Cérémonie de Couronnement de la Monarchie Britannique

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 mars 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

La cérémonie de couronnement de la monarchie britannique telle que nous la connaissons aujourd'hui comporte de nombreux éléments qui font partie de l'apparat depuis le 11e siècle. Ces caractéristiques de la cérémonie qui se déroule dans l'abbaye de Westminster depuis 1066 ont été conservées par les monarques successifs jusqu'à la reine actuelle Élisabeth II lors de son propre couronnement le 2 juin 1953, car tous les souverains tenaient à montrer qu'ils s'inscrivaient dans une tradition de longue date. Le but essentiel de la cérémonie est de voir le monarque prêter le serment de défendre l'Église et de gouverner avec honneur, sagesse et miséricorde. Le monarque est oint d'huile sainte et reçoit une épée, un orbe, un anneau, un sceptre et, enfin, une couronne. Ensuite, tous les nobles et le clergé présents jurent fidélité à leur souverain. Le nouveau monarque part ensuite en procession pour être présenté au peuple et enfin - bien que cela soit passé de mode de nos jours - il y avait une grande fête de célébration, une fonction désormais remplacée par le direct de la télévision.

Charles II of England & Royal Regalia
Charles II d'Angleterre et les insignes royaux
John Michael Wright (Public Domain)

Origines

Le plus ancien couronnement anglais documenté dans les moindres détail, bien qu'il ne soit certainement pas le premier, est le couronnement du roi anglo-saxon Edgar (r. 959-975) à Bath en 953. Les premiers rois anglais se contentèrent peut-être d'un casque orné plutôt que d'une couronne, mais avec l'arrivée de Guillaume le Conquérant (r. 1066-1087) s'instaura la tradition d'organiser une somptueuse cérémonie de couronnement à l'abbaye de Westminster. Guillaume y fut couronné le jour de Noël 1066. Les rois et reines suivants, tous désireux de maintenir un lien avec l'histoire et de souligner leur légitimité pour le rôle, répétèrent de nombreux éléments du cérémonial qui font encore partie de la cérémonie de couronnement aujourd'hui. Chaque monarque ajouta un petit quelque chose à la cérémonie, mais dans son essence, une combinaison de rituels religieux et séculaires, elle est restée inchangée depuis près de mille ans.

Supprimer la pub

Advertisement

Early Medieval Coronation Ceremony
Cérémonie de couronnement du Haut Moyen Âge
Mohawk Games (Copyright)

L'ARCHEVÊQUE DE CANTERBURY VERSE UNE PETITE QUANTITÉ D'HUILE SACRÉE SUR LA TÊTE, LA POITRINE ET LES PAUMES DU MONARQUE.

La cérémonie

Au Moyen Âge, les monarques se préparaient au grand jour en se baignant, un acte rituel de purification effectué la veille du couronnement dans la Tour de Londres. Cet acte était suivi d'une veillée dans la chapelle de la Tour. Ces deux actes faisaient partie du processus par lequel un écuyer devenait un chevalier médiéval. Une nouvelle tradition vit également le jour en 1399, lorsque le monarque investit un certain nombre de nouveaux chevaliers la veille du couronnement, connus comme les Chevaliers du Bain (et, à partir de 1725, les membres de l'ordre du même nom).

Le premier acte public du spectacle du couronnement était la procession qui conduisait le monarque à l'abbaye de Westminster et permettait au plus grand nombre de personnes possible d'assister à la cérémonie. La vedette du spectacle portait alors des robes parlementaires rouges, tandis que des musiciens et des porte-drapeaux accompagnaient le carrosse principal depuis la Tour de Londres (ou Buckingham Palace à une époque plus moderne) jusqu'à sa destination finale. À partir de 1685, la procession commence plus près de l'abbaye de Westminster. À l'arrivée, un groupe de dignitaires suit le monarque en portant les différents objets précieux des joyaux de la couronne britannique qui seront utilisés plus tard au cours de la cérémonie. Une garde rapprochée composée de sergents d'armes, dont chaque membre porte une masse de cérémonie (rappelant ainsi que la protection est leur objectif premier), escorte ensuite le monarque dans l'allée de l'abbaye.

Supprimer la pub

Advertisement

The Coronation of George IV, Westminster Abbey
Couronnement de George IV, Abbaye de Westminster
Matthew Dubourg (Public Domain)

Les trompettes retentissent et les tambours battent tandis qu'une file de dignitaires suit leur monarque jusqu'à un podium, trois d'entre eux portant chacun une épée. Ces épées sont l'épée de la justice temporelle, l'épée de la justice spirituelle et l'épée émoussée de la miséricorde (aussi appelée "Curtana") ; toutes sont des survivantes de la destruction des joyaux de la couronne en 1649 (voir ci-dessous). La musique a toujours joué un rôle important dans les couronnements, certains morceaux étant incontournables, comme Zadok the Priest de George Frederick Haendel, joué lors de toutes les cérémonies depuis 1727. La congrégation crie ensuite son acceptation et sa loyauté envers le monarque qui porte désormais de magnifiques robes de soie et d'or. La robe portée par Élisabeth II est le manteau impérial en or, et elle porte également une étole brodée de symboles des nations britanniques et de plantes du Commonwealth. Le monarque est maintenant assis sur la chaise connue sous le nom de chaise du roi Édouard, fabriquée vers 1300, et le public s'installe pour le début de la cérémonie proprement dite.

L'onction du monarque

La cuillère de couronnement est un autre objet des insignes qui survécut à 1649. Elle est utilisée pour oindre le monarque d'huile sainte au début de la cérémonie. Le monarque étant considéré comme choisi par Dieu pour régner, sa cérémonie de couronnement présentait plusieurs caractéristiques similaires à la consécration d'un évêque. Dans ce cas, l'onction est faite par l'archevêque de Canterbury, qui verse une petite quantité d'huile sur la tête, la poitrine et les paumes du monarque.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'huile utilisée lors du couronnement d'Henri IV d'Angleterre (r. 1399-1413) en 1399 était censée avoir été miraculeusement donnée à l'archevêque de Canterbury Thomas Becket (en fonction de 1162 à 1170) par la Vierge Marie. Cette huile merveilleuse ne fut découverte que récemment, cachée dans l'un des coins les plus sombres des caves de la Tour de Londres. L'huile, quelle que soit son origine réelle, était un complément utile dans la quête d'Henri pour légitimer son usurpation du trône de Richard II d'Angleterre (r. 1377-1399). Malgré les plans les mieux conçus d'Henri IV, son couronnement connut un incident lorsqu'il fit tomber la pièce d'or qu'il était censé offrir cérémonieusement à Dieu. La pièce roula et ne fut jamais retrouvée, un mauvais présage des rébellions qui allaient ruiner son règne. Néanmoins, l'huile sacrée de Becket fut utilisée lors de plusieurs couronnements par la suite.

Coronation Spoon, British Crown Jewels
Cuillère de couronnement, Joyaux de la Couronne
Unknown Artist (Public Domain)

Les symboles du pouvoir

Comme, selon la tradition, un monarque était aussi un chevalier, la cérémonie de couronnement comporte des symboles associés à ce rang, tels que des éperons en or, des armilles (bracelets) et une épée. Les deux épées qui sont présentées au monarque lors des couronnements sont l'épée d'État, qui date de 1678, et l'épée d'offrande ornée de bijoux, qui fut utilisée pour la première fois par George IV d'Angleterre (r. 1820-1830) pour son couronnement en 1821. L'archevêque présente ces épées et proclame ce qui suit:

Avec l'épée, faites la justice, arrêtez la croissance de l'iniquité, protégez la sainte Église de Dieu, aidez et défendez les veuves et les orphelins, restaurez les choses qui sont tombées en décrépitude, maintenez les choses qui sont restaurées, punissez et réformez ce qui est mauvais, et confirmez ce qui est en bon ordre.

(Holmes, 5)

Le monarque reçoit ensuite l'orbe du souverain qui est surmonté d'une croix et symbolise ainsi la domination du monarque chrétien sur le monde séculier. Il est placé dans la main gauche du souverain. L'orbe en or creux, serti de perles, de pierres précieuses et d'une grande améthyste sous la croix, fut fabriqué en 1661 et fut utilisé depuis lors de chaque couronnement.

Supprimer la pub

Advertisement

British Crown Jewels
Joyaux de la Couronne britannique
Unknown Artist (Public Domain)

Le monarque reçoit ensuite l'"anneau de la dignité royale", placé au troisième doigt de la main gauche (où l'on porte traditionnellement une alliance). Celui qui est utilisé aujourd'hui, l'anneau du souverain, fut fabriqué à l'origine en 1831 pour Guillaume IV d'Angleterre (r. 1830-1837) et comporte une croix de Saint-Georges (saint patron de l'Angleterre) en rubis (censé représenter la dignité) sur un fond bleu fait d'un seul saphir. À la suite d'une méprise lors du couronnement de la reine Victoria (r. 1837-1901), la bague était trop serrée et la reine écrivit plus tard que l'archevêque avait eu beaucoup de mal à la mettre et qu'elle l'avait retirée par la suite.

Le monarque reçoit désormais un sceptre et un bâton ou une baguette, symboles traditionnels du pouvoir royal et de la justice. Le sceptre du souverain (alias sceptre du roi) fut fabriqué pour la première fois en 1685, des modifications ayant été apportées par la suite. Aujourd'hui, il est orné du diamant Cullinan I de 530 carats, également connu sous le nom de Grande Étoile d'Afrique, qui brille à son sommet.

Coronation of a Medieval King
Couronnement d'un roi médiéval
Mohawk Games (Copyright)

Le point culminant

Le point culminant de toute la cérémonie est, bien sûr, le couronnement du monarque. La couronne utilisée est généralement la couronne de saint Édouard (et si une autre couronne est utilisée, elle porte toujours ce nom). La couronne porte le nom d'Édouard le Confesseur (r. 1042-1066) et fut fabriquée lorsque Henri III d'Angleterre (r. 1216-1272), un admirateur du saint, voulut de nouvelles parures pour son couronnement. Il est probable que des parties d'une couronne d'or anglo-saxonne plus ancienne aient été incorporées dans cette nouvelle version. Malheureusement, la plupart des joyaux de la couronne britannique, y compris la couronne, furent détruits, brisés ou vendus en 1649 après l'exécution de Charles Ier d'Angleterre (r. 1600-1649) et l'abolition de la monarchie qui s'avéra n'être que temporaire.

Supprimer la pub

Advertisement

TOUTE L'ASSEMBLÉE ACCLAME LE NOUVEAU MONARQUE EN CRIANT "GOD SAVE THE KING/QUEEN" ET LES CLOCHES DE L'ABBAYE DE WESTMINSTER RETENTISSENT.

La restauration de la monarchie en 1660 nécessita la production de nouveaux insignes qui furent utilisés immédiatement lors du couronnement de Charles II d'Angleterre en 1661 (r. 1660-1685). Bien que l'on ne sache pas exactement comment elles furent trouvées ou récupérées, un grand nombre des pierres précieuses des anciens insignes qui avaient survécu furent incorporées aux nouveaux joyaux de la couronne du XVIIe siècle et à la nouvelle couronne de Saint Édouard. C'est cette couronne qui est utilisée depuis lors des couronnements. Elle est en or et pèse 2,3 kilos (5 lbs). Comme la couronne est lourde, après le couronnement proprement dit, elle est généralement remplacée par une autre couronne plus légère, comme la couronne d'État impériale. Curieusement, la couronne de saint Édouard n'était ornée de pierres précieuses louées que lorsqu'elle était utilisée pour un couronnement et ce n'est qu'en 1911 qu'elle fut sertie de façon permanente.

La couronne d'État impériale fut créée pour le couronnement de la reine Victoria en 1838, comme alternative plus légère à la couronne de Saint-Édouard. C'est une couronne spectaculaire qui contient plus de 2 800 diamants, 17 saphirs, 11 émeraudes, quatre rubis et 269 perles. Parmi ceux-ci, on trouve le rubis central du prince noir (en réalité un balas ou spinelle), sous lequel se trouve le diamant Cullinan II de 317 carats (alias Petite Étoile d'Afrique), ainsi que le saphir Stuart de 104 carats de taille ovale et le saphir Saint Édouard (serti dans la croix supérieure). Ce dernier saphir, une pierre octogonale taillée en rose, proviendrait de la bague d'Édouard le Confesseur, ce qui en fait la pièce la plus ancienne de tous les Joyaux de la Couronne.

British Imperial State Crown
Couronne d'État impériale d'apparat
Cyril Davenport (Public Domain)

Enfin, le conjoint du monarque reçoit également une couronne au cours de la cérémonie. La plus célèbre d'entre elles est aujourd'hui la couronne de la reine Élisabeth, reine mère. Fabriquée en platine en 1937, elle contient le diamant Koh-i-Noor de 105,60 carats provenant d'Inde, offert à la reine Victoria dans le cadre du traité de paix qui mit fin aux guerres anglo-sikhs (1845-49). Le grand diamant est réputé porter chance à la femme qui le porte et malheur s'il s'agitd'un homme, c'est pourquoi il n'est apparu que sur diverses couronnes de reines consorts.

Supprimer la pub

Advertisement

L'acte théâtral final de ce spectacle royal implique que les nobles du monarque rendent hommage et jurent allégeance à leur souverain. Chacun revêt sa couronne ou son diadème, s'il a le droit de la porter, et toute l'assemblée acclame son nouveau monarque en criant "God Save the King/Queen". Les cloches de l'abbaye de Westminster sonnent à toute volée et la Tour de Londres tire simultanément une salve de 62 coups de canon. Le monarque se déplace pour s'asseoir sur un trône situé sur une plate-forme surélevée et reçoit ensuite les hommages de certains membres du clergé et nobles de haut rang qui lui baisent la main. Enfin, le monarque peut accorder un pardon général à ceux qui ont été reconnus coupables de méfaits sous leur prédécesseur et lance parfois des pièces de monnaie ou des médailles dans l'assemblée.

Procession

Le monarque quitte ensuite l'abbaye de Westminster, portant désormais la robe impériale pourpre, et est transporté dans un carrosse doré à travers les rues afin d'être présenté à son peuple. Enfin, le monarque arrive à Westminster Hall, où se tenait autrefois un grand festin. Ces fêtes, qui faisaient partie intégrante des couronnements médiévaux, étaient l'occasion pour le monarque d'accorder sa grâce et ses faveurs à ses sujets les plus importants. Les festins de couronnement médiévaux pouvaient être énormes, avec jusqu'à 5 000 plats servis. On sait que les invités au festin du couronnement d'Édouard II d'Angleterre (r. 1307-1327) en 1308 réussirent à descendre 1 000 tonneaux de vin. Des plats exotiques étaient préparés et souvent sculptés dans des formes étranges et merveilleuses, le tout servi sur des plats en or massif, des calices, des fontaines à vin, des bols à punch et des salières pour le plus grand plaisir des invités. Lorsque tout était terminé, les roturiers étaient autorisés à entrer pour manger les restes. Le dernier festin de couronnement eut lieu en 1821.

Coronation Banquet of George IV, Westminster Hall
Banquet du couronnement de George IV, Westminster Hall
Unknown Artist (Public Domain)

Au lieu des festins, nous avons maintenant le direct télévisé. Au milieu du 20e siècle, le couronnement d'Élisabeth II enflamma l'imaginaire de toute une nation. La cérémonie fut suivie par près de 20 millions de personnes et, pour la grande majorité d'entre elles, c'était le premier événement qu'elles regardaient à la télévision. On peut imaginer que le prochain couronnement sera diffusé en direct dans le monde entier, offrant une meilleure vue que celles qu'auront les personnes présentes dans l'abbaye de Westminster, notoire pour sa mauvaise ligne de vue. Comme le nota le célèbre journaliste Samuel Pepys (1633-1703) à propos du couronnement de Charles II en 1661 : "J'étais assis de 4 heures à 11 heures avant que le roi n'entre... le roi a participé à toutes les cérémonies du couronnement, ce qu'à mon grand regret, moi et la plupart des gens dans l'abbaye n'avons pas pu voir" (Dixon-Smith, 46). Heureusement, grâce aux progrès constants de la technologie des caméras, nous pouvons espérer obtenir une superbe vue du trône lors du prochain couronnement, quand il aura lieu.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, mars 30). Cérémonie de Couronnement de la Monarchie Britannique [The Coronation Ceremony of the British Monarchy]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1533/ceremonie-de-couronnement-de-la-monarchie-britanni/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Cérémonie de Couronnement de la Monarchie Britannique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 30, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1533/ceremonie-de-couronnement-de-la-monarchie-britanni/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Cérémonie de Couronnement de la Monarchie Britannique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 mars 2020. Web. 11 août 2022.

Adhésion