Le Requerimiento

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 18 août 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Francisco Pizarro on Isla del Gallo (by Juan Lepiani, Public Domain)
Francisco Pizarro sur l'île de Gallo
Juan Lepiani (Public Domain)

Le Requerimiento ou Sommation espagnole était un document destiné à être lu et accepté par les peuples indigènes lors de la conquête espagnole des Amériques. Créé en 1513, le document décrivait l'histoire du christianisme, la supériorité du pape et l'obligation, à partir de ce jour, pour tous les peuples indigènes de se soumettre à l'autorité royale espagnole.

Si l'on ignore le fait que le texte du Requerimiento était généralement incompréhensible pour le public auquel il était destiné, ce document était en réalité un moyen pour les Espagnols d'atténuer la culpabilité de leur impérialisme. Bien qu'ils aient été légalement tenus de proclamer le contenu du Requerimiento, dans la pratique, la plupart des conquistadores demandaient simplement à quelqu'un - un frère, par exemple - de parcourir les éléments les plus pertinents du document et de le crier sur le champ de bataille au moment où les canons étaient chargés pour être tirés. Malgré l'absurdité du document et de sa diffusion, le Requerimiento illustre le fait que, même à ce stade relativement précoce de l'impérialisme mondial européen, les dirigeants n'étaient pas entièrement convaincus d'avoir le droit de piétiner les peuples d'une autre partie du monde, qu'ils aient été chrétiens ou non. En fait, le Requerimiento avait été écrit pour le bénéfice des Espagnols plutôt que pour celui des indigènes qui étaient censés en être ses véritables destinataires.

Supprimer la pub

Advertisement

Une conquête sanglante justifiée

La colonisation européenne des Amériques commença en 1492 avec le débarquement de Christophe Colomb (1451-1506) dans les Caraïbes. Bien que Christophe Colomb et la monarchie espagnole souhaitaient en fait trouver une route maritime directe vers la Chine et les épices de l'Orient, la découverte fortuite des îles des Caraïbes fut exploitée à fond. Soutenue par une bulle papale qui justifiait la conquête et avec ses rivaux, les Portugais, traités par l'audacieux traité de Tordesillas de 1484, la Couronne espagnole était impatiente de commencer son processus de colonisation.

Le Requerimiento offrait aux populations autochtones une solution pacifique à une nouvelle réalité politique, militaire et religieuse.

Les Espagnols s'emparèrent d'Hispaniola (l'actuelle République dominicaine/Haïti) en 1494, de Porto Rico en 1508, de la Jamaïque en 1509 et de Cuba en 1511. Au printemps 1513, Juan Ponce de León (1474-1521) fut le premier Européen à débarquer en Floride. La même année, Vasco Núñez de Balboa (1475-1519) traversa l'isthme de Panama et devint le premier Européen à apercevoir l'océan Pacifique. Le Nouveau Monde commençait à ressembler à un endroit très prometteur pour les nouveaux arrivants.

Supprimer la pub

Advertisement

Dans ce processus de colonisation, les peuples indigènes furent volés, torturés pour leurs objets de valeur et dépossédés de leurs terres. Des milliers d'entre eux furent tués dans les guerres et autres actes de résistance, beaucoup furent tout simplement assassinés. Même ceux qui survécurent durent faire face à la redoutable menace des maladies d'origine européenne. Les conquistadores sur le terrain ne se soucièrent peut-être pas beaucoup du coût humain de leurs aventures, mais des voix se s'élevèrent en Espagne pour protester, tant dans l'Église que dans le gouvernement. Pour de nombreux responsables, la conquête n'était pas seulement une occasion d'acquérir des ressources, mais aussi un devoir d'enseigner aux peuples indigènes les principes fondamentaux du christianisme. La ligne officielle était que les peuples indigènes qui acceptaient pacifiquement le monarque espagnol comme leur nouveau suzerain ultime devaient recevoir en retour la possibilité de sauver leurs âmes et d'être protégés contre le mal physique et les abus. Pour que ces concepts soient clairs pour les conquérants et les conquis, en 1513, la Couronne espagnole chargea le juriste Juan López de Palacios Rubios de rédiger un document insolite, le Requerimiento.

Spain and the Spanish Indies
L'Espagne et les Indes espagnoles
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Le Requerimiento permit à de nombreuses personnes de soulager leur culpabilité face aux énormes destructions de la conquête. Des arguments tels que l'absence de progrès technologique dans les cultures attaquées, l'interprétation selon laquelle les dirigeants ne gouvernaient que par le biais d'un système de tyrannie, que les dirigeants non chrétiens ne pouvaient pas avoir l'autorité de Dieu pour gouverner, ainsi que les preuves croissantes des éléments les plus dramatiques des pratiques religieuses indigènes comme les sacrifices humains et le cannibalisme occasionnel, tout cela fut invoqué pour justifier l'idée que l'Espagne apportait la lumière dans un coin sombre du royaume de Dieu. La conquête du Nouveau Monde fut perçue de la même manière que les croisades. Le Requerimiento offrait aux indigènes une solution pacifique à une nouvelle réalité politique, militaire et religieuse. S'ils choisissaient de le rejeter, les Espagnols étaient, selon eux, légalement et moralement justifiés de poursuivre tous les moyens possibles pour atteindre leurs objectifs de conquête.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Contenu

Le Requerimiento comprenait environ 1 000 mots répartis en quatre parties, résumées ici par l'historien D. M. Carballo :

  1. La vision biblique européenne de la cosmogénèse et le partage des Amériques entre l'Espagne et le Portugal par la bulle papale et le traité de Tordesillas.
  2. Le droit légitime de l'Espagne à évangéliser les Amériques en vertu du premier point.
  3. Un plaidoyer pour que les peuples indigènes se soumettent au roi et au pape.
  4. Une promesse de guerre et de violence s'ils ne se soumettaient pas, y compris l'asservissement des femmes et des enfants.

Un exemple de passage raconte l'histoire de la création et le développement de différents royaumes sur la terre :

Dieu notre Seigneur, un et éternel, créa les cieux et la terre, et un homme et une femme, dont nous, et vous, et tous les hommes du monde, sommes descendus et procréés, ainsi que tous ceux qui doivent venir après nous. En raison du grand nombre de ceux qui sont venus d'eux... il était nécessaire que certains hommes aillent dans une partie, et d'autres dans une autre, et qu'ensuite ils soient divisés en plusieurs royaumes et provinces qui ne pouvaient pas être maintenus et préservés dans un seul.

(Alan Covey, 203)

Spanish Torture of American Peoples
Torture espagnole des peuples américains
Joos van Winghe & Theodor de Bry (Public Domain)

On s'attendait à ce que les peuples autochtones acceptent ces ouvertures pacifiques et le nouveau statu quo selon lequel ils étaient désormais des sujets de la Couronne espagnole et des membres potentiels de l'Église chrétienne. S'ils n'acceptaient pas ces conditions, le document se terminait par une série de menaces inquiétantes :

Supprimer la pub

Advertisement

Nous vous ferons la guerre par tous les moyens et de toutes les manières... et nous vous ferons tout le mal et tous les dégâts que nous pourrons... [et tous] les morts et les pertes [qui en résulteront seront] de votre faute, et non de celle de Leurs Altesses, ni de la nôtre, ni de celle de ces messieurs qui sont en notre compagnie.

(Cervantes, 80)

Aspects pratiques

Bien que le Requerimiento ait été conçu pour être lu au premier contact ou avant une bataille, il était souvent lu uniquement en espagnol et était donc incompréhensible pour son public cible. Le document pouvait être lu sur un champ de bataille lorsqu'un frère ou un notaire pouvait être chargé de cette tâche et, comme il devait s'assurer qu'il se tenait bien hors de portée des missiles, même si le public avait pu en saisir le sens, il n'aurait pas entendu les mots prononcés. Proposer une traduction du document dans la langue des personnes concernées n'était qu'une recommandation. Même lorsque des efforts étaient faits pour traduire le document, le résultat était si confus qu'il aurait tout aussi bien pu rester en castillan. La communication était si inefficace que de nombreux conquistadores pensaient que c'était uniquement pour leur propre bénéfice ou celui de Dieu qu'ils lisaient le Requerimiento. Après avoir écouté ou lu le document, les habitants devaient signer leur accord.

Le Requerimiento fut lu aux tribus indigènes du continent pendant des décennies. Lors de sa toute première lecture, par le notaire Rodrigo de Colmenares en Colombie le 19 juin 1513, un témoin oculaire avait déjà remarqué qu'"il semble que ces indigènes n'écouteront pas la théologie du Requerimiento et nous n'avons personne ici qui puisse les aider à la comprendre" (Cervantes, 80). Pourtant, le document fut lu à maintes reprises, y compris à des personnalités aussi élevées que le souverain inca Atahualpa (r. de 1532 à 1533) lorsque les conquistadores prirent contact avec lui pour la première fois. Hernando de Soto (c. 1500-1542) eut l'honneur de le faire ce jour-là, le 15 novembre 1532, mais Atahualpa eut la chance d'avoir un interprète à portée de main. Le document était encore lu dans les années 1540, par exemple par les forces espagnoles opérant contre les Chichimèques au nord de la vallée du Mexique.

Bartolomé de las Casas
Bartolomé de Las Casas
Unknown Artist (Public Domain)

Lorsqu'il était compris, le Requerimiento fut souvent rejeté d'emblée par les chefs indigènes qui ne voyaient aucune raison de céder leurs pouvoirs, leurs richesses et leur mode de vie à ces intrus, du moins pas sans se battre. Si certains chefs indigènes furent plus rusés, faisant semblant d'accepter la déclaration puis l'ignorant allègrement, d'autres furent plus ouvertement réfractaires. En 1532, les Mayas de Chichen Itza répondirent à la lecture du Requerimiento de la manière suivante: "Nous avons déjà des rois, ô nobles seigneurs ! Guerriers étrangers, nous sommes les Itza !" (Thomas, 199)

Supprimer la pub

Advertisement

Des voix s'élevèrent en Espagne et dans les colonies pour protester contre la mascarade que représentait le Requerimiento. Le célèbre frère dominicain Bartolomé de Las Casas (1484-1566) déclara un jour qu'il ne savait pas s'il devait rire ou pleurer en entendant la déclaration complète du Requerimiento. Las Casas a décrit le document comme "injuste, impie, scandaleux, irrationnel et absurde" (Cervantes, 81).

Outre les arguments évidents selon lesquels toute cette affaire était irréaliste et irréalisable, certains remirent en question sa légalité et la présomption absurde, clé de voûte du document, selon laquelle "le monde" était identique à la "chrétienté". Il y avait également un débat sur la question de savoir jusqu'où l'autorité papale pouvait aller pour convertir les non-croyants et quels moyens, militaires ou autres, justifiaient les fins de cette conversion. Des voix éminentes, comme celle du juriste dominicain Francisco de Vittoria, soutenaient que les princes étrangers avaient tout autant le droit de gouverner leur propre peuple que l'empereur du Saint Empire romain germanique le sien. Ces arguments, bien qu'ils se soient poursuivis tout au long du XVIe siècle, étaient toutefois largement académiques et n'eurent que peu d'effet sur les participants des deux camps de la conquête du Nouveau Monde. Le Requerimiento demeura, comme le dit l'historien F. Cervantes, "un mélange d'idéalisme religieux et de pur intérêt personnel" (80).

Supprimer la pub

Publicité

Questions & Réponses

Quel était le but du Requerimiento ?

L'objectif du Requerimiento était d'informer les populations autochtones qu'elles devaient accepter de devenir des sujets de la Couronne espagnole et être ouvertes à la conversion au christianisme, sous peine de subir des sévères répercussions.

Qui a rédigé le Requerimiento de 1513 ?

Le Requerimiento de 1513 fut rédigé par le juriste Juan López de Palacios Rubios.

Le Requerimiento était-il un document efficace ?

Le Requerimiento n'était généralement pas efficace car il n'était pas souvent traduit et contenait des concepts incompréhensibles et spécifiques à la culture que les peuples indigènes ne comprenaient pas. Pour ces raisons, les historiens considèrent qu'il s'agissait d'un outil destiné à apaiser la culpabilité des Espagnols quant à leur conquête des Amériques et au-delà.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, août 18). Le Requerimiento [Spanish Requirement]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20977/le-requerimiento/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Le Requerimiento." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 18, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20977/le-requerimiento/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Le Requerimiento." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 18 août 2022. Web. 02 déc. 2022.

Adhésion