Commerce dans l'Empire Byzantin

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 janvier 2018
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, Turc
X

Les échanges et le commerce étaient des éléments essentiels du succès et de l'expansion de l'Empire byzantin. Le commerce s'effectuait par bateau sur de grandes distances, même si, pour des raisons de sécurité, la plupart des navires à voile ne pouvaient naviguer que dans les meilleures conditions météorologiques entre avril et octobre. Sur terre, l'ancien système routier romain fut mis à profit, et les marchandises voyageaient donc d'un bout à l'autre de l'empire, ainsi que depuis des endroits très éloignés comme ce qui est aujourd'hui l'Afghanistan, la Russie et l'Éthiopie. Les grandes villes possédaient des marchés cosmopolites florissants et Constantinople devint l'un des plus grands centres de commerce du monde où les acheteurs pouvaient flâner dans les rues couvertes et acheter tout ce qu'ils voulaient, du linge bulgare aux parfums arabes.

Constantinople
Constantinople
DeliDumrul (Public Domain)

Attitudes à l'égard du commerce

L'attitude à l'égard du commerce dans l'Empire byzantin n'avait guère changé depuis l'Antiquité et l'époque de la Grèce et de la Rome antiques: cette activité n'était pas très bien vue et considérée comme quelque peu indigne de la part d'un aristocrate terrien. Par exemple, l'empereur Théophile (r. de 829 à 842) brûla un navire entier et sa cargaison lorsqu'il découvrit que sa femme Théodora s'était adonnée au commerce et avait des liens financiers avec le navire. Cette attitude explique peut-être pourquoi les chroniqueurs byzantins évitèrent souvent complètement le sujet. En effet, dans l'art et la littérature byzantins, les commerçants, les marchands, les banquiers et les prêteurs qui avaient essayé de tromper leurs clients étaient souvent dépeints comme habitant les niveaux inférieurs de l'enfer.

Supprimer la pub
Advertisement

La population et les autorités se méfiaient également des commerçants et des entrepreneurs (qui pouvaient être aussi bien des hommes que des femmes). C'est pourquoi les empereurs s'attachèrent souvent à imposer la normalisation des poids et des mesures et, bien entendu, des prix. Les marchandises lourdes étaient scrupuleusement pesées à l'aide de barres d'acier et de poids représentant le buste de l'empereur ou de la déesse Minerve/Athéna. Les marchandises plus petites, comme les épices, étaient mesurées à l'aide d'une balance munie de poids en alliage de cuivre ou en verre. Pour minimiser les risques de fraude, les poids étaient inscrits avec leur poids représentatif ou leur valeur équivalente en pièces d'or et étaient régulièrement vérifiés.

Des postes de douane étaient répartis le long des frontières et dans les principaux ports de l'empire, deux des plus importants étant ceux d'Abydos et de Hiéron.

Implication de l'État

C'est peut-être en raison de cette attitude à l'égard du commerce, considéré comme une profession peu respectable, que l'État s'impliqua beaucoup plus qu'on ne l'aurait cru. Contrairement à ce qui s'était passé auparavant, l'État jouait un rôle plus important dans le commerce et l'approvisionnement des grandes villes, par exemple, qui étaient rarement laissés aux commerçants privés. Le commerce s'effectuait par l'intermédiaire de diverses guildes héréditaires, les marchands qui transportaient les marchandises (navicularii) étant subventionnés par l'État et soumis à des droits et des péages considérablement réduits. Les droits sur les marchandises importées étaient perçus par des fonctionnaires nommés par l'État, appelés kommerkiarioi, qui percevaient les droits sur toutes les transactions commerciales et délivraient un sceau officiel de plomb une fois que les marchandises étaient passées par le système. Pour limiter les possibilités de corruption, les kommerkiarioi occupaient des postes d'une durée d'un an, puis étaient mutés ailleurs.

Supprimer la pub
Advertisement

Les postes de douane étaient disséminés le long des frontières et des principaux ports de l'empire, deux des plus importants étant ceux d'Abydos et de Hieron qui contrôlaient les détroits entre la mer Noire et les Dardanelles. La contrebande devait être importante, mais des mesures furent prises pour y remédier, comme un traité conclu au VIe siècle entre les Byzantins et les Sassanides, qui stipule que toutes les marchandises échangées doivent passer par des postes de douane officiels. Des registres étaient également scrupuleusement tenus, le plus célèbre étant le livre du préfet de Constantinople, qui énonçait également les règles applicables au commerce et aux guildes commerciales de la ville.

Nomisma Coin of Basil II
Pièce Nomisma de Basile II
The British Museum (Copyright)

Parmi les autres exemples d'intervention de l'État dans le commerce, on peut citer les dispositions relatives à la perte ou à l'endommagement des marchandises transportées par voie maritime. La loi rhodienne (7e ou 8e siècle) stipule que, dans ce cas, les marchands reçoivent une compensation fixe. L'État veillait également à ce qu'aucune marchandise utile à l'ennemi ne puisse être exportée: l'or, le sel, le bois pour les navires, le fer pour les armes et le feu grec (l'arme secrète byzantine composée d'un liquide hautement inflammable). La prestigieuse soie teintée de pourpre de Tyr ne pouvait pas non plus être vendue à l'étranger.

Supprimer la pub
Advertisement

Un autre domaine étroitement contrôlé par l'État était, bien entendu, la frappe de la monnaie. Des pièces de cuivre, d'argent et d'or étaient frappées et émises à l'effigie des empereurs, de leurs héritiers, de la Croix, de Jésus-Christ ou d'autres images liées à l'Église. Bien que l'État ait frappé des pièces principalement pour payer les armées et les fonctionnaires, le monnayage se répandit à tous les niveaux de la société. La monnaie - sous la forme de la pièce d'or standard nomisma (solidus) - était également nécessaire pour payer les impôts annuels. Lorsqu'il y avait moins de guerres et donc moins de soldats et de fournisseurs à payer, ou lorsque les tentacules de la bureaucratie locale de l'État déclinèrent aux 7e et 8e siècles, les pièces de monnaie pouvaient se faire rares et il fallait recourir au troc, surtout dans les provinces.

Le contrôle du commerce par l'État byzantin fut mis à mal par les conquêtes arabes à partir du VIIe siècle. Les villes, elles aussi, étaient en déclin et de plus en plus autosuffisantes, tandis que la navigation devenait de plus en plus le domaine des commerçants privés. Lorsqu'une plus grande stabilité en Méditerranée permit la résurgence de réseaux commerciaux plus vastes à partir du 10e siècle, ce sont les États italiens qui saisirent l'occasion de tirer profit du transport et de la vente de marchandises d'un bout à l'autre du monde connu. Les grands marchands tels que les Vénitiens bénéficièrent même de leurs propres installations et de réglementations et droits préférentiels à Constantinople. Au début, c'était en échange d'une aide navale dans les guerres byzantines, mais progressivement, la présence des marchands italiens (d'Amalfi, de Pise, de Gênes et de Venise) sur les quais de la capitale devint permanente. Constantinople pouvait ainsi se targuer d'avoir le marché le plus dynamique d'Europe, avec des marchands venus de Syrie, de Russie, d'Arabie et de bien d'autres endroits, formant une résidence cosmopolite semi-permanente. Des quartiers virent le jour dans la ville où les Juifs construisirent des synagogues, les Arabes des mosquées et les Chrétiens des églises.

The Byzantine Empire in the mid-9th century CE
L'Empire byzantin au milieu du 9ème siècle
Bigdaddy1204 (CC BY)

Biens échangés

Les grandes marchandises de l'Antiquité continuèrent d'être les plus couramment expédiées dans l'Empire byzantin à l'époque médiévale: l'huile d'olive, le vin, le blé, le miel et la sauce de poisson. De même, l'amphore en terre cuite resta le récipient de stockage de prédilection. La forme des amphores changea en fonction du lieu de fabrication, bien que les anses soient devenues nettement plus grandes à partir du 10e siècle. Le contenu était soigneusement étiqueté, soit par des inscriptions estampillées sur les côtés, soit par des étiquettes d'argile. Des amphores byzantines ont été trouvées dans toute la Méditerranée et dans l'ancienne Grande-Bretagne, dans les régions de la mer Noire, de la mer Rouge et de la mer d'Arabie. Ce n'est qu'au XIIe siècle que l'amphore fut remise en question et remplacée par le tonneau en bois.

Supprimer la pub
Advertisement
Des amphores byzantines ont été trouvées dans toute la Méditerranée et dans l'ancienne Grande-Bretagne, la mer Noire, la mer Rouge et la mer d'Arabie.

Parmi les autres marchandises échangées entre les régions, citons le bétail, les moutons, les porcs, le lard, les légumes, les fruits, le poivre et d'autres épices, les médicaments, l'encens, les parfums, le savon, la cire, le bois, les métaux, les pierres précieuses travaillées, le lapis-lazuli (d'Afghanistan), le verre, l'ivoire (d'Inde et d'Afrique), l'os travaillé, le lin, la laine, les textiles, le lin (de Bulgarie), la fourrure (de Russie), l'argenterie, les émaux, l'ambre (de la Baltique), les récipients en bronze et les objets en laiton (en particulier les seaux et les panneaux de portes décorés, en grande partie destinés à l'Italie). Le commerce des esclaves, qui provenaient souvent de Russie, resta important.

La vaisselle en poterie faisait également partie de la cargaison de tout navire, comme l'indiquent les épaves. Les céramiques rouges à engobe d'argile, avec des décors estampés ou appliqués, étaient courantes jusqu'au 7e siècle. Elles furent ensuite lentement remplacées par des céramiques plus fines, à glaçure de plomb, à pâte blanche, puis à pâte rouge à partir du 9e siècle. La décoration, lorsqu'elle était présente, était imprimée, incisée ou peinte. Constantinople était un centre de production majeur pour les céramiques à pâte blanche et Corinthe produisit une grande quantité de céramiques à pâte rouge à partir du 11e siècle.

Amphorae
Amphores
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

La soie fut d'abord introduite de Chine, mais la soie brute importée finit par être remplacée par la soie produite dans les fermes de mûriers (la nourriture du ver à soie) en Phénicie, puis à Constantinople à partir de 568. La fabrique de soie de la capitale byzantine était sous contrôle impérial et les cinq guildes de la soie étaient placées sous les auspices du préfet impérial de la ville. D'autres sites importants de production de soie dans l'empire comprenaient l'Italie du Sud, la Thèbes grecque et Corinthe.

Supprimer la pub
Advertisement

Le marbre avait toujours été très demandé dans l'empire car il était utilisé par ceux qui pouvaient se l'offrir pour la construction de bâtiments, de sols, d'autels d'église, de décorations et de meubles. Le marbre gris-blanc de base, qui devint l'élément essentiel de tout projet d'architecte byzantin, était extrait en grandes quantités de l'île de Proconnèse, dans la mer de Marmara (jusqu'au VIIe siècle), tandis que des marbres plus exotiques provenaient de Grèce, de Bithynie et de Phrygie. Les épaves de navires prouvent que le marbre était travaillé avant d'être expédié vers sa destination finale. De nombreux monuments antiques, en particulier païens, furent pillés dans toute la Méditerranée pour récupérer les morceaux de marbre utiles qui pouvaient être réutilisés et expédiés ailleurs. Cyzique, dans la mer de Marmara, devint un centre réputé de production et de recyclage du marbre à partir du VIIIe siècle.

Byzantine Steelyard Rod with Weight
Tige en acier byzantin avec poids
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Marchés et boutiques

Les citoyens ordinaires pouvaient acheter des marchandises sur les marchés qui se tenaient sur des places réservées à cet effet ou dans les rangées de boutiques permanentes qui bordaient les rues des grandes villes. Les boutiques comportaient généralement deux étages: un étage au niveau de la rue où les marchandises étaient fabriquées, stockées et vendues, et un deuxième étage où vivaient le commerçant ou l'artisan et sa famille. Dans ces rues, les acheteurs étaient protégés du soleil et de la pluie par des allées couvertes de colonnades, souvent pavées de dalles de marbre et de mosaïques. Certaines rues commerçantes étaient piétonnes et bloquées à la circulation des véhicules à roues par de grandes marches à chaque extrémité. Dans certaines villes, les commerçants étaient tenus d'entretenir des lampes à l'extérieur de leurs boutiques pour assurer l'éclairage des rues. Tout comme aujourd'hui, les commerçants essayaient d'étaler leurs marchandises aussi loin que possible pour attirer les acheteurs occasionnels, et il existe des documents impériaux qui se plaignent de cette pratique.

Market in Constantinople (Artist's Impression)
Marché de Constantinople (impression d'artiste)
Mohawk Games (Copyright)

Les festivals et les foires organisés à des dates religieuses importantes, telles que les anniversaires de naissance ou de décès des saints, constituaient un dernier point fort du calendrier commercial. Les églises, en particulier celles qui abritaient des reliques sacrées pour attirer les pèlerins venus de loin, devinrent alors le centre de marchés temporaires où les étals vendaient toutes sortes de marchandises. L'une des plus grandes foires de ce type se tenait à Éphèse, à l'occasion de l'anniversaire de la mort de saint Jean. La taxe de vente de 10 % perçue par les kommerkiarioi de l'État à l'occasion de ces manifestations représentait généralement une somme rondelette qui, selon un document, pouvait atteindre 45 kilos d'or.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, janvier 18). Commerce dans l'Empire Byzantin [Trade in the Byzantine Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1179/commerce-dans-lempire-byzantin/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Commerce dans l'Empire Byzantin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 18, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1179/commerce-dans-lempire-byzantin/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Commerce dans l'Empire Byzantin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 janv. 2018. Web. 21 mai 2024.

Adhésion