Musique et Danse en Égypte Ancienne

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 mai 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, persan

La musique et la danse étaient très appréciées dans la culture égyptienne antique, mais elles étaient plus importantes qu'on ne le pense généralement: elles faisaient partie intégrante de la création et de la communion avec les dieux et, en outre, elles étaient la réponse humaine au don de la vie et à toutes les expériences de la condition humaine. L'égyptologue Helen Strudwick note que "la musique était omniprésente dans l'Égypte ancienne - lors des banquets civils ou funéraires, des processions religieuses, des défilés militaires et même des travaux des champs" (416). Les Égyptiens aimaient la musique et incluaient des scènes de spectacles musicaux dans les peintures des tombes et sur les murs des temples, mais ils appréciaient tout autant la danse et lui accordaient également de l'importance.

La déesse Hathor, qui teintait également le monde de joie, était celle le plus étroitement associée à la musique, mais à l'origine, il s'agissait d'une autre divinité nommée Meret. Dans certaines versions du récit de la création, Meret est présente avec Râ ou Atoum ainsi qu'avec Heka (dieu de la magie) au début de la création et aide à établir l'ordre par la musique. L'égyptologue Richard H. Wilkinson note qu'elle le fait "au moyen de sa musique, de ses chants et des gestes associés à la direction musicale" (152). Meret était donc l'écrivaine, la musicienne, la chanteuse et la cheffe d'orchestre de la symphonie de la création, faisant de la musique une valeur centrale de la culture égyptienne.

Supprimer la pub
Advertisement

Egyptian Dancer
Danseuse égyptienne
Marco Buggio (CC BY-NC-ND)

La musique s'accompagne tout naturellement de la danse. Meret encourageait également la danse, mais celle-ci était également associée à Hathor, dont les danseurs sont bien établis par des images et des inscriptions. L'égyptologue Carolyn Graves-Brown écrit :

Le rôle des femmes dans la religion était souvent de fournir de la musique et de la danse pour les cérémonies religieuses. Les prêtresses, mais aussi les femmes en général, étaient associées à la musique. Les épouses, les filles et les mères sont souvent représentées en train d'agiter des sistres pour les défunts de la XVIIIe dynastie. L'odeur lourde de l'encens, le rythme du collier-menit et du sistre, le chant des prêtresses musiciennes dans la pénombre du temple égyptien sont des expériences sensuelles que nous ne pouvons qu'imaginer aujourd'hui. (95)

Le collier-menit était une pièce de cou lourdement perlée qui pouvait être secouée dans la danse ou enlevée et secouée à la main pendant les spectacles du temple. Le sistre était un hochet/percussion tenu à la main, étroitement associé à Hathor, mais utilisé dans les cérémonies de culte de nombreux dieux par les musiciennes et les danseuses du temple.

Supprimer la pub
Advertisement

Les danseurs n'étaient toutefois pas confinés aux temples et constituaient une forme populaire de divertissement dans toute l'Égypte. La danse était associée aussi bien à l'élévation de la dévotion religieuse qu'à la sexualité humaine et aux plaisirs terrestres. Dans la théologie égyptienne, le sexe était simplement un autre aspect de la vie et n'était pas entaché de "péché". Ce même paradigme était observé dans la mode que suivaient les danseurs et les danseuses. Les femmes portaient souvent peu de vêtements ou des robes, des robes et des jupes transparentes.

Instruments de musique et performances

Les instruments joués dans l'Égypte ancienne sont tous familiers aux gens d'aujourd'hui. Il y avait des instruments à percussion (tambours, sistres, crécelles, tambourins et, plus tard, cloches et cymbales), des instruments à cordes (lyres, harpes et luth, venu de Mésopotamie) et des instruments à vent (cornemuse de berger, double cornemuse, clarinette, flûte, hautbois et trompette). Les musiciens jouaient de ces instruments en solo ou en ensemble, comme c'est le cas aujourd'hui.

Supprimer la pub
Advertisement

Menit Necklace
Collier Menit
Maggi B (CC BY-NC-SA)

Les Égyptiens de l'Antiquité n'avaient aucune notion de notation musicale. Les airs étaient transmis d'une génération de musiciens à l'autre. On ne sait donc pas exactement à quoi ressemblaient les compositions musicales égyptiennes, mais il a été suggéré que la liturgie copte actuelle pourrait en être un descendant direct. Le copte devint la langue dominante de l'Égypte ancienne au IVe siècle de notre ère, et l'on pense que la musique utilisée par les coptes lors de leurs offices religieux trouve ses origines dans celle des offices égyptiens antérieurs, tout comme leur langue évolua à partir de l'égyptien et du grec anciens.

On ne sait pas exactement à quoi ressemblaient les compositions musicales égyptiennes, mais il a été suggéré que la liturgie copte actuelle pourrait en être un descendant direct.

Dans les hiéroglyphes de l'Égypte ancienne, la musique est désignée par le terme hst (heset) qui signifie "chant", "chanteur", "musicien", "chef d'orchestre" et aussi "jouer de la musique" (Strudwick, 416). On comprenait la signification précise du hiéroglyphe heset en le plaçant dans une phrase. Ce hiéroglyphe comporte un bras levé qui symbolise le rôle du chef d'orchestre dans la mesure du temps. Les chefs d'orchestre, même pour de petits ensembles, semblent avoir été très importants. Strudwick note des peintures de tombes de Saqqarah qui montrent un chef d'orchestre "avec une main sur une oreille pour faciliter l'audition et améliorer la concentration, alors qu'il fait face aux musiciens et indique le passage à jouer" (417). À l'époque, comme aujourd'hui, les chefs d'orchestre utilisaient des gestes pour communiquer avec leurs musiciens.

Les représentations avaient lieu lors de festivals, de banquets, dans le temple et lors de funérailles, mais elles pouvaient se dérouler n'importe où. Les classes supérieures employaient régulièrement des musiciens pour animer les repas du soir et les réunions sociales. L'égyptologue Joyce Tyldesley note:

Supprimer la pub
Advertisement

La musique était une carrière particulièrement lucrative, ouverte aux hommes comme aux femmes, qui pouvait être exercée soit en tant qu'indépendant, soit en tant que serviteur attaché en permanence à un domaine ou à un temple. Les bons interprètes étaient toujours recherchés et un musicien ou un compositeur habile pouvait acquérir un statut élevé au sein de la communauté; par exemple, le duo féminin d'interprètes Hekenou et Iti étaient deux musiciennes de l'Ancien Empire dont le travail était si célèbre qu'il fut même commémoré dans la tombe du comptable Nikauré, un honneur très inhabituel car peu d'Égyptiens acceptaient de faire figurer des personnes sans lien de parenté dans leurs tombes privées. Le son de la musique était omniprésent en Égypte et il serait difficile de surestimer son importance dans la vie dynastique quotidienne. (126)

Hekenou et Iti n'étaient pas seulement des musiciennes mais aussi des danseuses, et cette combinaison était plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Les femmes sont souvent représentées en train de danser et de jouer d'un instrument et sont citées comme chanteuses, alors que les hommes, hier comme aujourd'hui, étaient moins enclins à la danse. Un duo populaire, un ensemble ou un artiste solo se produisait à une heure et à un endroit précis, mais les musiciens jouaient régulièrement sur les marchés et pour les ouvriers. Les pyramides de Gizeh auraient été construites au son de la musique, de la même manière que les gens écoutent aujourd'hui la radio en travaillant.

Les danseurs et la danse

À l'époque du Nouvel Empire d'Égypte (c. 1570 - c. 1069 av. J.-C.), la musique était déjà bien ancrée dans la vie des Égyptiens. Le célèbre genre poétique de la chanson d'amour, si étroitement associé au Nouvel Empire, se serait peut-être développé pour être chanté et accompagné d'une danse interprétative. Il n'est pas certain que la chanson d'amour soit devenue une chanson à texte, mais la danse d'interprétation faisait partie intégrante des rituels religieux. L'égyptologue Gay Robins décrit une gravure datant du règne d'Hatchepsout (1479-1458 av. J.-C.) représentant un spectacle musical. Un harpiste masculin joue et chante un hymne à la divinité tandis que des femmes semblent danser tout en interprétant:

Un certain nombre de danseuses acrobatiques sont montrées en train de faire des flexions arrière ou de danser énergiquement avec leurs cheveux tombant sur leur visage. Dans une scène, leurs actions sont légendées "danse des danseuses". D'autres femmes ne dansent pas mais agitent leur sistre d'une main et tiennent un collier-menit de l'autre; elles chantent également un hymne. (146)

La musique et la danse servaient à élever les participants aux cérémonies religieuses vers une relation plus étroite avec la divinité. Les hymnes aux dieux étaient chantés avec l'accompagnement d'instruments de musique et de danses, et il n'y avait pas d'interdiction sur qui pouvait ou ne pouvait pas danser à un moment donné. Bien que la classe supérieure ne semble pas avoir dansé en public comme le faisait la classe inférieure, il existe des cas évidents où même le roi participa à la danse.

Supprimer la pub
Advertisement

Ancient Egyptian Music and Dancing
Musique et danse de l'Égypte ancienne
Jan van der Crabben (CC BY-NC-SA)

Si les hommes et les femmes de la classe supérieure ne sont pas représentés en train de danser, c'est peut-être en partie à cause de l'étroite association entre la danse et les divertissements publics, où les danseurs ne portaient pratiquement rien. Ce n'est pas la nudité qui posait problème, mais le fait de s'associer à la classe inférieure. Les anciens Égyptiens, quelle que soit l'époque de leur culture, étaient parfaitement à l'aise avec leur propre nudité et celle des autres. L'universitaire Marie Parsons s'exprime à ce sujet :

Les femmes qui dansaient (et même celles qui ne dansaient pas) portaient des robes diaphanes, ou simplement des ceintures, souvent faites de perles ou de cauris, afin que leur corps puisse bouger librement. Bien qu'aujourd'hui leur apparence puisse être interprétée comme érotique et même sensuelle, les anciens Égyptiens ne considéraient pas le corps nu ou ses parties avec la même fascination que nous le faisons aujourd'hui, avec notre sens de la moralité peut-être plus refoulé. (2)

Que ce soit dans le temple ou lors de représentations publiques, les dieux étaient invoqués par le biais de la danse. Les dieux et les déesses d'Égypte étaient présents partout, dans tous les aspects de la vie, et ne se limitaient pas au culte du temple. Une pratique consistant à "personnifier" une divinité se développa: le danseur prenait les attributs de la divinité et interprétait les royaumes supérieurs pour un public. La divinité la plus populaire associée à cette pratique est Hathor.

Les danseurs imitaient la déesse en invoquant son épithète, l'Or, et en mettant en scène des histoires de sa vie ou en interprétant son esprit à travers la danse. Les danseurs portaient souvent des tatouages représentant l'aspect protecteur d'Hathor ou du dieu Bès, et les prêtresses étaient connues sous le nom d'Hathor et, à certaines époques, portaient des coiffes à cornes pour s'associer à l'aspect d'Hathor en tant que déesse vache.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Types de danse

Marie Parsons cite les types de danse les plus courants dans la pratique égyptienne:

1. La danse purement gestuelle. Une danse qui n'est rien d'autre qu'une explosion d'énergie, où le danseur et le public se contentent d'apprécier le mouvement et son rythme.

2. La danse gymnique. Certains danseurs excellent dans les mouvements les plus difficiles et les plus ardus qui nécessitent un entraînement et une grande dextérité physique et une grande souplesse. Ces danseurs ont également affiné leurs mouvements afin de se mouvoir avec délicatesse.

3. La danse d'imitation. Ces danseurs semblaient imiter les mouvements des animaux; les textes égyptiens ne font qu'une allusion indirecte à ces danseurs qui ne sont pas représentés dans l'art.

4. La danse des paires. Dans l'Égypte ancienne, les paires étaient formées par deux hommes ou deux femmes dansant ensemble, et non par des hommes dansant avec des femmes. Les mouvements de ces danseurs étaient exécutés dans une symétrie parfaite, ce qui indique, du moins pour l'auteur de ce traité, que les Égyptiens étaient profondément conscients et sérieux au sujet de cette danse comme étant quelque chose de plus qu'un simple mouvement.

5. La danse de groupe. Elle se divise en deux sous-types, l'un se déroulant avec au moins quatre, parfois jusqu'à huit danseurs, chacun exécutant des mouvements différents, indépendants les uns des autres, mais sur des rythmes harmonisés. L'autre sous-type était la danse funéraire rituelle, exécutée par des rangs de danseurs exécutant des mouvements identiques.

6. La danse de guerre. Il s'agissait apparemment de danses récréatives destinées au repos des troupes mercenaires de Libyens, de Shardanes, de Pedtiu (peuples faisant partie de ce que l'on appelle les Peuples de la mer) et d'autres groupes.

7. La danse dramatique. D'après les exemples utilisés ici, l'auteur considère qu'une posture familière de plusieurs filles est exécutée pour commémorer un tableau historique: une fille agenouillée représente un roi ennemi vaincu, une fille debout le roi égyptien, tenant l'ennemi d'une main par les cheveux et de l'autre par une massue.

8. La danse lyrique. La description de cette danse indique qu'elle racontait sa propre histoire, un peu comme un ballet que l'on peut voir aujourd'hui. Un homme et une jeune fille, utilisant des claquettes en bois qui rythmaient leurs pas, dansaient dans un mouvement harmonieux, séparément ou ensemble, pirouettant parfois, se séparant et se rapprochant, la jeune fille fuyant l'homme qui la poursuivait tendrement.

9. La danse grotesque. Elle était apparemment surtout pratiquée par les nains, comme celui qu'on a demandé à Hirkhouf de ramener pour danser "les danses divines".

10. La danse funéraire. Ces danses formaient trois sous-types. La première est la danse rituelle, qui fait partie du rite funéraire proprement dit. Ensuite, il y avait les expressions de chagrin, où les interprètes plaçaient leurs mains sur leur tête ou faisaient le geste ka, les deux bras levés. Le troisième sous-type était une danse destinée à divertir le ka du défunt.

11. La danse religieuse. Les rituels des temples comprenaient des musiciens formés à la liturgie et des chanteurs formés aux hymnes et autres chants.

Toutes ces danses, quel qu'en ait été le but, étaient censées élever l'esprit du danseur et du public de spectateurs ou de participants. La musique et la danse faisaient appel aux impulsions les plus élevées de la condition humaine, tout en consolant les gens des déceptions et des pertes de la vie. La danse et la musique élevaient et informaient non seulement la situation actuelle d'une personne, mais aussi le sens universel du triomphe et de la souffrance.

Egyptian Bronze Sistrum
Sistre en bronze égyptien
Liana Miate (CC BY-NC-SA)

Conclusion

L'association de la musique et de la danse avec le divin était reconnue par les cultures anciennes du monde entier, et pas seulement en Égypte, et toutes deux furent incorporées dans des rituels spirituels et des cérémonies religieuses pendant des milliers d'années. L'aversion actuelle pour la danse et la musique dite "profane" découle de la condamnation de l'une et de l'autre avec l'avènement du christianisme.

Bien que certains pères de l'Église, comme Clément d'Alexandrie (150-215 de notre ère), aient vu dans les Écritures des signes encourageant la danse (comme la célèbre danse spontanée du roi David pour Dieu dans II Samuel 6:14-16), la plupart ont considéré la danse comme une continuation des pratiques païennes et l'ont interdite. À l'époque de l'empire byzantin (330 de notre ère), la danse avait été proscrite comme immorale et la musique avait été divisée en deux catégories: liturgique et profane.

L'Empire byzantin approuvait encore, quoique timidement, les deux catégories, ce qui n'était pas le cas de l'Église de Rome. C'est pour cette raison que l'Église orthodoxe orientale encourageait toujours la danse et la musique dans les services religieux, alors que l'Église catholique, jusqu'à très récemment, ne le faisait pas. Bien avant l'éclosion de l'un ou l'autre de ces courants de la nouvelle religion, les anciens Égyptiens reconnaissaient le pouvoir de la musique et de la danse pour élever l'âme et ouvrir de nouvelles perspectives. Pendant plus de trois mille ans, les gens étaient encouragés et inspirés par la musique, la force qui avait contribué à donner naissance à l'univers et à le façonner, et par la danse, qui est la réponse de l'être humain à la création.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2017, mai 19). Musique et Danse en Égypte Ancienne [Music & Dance in Ancient Egypt]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1075/musique-et-danse-en-egypte-ancienne/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Musique et Danse en Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 19, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1075/musique-et-danse-en-egypte-ancienne/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Musique et Danse en Égypte Ancienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 mai 2017. Web. 24 avril 2024.

Adhésion