Art Mycénien

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 septembre 2017
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec
X
Mycenaean Warriors (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Guerriers mycéniens
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

La civilisation mycénienne s'épanouit à la fin de l'âge du bronze, du XVe au XIIIe siècle avant notre ère, et ses artistes perpétuèrent les traditions qui leur avaient été transmises par la Crète minoenne. La poterie, les fresques et l'orfèvrerie représentent à merveille des scènes de la nature, de la religion, de la chasse et de la guerre. Développant de nouvelles formes et de nouveaux styles, l'art mycénien s'avéra plus ambitieux que l'art crétois en termes d'échelle et de gamme de matériaux et, avec sa progression vers une imagerie de plus en plus abstraite, il influença l'art grec ultérieur au cours des périodes archaïque et classique.

Inspirations

La civilisation mycénienne était basée sur la Grèce continentale, mais les idées et les matériaux provenaient des échanges commerciaux avec d'autres cultures de la Méditerranée. Les matériaux importés comprenaient l'or, l'ivoire (principalement de l'éléphant de Syrie), le cuivre et le verre, tandis que, dans l'autre sens, des produits mycéniens tels que la poterie étaient exportés vers des lieux aussi éloignés que l'Égypte, la Mésopotamie, le Levant, l'Anatolie, la Sicile et Chypre.

Supprimer la pub
Publicité

Dans l'art, tel qu'il s'exprime dans les fresques, la poterie et les bijoux, la culture minoenne antérieure de Crète influença grandement l'art mycénien. L'amour des Minoens pour les formes naturelles et les dessins fluides fut adopté par les artisans mycéniens, mais avec une tendance à des représentations plus schématiques et moins proches de la réalité. Ce nouveau style allait s'imposer dans toute la Méditerranée. Les motifs géométriques étaient également populaires, tout comme les motifs décoratifs tels que les spirales et les rosettes. Les formes de poterie sont très proches de celles des Minoens, avec les ajouts notables du gobelet et de l'alabastron (jarre trapue), avec une nette préférence pour les grandes jarres. Les figurines en terre cuite représentant des animaux et surtout des femmes debout étaient populaires, tout comme les petites sculptures en ivoire, les récipients en pierre sculptée et les bijoux en or complexes. Les fresques représentent des plantes, des griffons, des lions, des sauts de taureaux, des scènes de bataille, des guerriers, des chars, des boucliers à huit branches et des chasses au sanglier, une activité particulièrement populaire chez les Mycéniens.

Les artisans mycéniens avaient tendance à représenter les choses de manière plus schématique et moins réaliste que dans l'art minoen.

Poterie mycénienne

Les premières poteries mycéniennes fabriquées au tour et provenant de la Grèce continentale ont été qualifiées de "crétoises provinciales", ce qui signifie que, bien que les formes et les styles décoratifs soient d'origine crétoise, la décoration finale n'était pas aussi finement exécutée que dans les centres minoens tels que Knossos et Phaistos. L'argile mycénienne était souvent de meilleure qualité que l'argile minoenne et était cuite à des températures plus élevées. Certains récipients en argile étaient également étamés, peut-être pour imiter des objets plus coûteux en argent et en bronze.

Supprimer la pub
Publicité

Mycenaean Jug
Cruche mycénienne
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les formes populaires de récipients mycéniens comprennent des tasses à pied, des tasses à thé à une anse, des cruches et des pichets avec des anses verticales et des becs verseurs ou des cols coupés. La forme la plus populaire était la jarre à étrier, ainsi appelée parce que l'anse ressemble à un double étrier. Le centre de l'anse était souvent décoré pour ressembler à un bec, alors que le véritable bec se trouvait en fait sur le côté et séparé de l'anse. La deuxième forme de récipient la plus populaire était l'alabastron, une jarre trapue de différentes tailles, ainsi nommée parce que les premiers exemplaires étaient fabriqués en albâtre.

Les sarcophages en argile, largement utilisés par les Minoens pour enterrer leurs morts, avaient généralement la forme d'un coffre aux pieds courts ou d'une baignoire. Ils étaient décorés de la même manière que les récipients en poterie. La Crète mycénienne continua à les produire en grand nombre. L'argile était également utilisée pour fabriquer des rhytons - des récipients utilisés pour verser des libations et des boissons cérémonielles lors des cérémonies religieuses. Ces récipients sont le plus souvent de forme conique et sont décorés de la même manière que les récipients de poterie contemporains.

Supprimer la pub
Publicité

Comme les Minoens, les Mycéniens aimaient peindre des animaux marins, en particulier des pieuvres et des nautiles. Les motifs continuèrent également à remplir toute la surface décorative et à suivre les contours du récipient. Les scènes picturales mycéniennes comprennent des chars et des figures humaines, ce qui est extrêmement rare dans la poterie minoenne. Les nœuds sacrés, les doubles haches et les casques à défenses étaient des sujets populaires, tout comme les animaux, les oiseaux et les griffons, souvent disposés de manière héraldique et eux-mêmes décorés de motifs, peut-être en imitation de motifs textiles contemporains. Le vase à décor de taureau et d'oiseau du British Museum est un excellent exemple de cette technique. Les corps sont divisés en sections, chacune décorée différemment avec des points, des lignes ondulées, des écailles, des croix ou des chevrons.

Mycenaean Vase Decorated With Bulls & Birds
Vase mycénien décoré de taureaux et d'oiseaux
Trustees of the British Museum (Copyright)

Progressivement, les représentations devinrent plus stylisées et plus symétriques, l'espace décoratif n'étant pas entièrement rempli, laissant des blancs importants, ce qui, là encore, est rarement le cas dans la poterie minoenne. Les représentations de plantes telles que les lys, les palmiers et le lierre devinrent plus imposantes, évoluant vers des motifs couramment utilisés et réservés principalement aux grandes jarres. Les motifs sur les poteries finirent par devenir si abstraits que le sujet original devint presque méconnaissable. Une autre évolution fut la préférence pour un seul motif sur chaque côté du récipient et une augmentation marquée de l'espace laissé en blanc. Un excellent exemple est le gobelet éphyréen, une coupe à deux anses de Mycènes, qui est décorée d'une seule grande rosette sur chaque face.

La poterie de la civilisation mycénienne atteignit donc son propre style décoratif, qui était étonnamment homogène dans toute la Grèce mycénienne. Le goût des Mycéniens pour les motifs linéaires stylisés et minimalistes influencerait les premières poteries de la Grèce archaïque et classique à partir du IXe siècle avant notre ère.

Supprimer la pub
Publicité

Fresques mycéniennes

Les fresques mycéniennes qui décoraient les murs des palais et d'autres bâtiments étaient similaires à celles de la Crète minoenne, la nature et la vie marine étant à nouveau le sujet de prédilection. Les artistes mycéniens, comme les potiers, privilégiaient un effet plus monumental et préféraient représenter des cérémonies religieuses, des processions, des chasseurs et des guerriers. Malheureusement, les fresques mycéniennes ne sont conservées qu'à l'état de fragments. Celles de Mycènes représentent une figure féminine de profil, vêtue d'une veste moulante et tenant peut-être un collier semblable à celui qu'elle porte. Une fresque fragmentaire avec un sujet très similaire a été découverte à Tiryns. Un autre exemple conservé de Mycènes est la fresque de la figure des huit boucliers, dont les boucliers semblent être en peau de vache.

Shield Fresco, Mycenae
Fresque au bouclier, Mycènes
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Sculpture mycénienne

Des figurines d'argile ont été trouvées sur des sites de l'empire mycénien, datant du 14e au 12e siècle avant notre ère et remarquablement similaires dans leur conception. Hautement stylisées au point d'être presque méconnaissables en tant que formes humaines, les figurines sont le plus souvent féminines et debout, représentant probablement une déesse de la nature. Elles ont souvent deux bras levés ou croisés devant la poitrine, une longue jupe et une coiffe conique. Elles sont simplement décorées de lignes audacieuses et, parfois, des bijoux sont également peints sur la figure à l'aide de simples points. À partir de 1200 avant notre ère, les figurines animales en argile, en particulier les bovidés, sont également très populaires. Fabriquées au tour, avec des membres et des têtes faits à la main, elles sont également décorées simplement avec des lignes et des points. Les figurines étaient également sculptées dans l'os et probablement dans le bois (qui n'a pas survécu).

Les boîtes et les panneaux en ivoire destinés à être fixés sur les meubles sont plus nombreux et portent souvent des représentations de sphinx.

Une tête de sphinx en plâtre avec des traits peints est une énigme, mais elle prouve que les artistes mycéniens s'intéressaient à la sculpture, même si peu d'exemples ont survécu. Elle date du 13e siècle avant notre ère et a été découverte à Mycènes. Les figures en ivoire sont rares, mais le groupe de deux déesses et d'un enfant de Mycènes est une pièce exceptionnelle. Les boîtes et les panneaux en ivoire destinés à être fixés sur des meubles sont plus nombreux et portent souvent des représentations de sphinx. Plusieurs pierres tombales en calcaire ont été mises au jour. Elles sont sculptées de motifs en relief typiques de ceux que l'on trouve dans d'autres œuvres d'art. L'une des plus grandes pièces de la sculpture mycénienne est la célèbre porte aux lions de Mycènes. Sculptée dans le calcaire, la paire de lions se trouve de part et d'autre d'une colonne et date d'environ 1250 avant notre ère. Ils sont un excellent exemple d'une caractéristique commune de l'art mycénien: un sujet minoen (dans ce cas, un sujet que l'on retrouve dans les sceaux) réalisé à une échelle et sous une forme entièrement mycéniennes.

Supprimer la pub
Publicité

Enfin, parmi les œuvres les plus impressionnantes de l'art mycénien, on trouve les rhytons et les masques mortuaires en or. L'un des plus beaux exemples de rhytons est celui en forme de tête de lion qui se trouve au Musée archéologique national d'Athènes. Les masques mortuaires étaient placés sur le visage du défunt et, bien qu'ils ne soient pas exactement des portraits, ils sont tous différents. Le plus célèbre est sans aucun doute le "masque mortuaire d'Agamemnon", même si, datant du milieu du XVIe siècle avant notre ère, il est quatre siècles trop tôt pour correspondre à l'époque du roi de Mycènes d'Homère.

Mycenaean Octopus Brooch
Broche en forme de poulpe mycénienne
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Bijoux mycéniens

Les bijoutiers mycéniens utilisaient l'or, le verre, la faïence, les pierres précieuses et semi-précieuses (cornaline, agate, cristal de roche) et l'ambre pour fabriquer des colliers, des pendentifs, des bagues, des boucles d'oreilles, des épingles, des broches et des diadèmes. Toutes les techniques de travail du métal étaient utilisées, y compris l'émaillage, que les Minoens ne maîtrisaient pas. Les perles de verre étaient façonnées, sculptées et fabriquées à partir de moules.

Comme les Minoens avant eux, les artistes mycéniens devinrent des graveurs experts et créèrent des chefs-d'œuvre miniatures sur des anneaux et des sceaux. Les premiers exemples suivent les traditions minoennes de scènes religieuses et de créatures mythologiques ou d'animaux de chasse. Plus tard, on retrouve les fleurs et les plantes stylisées que l'on trouve dans les décorations de poterie, et la forme est différente, de petits carrés d'or étant typiques. L'un des plus beaux anneaux provient de Tiryns et montre une déesse assise approchée par un cortège de quatre créatures démoniaques portant des offrandes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les lames d'épées et de poignards en bronze constituent un autre support pour l'art du graveur. Elles présentent des scènes de mythologie et de chasse rendues en incrustation d'or et d'argent. Enfin, le travail de l'or fin est représenté de manière exquise dans plusieurs coupes en or conservées. Les plus belles sont deux exemples provenant de Vaphio, décorées de scènes en relief d'hommes tentant de capturer des taureaux. Ces deux coupes se trouvent au Musée archéologique national d'Athènes.

Vapheio Cup
Coupe de Vaphio
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Héritage

L'influence artistique mycénienne est peut-être la plus tangible dans sa poterie, exportée et imitée non seulement dans toute la mer Égée, mais aussi dans des endroits aussi éloignés que l'Anatolie, la Syrie, l'Égypte et l'Espagne. Il est également prouvé que les potiers mycéniens se déplacèrent et créèrent des ateliers à l'étranger, notamment en Anatolie et dans le sud de l'Italie. En effet, il se pourrait bien que les motifs d'origine mycénienne introduits dans ces régions aient survécu et aient été réintroduits en Grèce continentale après la fin de ce que l'on appelle l'âge des ténèbres. La poterie géométrique du VIIIe siècle avant notre ère doit certainement beaucoup à la décoration hautement stylisée de la poterie que les Mycéniens aimaient tant. C'est peut-être là la plus grande contribution des Mycéniens à l'art occidental: ils ont porté le flambeau de l'effort artistique, le transmettant des Minoens à la Grèce archaïque, perpétuant ainsi les traditions qui distinguaient l'art européen de l'art oriental.

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un Master en Philosophie politique et est le Directeur de Publication de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, septembre 07). Art Mycénien [Mycenaean Art]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16297/art-mycenien/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Art Mycénien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 07, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16297/art-mycenien/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Art Mycénien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 sept. 2017. Web. 28 mai 2024.

Adhésion