Le romani

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$1912 / $18000

Définition

Arienne King
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 26 avril 2023
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X
Gypsy Family (by Mihály Munkácsy, Public Domain)
Famille gitane
Mihály Munkácsy (Public Domain)

Le romani est une langue indo-européenne, appartenant à la sous-branche indienne qui comprend le sanskrit et l'hindi. En raison de la diaspora rom dans toute l'Europe et l'Asie occidentale, cette langue se développa en contact étroit avec les langues européennes et iraniennes. C'est en étudiant la langue romani que les chercheurs ont compris que ses locuteurs étaient originaires du sous-continent indien.

Au XXIe siècle, on estime à 3,5 millions le nombre de locuteurs du romani dans le monde. Toutefois, cette langue n'est plus parlée par toutes les communautés roms, ni même par la plupart d'entre elles, et elle est minoritaire en Europe. Dans la diaspora romani, de nombreuses personnes parlent des langues mixtes para-romanes ou ont adopté la langue majoritaire de leur pays d'origine.

Supprimer la pub
Publicité

Origines du proto-romani

Le romani primitif absorba de nombreuses caractéristiques au fur et à mesure que ses locuteurs migraient et entraient en contact avec d'autres langues.

La langue romani n'utilisait pas de système d'écriture et ses origines doivent être reconstituées par les linguistes. On pense que les locuteurs de l'indo-aryen, une branche des langues indo-européennes, migrèrent dans le sous-continent indien au cours du deuxième millénaire avant notre ère. Les plus anciens exemples écrits d'une langue indo-aryenne ou "indienne" sont les Vedas, des textes sacrés qui ont donné leur nom à la langue sanskrit védique. Les langues indo-aryennes anciennes comme le sanskrit védique et le sanskrit classique se sont transformées en langues indo-aryennes moyennes connues sous le nom de prakrits. Le proto-romani a commencé à diverger des autres langues indiennes après ce développement, évoluant progressivement vers sa propre langue. Cette scission linguistique a dû se produire avant le premier millénaire avant notre ère, car le romani ne contient pas de développements communs aux autres langues indiennes après cette période.

Il n'existe pas de consensus scientifique sur l'origine des locuteurs du proto-romani. Selon une théorie très répandue, le proto-romani se serait développé en Inde centrale avant que ses locuteurs ne se déplacent vers le nord-ouest de l'Inde. Une autre théorie, largement soutenue au XIXe siècle, soutenait que la langue s'était développée dans le nord-ouest de l'Inde quelque temps après que le prakrit ne se soit développé à partir du sanskrit.

Supprimer la pub
Publicité

Indo-European language family tree
Arbre généalogique des langues indo-européennes
Multiple authors (CC BY-SA)

Quelle que soit l'origine du proto-romani, ses locuteurs quittèrent le sous-continent indien pour l'Asie occidentale au cours du premier millénaire de notre ère. La plupart des locuteurs du proto-romani étaient bilingues ou multilingues, apprenant la langue majoritaire dans leur pays d'origine ainsi que d'importantes langues minoritaires. En conséquence, le romani primitif absorba de nombreuses caractéristiques au fur et à mesure que ses locuteurs migraient et entraient en contact avec d'autres langues.

Développement

L'homogénéité frappante de la langue romani, qui comprend un ensemble universel de mots empruntés aux langues iraniennes, à l'arménien et au grec, ainsi que d'autres influences omniprésentes du grec, montre indiscutablement que les ancêtres des Roms ont dû former une seule et même communauté. (Bakker, 293-294)

Le linguiste Andrea Scala a identifié quatre "couches" principales du vocabulaire romani. La couche fondamentale de la langue est indo-aryenne. Les mots indo-aryens présents dans le romani moderne sont principalement ceux qui décrivent des concepts fondamentaux tels que l'environnement, l'agriculture, la nourriture, la parenté, les émotions et le temps. Les mots liés à ces sujets sont moins susceptibles de changer au fil du temps ou d'être remplacés par des mots empruntés. La plupart des consonnes du romani sont héritées de l'indo-aryen, mais la phonologie de la langue a considérablement évolué au fil du temps.

Supprimer la pub
Publicité

La deuxième couche, le vocabulaire iranien, fut introduite au cours du premier millénaire de notre ère, lorsque les locuteurs du proto-romani traversèrent l'Asie centrale et pénétrèrent en Perse. La grammaire et le vocabulaire du farsi et du kurde influencèrent le romani à cette époque. Bien que le peuple rom ait résidé au Moyen-Orient pendant une longue période, le romani contient étonnamment peu d'emprunts à l'arabe médiéval. Certains chercheurs ont suggéré que cela prouvait que les Roms avaient quitté la Perse avant la conquête musulmane de la Perse au VIIe siècle. Cette absence pourrait également être une conséquence de l'utilisation de l'arabe comme langue d'élite, alors que les Roms de Perse auraient continué à parler des langues plus courantes.

Map of Romani Migration in the Middle Ages
Carte de la migration des Roms au Moyen Âge
Arienne King (CC BY-NC-SA)

Les locuteurs du proto-romani s'installèrent en Arménie quelque temps avant le XIe siècle, acquérant des mots liés à des sujets tels que la religion, les cultures et les bêtes de somme. Le proto-romani se transforma ensuite en romani ancien, qui se caractérise par un grand nombre d'emprunts lexicaux au grec. Le romani ancien et moderne contient un grand nombre d'emprunts grecs liés aux métaux et au travail des métaux, conséquence de la forte association entre les Roms et les forgerons dans l'Empire byzantin et les Balkans du début du Moyen-Âge.

Le grec est la dernière couche que l'on retrouve dans tous les dialectes du romani moderne. Ce point commun signifie que la migration des Roms dut les amener tous à travers l'Arménie et l'Empire byzantin avant que les Roms européens ne se divisent en groupes distincts. Au fur et à mesure que la diaspora romani s'étendait, les différents dialectes continuèrent à adopter des caractéristiques d'autres langues, notamment le roumain et le slave.

Supprimer la pub
Publicité

Dialectes

La branche la plus répandue du romani est le romani vlax; on pense qu'il se serait développé en Roumanie.

L'absence d'une forme écrite standardisée contribua à une grande variation entre les dialectes romans, dont certains ne sont pas mutuellement intelligibles. Ces dialectes sont souvent regroupés en fonction de la zone géographique dans laquelle ils se sont développés et des langues qui les ont influencés. L'histoire complexe de la migration des Roms, qui a connu de nombreuses vagues de déplacement de population, a mis en contact étroit des dialectes non apparentés et a créé une distance entre des dialectes autrefois proches. Le linguiste Yaron Matras a observé que les variations dans les dialectes roms correspondent souvent à des différences géographiques et ethniques, mais que des changements linguistiques se sont également produits selon les zones (urbaines ou rurales), les générations et même le genre des locuteurs.

La première tentative de classification de chaque dialecte romani a été faite par le philologue slovène Franz Miklosich (1813-1891), qui a retracé la migration du peuple romani en étudiant la façon dont les mots étaient empruntés à différentes langues. Miklosich a divisé le romani en 13 dialectes parlés par des groupes qui se sont installés dans différentes parties de l'Europe. Les linguistes modernes séparent généralement les dialectes romans en 12 branches :

  • Balkans du Sud
  • Balkan du Nord
  • Apennin
  • Centre-Sud
  • Centre-Nord
  • Transylvanie
  • Vlax
  • Ukrainien
  • ibérique
  • Slovène
  • Nord-est
  • Nord-ouest

Certaines de ces branches sont aujourd'hui éteintes et ne sont connues que par des sources historiques et des emprunts dans d'autres langues. La branche la plus parlée du romani est le romani vlax, qui se serait développé en Roumanie. Le dialecte tire son nom de la Valachie, une région de Roumanie où un nombre important de Roms asservis, les Roms Vlax, vivaient depuis le XIIIe siècle. La migration des Roms Vlax hors de Roumanie après leur émancipation au XIXe siècle a amené le dialecte dans d'autres régions d'Europe, d'Asie, d'Australie et des Amériques.

Supprimer la pub
Publicité

Langues para-romani et argots

Un certain nombre de langues para-romani se sont formées dans les communautés bilingues par le mélange du vocabulaire romani et de la grammaire des langues européennes parlées localement. La structure de ces langues de la diaspora et les conditions dans lesquelles elles se sont développées sont similaires aux langues mixtes juives telles que le yiddish et le ladino. Les langues para-romani appartiennent à divers groupes, dont les langues germaniques, slaves et romanes.

Dans de nombreux pays, les sentiments et les politiques anti-Romani ont conduit à la perte de la langue romani dans certaines communautés au profit de la langue majoritaire. Certaines langues para-romani ont survécu après l'extinction du dialecte romani local sur lequel elles étaient basées. Par exemple, le caló s'est développé dans la péninsule ibérique et est basé sur un système grammatical espagnol, avec des emprunts au dialecte ibérique du romani aujourd'hui disparu.

Spanish Gypsies
Gitans espagnols
Evgraf Sorokin (Public Domain)

En raison de la large diffusion géographique du peuple romani, des mots empruntés aux langues romani et para-romani sont entrés dans plusieurs langues européennes, souvent sous forme d'argot ou de termes informels. Le mot anglais pal, qui désigne un ami, vient du mot romani phral ("frère"), qui dérive lui-même du sanskrit bhrā́tṛ. Les mots empruntés au romani se retrouvent également dans de nombreux argots ou jargons, tels que le Polari et Rotwelsch, qui étaient utilisés dans le passé par des groupes tels que les forains, les voyageurs, les acteurs, les marins, les minorités ethniques et les personnes LGBT. Ces expressions se sont développées au contact de personnes qui, en raison de leur appartenance ethnique, de leur profession ou de leur orientation, étaient marginalisées par la société.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Sources historiques

La reconstitution du proto-romani et de son évolution vers les dialectes romani actuels est compliquée par la rareté des premiers écrits en romani. Le plus ancien exemple connu de romani écrit a été translittéré en latin par Johannes ex Grafing, un moine bénédictin vivant à Vienne vers 1505-1510.

De nombreux écrivains européens du Moyen Âge et du début des temps modernes ont supposé à tort que le romani était un argot inventé par les voleurs.

Le Fyrst Boke of the Introduction of Knowledge, écrit par l'écrivain anglais Andrew Boorde (1490-1549) en 1547, contient l'un des exemples les plus étudiés de romani précoce écrit. Boorde a translittéré des phrases de ce qu'il a appelé le "speche égyptien", qu'il avait probablement entendu dans des brasseries et des auberges au cours de ses voyages dans le Sussex. Il ignorait l'origine de cette langue et l'a incluse dans un chapitre sur le pays d'Égypte.

Au début de la période moderne, les Roms étant de plus en plus connus en Europe, d'autres translittérations de la langue romani sont apparues dans la littérature. L'humaniste flamand Bonaventura Vulcanius (1538-1614) fut le premier à publier un lexique romani, qu'il traduisit également en latin. Au début du XVIIe siècle, le romani fut traduit dans d'autres langues comme l'espagnol et le turc ottoman.

Histoire de la linguistique romani

De nombreux écrivains européens du Moyen Âge et du début des temps modernes ont supposé à tort que le romani était un chant inventé par les voleurs, utilisé pour dissimuler les activités criminelles aux yeux des étrangers. Cette hypothèse reposait sur des stéréotypes négatifs concernant les Roms, considérés comme une classe de criminels plutôt que comme une communauté dotée d'une culture distincte. Dès Vulcanius, certains érudits ont commencé à considérer le romani comme une langue propre et se sont intéressés à son développement.

Au XVIIIe siècle, les forces de l'ordre de nombreux pays d'Europe occidentale ont commencé à étudier les langues utilisées par les minorités et les communautés itinérantes dans le but de les supprimer. Cela permit de prendre conscience que le romani était un phénomène très différent des argots de voleurs. C'est à ce moment-là que les chercheurs ont commencé à faire des études comparatives du romani avec d'autres langues du monde, à la recherche de similitudes qui révéleraient son origine.

Au milieu de la seconde moitié du XVIIIe siècle, l'intérêt pour le romani est entré dans une nouvelle phase qui a ouvert la voie à une approche véritablement scientifique, basée sur une étude strictement linguistique et appliquant une méthodologie solide. La clé est l'établissement d'un lien entre le romani et les langues indo-aryennes, qui a placé le romani dans ce groupe en tant que fille du proto-indo-européen, comme le grec, le latin, le germanique, le balto-slave et d'autres langues et groupes linguistiques de l'Eurasie. (Adiego, 70-71)

On s'est rapidement rendu compte que le romani ne présentait aucune similitude avec le copte ou toute autre langue associée à l'Égypte, et les linguistes ont déplacé leurs recherches vers l'est. La découverte du lien entre le romani et l'Inde est attribuée à un cercle d'étudiants hongrois et sri-lankais aux Pays-Bas dans les années 1750 ou 1760. Selon une histoire populaire, le théologien calviniste hongrois István Vályi aurait remarqué des similitudes entre le sanskrit parlé par trois étudiants de Malabar à l'université de Leyde et la langue parlée par les Romani dans son pays d'origine. Selon Ian Hancock, spécialiste du romani, cette histoire pourrait contenir une part de vérité, car Vályi a fréquenté l'université voisine d'Utrecht en 1753 et aurait pu se rendre à Leyde pendant les années où ces étudiants de Malabar y étaient inscrits.

Gypsies on the Road
Gitans sur la route
National Museum in Warsaw (CC BY-NC-SA)

La comparaison de Vályi fut la première preuve que le peuple rom était originaire de l'Inde, et non de l'Égypte comme on le supposait auparavant. Sur la base de cette découverte, Johann Rudiger annonça en 1777 que le romani était une langue indienne. D'autres linguistes, comme Jacob Bryant, auraient pu parvenir indépendamment à la même conclusion.

En 1844, le linguiste August Pott (1802-1887) publia la première analyse détaillée de la relation entre le romani et les langues indiennes, et il est souvent considéré comme le fondateur de la linguistique romani. Tout au long de la fin du siècle, de nombreux chercheurs ont tenté d'identifier la langue moderne la plus proche du romani et, ce faisant, de retracer les origines de ses locuteurs. Des langues indiennes telles que l'ourdou, l'hindoustani, le sindhi et le gujarati ont été proposées comme candidats potentiels.

Héritage

L'étude de la langue romani a créé le cadre de l'étude de l'histoire et de la culture romani et a suscité l'intérêt des universitaires pour d'autres domaines de l'histoire romani. Les premiers ouvrages sur la migration romani ont été publiés peu après la découverte des origines linguistiques du romani et ont suscité un regain d'intérêt pour la documentation du folklore et des coutumes roms.

La langue est également devenue un facteur d'unification entre les communautés roms de différentes parties du monde qui avaient auparavant peu d'interactions. Depuis le XIXe siècle, des efforts ont été déployés pour établir une orthographe normalisée pour écrire le romani en utilisant l'alphabet latin. Les efforts visant à créer un dialecte romani standard pour un usage international ont commencé au 20e siècle.

Supprimer la pub
Publicité

Questions & Réponses

Quelle est la langue parlée par les Roms ?

Dans la diaspora rom, de nombreuses personnes parlent des langues mixtes para-romanes ou ont adopté la langue majoritaire de leur pays d'origine.

Quel pays parle le romani ?

Le romani est une langue minoritaire parlée par environ 3,5 millions de personnes dans le monde.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Arienne King
Arienne King est une étudiante et rédactrice indépendante passionnée d'histoire, d'archéologie et de média numérique. En plus d'animer le blog Muses & Mayhem, elle occuppe le poste d'éditrice média au sein de l'Ancient History Encyclopedia.

Citer cette ressource

Style APA

King, A. (2023, avril 26). Le romani [Romani Language]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21804/le-romani/

Style Chicago

King, Arienne. "Le romani." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 26, 2023. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-21804/le-romani/.

Style MLA

King, Arienne. "Le romani." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 26 avril 2023. Web. 12 juil. 2024.

Adhésion