Amphore

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 août 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc
Amphorae (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Amphores
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Une amphore (grec : amphoreus) est une jarre à deux anses verticales utilisée dans l'Antiquité pour le stockage et le transport de denrées alimentaires telles que le vin et l'huile d'olive. Le nom vient du grec amphi-phoreus qui signifie "porté des deux côtés", bien que les Grecs aient adopté le modèle de la Méditerranée orientale. Utilisée par toutes les grandes nations commerçantes, des Phéniciens aux Romains, l'amphore à paroi robuste se répandit dans tout le monde antique et elle est devenue un survivant important des archives archéologiques, fournissant des indices sur les dates des sites, les relations commerciales et l'alimentation quotidienne.

Modèles

Issue des grands récipients pithos de l'âge du bronze, que les Minoens et les Mycéniens utilisaient pour le stockage, l'amphore est devenue la forme de poterie antique la plus courante. Cependant, sa taille et sa forme présentaient de nombreuses variations. Les amphores pouvaient également être unies - typiquement lorsqu'elles étaient utilisées pour le transport de marchandises - ou très décorées, comme toute autre poterie à figures rouges ou noires. Des lieux spécifiques, déjà connus pour leur production de poterie, comme Corinthe et l'Attique, ainsi que des îles viticoles réputées comme Chios, Lesbos et Samos, produisirent tous des types d'amphores distinctifs. Il en va de même pour les colonies de la région de la mer Noire et de la Grande-Grèce, bien que certaines villes se soient contentées de copier des modèles qui avaient fait leurs preuves. Toutes les amphores étaient fabriquées par étapes sur un tour, avec une période de séchage entre l'ajout d'une nouvelle section.

Supprimer la pub

Advertisement

Peu à peu, la forme du récipient évolua pour refléter sa fonction première de transport du vin et pour faciliter son stockage.

Les deux types fondamentaux d'amphores étaient l'amphore à col, dont l'épaule rejoint le col à un angle aigu, et l'amphore à panse (ou simplement amphore) qui s'incurve de façon continue du col au pied. Les récipients à large ouverture étaient connus sous le nom de kadoi ou de stamnoi, tandis que les types simples destinés au transport étaient appelés amphoreus. Progressivement, la forme du récipient évolua pour refléter sa fonction première de transporteur de vin et pour faciliter son stockage. Le pied de base se changea en une pointe et le récipient dans son ensemble devint plus haut et plus mince. En outre, pendant la période romaine, le contenu des amphores devint facilement identifiable à partir de la forme du récipient en question, une caractéristique utile lorsqu'il était entreposé dans des ports très fréquentés. Les amphores décoratives à base pointue étaient conservées verticalement dans un support en bronze ou un anneau profond en céramique.

Amphora, Wine Storage Jar
Amphore, pot de stockage de vin
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Fonctions

La capacité moyenne des amphores était de 20-25 litres, même si les premières versions étaient considérablement plus grandes. La taille générale était limitée par la nécessité pour une ou deux personnes de porter le récipient avec facilité, et une standardisation, bien que tentée, ne fut pas réalisée en pratique avant la période byzantine. Les denrées alimentaires transportées dans ces bateaux comprenaient du vin, de l'huile d'olive, du miel, du lait, des olives, du poisson séché, des aliments secs tels que des céréales, ou même simplement de l'eau. Les contenus non alimentaires comprenaient de la poix, et certains étaient utilisés dans les tombes comme récipients pour les cendres des défunts. Un autre type particulier était l'amphore panathénaïque, un grand récipient d'environ 36 litres décoré de motifs de figures noires. Elles étaient remplies d'olives et offertes comme prix lors des Jeux panathénaïques, qui se tenaient tous les quatre ans à Athènes. Enfin, les amphores miniatures appelées amphoriskoi (sing. amphoriskos) ou pelikai (péliké) étaient utilisées pour conserver les parfums.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Romains utilisaient les amphores de la même manière que les Grecs, mais en y ajoutant des produits de base tels que la sauce de poisson (garum) et les fruits conservés. Pour cette raison, les amphores étaient scellées à l'aide de bouchons d'argile ou de résine, certaines ayant également un couvercle en céramique lorsqu'elles étaient utilisées pour stocker des produits secs. Très peu de couvercles ont survécu en proportion des amphores, mais ceux qui ont survécu ont généralement une poignée unique, parfois en forme de fruit. Enfin, les amphores étaient utilisées à des fins totalement étrangères à leur conception d'origine, comme l'enfouissement dans des terres marécageuses afin de fournir des fondations plus solides pour les bâtiments et les murs, ou dans les dômes de toit comme moyen de fournir un support supplémentaire entre les couches.

Amphorae Packed for Transportation
Amphores emballées pour le transport
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Estampilles

De nombreuses amphores (mais certainement pas toutes) utilisées pour le transport de marchandises recevaient un cachet avant la cuisson, généralement placé sur le col, le bord ou les anses. Ce tampon identifiait le lieu d'origine (atelier de poterie), indiquait que l'amphore faisait partie d'un lot particulier, désignait un fonctionnaire chargé du contrôle ou garantissait le volume et la qualité du contenu. Le nom ou le monogramme du fabricant pouvait figurer sur l'estampille, un mois, un adjectif ou un symbole régional (Rhodes, par exemple, utilisait un emblème de rose). Dans le cas du vin, l'âge du bon vin était indiqué et la date limite de consommation (année) pour le vin bon marché. Les timbres étaient également un moyen pour les autorités d'exercer un contrôle sur les droits de douane. Les bouchons pouvaient être estampillés dans le même but. En plus des poinçons, les Romains peignaient des étiquettes d'information sur leurs récipients pour rendre leur contenu facilement identifiable.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Stamped Rhodesian Amphora Handle from Jordan
Poignée d'amphore rhodésienne estampée en provenance de Jordanie
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Toutes ces informations ont souvent été précieuses pour les archéologues lorsqu'ils ont tenté de dater un site contenant des amphores, en particulier des épaves de navires. Enfin, la découverte d'amphores dont l'origine peut être identifiée et leurs quantités sont utiles pour déterminer l'étendue du commerce dans le monde antique. Le mont Testaccio à Rome est un monticule artificiel de tessons de poterie provenant d'environ 53 millions d'amphores jetées ; un témoignage impressionnant du fait que l'amphore était l'un des objets les plus courants et les plus utiles dans l'Antiquité.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, août 30). Amphore [Amphora]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10730/amphore/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Amphore." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 30, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10730/amphore/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Amphore." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 août 2016. Web. 26 nov. 2022.

Adhésion