Époque Sengoku

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 juin 2019
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien, italien, espagnol
X
Samurai Armour, Sengoku Period (by Vassil, Public Domain)
Armure de samouraï, époque Sengoku
Vassil (Public Domain)

L'époque Sengoku (Sengoku Jidai, 1467-1568), également connue sous le nom de période des États combattants, fut une période turbulente et violente de l'histoire japonaise au cours de laquelle des seigneurs de guerre ou daimyo rivaux se livrèrent une lutte acharnée pour le contrôle du Japon. Cette période s'inscrit dans la période Muromachi (Muromachi Jidai, 1333-1573) de l'histoire médiévale japonaise, lorsque la capitale du shogun Ashikaga était située dans la région Muromachi de Heian-kyō (Kyoto). Le début de l'époque Sengoku fut marqué par la guerre d'Ōnin (1467-1477) qui détruisit Heian-kyō. Les combats qui suivirent au cours du siècle suivant finirent par réduire le nombre de seigneurs de la guerre à quelques centaines, car le pays fut découpé en princes. Finalement, un seigneur de guerre s'éleva au-dessus de tous ses rivaux: Oda Nobunaga, qui mit le Japon sur la voie de l'unification à partir de 1568.

Le Daimyo et le Shogunat Ashikaga

Le Shogunat Ashikaga (1338-1573) contrôlait la partie centrale du Japon et la bureaucratie de la capitale était relativement efficace, mais les provinces extérieures étaient laissées semi-indépendantes; les seigneurs de guerre locaux ou daimyo gouvernaient leurs propres terres comme ils l'entendaient. Les fonctionnaires locaux et les gestionnaires de domaines, tels que les jito, avaient beaucoup plus de mal à obtenir les impôts dus par l'État auprès des propriétaires terriens qui ne craignaient plus les représailles du gouvernement. Les daimyo (littéralement "grands noms") étaient des seigneurs féodaux qui commandaient des armées personnelles de samouraïs ou de toute autre personne prête à prendre les armes pour défendre les domaines de leur seigneur et contribuer à leur expansion.

Supprimer la pub
Advertisement

Certains daimyos étaient des aristocrates possédant de longue date des terres, d'autres étaient des gouverneurs militaires (shugo) qui avaient pris leur indépendance par rapport au shogunat affaibli, et il y avait aussi de nouveaux seigneurs, fils de commerçants qui avaient rassemblé une petite armée pour simplement prendre par la force les terres d'autrui. Le phénomène des nouveaux dirigeants renversant l'ordre établi et des familles succursales s'emparant des domaines des grands clans traditionnels est connu sous le nom de gekokujo ou "ceux d'en bas renversant ceux d'en haut". Tous ces bouleversements eurent pour conséquence de transformer le Japon en une mosaïque de domaines féodaux centrés sur leurs châteaux et manoirs fortifiés.

En l'absence d'un gouvernement central fort - une situation encore aggravée par la décision du shogun Yoshimasa (r. de 1449 à 1473) de se retirer dans son palais de Ginkakuji pour contempler les arts - l'État de droit fut très souvent remplacé par l'État de force. Les seigneurs les plus puissants absorbaient les terres de leurs rivaux les plus faibles et étaient connus sous le nom de sengoku daimyo. Les seigneurs de la guerre transmettaient alors leur position de force à leur héritier mâle et la position de daimyo devenait ainsi héréditaire, à moins qu'elle ne soit contestée par des commandants subalternes ambitieux. La richesse des daimyos provenait du commerce, des échanges et des taxes imposées aux paysans qui cultivaient leurs terres. Les daimyos étaient peut-être des individus à part entière, mais nombre d'entre eux formulèrent des codes de lois afin de mieux réglementer les milliers de personnes qui se trouvaient parfois sous leur commandement. Ces lois pouvaient aller de l'interdiction de construire des châteaux et des fortifications sur leur territoire à des mesures permettant d'éviter de gaspiller de l'argent en faisant venir des acteurs de théâtre coûteux de l'extérieur du domaine du daimyo.

Supprimer la pub
Advertisement
La guerre d'Ōnin ne connut ni vainqueur ni solution au militarisme inhérent qui fracturerait le Japon pendant le siècle suivant.

La guerre d'Ōnin

La période des États en guerre débuta par la guerre d'Ōnin (Onin No Ran, 1467-1477). Cette guerre civile - dont le nom dérive de la période de l'année - éclata en raison de la rivalité acharnée entre les groupes familiaux Hosokawa et Yamana. À la fin de la décennie, cependant, les combats avaient aspiré la plupart des clans influents du Japon. Le conflit tournait autour du fait que chaque camp soutenait un candidat différent pour le poste de shogun - un débat particulièrement inutile puisque les shoguns, comme les empereurs, n'avaient plus aucun pouvoir réel. Les historiens considèrent plutôt que la guerre n'est que le résultat de l'agressivité excessive des seigneurs de la guerre japonais, trop désireux de faire servir leurs samouraïs à quelque chose - en bien ou en mal. Même lorsque la guerre se termina en 1477, il n'y eut ni vainqueur ni solution au militarisme inhérent qui fracturerait le Japon pendant le siècle suivant, les seigneurs de la guerre s'affrontant sans qu'aucun d'entre eux ne parvienne à dominer la situation. En outre, les combats détruisirent la majeure partie de Heian-kyō et furent extrêmement brutaux, comme le résume l'historien J. L. Huffman:

La plupart des grandes familles de samouraïs ont pris part à ce qui ne peut être décrit que comme une orgie de violence, brûlant les temples, saccageant les magasins, massacrant les otages et souillant les morts. À la fin de la guerre, en 1477, les combats s'étaient déplacés dans les campagnes, car tous les vestiges du contrôle central avaient été détruits et Kyoto avait été anéantie. "Le principal chroniqueur du conflit a déclaré : "Îlot après îlot, les oiseaux étaient le seul signe de vie". (44-45)

Muromachi Samurai
Samuraï Muromachi
Unknown Artist (Public Domain)

Un poème anonyme, composé vers 1500, reflète l'état d'esprit général de l'époque, à savoir que le Japon s'engageait sur une voie qui ne menait qu'à la destruction:

Supprimer la pub
Advertisement

Un oiseau avec

Un corps mais

Deux becs,

qui se pique lui-même

jusqu'à la mort.

(Henshall, 243)

La trahison et les actes ignobles étaient aussi fréquents que dans n'importe quelle autre guerre, mais il s'est développé un grand nombre de mythes nobles liés à la période Sengoku.

La guerre d'Ōnin avait permis de faire le tri entre les daimyos faibles et les daimyos forts, qui devinrent ainsi beaucoup moins nombreux (en 1600, il n'y en avait plus qu'environ 250 dans tout le Japon). Cette consolidation des ressources eut pour conséquence que les armées de campagne ne comptaient plus des centaines, mais des dizaines de milliers de guerriers. La composition de ces armées devint plus complexe avec la création de rôles spécialisés tels que l'infanterie légèrement blindée, l'ashigaru. Il y avait des unités de cavalerie et des hommes qui se consacraient à l'approvisionnement et au transport des fournitures et de l'équipement. Les batailles se déroulant à de plus grandes distances du château du daimyo, les armes légères s'imposèrent pour faciliter le déplacement des troupes. Les hallebardes, les piques et, dans la seconde moitié de la période, les fusils à mèche furent adoptés par certains daimyos.

La trahison et les actes ignobles étaient aussi fréquents que dans n'importe quelle autre guerre, mais on assista à la création de nombreux mythes, en particulier entre les guerriers samouraïs et les daimyos, désireux de projeter une image publique qui les glorifiait et intimidait leurs ennemis. Les samouraïs lourdement cuirassés, armés d'un sabre et d'un arc, furent souvent présentés dans la littérature postérieure à cette période comme des combattants disciplinés, habiles, loyaux et honorables, tout comme le chevalier médiéval d'Europe était présenté dans la littérature chevaleresque.

Samurai on Horseback
Un samouraï à cheval
Unknown Artist (Public Domain)

Les châteaux

En raison de la menace constante de guerre et de pillage à cette époque, des châteaux furent construits beaucoup plus fréquemment qu'auparavant dans les villes, sur les cols de montagne, le long des routes principales et sur les plus grands domaines. Ichijodani (base de la famille Asakura) et les douves de Tsutsujigasaki (de la famille Takeda) sont d'excellents exemples de cette tendance. Certains châteaux, comme celui d'Omi-Hachiman près du lac Biwa, donnèrent naissance à une ville entière autour d'eux, Jōkamachi Les châteaux de l'époque, qui n'étaient pas encore les grandes structures de pierre à plusieurs étages du XVIIe siècle, étaient néanmoins souvent des structures défensives sophistiquées, malgré l'utilisation prédominante du bois. Construites sur de grandes bases en pierre, les superstructures en bois comprenaient des murs, des tours et des portes, dotées d'étroites fenêtres pour les archers et d'où pendaient des rochers sur des cordes, prêts à être lâchés sur d'éventuels attaquants.

Supprimer la pub
Advertisement

Le gouvernement local

Les villages se multiplièrent et s'agrandirent à mesure que les agriculteurs recherchaient la sécurité du nombre et travaillaient ensemble pour produire davantage et bénéficier de projets communs tels que le creusement de canaux d'irrigation et la construction de roues hydrauliques. En l'absence de toute autorité de la part du gouvernement central, de nombreux villages se gouvernaient eux-mêmes. De petits conseils furent formés; ils prenaient des décisions concernant les lois et les punitions, organisaient des fêtes communautaires et décidaient des règlements au sein de la communauté. Certains villages s'unissaient pour former des ligues ou des ikki pour leur bénéfice mutuel, certains allant même jusqu'à défier et gagner des batailles contre les daimyos locaux , tandis que d'autres profitaient au moins de l'absence de leur seigneur en campagne pour améliorer le sort de la paysannerie. Plusieurs grandes révoltes paysannes eurent également lieu, notamment dans la province de Yamashiro entre 1485 et 1493.

Map of Japan in the 16th Century CE
Carte du Japon au 16ème siècle
Zakuragi (CC BY-NC-SA)

Les villes s'agrandirent, beaucoup d'entre elles comptant plus de 30 000 habitants, grâce à l'essor du commerce international (les daimyos voulaient des produits de luxe étrangers comme la porcelaine Ming pour prouver leur statut), des marchés hebdomadaires et du développement des guildes commerciales. Les mesures, les poids et les monnaies furent normalisés dans de nombreux domaines afin de faciliter les échanges. Pendant ce temps, la fortune des nombreux temples bouddhistes disséminés à travers le Japon s'effondra car, n'étant plus soutenus par l'État, ils ne purent plus obtenir aussi facilement des contributions des communautés locales. Le pire était à venir lorsque les temples furent directement attaqués sous le règne du seul seigneur de guerre à avoir établi sa domination: Oda Nobunaga.

Oda Nobunaga

Le shogunat Ashikaga prit fin sous le règne du seigneur de guerre Oda Nobunaga (1534-1582), qui finit par apporter une certaine stabilité au centre du Japon. Oda Nobunaga étendit progressivement son territoire au cours des années 1550 -1560 à partir de sa base du château de Nagoya, en battant tous les adversaires grâce à ses compétences martiales et à son utilisation novatrice des armes à feu. La période des États combattants s'acheva avec la prise de Heian-kyō par Nobunaga en 1568. Le seigneur de guerre exila ensuite le dernier shogun Ashikaga, Ashikaga Yoshiaki, en 1573. L'unification du pays se poursuivrait sous les successeurs immédiats de Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi (1537-1598) et Tokugawa Ieyasu (1543-1616). La période suivante de l'histoire du Japon est connue sous le nom de période Azuchi-Momoyama (1568/73-1600).

Supprimer la pub
Advertisement

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, juin 28). Époque Sengoku [Sengoku Period]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18360/epoque-sengoku/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Époque Sengoku." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 28, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18360/epoque-sengoku/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Époque Sengoku." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 juin 2019. Web. 20 mai 2024.

Adhésion