Début de la Période des Trois Royaumes

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 12 janvier 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien

Le début de la Période des Trois Royaumes de la Chine ancienne (couvrant la période 184-190 de notre ère dans cet article), fut l'une des plus turbulentes de l'histoire de la Chine. Avec un gouvernement Han malade incapable de contrôler son empire, des guerres localisées brutales, des rébellions et des soulèvements étaient courants. La capitale devait rapidement tomber, suivie dans sa chute par la Dynastie Han elle-même, divisée par des factions dynastiques rivales à la cour, des eunuques intrigants et des lettrés confucéens intraitables. L’ordre de l'empereur fut remplacé par le chaos de seigneurs de guerre concurrents, des hommes comme Dong Zhuo, Lu Bu et Cao Cao, tous impitoyables et n’ayant qu’une ambition: régner seuls sur toute la Chine.

Dong Zhuo & Lu Bu
Dong Zhuo & Lu Bu
The Creative Assembly (Copyright)


Cette période a longtemps captivé l'imaginaire collectif, à partir de la Dynastie Sung (960-1279), puis atteignant un pic d'intérêt avec le roman historique Les Trois Royaumes (Sanguo yanyi), écrit sous la Dynastie Ming au 14 ou 15ème siècle. Attribuée par certains à Luo Guanzhong, cette version romancée et très brodée des événements donna naissance à des héros culturels fameux, et parfois même à des figures cultes, comme Liu Bei, chef confucianiste de l'état de Shu, et son général Guan Yu, divinisé en dieu de la guerre, Guan Di, ainsi que Sun Quan, fondateur des Wu de l’Est. Le roman couvre l'histoire de la Chine de 168 à 280 de notre ère, il demeure extrêmement populaire aujourd'hui, inspirant films, pièces de théâtre, littérature et jeux vidéo.

Le Déclin des Han

La dynastie des Han, qui régnait sur la Chine depuis 206 av. J.-C., était la plus prospère jusqu’alors, mais, au 2ème siècle de notre ère, les empereurs furent confrontés à des temps troublés. Le gouvernement central, dominé par une cour intérieure secrète dont l'accès était strictement contrôlé par les eunuques, était de plus en plus éloigné des affaires du peuple dans les provinces. Des rébellions avaient déjà éclaté dans les années 140 de notre ère, elles avaient été traitées en envoyant des fonctionnaires corrompre les hommes forts locaux. Ne commandant plus une armée significative, l'empereur ne pouvait guère faire plus.

Supprimer la pub

Advertisement

C' ÉTAIENT LES COMMANDANTS INDIVIDUELS SUR LE TERRAIN QUI GAGNAIENT LE RESPECT et LA LOYAUTÉ DE LEURS TROUPES - UN MÉLANGE DE PROFESSIONNELS, DE CONDAMNÉS ET DE MEMBRES DE TRIBUS LOCALES.

Les forces militaires encore sous allégeance de forme envers les souverains Han étaient stationnées en permanence aux frontières et n'avaient que peu de motivation pour rester fidèles à leur lointain commandant en chef. La décision des Han de changer la politique séculaire consistant à ne confier que des commandements temporaires aux armées pour des campagnes spécifiques, puis à rappeler les généraux à la capitale avant qu'ils n'aient de grandes idées, devait être fatale.

Ce sont les commandants individuels sur le terrain qui gagnaient le respect et la loyauté de leurs troupes - un mélange de professionnels, de condamnés et de membres de tribus locales - et non l'empereur lointain et que l’on ne voyait jamais. Le fait qu'ils recevaient leur solde directement de leur commandant avait sans doute beaucoup à voir avec ce transfert d'allégeance. Comme le note un propriétaire local:

Les ordres des gouvernements provinciaux et des commanderies arrivent comme des coups de tonnerre, les édits impériaux sont simplement accrochés au mur comme décoration. (Lewis, 27)

Pendant ce temps-là, l’ensemble de la paysannerie souffrait des catastrophes naturelles tristement régulières qui frappaient la Chine, en particulier les inondations et les tremblements de terre, ainsi que de la guerre en cours avec le peuple Xianbei. Les Xianbei, au nord de la Grande Muraille, se sentaient menacés par l'expansion chinoise et, alors qu’ils appréciaient les produits de luxe chinois par le commerce et qu’ils accueillaient initialement favorablement l'interaction, ils en vinrent à privilégier d'avantage leur liberté. Comme la résistance des Xianbei à l'envahissement chinois montait, le gouvernement chinois envoya simplement de plus en plus d'expéditions militaires contre eux. Cette politique contribua grandement à saper l'autorité impériale, car les gains furent faibles par rapport à l'importance des pertes.

Supprimer la pub

Advertisement

China Warlords, 2nd-3rd century CE.
Les Chefs de Guerre Chinois, 2ème-3ème siècles
SY (CC BY-SA)

Peu de choses furent ou purent être faites pour améliorer la vie des paysans, car les coffres de l'état étaient vidés par ces guerres infructueuses contre les Xianbei. Ceux-ci, en 177 de notre ère, menèrent l'armée chinoise dans une embuscade dans les steppes du nord qui fut si réussie que "les trois quarts des hommes n’en revinrent pas" (De Crespigny, 5). En outre, le fait que l'impôt soit trop souvent évité ou détourné par des fonctionnaires corrompus compliquait encore plus la vie de la paysannerie.

Les gouverneurs régionaux durent trouver leur propre façon de lever des revenus, aucune politique directrice n’était transmise par la capitale. Les habitants locaux n'avaient qu'une seule ligne de conduite: s'armer le mieux possible pour se défendre. Les propriétaires terriens qui en avaient les moyens organisaient leurs propres armées privées, recrutées parmi leurs locataires et les agriculteurs locaux. Ceux qui ne pouvaient pas compter sur un riche bienfaiteur fuyaient vers les collines ou ailleurs, ce qui entraînait des migrations à grande échelle, avec l'instabilité qui en découlait. Parfois, même des villages entiers se déplaçaient vers des terres plus élevées où ils s'entouraient de fortifications, espérant une vie meilleure. La Chine était en train de devenir rapidement un désordre général.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La Rébellion des Turbans Jaunes

Au cours des deux dernières décennies du 2ème siècle de notre ère, le déclin régulier des Han et les grondements désormais constants du mécontentement des provinces échappèrent soudain à tout contrôle avec l'une des rébellions les plus graves et les plus longues jamais observées par des dirigeants chinois choqués et des bureaucrates locaux tremblants. La Rébellion des Turbans Jaunes éclata en 184 de notre ère sous la direction du charismatique taoïste mystique Zhang Jue (ou Zhang Jiao, mort en 184 de notre ère), et fit des ravages dans le pays.

Mouvement religieux populaire, le culte des Turbans Jaunes était étroitement associé au Taoïsme. Parmi ses principes les plus attrayants figurait la croyance que la maladie provenait du péché mais, bonne nouvelle pour une paysannerie à court de médicaments, les maladies pouvaient être éliminées par la confession de ces péchés. La rébellion fut appelée ainsi parce que ses protagonistes portaient un turban dont la couleur représentait la terre, élément auquel ils s'identifiaient, et dont ils espéraient qu'il éteindrait l'élément feu associé à leur ennemi, les Han.

La philosophie taoïste comprenait le fonctionnement de l'univers à travers le principe du Yin-Yang et l'interaction des cinq éléments: la terre, le bois, le métal, le feu et l'eau. Au-dessus des cinq éléments se trouvait Tian (le ciel) qui était représenté par la couleur bleue. Le Taoïsme était privilégié par plupart des empereurs Han, et lorsque ceux-ci arrivèrent au pouvoir, ils associèrent leur dynastie au ciel/bleu. Cependant, à un moment donné, ils changèrent pour la terre/jaune, et à l'époque de la Rébellion des Turbans Jaunes, ils revendiquèrent le règne par le pouvoir du feu/rouge. Ces changements dans l’association avec les éléments peuvent avoir un rapport avec les intérêts de la dynastie à différentes époques, mais ceci n'est pas clair.

Supprimer la pub

Advertisement

Un aspect intéressant de la rébellion est que, sur le plan philosophique, les deux camps s'appuyaient sur les mêmes principes du Taoïsme et la même conception de ce qui est juste et vrai. Les Han justifiaient leur domination sur la base des mêmes principes que ceux que les rebelles épousaient pour les renverser, mais Zhang Jue et les rebelles insistaient sur le fait qu'ils étaient pleinement justifiés car ils s'identifiaient au principe antérieur de la terre/jaune que les Han avaient, selon eux, abandonné et trahi en faveur du feu/rouge.

LA POPULARITÉ DES TURBANS JAUNES COMMENÇA À L’EST et SE RÉPANDIT RAPIDEMENT, AIDÉE PAR UN TOURNANT VERS LA POLITIQUE et LA PROMOTION DE L'AIDE AUX PAUVRES.

En cela, les rebelles invoquaient le concept spirituel de jiazhi, qui avait trait à la valeur fondamentale d'un individu ou d'une action. Le jiazhi (littéralement ‘valeur’) de la terre - représenté par les rebelles - était revendiqué par eux comme étant intrinsèquement plus puissant - et plus juste - que celui de leurs adversaires. En invoquant le jiazhi dans leur lutte, les rebelles espéraient non seulement justifier leur cause mais aussi attirer davantage de soutien pour la Rébellion des Turbans Jaunes.

La popularité du mouvement commença à l'est, et il se répandit rapidement, aidé par un tournant vers la politique et la promotion de l'aide aux pauvres. Le mouvement critiqua bruyamment la discrimination à l'égard des femmes et des classes inférieures, courante dans la société chinoise. Le culte se transforma finalement en une rébellion militaire majeure, ce qui était plutôt curieux étant donné que son leader, Zhang Jue, prêchait l'objectif d'une Grande Paix. Les Turbans Jaunes étaient organisés en unités militaires préparées pour l'action. Les bureaux des gouvernements locaux furent pris pour cible et détruits par les rebelles à travers toute la Chine. La rébellion semblait se développer partout comme un cancer - hors de contrôle et fatale pour le régime. Seize commanderies tombèrent sous les rebelles, les armées impériales furent défaites, les dirigeants kidnappés et les villes capturées

Supprimer la pub

Advertisement

Han Dynasty Sword
Épée, Dynastie Han
The British Museum (Copyright)

L'ensemble du pays fut alors divisé en poches tenues par des rebelles, des seigneurs de guerre ou des gouverneurs régionaux encore fidèles à l'état. La confusion, les guerres constantes et les privations du peuple chinois furent résumées dans un poème attribué au chef de guerre Cao Cao (vers 155-220 de notre ère), qui, comme beaucoup de dirigeants de l'époque, avait un bon talent littéraire :

Mon armure a été portée si longtemps que les poux y prolifèrent,
Des milliers de familles ont péri.
Des os blancs sont exposés dans les champs,
Sur mille li, on n'entend même pas un coq.
Seul un sur cent survit,
Penser à cela me déchire les entrailles.
(Lewis, 28)

La rébellion fut brutalement écrasée en moins d'un an par une armée envoyée par Cao Cao, alors l'un des principaux généraux de l'empereur Han Lingdi (règne 168-189 de notre ère). Cao Cao avait réussi à organiser une coalition militaire des armées privées de nobles importants de la cour, et il les forma en une force de combat professionnelle efficace. Le chef rebelle Zhang Jue fut tué au combat ou exécuté. La rébellion devait cependant se poursuivre, quoique plus discrètement, sous une nouvelle direction, dans la province orientale du Sichuan. Le dommage avait été cependant fait, et il y avait maintenant très peu de différence entre les gouverneurs locaux et les seigneurs de guerre locaux à travers toute la Chine. Les Han avaient lâché les rênes du pouvoir dans les provinces.

Cao Cao

Cao Cao avait commencé sa carrière en tant que commandant et chef de police à Luoyang, la capitale des Han, dans les années 170 de notre ère. Il se forgea très tôt une réputation de défenseur de la loi et n'avait pas peur de défier les riches et les puissants. Cao Cao fut dépeint comme un personnage mauvais, délicieusement machiavélique, dans la littérature postérieure, et les opéras chinois le présentent eux aussi comme un personnage tout à fait méchant; les acteurs qui interprètent le dictateur portent généralement un masque blanc hargneux avec de sombres sourcils. Témoignant de la réputation douteuse du seigneur de guerre, son nom est perpétué dans l'expression chinoise "Parlez de Cao Cao, et il apparaît", qui équivaut à peu près à "Quand on parle du loup..."

Supprimer la pub

Advertisement

Cao Cao, Idealised Portrait
Portrait Idéalisé de Cao Cao
Wang Qi (Public Domain)

Il y avait cependant beaucoup d'autres chefs militaires à côté de Cao Cao, car une conséquence malheureuse de la Rébellion des Turbans Jaunes fut que plusieurs seigneurs de guerre locaux furent soutenus par l'empereur pour lever leurs propres armées et s'occuper des Turbans Jaunes dans leur région spécifique. Une fois les rebelles éliminés, ces armées s’affrontèrent et s'ensuivit une longue période de guerre civile au cours de laquelle la capitale Luoyang fut mise à sac par un certain Dong Zhuo (189-192 de notre ère).

Dong Zhuo

Dong Zhuo, alias Zhongying, était un général de frontière devenu seigneur de guerre, basé dans le nord-ouest de la Chine. Il eut une longue carrière militaire, gravissant les échelons depuis son point de départ comme membre de la garde impériale. L'unité de Zhuo était le corps d'élite, les ‘Hommes de la Forêt à Plumes’, dont les membres étaient composés de fils et de petits-fils ayant perdu leur parent au combat. Zhuo était exactement le type de général Han décrit précédemment - stationné en permanence aux frontières pendant une décennie et laissé à lui-même.

Il fut rappelé à la cour en 189 de notre ère, mais il refusa au motif que ses hommes avaient non seulement besoin de lui mais qu’ils avaient aussi rangé de force son attelage et ne le laisseraient pas partir. Il était pleinement conscient de leur loyauté envers lui seul, comme il le disait dans l'extrait suivant d'une lettre à la cour:

Mes soldats, grands et petits, sont devenus familiers avec moi depuis longtemps, et chérissant ma constante générosité, ils donneront leur vie pour moi. (Lewis, 262)

En 189 de notre ère, profitant pleinement du chaos et répondant à l'appel à l'aide du ‘Grand Général’ de la cour, He Jin, demi-frère de He, l'Impératrice Douairière, Zhuo se déplaça jusqu'à moins de 110 km de Luoyang. À la cour impériale, des officiels de haut-rang et des chefs militaires, fatigués de l'incompétence du gouvernement et de la domination des eunuques, furent contraints d'agir lorsque He Jin fut assassiné au palais. Ainsi, ils conspirèrent pour assassiner les 2 000 eunuques qui tiraient les ficelles du pouvoir depuis si longtemps.

Chinese Terracotta Warrior
Guerriers de Terre Cuite Chinois
glancs (CC BY)

Les auteurs du coup d'état firent ensuite l’erreur monumentale d'inviter Zhuo dans la ville, qui comptait alors environ 500 000 habitants. Le seigneur de guerre s'en occupa avec délectation, brûlant les bâtiments en bois de la capitale (y compris la bibliothèque et les archives d'état) et enlevant le jeune empereur Shaodi. Mais Zhuo était cependant loin de sa base à l'ouest et il se retira à Chang'an, entraînant l’empereur. L'ancienne capitale Han, entourée de montagnes, était un quartier général beaucoup plus facile à défendre. Il faudra attendre longtemps avant que Luoyang ne se relève, le poète Cao Zhi décrit ici son triste abandon, un siècle après l'attaque de Zhuo:

Luoyang, comme tu est déserte et tranquille !
Palais et maisons sont réduits en cendres.
Murs et clôtures sont brisés et béants.
Épines et ronces s'élevent vers le ciel.
(Lewis, 101)

Dong Zhuo, quant à lui, profita de son succès. Si l'on en croit les sources postérieures, Zhuo était une véritable crapule, et il est entré dans l'histoire comme un despote fou, comme le révèle ce passage souvent cité du roman des Trois Royaumes:

Un jour, Dong Zhuo organisa un grand festin pour tous ceux qui s'étaient rassemblés pour assister à son départ; pendant qu'il se déroulait, arrivèrent un grand nombre de rebelles du nord qui s'étaient volontairement rendus. Le tyran les fit amener devant lui pendant qu'il était à table et leur infligea des cruautés gratuites. Un eut les mains coupées, un autre les pieds; un autre eut les yeux arrachés, un autre encore perdit sa langue. Certains furent bouillis jusqu'à la mort. Des cris d'agonie s'élevaient jusqu'au ciel, et les courtisans s’évanouissaient de terreur. Mais l'auteur de cette horreur mangeait et buvait, bavardait et souriait comme si de rien n’était. (167)

Une Chine Brisée

La destruction de Luoyang fut un autre coup dur pour le gouvernement Han déjà en voie d'effondrement. Des hommes comme Cao Cao et Zhou devaient continuer à batailler pour le contrôle de la Chine et le droit de tirer les ficelles de l'empereur marionnette qui restait si nécessaire pour quiconque souhaitait revendiquer un droit légitime à gouverner. La période chaotique des Trois Royaumes vit l'éclatement total de la Chine, et le pays ne serait pas réunifié avant trois siècles.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2018, janvier 12). Début de la Période des Trois Royaumes [The Early Three Kingdoms Period]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1174/debut-de-la-periode-des-trois-royaumes/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Début de la Période des Trois Royaumes." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le janvier 12, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1174/debut-de-la-periode-des-trois-royaumes/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Début de la Période des Trois Royaumes." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 janv. 2018. Web. 16 août 2022.

Adhésion