Femmes dans l'Empire Mongol

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 octobre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Dans l'Empire mongol (1206-1368), les femmes partageaient avec les hommes les corvées quotidiennes et les difficultés de la vie dans la steppe. Elles étaient en grande partie responsables du soin des animaux, de l'installation des camps, de l'éducation des enfants, de la production et de la cuisson des aliments. Disposant de davantage de droits que dans les cultures contemporaines à l'est et à l'ouest de la Mongolie, les femmes pouvaient posséder des biens et en hériter, elles participaient aux cérémonies religieuses et pouvaient être chamanes, et les épouses des principaux chefs tribaux pouvaient exprimer leurs opinions lors des réunions tribales. Plusieurs femmes mongoles, veuves ou mères de grands khans, ont même régné en tant que régentes pendant la période précédant l'élection d'un nouveau khan à la tête de l'Empire mongol, souvent pendant plusieurs années.

Wife of Yuan Emperor Yingzong
Femme de l'empereur Yuán Yīngzōng
Unknown Artist (Public Domain)

Installation du camp

Les Mongols étant un peuple nomade, tout le monde - hommes, femmes et jeunes enfants - devait être capable de bien monter à cheval et d'utiliser un arc pour la chasse. Dans le même ordre d'idées, les hommes et les femmes étaient généralement capables d'accomplir les tâches de l'autre, car si l'un d'entre eux mourait, le survivant du partenariat devait continuer à s'occuper de la famille et de ses troupeaux. Les femmes étaient chargées de monter et de démonter les camps, de placer les tentes et les biens de la famille sur les charrettes, qu'en général elles conduisaient, et de charger les animaux de bât comme les chevaux et les chameaux.

Supprimer la pub

Advertisement

En tant que maîtres de camp chevronnés, les femmes étaient un élément important de la logistique si vitale pour la guerre mongole.

Dans la yourte, il y avait un espace réservé aux hommes et aux femmes, les premiers ayant le côté ouest et les autres le côté est où l'on cuisinait (facilement définissable puisque la porte était traditionnellement orientée vers le sud). Le positionnement des yourtes dans un camp (ordu) était important dans les camps impériaux et les camps plus importants, l'épouse la plus âgée ayant la tente la plus proche de l'ouest, l'épouse la plus jeune à l'est, et les concubines, les enfants et les serviteurs quelque part derrière.

En tant que maîtres de camp expérimentés, les femmes étaient un élément important de la logistique si vitale pour la guerre mongole avec ses unités de cavalerie rapide et légère. Elles suivaient les forces principales avec les trains de chariots de fournitures et de chevaux, beaucoup plus lents, alors que souvent une seule femme conduisait un train de plusieurs chariots reliés entre eux.

Supprimer la pub

Advertisement

Mongolian Yurt
Yourte mongole
Princeton University Art Museum (Public Domain)

Tâches quotidiennes

Les femmes mongoles s'occupaient des animaux, collectaient la nourriture, la cuisinaient et la transformaient pendant que les hommes chassaient. Les femmes faisaient du fromage, du beurre et séchaient le lait caillé. Elles devaient également s'occuper des troupeaux pendant que les hommes partaient à la chasse, ce qui pouvait durer plusieurs semaines. Les femmes trayaient les moutons, les chèvres et les vaches alors que seuls les hommes trayaient les juments et produisaient les boissons alcoolisées qui étaient si populaires. Les femmes participaient au barattage laborieux du lait dans de grands sacs en cuir à l'aide d'une pagaie en bois, un processus qui durait plusieurs heures et qui permettait de produire la boisson kumi légèrement alcoolisée que l'on boit encore aujourd'hui. Au moins, les femmes pouvaient également profiter du fruit de leur travail, car la consommation excessive d'alcool, tant par les hommes que par les femmes, semble avoir été une norme sociale sans qu'aucun stigmate n'y soit attaché (elle avait même un certain honneur). Les femmes n'étaient pas non plus exclues des rares festins où les nomades se réunissaient en un même lieu, comme lors d'une réunion des chefs de tribu pour élire un nouveau chef ou pour célébrer des anniversaires importants, des mariages, etc.

Une femme recevait une petite partie des biens de son mari qu'elle gérait mais qu'elle transmettait ensuite au plus jeune fils après la mort de son père.

Mariage et famille

Traditionnellement, les mariages mongols avaient pour but de cimenter les relations entre les clans et de renforcer les alliances. En effet, il était de coutume de se marier en dehors de son groupe clanique (exogamie) et il était de coutume d'enlever les femmes des tribus rivales afin de renforcer un groupe clanique et d'affaiblir l'autre. Cependant, la plupart des mariages étaient destinés à renforcer les liens existants entre les groupes familiaux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les hommes payaient une dot à leur futur beau-père ou offraient leur travail comme alternative. Comme beaucoup d'hommes nomades étaient relativement pauvres, il était courant de voler une femme lors d'un raid, sans parler des avantages politiques. Dans les mariages préétablis plus raffinés, la future épouse apportait généralement avec elle une dot composée d'objets de valeur tels que du bétail, des bijoux, des tissus, des domestiques et éventuellement des esclaves. La dot pouvait être "payée" sur plusieurs années et sa valeur était généralement inférieure à celle de la dot versée par le marié et sa famille. La dot restait la propriété de l'épouse et était divisée, à sa mort, entre ses enfants. Dans la vie toujours pratique des nomades, un double mariage pouvait parfois être organisé entre deux groupes familiaux, chacun fournissant un marié et une mariée, évitant ainsi la nécessité d'une dot pour chacun. Les épouses recevaient une petite partie des biens de leur mari, qu'elles géraient mais qu'elles transmettaient ensuite au plus jeune fils après la mort de son père.

Tolui & Sorghaghtani
Tolui et Sorgaqtani
Unknown Artist (Public Domain)

Les femmes s'occupaient des enfants et semblaient jouer un rôle actif dans la prise de décision familiale. Des sources telles que l'Histoire secrète des Mongols, datant du XIIIe siècle, mentionnent que les épouses des souverains prononçaient des discours pour enthousiasmer les guerriers et promouvoir la loyauté envers leurs maris. L'une des façons de promouvoir la loyauté était l'hospitalité, c'est-à-dire le fait de recevoir la famille du mari, ses alliés et tout visiteur, et cette responsabilité incombait à l'épouse. Si un mari décédait avant sa femme, celle-ci pouvait être "adoptée" par un parent mâle de rang inférieur. Selon les lois mongoles, les femmes pouvaient divorcer et posséder leurs propres biens, mais on ignore dans quelle mesure cela était le cas dans la pratique. En cas d'adultère, l'homme et la femme étaient exécutés.

La société mongole était patrilinéaire et la polygamie était courante chez les hommes qui pouvaient se permettre d'avoir plusieurs épouses et concubines. Toutefois, une seule épouse était toujours choisie comme aînée, et ce sont ses enfants qui héritaient des biens de leur père et/ou de leur position au sein de la tribu. Comme le fils le plus jeune héritait généralement des biens de la famille, il vivait généralement avec sa femme chez ses parents. Les épouses âgées des chefs tribaux qui devenaient veuves représentaient encore souvent leur défunt mari lors des rassemblements tribaux tels que le kurultai qui décidait des futurs dirigeants.

Supprimer la pub

Advertisement

Vêtements

Les femmes mongoles fabriquaient du feutre en martelant la laine de mouton. Elles fabriquaient également des tissus à partir de peaux d'animaux et préparaient le cuir. Le tissu et les vêtements étaient l'un des biens les plus importants d'une famille et étaient souvent offerts en cadeau et faisaient partie de la dot de la mariée. Les vêtements des hommes et des femmes étaient très similaires, les deux sexes portant des sous-vêtements en soie ou en coton, des pantalons, des bottes épaisses en feutre ou en cuir et un chapeau conique en feutre et en fourrure avec des rabats pour les oreilles et un bord relevé à l'avant.

La pièce la plus reconnaissable du vêtement extérieur, encore largement portée aujourd'hui, était la robe courte ou deel. Cette longue veste d'une seule pièce était repliée et fermée sur le côté gauche de la poitrine (poitrine gauche doublée sur la droite) avec un bouton ou un lien placé juste sous l'aisselle droite. Certains deel avaient des poches et les manches descendaient généralement jusqu'au coude. La doublure extérieure de la robe était en coton ou en soie et les versions plus lourdes comportaient une doublure supplémentaire en fourrure ou en feutre, ou un rembourrage de couette. La doublure intérieure était généralement légèrement retournée vers l'extérieur du vêtement au niveau des manches et de l'ourlet. Pour ceux qui pouvaient se le permettre, la robe pouvait être garnie d'une fourrure exotique au col et sur les bords. Une large ceinture en cuir décorée d'ajouts métalliques était portée, les versions pour femmes étant les plus décoratives. En hiver, un lourd manteau de fourrure ou de feutre était porté par-dessus la robe de deel

Mongol Clothing of the Imperial Court
Habit mongol de la cour impériale
smartneddy (CC BY-SA)

Les hommes et les femmes d'élite se distinguaient en portant quelques plumes de paon sur leur chapeau. L'un des rares domaines où les femmes se distinguaient des hommes, et uniquement les femmes d'élite, était la coiffe boqta élaborée, ornée de perles et de plumes. On peut encore voir ces coiffes aujourd'hui lorsque, par exemple, les femmes kazakhes assistent à des festivités traditionnelles. Si les hommes et les femmes portaient des boucles d'oreilles, les femmes ajoutaient également des décorations en métal, en perles et en plumes à leurs cheveux.

Supprimer la pub

Advertisement

Religion

La religion pratiquée par les Mongols comprenait des éléments de chamanisme et les chamans pouvaient être des hommes (bo'e) ou des femmes (iduqan). Les robes portées par les chamans portaient souvent des symboles tels qu'un tambour et un cheval de trait, représentant l'esprit gardien et protecteur du peuple mongol. Les chamans étaient censés être capables de lire des signes tels que les fissures dans les os des épaules des moutons, ce qui leur permettait de prédire les événements futurs. La capacité à modifier le temps était une autre compétence des chamans, notamment pour apporter la pluie dans la steppe souvent aride. Les chamans pouvaient aider à résoudre des problèmes médicaux et ramener un esprit troublé dans son corps légitime. Les femmes participaient à d'autres religions pratiquées dans l'empire, comme le taoïsme, le bouddhisme tibétain et l'islam, allant parfois jusqu'à présider des offices. Les femmes impériales pouvaient également être de généreuses mécènes de certaines religions et de leurs institutions.

Femmes mongoles célèbres

Alungoo

Alungoo (alias Alan-qo'a) était la mère mythique des peuples mongols. On dit qu'elle avait enseigné à ses cinq fils que pour prospérer, ils devaient toujours rester unis et se soutenir mutuellement. Pour faire passer ce message, elle leur avait donné une leçon d'unité connue sous le nom de "Parabole des flèches". Alungoo donna une flèche à chacun de ses fils et leur demanda de la briser, ce qu'ils firent sans difficulté. Elle présenta ensuite un paquet de cinq flèches et aucun fils ne put les briser. Malheureusement, les descendants de Gengis Khan (r. de 1206 à 1227) ne se souviendraient pas de cette histoire lorsqu'ils diviseraient l'empire mongol en plusieurs khanats indépendants.

Hö'elün

Hö'elün était la mère de Gengis Khan qui s'enfuit avec son fils dans la steppe sauvage après que son mari, le chef tribal Yisugei, ait été empoisonné par un rival. Gengis, alors appelé Temujin, n'avait encore que neuf ou douze ans à l'époque et ne pouvait donc pas conserver la loyauté des partisans de son père. En conséquence, sa mère et lui furent abandonnés à leur triste sort dans la steppe asiatique. Cependant, la famille paria réussit à se nourrir et à vivre de la terre du mieux qu'elle put. L'Histoire secrète des Mongols dépeint Hö'elün comme une femme forte, capable de rassembler ses enfants et de leur offrir une nouvelle vie. Son fils, bien sûr, allait créer l'un des plus grands empires du monde.

Supprimer la pub

Advertisement

Töregene Khatun

Töregene Khatun (alias Doregene-Qatun, r. de 1241 à 1246), ancienne épouse du prince Merkit Qudu, régna en tant que régente après la mort de son mari Ögödei, Khan en 1241. Elle conserva le pouvoir jusqu'à ce qu'un grand conseil de chefs mongols n'élise le successeur d'Ögödei, et le fils de Töregene, Güyük Khan, en 1246. Le règne de Töregene n'est pas vu d'un bon œil par les sources contemporaines, mais celles-ci sont chinoises et donc, en fait, écrites par les ennemis ou les sujets conquis des Mongols.

Coin of the Mongol Regent Toregene
Pièce de la régente mongole Töregene
Nyamaa (Public Domain)

Bien qu'on lui attribue une grande intelligence, une grande sagacité et de formidables compétences politiques, elle est particulièrement critiquée pour sa politique d'imposition lourde, qui comprenait la privatisation de la collecte des impôts en vertu de laquelle les collecteurs d'impôts pouvaient garder pour eux tout ce qui dépassait un montant convenu à l'avance pour le territoire sous leur supervision. Les recettes augmentèrent, mais au prix de la corruption et d'une surcharge de travail pour les agriculteurs. Parmi les autres critiques, citons sa volonté (supposée) d'écouter un peu trop les conseillers musulmans qui lui étaient proches (en particulier une esclave perse nommée Fatima), et ses manœuvres visant à éliminer tout obstacle à l'accession de son fils au poste de khan, notamment en retardant inutilement l'élection du khan suivant. Töregene entretint également des liens diplomatiques avec divers princes et distribua des cadeaux somptueux pour accroître la base de soutien de son fils, un processus qu'elle put mener à bien grâce à ses tactiques dilatoires et à ses politiques fiscales. Elle dut mourir heureuse, s'éteignant en 1246, peu après que son fils Güyük soit devenu le Grand Khan (r. de 1246 à 1248).

Sorgaqtani

Sorgaqtani Beki (alias Sorqoqtani, morte en 1252) était une princesse Kerait qui se fit connaître en tant que veuve de Tolui (vers 1190 - vers 1232) et sœur de Begtutmish Fujin, veuve de Jochi, un fils de Gengis Khan. Tolui était le plus jeune fils de Gengis Khan et le père de Mongke Khan (r. de 1251 à 1259) et de Kublai Khan (r. de 1260 à 1294), mais il mourut vers l'âge de 40 ans ; ses terres dans le nord de la Chine et sa position tribale furent maintenues par Sorgaqtani. La princesse avertit peut-être Batu Khan, chef de ce qui allait devenir la Horde d'or et le khanat occidental de l'Empire mongol, des plans de Güyük Khan, Grand Khan de l'époque, d'attaquer Batu. En fait, Güyük mourut avant qu'une telle campagne ne puisse être lancée, mais Batu montra peut-être sa gratitude en soutenant Mongke, le fils de Sorgaqtani, qui fut élu successeur de Güyük.

Oghul Qaïmich

Oghul Qaïmich (r. de 1248 à 1251), était l'épouse de Güyük Khan, et lorsqu'il mourut en 1248 d'un empoisonnement, elle régna comme régente. Oghul rejeta tristement, en 1250, une ambassade du roi Louis IX de France (r. de 1226 à 1270), disant à son ambassadeur, le frère André de Longjumeau, qu'un grand tribut serait exigé si sa nation voulait éviter d'être détruite par une armée mongole. Le règne d'Oghul ne se distingua guère, et elle resta largement en retrait de la politique. Sa seule politique notable fut d'augmenter les taxes pour la paysannerie, passant du traditionnel un sur cent animaux au peu réaliste un sur dix.

Oghul conserva le pouvoir jusqu'en 1251, date à laquelle Mongke Khan fut élu souverain. Oghul finit par être fait prisonnier, ses mains cousues ensemble avec des lanières de cuir, puis jugé publiquement par Mongke en décembre 1252 alors qu'il purgeait toutes les parties de l'État qu'il considérait comme loyales au régime précédent, en particulier le clan Ögedeï. Lors de son procès, Oghul fut dépouillé de ses vêtements et accusé d'être un peu trop impliqué dans le chamanisme pour le bien de l'État et, bien pire, coupable de trahison. Reconnue coupable, Oghul fut jetée dans la rivière Kerülen, enveloppée dans un sac de feutre - un sort habituellement réservé aux sorcières dans la justice mongole, car on croyait que le mal ne pouvait traverser l'eau courante et pouvait même être purifié par elle.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, octobre 30). Femmes dans l'Empire Mongol [Women in the Mongol Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1466/femmes-dans-lempire-mongol/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Femmes dans l'Empire Mongol." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 30, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1466/femmes-dans-lempire-mongol/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Femmes dans l'Empire Mongol." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 oct. 2019. Web. 03 juil. 2022.

Adhésion