Plotin

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 23 août 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, polonais
Plotinus (by Anonymous, CC BY-SA)
Plotin
Anonymous (CC BY-SA)

Plotin (vers 204-270 de notre ère) était un philosophe platonicien né à Lycopolis, en Égypte. Bien que l'histoire de sa vie ait été écrite par son élève Porphyre, peu de détails biographiques y sont mentionnés, car Plotin rejetait le monde physique des apparences en faveur du domaine de l'esprit et il considérait que des banalités telles que sa date de naissance, sa famille, son ascendance et ses activités personnelles ne méritaient pas d'être retenues. À l'âge de 28 ans, il commença à suivre un cours avec le platonicien Ammonios Saccas qui eut un profond impact sur sa vie. Déjà étudiant en philosophie, Plotin se consacra pleinement à cette discipline, absorbant les Dialogues de Platon et les commentaires de son professeur à leur sujet. Le concept de Plotin de l'Intellect divin et le but de l'existence mortelle exercèrent une influence considérable sur les trois grandes religions monothéistes du monde, et pour cette raison, beaucoup le considèrent comme le philosophe le plus important du monde antique. Il est le fondateur de l'école de pensée connue sous le nom de Néoplatonisme. Un nombre important d'écrivains, de théologiens, d'hommes politiques, de généraux et de philosophes célèbres de l'Antiquité sont aujourd'hui reconnus comme néo-platoniciens, même s'ils ne se seraient pas désignés eux-mêmes sous cette étiquette. Plotin n'écrivit lui-même, sa philosophie fut consignée par Porphyre dans les Ennéades. Il mourut à Rome à l'âge de 66 ans.

Jeunesse et Voyages

Le lieu de naissance de Plotin, dans la colonie grecque de Lycopolis, en Égypte, suggère qu'il était probablement grec, mais cela reste incertain. Tout ce que l'on sait de sa vie est ce qu'il a permis à son élève Porphyre de consigner. Vers la fin de sa vingtaine, s'intéressant à la philosophie, Plotin se rendit à Alexandrie, qui était alors un centre intellectuel rivalisant avec Athènes. Il fut déçu par les philosophies plébéiennes qu'il entendait enseignées comme des ‘vérités profondes’, et il devenait de plus en plus frustré et désabusé, lorsqu'un ami lui suggéra d'assister à une conférence du philosophe platonicien Ammonios Saccas (qui était également professeur du théologien chrétien Origène). Plotin se rendit à la conférence et déclara immédiatement que Saccas était le professeur qu'il avait cherché toute sa vie. Après dix ans d'études auprès de Saccas, Plotin rejoignit la campagne militaire de l'empereur Gordien III en Perse afin d'apprendre les philosophies perse et indienne. Lorsque Gordien fut assassiné par ses troupes et que la campagne s’effondra, Plotin se rendit à Antioche, puis à Rome où il resta jusqu'à la fin de sa vie.

Supprimer la pub

Advertisement

PLOTIN N'ECRIVIT RIEN LUI-MÊME, SA PHILOSOPHIE FUT CONSIGNÉE DANS LES ENNÉADES PAR PORPHYRE.

Plotin et le Néo-platonisme

Néoplatonisme est un terme moderne qui définit la résurgence de la pensée platonicienne, mélangée à des éléments de mysticisme et de Christianisme, qui s'épanouit au 3ème siècle de notre ère avec l'œuvre de Plotin, et se termina avec la fermeture de l'Académie de Platon par l'empereur Justinien en 529 de notre ère. Il convient de souligner que le terme ‘Néoplatonisme’ est une désignation moderne de ce mouvement, et que ni Plotin ni ceux qui l'ont suivi ne se seraient qualifiés eux-mêmes de ‘néoplatoniciens’, ils se seraient simplement considérés comme des élèves et des enseignants de la pensée de Platon. Contrairement aux catégorisations académiques modernes, ils ne considéraient pas que l'étude des œuvres d'Aristote était fondamentalement différente de l'étude des concepts de Platon. Pour les anciens néoplatoniciens, Aristote était un platonicien et un majeur, puisqu'il avait étudié directement avec le maître. Aristote, au lieu d'être enseigné comme une philosophie à part entière, l'était comme préparation à la lecture de Platon. Selon Plotin, le fait qu'Aristote était en désaccord avec son maître sur certains points ne signifiait pas qu'il rompit avec son enseignement de son maître, et rien dans l'œuvre d'Aristote, ne contredit fondamentalement la vision de Platon, pas même leur désaccord sur la Théorie des Formes.

Porphyre écrivit et édita les enseignements de Plotin en six groupes de neuf appelés les Ennéades (signifiant simplement ‘neuf’ en grec). Il essaya également d'écrire la biographie de son maître, mais sans grand succès. L'insistance de Plotin sur la vie de l'esprit signifiait que les petits détails de la vie quotidienne ne méritaient pas mention. On sait cependant qu'il correspondait avec un certain nombre d'autres philosophes, dont Cassius Longinus, ami et conseiller de la reine Zénobie de Palmyre, qui fut exécuté lorsqu’elle fut vaincue par Aurélien en 273 de notre ère.

Supprimer la pub

Advertisement

La Philosophie des Ennéades

Les Ennéades développent la cosmologie de Platon et son insistance sur une vérité ultime qui se trouve au-delà du monde de nos sens. Plotin appelle cette vérité le 'Un' ou le 'Bien'. Comme cette vérité n'a pas de limites, elle n'a jamais été créée et ne peut jamais être détruite. Elle est vraiment au-delà du pouvoir des mots pour qu'on puisse la décrire, bien que l'étiquette de Plotin de nous, ‘Intellect divin’, s'en approche le plus. Le but de l'étude de la philosophie est d'éveiller l'âme à la présence de cet Intellect divin, ce nous, et de permettre à chacun de consacrer correctement sa vie à sa poursuite – une vue qui aura un effet immense sur Saint Augustin d'Hippone et sa conception du Dieu chrétien et du devoir du chrétien dans la vie. Plotin écrivit: "Le Dieu n'est extérieur à personne, il est présent dans toute chose", ce qui se reflète dans la vision de Dieu d'Augustin dans son œuvre La Cité de Dieu.

La philosophie de Plotin est expliquée de manière concise par les spécialistes Baird et Kaufmann :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Développant la compréhension dualiste de Platon de la réalité, Plotin enseignait que la vraie réalité se trouve ‘au-delà’ du monde physique. Cette ‘réalité au-delà de la réalité’ n'a pas de limites et donc ne peut être décrite par des mots, puisque les mots ont nécessairement des limites. Plotin, empruntant à nouveau à Platon, appelle cette ultra-réalité le ‘Bien’ ou le ‘Un’. Le Un/Bien n'a pas de limites et est si suprêmement juste qu'il déborde ou ‘exude’, produisant le 'Principe de l'Intellect’ ou ‘Intellect divin’ – le nous. Ce Principe de l'Intellect, en retour, déborde et l''Âme divine' en émane. Ce processus est continu car l'Âme divine génère le monde matériel. Le niveau le plus bas de l'émanation, au plus éloigné du Un/Bien, est l'absence totale de forme et l'irréalité de la matière. Le but de la philosophie est d'éveiller les individus à la réalité au-delà du monde matériel. Mais la philosophie seule ne peut pas amener quelqu’un à la réalité la plus élevée du Un. Seule l'expérience mystique peut unir un individu avec le Un (540).

Pour Plotin, ce que nous appelons ‘le mal’ est causé par notre attachement aux choses de ce monde qui empêchent notre dévotion totale à l'Intellect divin. Les objets de nos désirs et de nos affections ne sont pas, en eux-mêmes, ‘mauvais’, ils ne le sont ainsi que dans la mesure où ils nous empêchent d'atteindre le but de notre vie: prendre conscience de l'Intellect divin. De cette façon, le soi-disant ‘problème du mal’ (sur lequel les apologistes chrétiens et autres se sont battus pendant des siècles: si Dieu est totalement bon, pourquoi le mal existe-t-il?) est résolu en ce que, oui, le ‘mal’ vient bien de l’Intellect divin, mais pas à dessein. C’est que les êtres humains causent le ‘mal’ en choisissant de s'attacher aux plaisirs terrestres et aux objets de ces plaisirs plutôt qu'à l'Intellect divin. Les êtres humains sont donc la cause du ‘mal’, bien que les objets des sens qui nous séduisent soient fournis par l'Intellect divin.

En cela, les croyances de Plotin sont similaires à celles du Bouddha qui disait : "Du désir vient la douleur, du désir vient la peur. Celui qui est libre du désir ne connaît ni la douleur ni la peur". Il soutenait que l'attachement aux objets des sens de ce monde était la cause entière de la souffrance humaine. De même, Plotin postulait que le ‘but’ de la vie était une union mystique avec l'Intellect divin (comme pour le Nirvana de Bouddha), et disait avoir atteint cette union lui-même quatre fois dans sa vie.

Conclusion

Le rejet du physique en faveur du spirituel, la reconnaissance d'une vérité ultime et de certaines lois spirituelles, soulignés par le Néoplatonisme, provenaient tous de l'œuvre de Platon, mais furent synthétisés et développés, avec l'esprit profond de Plotin, en une sorte de mysticisme philosophique/religieux. C'est à travers l'œuvre de Plotin que la pensée platonicienne devait influencer les systèmes de croyance des trois grandes religions monothéistes que sont le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam. La pensée monothéiste n'est pas née avec Platon, mais les grands penseurs qui développèrent la structure des religions monothéistes ultérieures s’appuyèrent sur les idées de Platon exprimées par Plotin et développées par ses élèves Porphyre et Jamblique. Le mysticisme religieux de Plotin continue de nos jours à attirer les gens et est embrassé par des adeptes de toutes confessions.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2015, août 23). Plotin [Plotinus]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13949/plotin/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Plotin." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le août 23, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13949/plotin/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Plotin." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 août 2015. Web. 02 oct. 2022.

Adhésion