Hœnir

Définition

Irina-Maria Manea
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 janvier 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Hoenir (by Unknown, Public Domain)
Hœnir
Unknown (Public Domain)

Hœnir ou Hǿnir est un dieu très obscur de la mythologie nordique, qui rejoint les dieux Loki et Odin à quelques reprises dans les textes anciens. Il semble avoir des attributs de création et de prophétie, et son nom pourrait révéler un lien avec les oiseaux, peut-être des oiseaux de mauvais augure.

Mentions dans l'Edda poétique et l'Edda en prose

Nous ne pouvons déduire que très peu de choses des sources restantes, mais Hœnir est impliqué dans au moins un moment mythologique majeur, à savoir la formation des premiers êtres humains, Ask et Embla, à partir de deux morceaux de bois flottant, en leur accordant des dons essentiels. Ce mythe est relaté dans la Völuspá (Prophétie de la voyante), premier poème du recueil mythologique de l'Edda poétique, dans les strophes 17 et 18:

Supprimer la pub
Advertisement

De souffle, ils n’avaient point ;
D’esprit, ils n’avaient pas,
Ni expression ni prestance,
Ni jolie carnation.
Óðinn leur donna le souffle ;
Hœnir leur donna l’esprit ;
Lóðurr leur donna expression
Et jolie carnation.

Hœnir dote les êtres humains de óð, qui peut signifier l'esprit, l'intelligence, le sens ou l'inspiration en tant que substantif et fou, frénétique ou inspiré en tant qu'adjectif.

Nous avons ici le premier exemple de ce trio de dieux - Odin, Loki, Hœnir - complétant les actes et les capacités des uns et des autres. Il est intéressant de noter que Hœnir dote les êtres humains de óð (accusatif de óðr), un terme fascinant qui peut signifier "esprit", "sens" ou "inspiration" en tant que nom et "fou", "frénétique" ou "inspiré" en tant qu'adjectif. C'est le mot de base dont découle le nom Odin, et l'on ne peut s'empêcher de se demander s'il n'existait pas autrefois un lien plus fort entre les deux, surtout si le mot fait référence à la poésie. Quant à Loki en tant qu'autre membre du groupe, dans un poème appelé Háleygjatal , conservé uniquement sous forme de fragments cités dans d'autres ouvrages tels que le traité poétique Skáldskaparmál du chef et auteur islandais Snorri - qui fait partie de l'Edda en prose - Odin est décrit comme l'ami de Lodur, ce qui renforce l'idée que le Lodur du passage de l'Edda poétique est très probablement le même personnage, Loki.

D'autre part, dans la première partie de son Edda en prose intitulée Gylfaginning (L'illusion de Gylfi), qui traite de divers aspects du mythe nordique tels que la création et la destruction du monde, Snorri a écrit une histoire similaire, mais en laissant Hœnir de côté. Dans sa version, les créateurs semblent être les fils de Borr, à savoir Odin, Vili et Vé. Vili leur donne la compréhension et le mouvement, ce qui laisse ouverte la question de son équivalence avec Hœnir. Ou peut-être Snorri n'a-t-il fait qu'enregistrer une autre tradition mythologique, puisqu'il n'y avait pas de véritable canon.

Supprimer la pub
Advertisement

Revenons brièvement à la Völuspá. Lorsqu'elle est interrogée sur le Ragnarök, le crépuscule des dieux, la voyante mentionne généralement les dieux de la deuxième génération parmi les survivants, tels que les fils d'Odin, Vidar et Baldr, ou les fils de Thor, Magni et Modi. Cependant, le texte ajoute Hœnir à la liste, en parlant de ses compétences en matière de tirage au sort (hlautvið - brindilles trempées dans le sang et secouées), qu'il effectuera lorsque les champs recommenceront à pousser et que les dieux reviendront.

Alors Hœnir peut choisir
Le rameau (augural)-de-sacrifice [88],
Et les fils des deux
Frères s’établissent
Dans le vaste Monde-du-vent [89].
Comprenez-vous toujours – et quoi ?

(strophe 63)

Ces compétences en matière de divination pourraient faire penser à une fonction sacerdotale. Snorri, cependant, laisse Hœnir en dehors de son récit du Ragnarök.

Supprimer la pub
Advertisement

After Ragnarök
L'après Ragnarök
Emil Doepler (Public Domain)

Autres sources

Outre Odin, quelques indices laissent entrevoir un lien important avec Loki. Dans un vieux poème scaldique - les scaldes étant des compositeurs honorant les actes de leurs mécènes ou abordant des sujets plus vastes dans des vers au mètre compliqué et au langage figuré abondant - appelé "Automne-Long" (vieux norrois : Haustlǫng) écrit par Thjodolf de Hvin au IXe siècle, Loki est décrit comme "l'ami de Hœnir" et "le testeur de l'esprit de Hœnir". Dans les 13 premières strophes, ce poème riche en mythologie raconte la rencontre du même trio - Odin, Loki et Hœnir - avec le géant Thjazi, qui a la forme d'un aigle. Alors qu'ils tentent de faire cuire de la viande de bœuf, l'oiseau désire une partie du repas. Loki réagit en le frappant avec son bâton, qui reste coincé, et l'aigle s'envole avec lui. En échange de sa récupération, Thjazi exige Idunn, déesse de la jeunesse. Une fois de plus, on remarque le caractère énigmatique de Hœnir, puisque c'est Loki qui domine les scènes mythiques.

Le Reginsmál (Le Dit de Regin) est un autre contexte où Hœnir apparaît dans ce groupe de trois divinités, une pièce qui appartient à la tradition héroïque de l'Edda poétique, à savoir une série de poèmes traitant du matériel qui, à la fin du XIIIe siècle, deviendrait la Saga des Volsungs. Cette saga légendaire traite entre autres du héros Sigurd qui, après avoir tué le dragon Fafnir, devient propriétaire du trésor maudit, dont l'anneau Andvaranaut, qui finirait par le mener à sa perte. Après la mort de son père Sigmund et le mariage de sa mère avec une autre famille royale, Sigurd reçoit à la cour un professeur nommé Regin, qui le convainc de poursuivre le trésor après lui avoir raconté son histoire dans un autre monde. Son père, Hreidmar, avait trois fils: lui-même, un habile métallurgiste, Otr, un pêcheur en forme de loutre, et Fafnir, le plus féroce. Un jour de pêche, les dieux Odin, Loki et Hœnir tuent Otr sous sa forme animale, le dépèce et le mangent. Après avoir exigé une compensation en remplissant la peau d'or, Loki s'empare de l'or du nain Andvari pour payer Hreidmar. Fafnir finira par se transformer en dragon après avoir tué son père et amassé tous les trésors maudits. Dans le prologue en prose du poème Reginsmál, ces événements sont brièvement mentionnés, mais nous n'obtenons rien de plus que le nom du dieu dans le trio des dieux qui commettent le crime.

Giant Thiassi Kidnapping Idunn
Le géant Thjazi enlève Idunn
Harry George Theaker (Public Domain)

Dans la Ynglinga Saga - la préhistoire mythologique de la chronique des rois norvégiens de Snorri, où les rois remontent leur lignée jusqu'aux Ynglings suédois, eux-mêmes descendants des dieux - Snorri mentionne que lors de l'échange d'otages qui a lieu entre les deux principales familles de dieux, les Æsir et les Vanir, en gage de bonne volonté, Hœnir est envoyé par les Æsir aux Vanir en même temps que Mimir. Lorsqu'ils réalisent qu'ils ont été trompés parce que Hœnir ne s'appuie que sur les conseils de Mimir et qu'il n'est donc pas apte à devenir chef, ils décapitent Mimir et le renvoient à Odin. En conservant la tête de cette sage créature, Odin accède à des connaissances secrètes, une compétence indirectement rendue possible par Hœnir. Il semble que Hœnir soit revenu parmi les Æsir, car le Gylfaginning mentionne que le dieu Njord est échangé contre Hœnir dans la colonie, et dans une autre section de l'Edda de Snorri , il prend également part à un banquet des Æsir. En outre, l'histoire de la Ynglinga Saga est assez différente de celle de l'Edda en prose, cette dernière étant probablement plus proche des "originaux" mythiques.

Supprimer la pub
Advertisement
Dans la plupart des fragments mythologiques, Hœnir semble bien lié à Loki et Odin, mais les raisons sous-jacentes nous échappent.

Une apparition plutôt inattendue de Hœnir se trouve non pas dans une source islandaise, mais dans une ballade féroïenne tirée d'un manuscrit du XIXe siècle et remontant probablement au Moyen Âge. Le conte de Loki (Loka Táttur) raconte l'histoire d'un homme qui perd un pari avec un géant, lequel lui réclame son fils. Pour éviter cette tragédie, le fermier a recours au trio classique Odin, Loki et Hœnir. Après qu'Odin eut échoué à le cacher comme un grain dans un champ, Hœnir le transforme en une plume sur la tête d'un cygne, mais rappelle le garçon lorsqu'il voit le géant arracher la tête du cygne. Le garçon est finalement sauvé par l'intervention astucieuse de Loki.

Dans la plupart de ces fragments mythologiques, Hœnir semble bien lié à Loki et à Odin, mais les raisons sous-jacentes nous échappent. Il se peut que, puisque Loki est toujours le rusé, le bavard et l'actif, Hœnir soit utilisé comme contraste, pour incarner un autre principe - peut-être la nature silencieuse, faible et passive.

Un nom curieux

Enfin, la racine du nom de Hœnir nous rappelle les poules. Si høna signifie "poule", Hœnir (Hønir dans d'autres orthographes) pourrait-il être le "rassembleur de poules" ? Dans la description de l'apocalypse dans la Völuspá, nous rencontrons des coqs qui en annoncent les prémices. Ou bien s'agit-il plutôt du "tueur de poules" ? Dans ce cas, nous pourrions spéculer sur la métaphore du faucon, un oiseau associé à Odin et Loki. En outre, Snorri suggère dans son traité poétique, le Skáldskaparmál, d'utiliser des métaphores (kenningar) telles que le compagnon d'Odin, le long pied, le dieu rapide ou le roi de la boue en référence à Hœnir. Ces métaphores concernant le mouvement sont en harmonie avec le fait que, dans le mythe de la création, Odin offre aux humains l'idée ou le mouvement. En lui donnant une âme, ils devienent mobiles, vivants.

Supprimer la pub
Advertisement

En fin de compte, il y a plus de questions sans réponse que de questions avec réponse: Pourquoi est-il le roi de la boue (aurkonungr) ? Aurr n'est pas seulement de l'argile mouillée, c'est aussi l'eau purulente et écumante du puits d'Urd, aux racines de l'arbre-monde Yggdrassil, le puits où les Nornes s'asseyaient et décidaient du sort des humains et des dieux. Cela pourrait indiquer que le dieu est capable de prédire l'avenir. Et le long pied ? Les longues jambes et la marche dans la boue nous font penser aux cigognes, donc encore aux oiseaux, qui sont souvent les compagnons des dieux et les porteurs de présages. L'un des surnoms de Zeus est le dieu du ciel, qui ressemble à un cygne, ce qui nous amène à nous interroger sur le rôle supérieur de Hœnir et sur sa disparition au fil du temps.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Irina-Maria Manea
Dotée d'un esprit curieux et ouvert, elle est fascinée par les choses du passé. Historienne ayant un intérêt marqué pour les mythes scandinaves et l'âge des Vikings, elle est également enseignante d'histoire et formatrice en langues. Elle est Originaire de Bucarest, en Roumanie et réside actuellement à Hesse, en Allemagne.

Citer cette ressource

Style APA

Manea, I. (2022, janvier 12). Hœnir [Hoenir]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20428/hoenir/

Style Chicago

Manea, Irina-Maria. "Hœnir." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 12, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20428/hoenir/.

Style MLA

Manea, Irina-Maria. "Hœnir." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 janv. 2022. Web. 04 mars 2024.

Adhésion