moscou.

La capitale de la Horde d'Or, Saraï, se développa à mesure que la demande de mosquées et de bains publics de la culture musulmane imposa l'expansion de la vie urbaine.

Sous Özbeg, la Horde d'or resta active. Toqtaï (r. de 1291 à 1312) épousa une princesse byzantine illégitime, renforçant ainsi l'alliance Horde d'Or-Byzantine qui existait depuis l'époque de Nogaï. Pourtant, sous le règne d'Özbeg, les Mongols, en alliance avec leur vassal bulgare, effectuèrent des raids sur l'Empire byzantin pendant deux décennies. Ils soutinrent également une Valachie indépendante contre la Hongrie. Pendant ce temps, Özbeg ouvrit la Crimée aux comptoirs commerciaux des Génois et des Vénitiens. Les années 1340 connurent les dernières campagnes mongoles en Pologne.

Özbeg resta actif contre l'Ilkhanat, qu'il envahit à plusieurs reprises. Lorsque l'Ilkhanat s'effondra en 1335, certains nobles ilkhanes se tournèrent vers Özbeg pour qu'il assume le trône, mais il refusa. Pendant ce temps, la capitale de la Horde d'Or, Saraï, se développa, car la demande de mosquées et de bains de la culture musulmane imposait une vie urbaine plus importante. Peut-être à l'apogée de la puissance de la Horde d'Or, Janibek (r. de 1342 à 1357) accepta la vassalité du roi polonais Casimir III le Grand (r. de 1333 à 1370), du khanat de Djaghataï et des Djalayirides d'Irak, et conquit l'ancienne ville ilkhane de Tabriz.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Déclin du XIVe siècle

Cependant, le succès d'Özbeg et de Janibek s'effilochèrent rapidement. La peste noire fit payer un lourd tribut économique à la Horde d'Or. De 1359 à 1382, la Horde d'Or fut en proie à une guerre civile. Pendant cette période, l'emprise mongole sur l'Europe de l'Est commença également à se relâcher. En fait, c'est à cette époque que les Mongols subirent leurs premières défaites sérieuses en Europe. La Lituanie vainquit les Mongols lors de la bataille des Eaux Bleues, en 1362, et poursuivit la bataille en conquérant Kiev. Les principautés russes remportèrent leur première victoire sur les Mongols en 1380, lors de la bataille de Koulikovo, qui est considérée comme un tournant dans l'histoire de la Russie.

Battle of Kulikovo
Bataille de Koulikovo
MaxSem (Public Domain)

La renaissance sous Tokhtamych

Le déclin de la Horde d'Or fut brièvement arrêté par Tokhtamych, un protégé de Tamerlan (r. de 1380 à 1395). Tokhtamych assiégea Moscou en 1382 et, ignorant sa promesse de ne pas attaquer la ville, massacra les habitants lorsque la ville ouvrit ses portes. L'année suivante, Tokhtamych vengea la défaite de la bataille des Eaux Bleues en battant les Lituaniens à la bataille de Poltava. Les Russes et les Lituaniens furent de nouveau sous le joug mongol et obligés de payer un tribut.

Mais les succès de Tokhtamych le poussèrent à se surpasser. Il décida alors de se retourner contre son mentor Tamerlan. La campagne vengeresse de Tamerlan saccagea Saraï, brûla les terres de la Horde d'Or, détruisit son armée et força Tokhtamych à fuir. Tokhtamych s'enfuit en Lituanie et tenta plus tard, sans succès, de reprendre la Horde d'Or. Entre-temps, Tamerlan avait tellement dévasté les routes commerciales de la Horde d'Or que l'État ne se relèverait jamais économiquement.

La résurgence de la Russie

Après la destruction de Tamerlan et les guerres civiles qui s'ensuivirent, la Horde d'Or se limita de plus en plus aux rives inférieures de la Volga. La Horde d'Or se scinda en plusieurs khanats distincts: le khanat de Khazan, le khanat d'Astrakhan, le khanat de Crimée, le khanat de Sibir, la Horde de Nogaï et le khanat kazakh. Le dernier grand khan de la Horde d'or, Ahmed (r. de 1465 à 1481), mena une campagne contre la Lituanie et la Moldavie qui se termina par une défaite.

Battle of the Ugra River
La grande halte sur la rivière Ougra
Shakko (Public Domain)

Peut-être plus important pour l'histoire, Ahmed dirigea également les Mongols lors de la bataille de la rivière Ougra (alias La grande halte sur la rivière Ougra) en 1480. Ivan III de Moscou battit à plate couture les forces de la Horde d'or et la bataille fut reconnue depuis comme la fin de la domination mongole en Russie.

Une longue rémanence

La question de savoir quand la Horde d'or prit fin est sans réponse. Dix ans après la bataille de la rivière Ougra, un raid de la Horde d'or frappa la Pologne. Les khanats séparés de Russie continuèrent à survivre pendant des décennies, voire des siècles dans le cas du khanat de Crimée. La plupart des successeurs de la Horde d'Or furent victimes d'Ivan le Terrible (r. de 1547 à 1584). Khazan tomba en 1552, Astrakhan en 1556 et Sibir en 1582. Le véritable successeur de la Horde d'or fut peut-être le khanat de Crimée, qui saccagea Saraï en 1502. Pourtant, la Crimée était un vassal de l'Empire ottoman depuis 1475. Le Khanat de Crimée survécut jusqu'à son annexion par la Russie en 1783.

Quelle que soit la date à laquelle la Horde d'or prit officiellement fin, son existence séculaire laissa une marque indéniable sur la Russie et sur l'histoire de l'Europe de l'Est. Au carrefour de l'Asie centrale, de l'Europe et du Moyen-Orient, la Horde d'or influença les événements de la Pologne et de l'Empire byzantin à l'Égypte et à l'Asie centrale. Comme les Tartares, les Mongols de la Horde d'Or jouèrent un rôle clé dans l'histoire de l'Empire mongol et dans l'héritage de cet empire en Europe et dans l'imaginaire populaire.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Michael Goodyear
Michael est diplômé en histoire et en langues et civilisations du Proche-Orient de l'université de Chicago, où il a principalement étudié l'histoire byzantine. Il est également titulaire d'un diplôme de la faculté de droit de l'université du Michigan.

Citer cette ressource

Style APA

Goodyear, M. (2019, octobre 14). Horde d'Or [Golden Horde]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18503/horde-dor/

Style Chicago

Goodyear, Michael. "Horde d'Or." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 14, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18503/horde-dor/.

Style MLA

Goodyear, Michael. "Horde d'Or." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 oct. 2019. Web. 14 avril 2024.

Adhésion