Art de la Période Amarnienne

Article

Elsie McLaughlin
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 22 septembre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol

Parmi tous les pharaons qui régnèrent sur l'Égypte ancienne, il en est un qui se distingua des autres. Au cours de son règne de 17 ans (1353-1336 av. J.-C.), Akhenaton fut le fer de lance d'une révolution culturelle, religieuse et artistique qui ébranla le pays, jetant par la fenêtre des milliers d'années de tradition et imposant un nouvel ordre mondial. Après sa mort, son nom fut omis des listes de rois, ses images furent profanées et détruites. À partir des fragments de preuves qui subsistent, les égyptologues ont reconstitué l'histoire de sa vie et de son règne, une période de bouleversements spirituels et d'expérimentations sans précédent dans l'histoire de l'Égypte. Sous sa direction, l'art égyptien subit une transformation monumentale, des siècles de conventions rigides ayant été abandonnés au profit d'une nouvelle approche artistique hautement stylisée et imprégnée d'une signification divine.

Statue of Akhenaten
Statue d'Akhenaton
Elsie McLaughlin (CC BY-NC-SA)

Début du règne d'Amenhotep IV

Deuxième fils du pharaon Amenhotep III, Akhenaton (à l'origine Amenhotep IV) n'était pas destiné à devenir roi. Son frère aîné, le prince Thoutmôsis, était l'héritier présomptif, mais après sa mort prématurée, le jeune Amenhotep se retrouva sous les feux de la rampe. Après une brève période de corégence, Amenhotep III mourut en 1353 avant notre ère et Amenhotep IV monta sur le trône. Avec sa grande épouse Néfertiti à ses côtés, le nouveau pharaon entama un règne apparemment conventionnel: il consacra des monuments à Amon, agrandit le complexe du temple de Karnak et organisa même un festival Sed en l'an 3 de la royauté. Cependant, le règne d'Amenhotep IV n'avait rien d'ordinaire et le roi ne tarda pas à montrer son vrai visage. Le pharaon était un dévot fanatique d'Aton, une divinité représentant la forme physique du disque solaire. Contrairement à la plupart des autres dieux et déesses égyptiens, Aton n'avait aucune caractéristique humaine et ne prenait aucune forme anthropomorphique. Sous la direction d'Amenhotep, ce culte marginal devint bientôt la plus grande secte religieuse d'Égypte.

Supprimer la pub
Advertisement
En l'an 5 de la Régence, le pharaon abandonna toute prétention et déclara Aton divinité officielle de l'Égypte.

En l'an 5, le pharaon abandonna toute prétention et déclara Aton divinité officielle de l'Égypte, détournant l'attention et les fonds de la prêtrise d'Amon vers le culte du disque solaire. Il changea même son nom d'Amenhotep ("Amon est satisfait") en Akhenaton ("Efficace pour Aton") et ordonna la construction d'une nouvelle capitale, Akhetaton ("L'horizon d'Aton") dans le désert. Située à l'emplacement actuel de Tell el-Amarna, Akhetaton se trouvait entre les anciennes cités égyptiennes de Thèbes et de Memphis, sur la rive orientale du Nil.

Architecture de la période amarnienne

Peu de temps après son accession au pouvoir, Akhenaton/Amenhotep IV fit construire un nouveau complexe de temples adjacent à celui de Karnak (aujourd'hui Louxor). Ce nouveau projet, cependant, était une entité complètement séparée du temple d'Amon, comme le montre le fait que le site était situé à l'extérieur du périmètre de Karnak. Nommé Gempaaton ("L'Aton est trouvé"), le nouveau complexe de temples d'Amenhotep était différent de tous ceux qui l'avaient précédé. Au lieu d'être composé de sanctuaires privés et fermés, les cours à ciel ouvert de Gempaaton permettaient à la lumière du soleil d'Aton de pénétrer directement dans le complexe.

Supprimer la pub
Advertisement

Smaller Aten Temple, Amarna
Petit temple d'Aton, Amarna
Institute for the Study of the Ancient World (CC BY)

À l'instar de Gempaaton, le grand temple d'Aton à Amarna était un autre exemple de temple "à ciel ouvert". Entouré d'un grand mur d'enceinte, le complexe se composait de deux structures principales: le sanctuaire, situé dans la partie orientale du complexe, et le temple long, situé dans la partie occidentale. Le fait que ce temple soit disposé sur un axe est-ouest était en soi un clin d'œil à la trajectoire qu'Aton empruntait chaque jour dans le ciel. Le sanctuaire était composé de deux cours, dont la seconde était ouverte à l'air libre et abritait l'autel où Akhenaton et Néfertiti présentaient leurs offrandes privées au disque solaire. Le temple long se composait d'une cour à colonnes et de plus de 900 petits autels en plein air où les prêtres brûlaient des offrandes à Aton. Au nord du grand temple d'Aton se trouvait un second temple, plus petit, situé au centre d'Amarna, plus près du palais et de la résidence royale. Ce second temple suivait également le plan de Gempaaton et du Grand temple d'Aton, construit de manière à être exposé en permanence à la lumière directe du soleil.

Les multiples palais d'Amarna étaient construits en briques crues et peints de scènes colorées et très décoratives représentant des plantes, des animaux sauvages et la famille royale. Ces structures comprenaient de nombreuses cours ouvertes et des portiques à colonnes, ainsi que de grandes cours décorées de statues colossales en pierre d'Akhenaton et de Néfertiti.

Supprimer la pub
Advertisement

Représentations d'Akhenaton

Les objets datant du règne d'Akhenaton sont immédiatement reconnaissables à leur style artistique unique. Parmi les pièces les plus frappantes, on trouve celles représentant le roi lui-même, dont beaucoup ont conduit les égyptologues à s'interroger sur l'état de santé et l'apparence physique du pharaon. L'exemple le plus frappant nous vient de Gempaaton: une énorme statue d'Akhenaton, au corps entier, qui présente des caractéristiques particulières. Le visage du roi est long et fin, avec des yeux fendus et de grandes lèvres pleines. Sa silhouette est tout aussi étrange et disproportionnée, avec des bras grêles, de longs doigts, une bedaine, des hanches et des seins féminins. Cette statue est fragmentaire et coupe le pharaon au niveau des genoux, mais d'autres représentations d'Akhenaton qui ont survécu permettent de déduire que les jambes du pharaon allaient en s'amenuisant, passant de grosses cuisses à des mollets minces et se terminant par des pieds allongés. À première vue, une telle statue est choquante, tant elle s'éloigne des conventions artistiques typiquement égyptiennes. Au lieu de présenter l'image d'un roi jeune, en pleine forme et viril, les représentations artistiques d'Akhenaton véhiculent un message très différent. Avec des proportions corporelles et des traits faciaux si étranges, le pharaon apparaît comme faible, maladif et efféminé.

Colossal Statue of Amenhotep IV
Statue colossale d'Amenhotep IV
Dmitry Denisenkov (CC BY-SA)

Pourquoi Akhenaton avait-il choisi de se présenter ainsi à ses sujets? En tant que pharaon, il contrôlait entièrement la production et la distribution des œuvres d'art et était donc certainement à l'origine de choix créatifs aussi audacieux. Des statues comme les colosses de Gempaaton ont amené de nombreux historiens à spéculer sur la vie d'Akhenaton et sur la possibilité que le pharaon ait été atteint d'une maladie génétique. Les générations de consanguinité et les mariages entre frères et sœurs au cours de la XVIIIe dynastie font de cette théorie une possibilité très réelle. Cependant, la plupart des égyptologues affirment que le visage frappant d'Akhenaton est davantage lié au symbolisme religieux qu'à une ressemblance physique littérale avec le roi.

Comme nombre de ses prédécesseurs, Akhenaton se prenait pour un dieu vivant. Alors que la plupart des pharaons égyptiens s'alignaient sur les dieux du panthéon égyptien traditionnel, comme Horus, Akhenaton avait décidé de s'associer à Aton; l'une des nombreuses épithètes du roi était "l'éblouissant Aton", et il se considérait comme la manifestation physique du disque solaire sur terre. Contrairement aux autres divinités égyptiennes, Aton était neutre; le disque solaire était un objet physique sans sexe perceptible. Il est donc raisonnable de penser qu'Akhenaton (une forme de la divinité à proprement parler) choisit de se représenter d'une manière androgyne similaire. Les preuves historiques et archéologiques ont clairement démontré qu'Akhenaton était un homme fertile (il eut au moins six filles et un fils), mais l'inclusion de traits féminins aussi frappants dans les représentations artistiques du roi envoyait un message puissant, reliant le pharaon à l'essence même d'Aton.

Supprimer la pub
Advertisement

Queen Nefertiti
Reine Néfertiti
Philip Pikart (CC BY-SA)

Au cours du règne d'Akhenaton, on sait qu'au moins deux sculpteurs différents furent employés au service du roi. Le premier, un homme nommé Bak, est principalement crédité des pièces les plus anciennes et les plus radicales du style amarnien (c'est-à-dire les colosses de Gempaaton). Il a été suggéré que la période suivant immédiatement l'année régnale 5 fut une sorte de "période d'expérimentation" au cours de laquelle Akhenaton essaya de repousser les limites des conventions artistiques égyptiennes aussi loin qu'il le pouvait, produisant ainsi certaines des pièces les plus radicales et les plus stylisées de la période amarnienne. Dans les dernières années du règne d'Akhenaton, Bak fut remplacé par un autre sculpteur, Thoutmôsis, qui avait une approche plus mesurée de son travail. Les objets retrouvés dans l'atelier de Thoutmôsis montrent que le sculpteur privilégiait un style plus réaliste et moins exagéré que son prédécesseur, comme en témoigne le buste emblématique de Néfertiti exposé à Berlin.

Images de Néfertiti et de la famille royale

L'un des aspects les plus touchants et les plus fascinants de l'art de la période amarnienne est la façon dont Akhenaton et sa famille se présentent. Dans l'art égyptien traditionnel, les personnages sont généralement assez rigides et posés, souvent représentés en train de participer à des cérémonies religieuses solennelles ou à des événements politiques. Il est rare que la famille royale soit représentée dans un cadre décontracté, passant du temps ensemble dans des scènes de la vie quotidienne. Sous le règne d'Akhenaton, les choses changèrent. Le pharaon était presque toujours accompagné de ses filles, et sa grande épouse Néfertiti était toujours à ses côtés. La famille est souvent montrée en train de faire des offrandes à l'Aton, mais il y a aussi des scènes où la famille royale mange ensemble et se détend dans le palais. Les jeunes princesses sont souvent capturées en train de jouer autour des trônes de leurs parents, ou bercées sur leurs genoux. Néfertiti (et ses filles) fut également peinte avec le même ton de peau ocre rouge que son mari, une couleur généralement réservée aux hommes, et, tout comme le pharaon, avait des mains et des pieds exceptionnellement détaillés (avant cela, les Égyptiens n'avaient fait aucun effort pour distinguer les appendices droits et gauches).

[Image:6919]

Il existe d'innombrables stèles et sculptures montrant Akhenaton et Néfertiti amoureux et se tenant par la main: dans un cas, la reine est même assise sur les genoux de son mari. Le couple apparaît aussi fréquemment dans des scènes en relief où ils voyagent ensemble dans un char et offrent des cadeaux à leurs sujets depuis la "fenêtre des apparences" de leur palais d'Amarna. Ce type de représentation affectueuse et réaliste d'un pharaon est sans précédent dans l'histoire de l'Égypte.

Supprimer la pub
Advertisement

La préséance symbolique accordée à la reine Néfertiti dans l'art de la période amarnienne est tout aussi inédite. Au lieu d'être représentée comme une figure féminine réduite se tenant derrière son mari, Néfertiti était souvent présentée à la même échelle qu'Akhenaton, un choix artistique audacieux dénotant sa grande importance et son influence à la cour. Et elle l'était: au cours des dernières années du règne d'Akhenaton, celui-ci nomma Néfertiti corégente officielle, faisant d'elle un second roi d'Égypte sur un pied d'égalité avec lui.

Akhenaten and the Royal Family Blessed by Aten
Akhenaton et la Famille Royale bénie par Aton
Troels Myrup (CC BY-NC-ND)

Pour souligner encore davantage sa position élevée et la relation étroite du couple, les premières représentations artistiques d'Akhenaton et de Néfertiti montrent le roi et la reine comme des figures presque identiques. Seuls quelques signes distinctifs permettaient de différencier les deux souverains, comme les couronnes (Akhenaton préférait la coiffe de khat tandis que Néfertiti préférait une couronne bleue à sommet plat), les styles de perruque (les variations de la perruque coupée "à la nubienne" étaient populaires chez le mari et la femme), ainsi que la longueur et/ou le style de leurs vêtements. Ce choix audacieux était, une fois de plus, motivé par le symbolisme religieux.

En apparaissant comme des figures identiques, Akhenaton et Néfertiti s'alignaient sur les divinités jumelles Shou et Tefnout. La coiffe plate de Néfertiti, mentionnée plus haut, était traditionnellement associée à la déesse Tefnout. Akhenaton souhaitait clairement associer sa reine et lui-même à ces divinités primordiales de la création qui, en complément d'Aton, représentaient les forces de la vie et de la renaissance. Le roi et la reine devenaient ainsi le "Père" et la "Mère" de la terre et des cieux, les plaçant dans une triade divine avec Aton. Tout comme les représentations du pharaon devinrent plus sobres et plus réalistes au cours des dernières années de son règne, la tendance du roi et de la reine à apparaître comme des figures identiques s'estompa, bien que leur association divine avec les divinités jumelles soit restée en place.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Daughter of Akhenaten
Fille d'Akhenaton
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Dans les tombes privées et les monuments des habitants non royaux d'Amarna, les images de la famille royale jouent un rôle intéressant. Alors que des images d'Horus, d'Amon, d'Isis et d'autres divinités traditionnelles tapissaient autrefois les murs des chambres funéraires de l'élite, on trouvait désormais des images d'Akhenaton, de Néfertiti et de leurs enfants. Bien sûr, les images d'Aton étaient toujours présentes, et le disque solaire avait toujours la priorité sur les personnages humains représentés à ses côtés. Cependant, pendant la période amarnienne, les images de la famille royale remplacèrent complètement les images des dieux qui décoraient les tombes égyptiennes depuis des siècles. Même sur le sarcophage de pierre du pharaon, les images de Néfertiti remplacent celles des déesses traditionnelles. En s'associant à Shou et à Aton, et en associant Néfertiti à Tefnout, Akhenaton se présenta effectivement, lui et sa famille, comme des dieux vivants. Quel besoin y avait-il alors d'images d'autres divinités sur les murs des tombes de ses sujets? Le pharaon, sa reine et leur progéniture étaient une extension sacrée d'Aton sur terre et devaient donc être vénérés en tant que tels et servir d'intermédiaires entre Aton et le commun des mortels.

Fin d'une dynastie

Après 17 ans de règne, le pharaon Akhenaton mourut en 1336 avant notre ère. Il fut remplacé par le mystérieux Smenkhkarê (un pharaon éphémère que de nombreux égyptologues pensent avoir été Néfertiti), auquel succéda le jeune fils d'Akhenaton, Toutânkhaton. Après la mort d'Akhenaton, le peuple égyptien ne tarda pas à exprimer son opposition aux réformes religieuses radicales du roi "hérétique". Privilégiant la stabilité de l'ordre ancien, Toutânkhaton ramena la capitale à Memphis et rétablit le culte du panthéon polythéiste égyptien. En quelques années, Amarna, le glorieux "Horizon d'Aton" d'Akhenaton, fut complètement abandonné, son roi et sa reine enterrés et oubliés. Dans une nouvelle tentative pour se démarquer de l'héritage de son père, le jeune roi changea son nom de Toutânkhaton ("l'image vivante d'Aton") à Toutânkhamon ("l'image vivante d'Amon"). Son épouse et demi-sœur, Ânkhésenpaaton, lui emboîta le pas en se rebaptisant Ânkhésenamon ("Sa vie est d'Amon").

Tutankhamun
Toutânkhamon
wikipedia user: dalbera (CC BY)

Pendant son règne, le pharaon Toutânkhamon fit de grands progrès pour restaurer l'Égypte dans son état d'avant Amarna, une campagne défendue par les rois suivants, Aÿ et Horemheb. Bien que l'art de style amarnien ait continué à être produit pendant cette période de transition (particulièrement évident dans les peintures murales décorant la chambre funéraire de Toutânkhamon), la tradition artistique finit par prévaloir et l'art égyptien de la XIXe dynastie et des dynasties suivantes adhéra largement aux conventions historiques. La mort du pharaon Horemheb en 1292 avant notre ère marqua la fin de la XVIIIe dynastie: L'héritier d'Horemheb, Ramsès Ier, allait fonder une nouvelle lignée dynastique, faisant entrer l'Égypte dans un âge d'or de puissance militaire et de prospérité économique. En moins de 50 ans, presque toutes les traces d'Akhenaton, de son règne controversé et des conventions artistiques qui le définissaient furent effacées.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Elsie McLaughlin
Elsie McLaughlin is an aspiring Egyptologist, whose areas of interest include the Amarna Period, gender, female kingship, and the history of the early New Kingdom, as well as the relationship between royal women & warfare in the New Kingdom.

Citer cette ressource

Style APA

McLaughlin, E. (2017, septembre 22). Art de la Période Amarnienne [The Art of the Amarna Period]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1110/art-de-la-periode-amarnienne/

Style Chicago

McLaughlin, Elsie. "Art de la Période Amarnienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 22, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1110/art-de-la-periode-amarnienne/.

Style MLA

McLaughlin, Elsie. "Art de la Période Amarnienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 22 sept. 2017. Web. 23 avril 2024.

Adhésion