Cassandre

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 juin 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Cassander (by The Trustees of the British Museum, Copyright)
Cassandre
The Trustees of the British Museum (Copyright)

Cassandre (c. 355-297 avant J.-C., r. de 305 à 297 avant J.-C.) était le roi autoproclamé de Macédoine pendant les troubles politiques qui suivirent la mort d'Alexandre. Né en Grèce, fils d'Antipater, le régent de Macédoine et de Grèce en l'absence d'Alexandre le Grand, il régna aux côtés de son père et finit par se battre contre le commandant Polyperchon pour la suprématie en Grèce. Son alliance avec Séleucos Ier Nicator et Ptolémée Ier contre Antigone Ier l'entraîna dans les guerres des Diadoques, la bataille pour les vestiges du domaine d'Alexandre. Le meurtre de la mère et du fils d'Alexandre par Cassandre mit fin à tout espoir de voir un héritier à l'empire du roi. La mort de Cassandre en 297 av. J.-C. apportera, pour un temps, la stabilité, mais sans héritier, sa Macédoine bien-aimée tomberait entre les mains d'autres personnes.

Jeunesse

Tout au long de sa campagne contre les Perses, Alexandre le Grand resta conscient des nombreux problèmes qui affligeaient sa patrie, la Macédoine. Bien que le régent Antipater ait pu réprimer une rébellion organisée par Agis II de Sparte, il ne put empêcher la mère d'Alexandre, Olympias, de se plaindre constamment à son fils de l'abus de pouvoir supposé du régent. Elle méprisait Antipater, qui la qualifiait de "mégère à la langue acérée". Finalement, Alexandre choisit d'écouter sa mère et de convoquer Antipater à Babylone. Croyant que c'était une condamnation à mort, il choisit d'envoyer son fils Cassandre. Alexandre n'était pas content, et le conflit qui s'ensuivit entraîna peut-être la mort prématurée du roi.

Supprimer la pub

Advertisement

Cassandre et Alexandre n'étaient pas des étrangers, mais il devint évident, bien des années plus tard, qu'ils n'étaient pas des amis proches. Ils avaient à peu près le même âge et, tout comme Ptolémée et Héphéstion, ils étaient les élèves du grand philosophe athénien Aristote. Nous sommes en 323 av. Jésus-Christ et, alors que Cassandre se tenait devant son roi dans l'intention de plaider vaillamment en faveur de son père, il vit plusieurs Perses se prosterner devant Alexandre - une vieille coutume perse appelée proskynèse. Sa réaction immédiate fut de rire. L'historien Plutarque, dans ses Vies des hommes illlustres, écrit : "... il ne put s'empêcher de rire, car il avait été élevé à la manière des Grecs et n'avait jamais rien vu de tel auparavant". Alexandre s'emporta et "saisit violemment les cheveux de Cassandre à deux mains et lui frappa la tête contre le mur" (378). L'image de cette attaque brutale resterait gravée dans l'esprit de Cassandre pendant des années et chaque fois qu'il verrait une statue ou une peinture du roi, il s'évanouirait. Plutarque écrit sur cette maladie,

... alors qu'il était roi de Macédoine et maître de la Grèce, il se promenait à Delphes en regardant les statues, lorsqu'il aperçut soudain une statue d'Alexandre et fut si terrifié que son corps se mit à trembler, il faillit s'évanouir à cette vue et mit longtemps à s'en remettre. (379)

La mort d'Alexandre

Le 10 juin 323 avant Jésus-Christ, Alexandre le Grand mourut. Depuis cette date, les discussions et les rumeurs ont persisté quant à la cause possible - malaria, une ancienne blessure, son alcoolisme, ou même un empoisonnement. Olympias crut de tout son être à cette dernière cause. Cependant, la rumeur d'empoisonnement, indépendamment de toute preuve directe, amena dans la conversation les noms de Cassandre, de son frère Iolas, d'Antipater et même d'Aristote. Selon la rumeur, Aristote, sur ordre d'Antipater, aurait obtenu le poison d'une source qui se jetait dans le Styx ; Cassandre l'aurait transporté à Babylone dans le sabot d'une mule ; et il aurait été livré au roi par Iolas, l'échanson d'Alexandre. Plutarque n'accorda aucun crédit à la rumeur du poison. Plus tard, Antipater s'efforça de se défendre contre ces rumeurs afin de gagner le cœur du peuple grec.

Supprimer la pub

Advertisement

Alexander the Great, Roman Era bust
Buste Alexandre le Grand, époque romaine
Carole Raddato (CC BY-SA)

Après la mort d'Alexandre, l'empire qu'il avait si courageusement construit sombra dans le chaos. Et, alors que le commandant Perdiccas possédait à la fois la chevalière et le corps du roi - le commandant Ptolémée enlèverait plus tard le corps - personne n'avait été désigné comme successeur ou héritier ; cependant, il était admis que l'enfant d'Alexandre par Roxanne, le futur Alexandre IV, régnerait un jour. Le demi-frère d'Alexandre, Arrhidée, fils de Philippe II de Macédoine et de Philinna, fut nommé Philippe III et fut choisi pour régner en tant que corégent jusqu'à ce que le jeune Alexandre ne soit assez âgé pour régner seul. Entre-temps, bien qu'il n'y ait pas eu d'enfant de qui tenir compte, Roxanne, pour affirmer son statut d'épouse unique d'Alexandre, empoisonna la fille de Darius (épouse d'Alexandre), Stateira, et jeta son corps dans un puits - elle tua également sa sœur Drypétis sans raison apparente. Le futur Alexandre IV n'ayant pas encore atteint sa majorité, les commandants se disputèrent entre eux, plus soucieux d'obtenir la régence d'une partie de l'empire que de nommer un successeur.

Les guerres de succession

Lors d'une réunion tenue à Triparadis sous la présidence d'Antipater en 321 avant J.-C., le vaste empire fut divisé entre les différents commandants. Les affectations les plus notables confirmées dans l'accord étaient les suivantes : Ptolémée avait l'Égypte, Séleucos la Babylonie, Lysimaque la Thrace, tandis qu'Antigone régnerait sur une grande partie de l'Asie Mineure. Enfin, Antipater conserva sa régence sur la Macédoine et la Grèce. Des alliances se firent et se défirent. Au cours des trois décennies suivantes, les guerres de succession n'apportèrent que chaos et confusion. Alexandre IV, sa mère et même Olympias finirent par mourir et le grand empire d'Alexandre disparut avec eux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Hellenistic Successor Kingdoms c. 301 BCE
Royaumes des diadoques, 301 av. J.-C.
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Antipater et Cassandre réalisèrent que leur faible emprise sur la Grèce et la Macédoine était loin d'être sûre. N'ayant guère de choix, ils se tournèrent vers les autres commandants pour obtenir du soutien et finirent par former une alliance avec Antigone le Borgne. Antigone demanda l'aide d'Antipater après s'être disputé avec Perdiccas - Antigone avait refusé d'aider Eumène, l'allié de Perdiccas, dans une lutte pour conserver son territoire. Eumène avait été déclaré ennemi de l'État à Triparadis et avait été condamné à mort. Cependant, Cassandre eut la sagesse de se méfier des intentions du vieux commandant. Antipater ressentit l'inquiétude de son fils et tous deux rencontrèrent Antigone. Selon leur accord, Antigone perdrait le contrôle d'une grande partie de son armée de vétérans ; ils seraient remplacés par de nouvelles recrues. Lorsqu'Antipater et Cassandre retournèrent en Macédoine, Antigone rassembla ses forces et vainquit Eumène en 321 avant J.-C.. La même année, Perdiccas fut vaincu dans une bataille contre Ptolémée et fut tué par ses propres hommes. Plusieurs années plus tard, lorsque Cassandre pendrait le contrôle de la Macédoine et de la majeure partie de la Grèce, l'astucieux commandant et le vieux vétéran s'affronteraient. Pour l'instant, cependant, il restait prudent.

Cassandre Chilarque

Cassandre resta fidèle à son père jusqu'à la fin, mais lorsqu'Antipater mourut en 319 avant J.-C., il ne désigna pas son fils comme héritier. Il estimait Cassandre trop jeune et inexpérimenté pour régner seul et se défendre contre les autres régents. Au lieu de cela, Antipater nomma le commandant Polyperchon. Cassandre fut nommé chilarque ou commandant en second. Bien sûr, les deux hommes s'affrontèrent immédiatement. Un élément qui put influencer la décision d'Antipater venait tout droit de l'enfance de Cassandre. Il avait toujours été un enfant chétif, et la coutume macédonienne voulait qu'un garçon tue un sanglier sans filet pour avoir le privilège de s'allonger à une table à l'âge adulte. Cassandre ne le fit jamais et devait s'asseoir droit sur sa banquette même à l'âge adulte. Malgré son nouveau rôle de chilarque, Cassandre ne resta pas longtemps inactif et chercha des alliances ailleurs. Finalement, malgré ses réticences, il regarda de l'autre côté de l'Hellespont et s'allia à Antigone.

Malgré son nouveau rôle de chilarque, Cassandre ne resta pas longtemps inactif et chercha des alliances ailleurs. Finalement, malgré ses réticences, il s'allia à Antigone.

Craignant cette alliance, Polyperchon se tourna vers le sud pour obtenir le soutien des cités-États grecques, leur promettant leur indépendance vis-à-vis de la domination macédonienne; cependant, elles devaient promettre de ne pas faire la guerre à la Macédoine. La lutte entre les deux pays s'intensifia et se concentra sur la cité-État d'Athènes. Judicieusement, à l'époque d'Antipater, Cassandre avait envoyé un émissaire à Athènes pour s'assurer de la loyauté de la cité. Plus tard, en 318 av. J.-C., lorsque les tensions avec Polyperchon s'aggravèrent, Cassandre négocia avec la cité, rétablissant ainsi son ancienne oligarchie. Pour gagner la faveur des cités-États, il reconstruisit même la vieille ville de Thèbes qui avait été détruite par Alexandre. En 317 av. J.-C., pour assurer son emprise sur la région, Cassandre, sûr de lui, établit une base à Pegeus, au sud-ouest d'Athènes. Souffrant d'une défaite majeure à Mégalopolis, Polyperchon se retrouva piégé dans le Péloponnèse. Pendant tout ce temps, il continua d'insister sur le fait que c'était à lui qu'Antipater avait confié la régence et non à Cassandre.

Supprimer la pub

Advertisement

Ayant peu d'espoir de réussir dans les cités-États, Polyperchon se tourna vers le nord, cherchant le soutien d'Olympias en Épire, espérant finalement marcher sur la Macédoine, renverser Philippe III et installer Alexandre IV en tant que roi. Malheureusement, Philippe III et son épouse Eurydice (également connue sous le nom d'Adéa), qui s'était rangée du côté de Cassandre et l'avait nommé régent, furent capturés - et, sur ordre d'Olympias, il serait assassiné en 317 avant J.-C. - Eurydice se suiciderait.

Méprisant Cassandre tout autant que son père, Olympias se rallia rapidement non seulement à Polyperchon mais aussi à Eumène. Cependant, se rendant compte de l'inévitable, les soldats autrefois fidèles à Polyperchon vacillèrent rapidement dans leur soutien et choisirent de se rendre et de rejoindre Cassandre. Ajouté à la défaite d'Eumène, cet abandon n'aida en rien Olympias, Roxanne et le jeune Alexandre qui étaient désormais isolés à Pydna. Les tentatives de Polyperchon pour la contacter par lettre ou l'aider à s'échapper échouèrent, laissant la vieille reine sur sa faim et dans le désespoir. Cependant, Cassandre, bien que cherchant à obtenir un procès équitable, déclara qu'il ne lui ferait pas de mal. Au final, il eut la sentence de mort qu'il avait toujours souhaitée.

Olympias
Olympias
Walters Art Museum (CC BY-SA)

En 316 avant J.-C., il envoya des soldats pour la tuer et, égale à elle-même, elle se vida de son sang pendant qu'elle préparait ses cheveux et ses vêtements. Une fois Olympias morte, le jeune Alexandre n'avait plus de protecteur. Pour Cassandre, lui et sa mère représentaient un mélange de races et de cultures, et bien qu'il ait envisagé de les garder comme otages pour d'éventuelles négociations futures, il changea vite d'avis. Roxanne et Alexandre finirent tous deux leurs jours à Amphipolis, en Thrace, où ils furent prétendument empoisonnés en 310 avant Jésus-Christ. Il avait 13 ans (peut-être 14) et elle n'avait que 30 ans.

Supprimer la pub

Advertisement

Roi de Macédoine

En 316 avant J.-C., Cassandre était le maître de Macédoine. Pour assurer son droit au trône, Cassandre épousa la demi-sœur d'Alexandre, Thessalonique. Ils auraient trois enfants, Philippe, Alexandre et Antipater ; aucun d'entre eux ne survivrait assez longtemps pour suivre les traces de leur père. Le désaccord avec Polyperchon prit fin. Curieusement, il portait sur un autre prétendant possible au trône. Les deux hommes se rencontrèrent aux frontières de la Macédoine, et avant que la bataille ne commence, ils trouvèrent un compromis. Bien qu'il n'ait jamais été sérieusement considéré par aucun des régents, Alexandre avait un deuxième fils, Héraclès, de sa maîtresse perse Barsine. Polyperchon, qui mourrait en 302 avant J.-C., accepta de tuer Héraclès et, en récompense, fut nommé major-général dans le Péloponnèse.

Cassandre poursuivit sa lutte contre Antigone de 315 à 311 avant J.-C., pour finalement parvenir à un accord de paix fragile. En 305, il devint le roi autoproclamé des Macédoniens, mais lors de la bataille d'Ipsos en 301 avant J.-C., Cassandre, Ptolémée Ier, Séleucos Ier et Lysimaque affrontèrent à nouveau Antigone Ier et son fils Démétrios Ier de Macédoine. Ces deux derniers furent vaincus, et le vieux commandant Antigone mourut au combat. Cassandre mourut en 297 avant J.-C., et pendant un certain temps, la Macédoine resta stable. Malheureusement, sans héritier survivant pour continuer, sa Macédoine bien-aimée tomba aux mains d'un ennemi, Démétrios.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l’histoire antique et médiévale ainsi que l’histoire des États-Unis à Lincoln College (Illinois). Éternel étudiant d’histoire depuis qu’il a découvert Alexandre le Grand, il met toute son énergie à transmettre son savoir à ses étudiants.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2016, juin 23). Cassandre [Cassander]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14721/cassandre/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Cassandre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 23, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14721/cassandre/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Cassandre." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 juin 2016. Web. 04 oct. 2022.

Adhésion