Harappa: Aperçu de l'Architecture et de l'Urbanisme Harappéens

Article

Muhammad Bin Naveed
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 décembre 2014
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Harappa est une petite ville située actuellement dans la province du Punjab au Pakistan. La ville moderne fait partie de l'ancienne cité et se trouve à côté de celle-ci. Le site de Harappa est important dans la mesure où il a fourni des preuves non seulement de la civilisation de la vallée de l'Indus telle qu'elle était à son apogée, mais aussi des cultures précédentes et suivantes, et c'est le seul site inclus dans cette catégorie. L'ancien tracé de la rivière Ravi passe au nord du site, et c'est depuis déplacé de 10 km vers le nord.

Harappa Ruins
Ruines d'Harappa
Hassan Nasir (CC BY-SA)

On suppose que sa plus ancienne mention se trouve dans le Rigveda, comme étant la scène de la défaite des Vrcivants par Abhyavartin Cayamana. Le nom est enregistré comme Hari-Yupuya. Les habitants précédents étaient vraisemblablement des non-Aryens qui ont été vaincus. On pourrait donc dire que ce site est l'un des sites célèbres où les Aryens ont vaincu la population locale et établi leur domination. Toutefois, tant que l'on n'aura pas trouvé de preuves supplémentaires pour étayer cette théorie, il ne s'agit que de conjectures.

Supprimer la pub
Publicité

La première visite à Harappa fut effectuée en 1826 par James Lewis, un déserteur de l'armée britannique qui parcourait le Pendjab et les régions du Nord-Ouest à la recherche de vestiges antiques. Lors de son voyage vers Multan, il s'approcha d'Harappa et en fit la description suivante, comme le rapporte Nazir Ahmad Chaudhry dans son livre:

A l'est du village se trouvait une abondance d'herbe luxuriante, où, comme beaucoup d'autres, je suis allé faire paître mon cheval. Lorsque j'ai rejoint le camp, je l'ai trouvé devant le village et le château de briques en ruine. Derrière nous se trouvait un grand monticule circulaire, ou élévation, et à l'ouest, une hauteur rocheuse irrégulière couronnée de restes de bâtiments, en fragments de murs, avec des niches, à la manière orientale. Cette dernière élévation était sans aucun doute un objet naturel ; la première étant de la terre seulement, était évidemment un objet artificiel ... Les murs et les tours du château sont remarquablement élevés, bien que, d'avoir été longtemps abandonnés, ils montrent dans certaines parties les ravages du temps et la décadence. Entre notre camp et le château, s'étendait une profonde tranchée, aujourd'hui envahie par l'herbe et les plantes. La tradition affirme l'existence ici d'une ville, si considérable qu'elle s'étendait jusqu'à Chicha Watni, et qu'elle fut détruite par une visite extraordinaire de la Providence, abattue par la luxure et les crimes des souverains.

Lewis associa par erreur la ville à Sangala la datant de l'âge d'Alexandre (1300 ans auparavant). Plus tard, en 1831, un émissaire du roi Guillaume IV, Alexander Burnes, fit état des vestiges importants de Harappa alors qu'il se rendait de Multan à Lahore pour remettre à Ranjit Singh des chevaux offerts par le roi d'Angleterre. Il décrvit également Harappa alors qu'il se trouvait sur le même itinéraire :

Supprimer la pub
Publicité

À environ cinquante milles à l'est de Toolumba, je suis passé à l'intérieur des terres pendant quatre milles pour examiner les ruines d'une ancienne ville, appelée Harappa. Les vestiges sont étendus, et l'endroit, qui a été construit en brique, a une circonférence d'environ trois miles. Il y a une citadelle en ruine du côté de la rivière de la ville ; mais autrement Harappa est un chaos parfait, et n'a pas un bâtiment entier : les briques ont été enlevées pour construire une petite place de l'ancien nom entendu par la tradition fixe la chute de Harappa à la même période que Shortkot (il ya 1300 ans), et le peuple attribue sa ruine à la vengeance de Dieu sur Harappa ; son gouverneur, qui a revendiqué certains privilèges sur le mariage de chaque couple dans sa ville, et dans le cours de ses sensualités, se rendit coupable d'inceste ... J'ai trouvé des pièces de monnaie dans ces ruines, à la fois perse et hindoue, mais je ne peux pas en fixer aucune date que ce soit.

Cependant, ces rapports furent remarqués par Alexander Cunningham, qui visita le site en 1853 et 1856, ce qui donna lieu à une petite fouille en 1872, qui identifia alors le site avec celui de Malii, dont Alexandre avait ordonné le blocus lorsqu'il envahit le sous-continent. Cette ville se trouvait près de vastes marais et à l'est ou au sud-est de Kot Kamalia, et Harappa se trouve exactement dans un tel endroit, sur les rives de l'ancien cours de l'Indus et à 25 km à l'est-sud-est de Kot Kamalia.

Même à cette époque, le site était utilisé comme carrière de briques par les voleurs de briques travaillant sur le chemin de fer de Multan, de la même manière que Mohenjo-daro et Kalibangan étaient devenus des carrières pour les chemins de fer du Sind et de Bikaner respectivement. Au cours de ses fouilles, Cunningham trouva des poteries, des lames en chert et un sceau. Cunningham qualifia le sceau d'étranger à l'Inde à cette époque. Toujours selon les habitants, la colline de la citadelle était le site d'un important temple hindou qui avait été détruit et était à l'époque le site d'une tombe de Nur Shah. Certains artefacts furent trouvés avec cette tombe. Les briques prélevées sur le site étaient plus que suffisantes pour garnir les 150 km de la voie ferrée Lahore Multan, témoignant de l'ampleur des bâtiments qui existaient à cet endroit. Malgré plusieurs fouilles, Cunningham ne trouva que très peu de choses à préserver, la majorité de l'établissement ayant été dépouillée de ses briques. Des fouilles ultérieures à Kalibangan, Suktagendor et Mohenjo-daro révélèrent l'étendue de cette civilisation, mais ce n'est qu'en 1922 que des recherches approfondies furent menées à Mohenjo-daro et Harappa et que les sites correspondants furent désignés en tant que civilisation de la vallée de l'Indus.

Supprimer la pub
Publicité

John Marshal envoya ensuite un adjoint, Harry Hargreaves, inspecter Harappa en 1914 pour déterminer s'il fallait poursuivre les fouilles, et c'est son travail qui permit d'acquérir les tumulus harappéens pour les étudier plus avant. D'autres sceaux furent trouvés et des sceaux similaires furent retrouvés en Mésopotamie, ce qui permit de repousser l'âge de ces sites au-delà de ce qui avait été considéré auparavant, vers le 3e-4e millénaire avant notre ère, ce qui fut attesté par le Dr Ernst Mckay qui travaillait à Kish à Sumer. John Marshal abandonna ses fouilles à Taxila pour travailler sur les sites de Harappa et Mohenjo-daro en 1923-24 et c'est à ce moment-là que la civilisation de l'Indus fut identifiée. Les autres archéologues qui travaillaient sur la civilisation de la vallée de l'Indus à cette époque étaient Rai Bahadur Daya Ram Sahni, Madho Sarup Vats, Rakhal Das Banerjee, Ahmad Hasan Dani, Aurel Stein et E. J. H. MacKay. Mortimer Wheeler reprit ensuite les fouilles en 1944 et les poursuivit jusqu'après la partition des Indes, lorsqu'il était conseiller archéologique du gouvernement pakistanais. Les travaux ultérieurs de Dales, Meadow et Kenoyer, en particulier dans le tumulus E, ont repoussé les dates historiques au début du 4e millénaire avant notre ère.

Urbanisme à Harappa

Harappa est situé près de la rivière Ravi, qui est un affluent de la région supérieure de l'Indus. Les modèles de peuplement étaient basés sur le comportement des rivières, qui s'articule autour de l'écologie des plaines d'inondation, du commerce régional sur les rivières, du climat favorable à la vie quotidienne, de l'accès aux routes commerciales et aux ressources naturelles, etc. L'accès facile à la nappe phréatique près des rivières et aux terres arables grâce aux sols alluviaux favorise l'habitat humain. Des villes comme Harappa, qui se trouvent à la périphérie de la civilisation connue de la vallée de l'Indus, servaient de portes d'entrée dans la région principale où cette civilisation exerçait son influence et étaient donc plus robustes ou puissantes que les villes plus petites. Elle s'étend sur 450 000 m² d'espace.

Des villes comme Harappa, qui se trouvent à la périphérie de la civilisation connue de la vallée de l'Indus, servaient de villes-passerelles.

Saccagées par les constructeurs de maisons locaux et en grande partie démolies au cours de la construction de la voie ferrée Lahore Multan au XIXe siècle sous le Raj britannique, les ruines d'Harappa se trouvent aujourd'hui dans un état fragile mais ont néanmoins une foule d'informations à nous fournir. Le plus évident est que nous voyons la même disposition générale qu'à Mohenjo-daro à Larkana, dans le Sind. Le circuit des deux villes s'étend sur environ 5 km, et les deux ont également la même différenciation des zones en termes d'urbanisme. Ces zones peuvent simplement être divisées en zones inférieures (publiques) et supérieures (acropole). Les deux ont la même forme en ce qui concerne l'acropole : un parallélogramme de 400-500 mètres du nord au sud et de 200-300 mètres de l'est à l'ouest. La hauteur est de 12 m à partir de la plaine d'inondation et les deux villes sont orientées de façon similaire, avec le grand axe nord-sud. Le plan quadrillé témoigne d'un principe de génie civil évolué qui se développa à l'époque et que l'on ne retrouve pas dans les villes plus anciennes de Mésopotamie, comme Ur, dont le tracé des rues est plus naturel. Bien que le plan de Harappa n'ait pas été entièrement fouillé, les similitudes générales signifient qu'il était probablement le même qu'à Mohenjo-daro.

Supprimer la pub
Publicité

Harappan Civilization (Artist's Impression)
Civilisation harappéenne (Impression d'artiste)
Amplitude Studios (Copyright)

D'immenses murs défensifs ont été partiellement exposés de chaque côté. Les sections révèlent que les cultures post-Harappéennes liées à Rana Ghundai se trouvaient à la base de la structure, après quoi une période d'inoccupation fut suivie d'une culture Harappéenne pleinement mature. Un remblai conique destiné à protéger des inondations avait également été construit le long du mur défensif extérieur. Il avait été formé en remplissant les dépôts alluviaux précédents qui avaient été emportés par les pluies avec plus de briques de boue et de boue. On peut voir 6 variantes du plan intérieur réalisées à l'aide de briques cuites et étalées sur une période de temps considérable. Des bastions sont également visibles à intervalles réguliers, l'entrée principale se trouvant à l'extrémité nord. Il y a également une entrée à l'extrémité ouest, près d'un bastion. Cela mène à des rampes et des terrasses à l'extérieur des portes et surveillées depuis les salles de garde. Des rampes sont visibles à de nombreux endroits et l'existence d'escaliers est également connue grâce aux récits d'Alexander Cunningham, mais ces escaliers ont été enlevés depuis cette époque par des voleurs de briques. Les fortifications furent construites et reconstruites même dans l'antiquité, en utilisant d'abord de simples briques et une fois que celles-ci s'usèrent, elles furent remplacées presque à partir du sol par des briques cuites de style harappéen raffiné.

Les villes de la vallée de l'Indus présentent toutes un certain nombre de facteurs communs qui les distinguent des civilisations de l'âge du bronze. La caractéristique déterminante de l'urbanisme général des villes est l'orientation cardinale, la grille la plus longue étant alignée nord-sud pour tirer parti des vents dominants. La disposition et la compartimentation des villes semblent avoir un lien visuel et conceptuel avec les dessins géométriques sur les sceaux du Chalcolithique ancien et même les maisons de Mehergarh et peut-être, si ce n'est pas directement lié, il y a probablement l'indication d'un modèle culturel pour l'organisation de l'espace qui continua à former une base pour les styles et les modèles culturels de l'ère Harappéenne. Cette organisation de l'espace en grilles se retrouve non seulement dans l'urbanisme de cette région, mais aussi dans les plans de maisons, les dessins sur les poteries, les diagrammes sur les sceaux, et même les dessins des caractères d'écriture individuels.

Harappan Ceremonial Vessel
Récipient cérémoniel harappéen
LACMA (Public Domain)

Ce modèle existait bien avant la maturité de l'ère harappéenne et se retrouve même dans la 2e période de Harappa qui date de 2800-2600 avant notre ère où l'on trouve de grandes rues nord-sud, un modèle répété dans les villes de l'Indus et de la Saraswati comme Kalibangan, Rehman-Dehri, Nausharo et Kot Diji. Mohenjo-daro a une nappe phréatique élevée et donc ses niveaux les plus profonds n'ont pas encore été fouillés correctement, mais il est raisonnable de supposer, sur la base des preuves disponibles, que les premières étapes étaient typiques de la période Harappéenne.

Supprimer la pub
Publicité

Bien que la division générale en ville haute et ville basse des cités harappéennes soit considérée comme la norme, il s'est avéré que ce n'était pas le cas, car de vastes espaces publics, des marchés, des maisons privées grandes et petites et des ateliers d'artisanat ont été découverts dans les différents "districts". Le monticule occidental de Harappa n'est que légèrement plus haut que ceux de Mohenjo-daro, dont le monticule occidental ou "principal" est beaucoup plus élevé que les autres.

La zone de la Citadelle possède une énorme plate-forme en briques crues de 6 m de haut qui sert de fondation à toute la structure. Wheeler et M.S. Vats ont tous deux identifié cette structure, bien que l'on ne puisse pas encore dire s'il s'agit d'une plate-forme géante ou d'une construction en plusieurs parties.

En ce qui concerne l'orientation, les villes étaient probablement orientées en fonction du lever du soleil et de la lune, de certaines étoiles dans le ciel dont les mouvements étaient connus (pas l'étoile polaire car elle n'était pas dans la même position qu'actuellement) ou d'autres méthodes impliquant de tracer la course du soleil sur le sol avec un bâton et une ficelle. Le plan légèrement incliné de la ville peut indiquer que plusieurs centaines de siècles de planification et de ré-planification basées sur d'anciennes techniques d'observation résultèrent en une direction biaisée du plan en raison de la position changeante des étoiles dans le ciel qui conduisit à des points cardinaux légèrement différents déterminés par les anciens. L'étoile Aldébaran (alias Alpha Tauri) et la constellation des Pléiades furent utilisées comme points de repère pour déterminer les points cardinaux.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'urbanisation fut réalisée grâce au développement de la boussole, du fil à plomb et de la balance, des outils qui sont toujours utilisés aujourd'hui.

Les zones murées étaient réparties autour d'une dépression centrale qui aurait pu être un réservoir et chaque monticule majeur était entouré d'un mur en briques de boue, avec des portes en briques et des bastions situés à intervalles sur chaque face comme les forts modernes.

Le tumulus E est la section la plus ancienne de la zone qui présente également un établissement pré-harappéen en dessous. Il possède un mur d'enceinte en briques crues recouvert par endroits de briques cuites. Le mur sud comporte une porte principale au centre d'une grande courbe qui s'étend dans la plaine, semblant englober un espace public à l'extérieur. Le mur fait ici 9 à 11 mètres de large si l'on tient compte de l'existence de bastions. La porte est faite de briques cuites d'un mètre d'épaisseur collées aux murs de la ville en briques crues. L'existence possible d'escaliers est évidente ici et l'ouverture n'est que de 2,8 mètres de large, juste assez pour le passage d'un char à bœufs, ce qui montre la nature défensive de la porte. Elle mesurait probablement entre 3 et 4 mètres de haut et comportait des pièces et des postes de surveillance à son sommet.

Un grand espace ouvert à l'intérieur de la porte était probablement une zone d'étape pour le contrôle ou la taxation des marchandises ou un marché public pour les commerçants de la ville. Une grande rue à l'est de la porte mène au nord du centre de la ville où l'on trouve des traces d'ateliers d'agate, de coquillages et de cuivre.

À 30 mètres au sud de la porte principale du monticule se trouve un petit monticule de la période harappéenne avec des maisons, des drains, des zones de baignade et un possible puits, qui servait probablement d'arrêt pour les voyageurs placés à l'extérieur pour les caravanes qui arrivaient. Même la route moderne existe à côté de cet endroit, montrant qu'il se trouve probablement sur la même ancienne route que les Harappéens utilisaient il y a 4500 ans, et un caravansérail des temps modernes se trouve également à côté de cette route et en face de celui des Harappéens. L'ancien puits et les plates-formes de bain étaient encore utilisés dans les temps historiques récents.

Entre le tumulus E et ET se trouve la deuxième porte du tumulus E. Bien que la porte ne fasse que 2,6 mètres de large, les bastions de chaque côté font 25 mètres de large et 15 mètres de profondeur, ce qui montre la nature défensive de la construction. Elle contrôlait l'accès aux principaux ateliers du tumulus E et faisait également face au tumulus ET, plus petit, qui était un autre caravansérail pour les marchands qui faisaient du commerce avec cette région.

Seuls les murs autour du tumulus AB ont été correctement fouillés. Ils mesuraient 14 mètres de large à la base et étaient plus grands et plus hauts que ceux du tumulus E. Ils étaient revêtus de briques cuites et s'élevaient à 11 mètres au-dessus du niveau de la plaine. Des portes datant de trois périodes différentes sont visibles dans le mur ouest, fouillé à l'origine par Mortimer Wheeler, et une porte dans le mur nord a une rampe qui mène au plus petit tumulus F, qui est lui-même parsemé de ce qui semble être des structures de maison et un grand bâtiment avec plusieurs pièces qui pourrait être un grenier, une grande salle ou un palais. La Citadelle a une taille exacte de 420 m du nord au sud et 180 m d'est en ouest. Elle est plus élevée du côté nord, le sommet se trouvant à environ 15 m au-dessus de la plaine. Les bâtiments à l'intérieur sont surélevés sur une plate-forme de boue et de briques crues, à environ 10 mètres au-dessus de l'ancien niveau du sol.

On trouve également des plates-formes de travail et des débris d'artisanat. Ce monticule est également fermé de la même manière que le monticule ET.

Ces monticules, bien qu'appartenant à des périodes différentes, faisaient encore partie de la même culture globale et étaient liés les uns aux autres car ils furent occupés les mêmes personnes, le même type d'artefacts ont été trouvés en leur sein et ils ont été directement connectés les uns aux autres, mais la raison pour laquelle ils furent créés en monticules séparés et non pas en tant que partie d'une ville unique est toujours inconnue à ce jour.

Bien qu'il y ait quelques indications quant à la nature défensive des murs, cela ne peut pas être considéré comme une certitude en raison de certains éléments manquants qui étaient présents dans d'autres murs défensifs de l'époque tels que ceux de Dholavira qui avaient des douves et deux ou trois murs au lieu d'un seul. Ces murs servaient donc probablement davantage à contrôler le commerce au sein de la ville et à s'assurer qu'il se déroulait exactement comme le souhaitaient les administrateurs de la ville. C'est une preuve supplémentaire du contrôle exercé par l'autorité et de la manière dont les techniques architecturales étaient utilisées par la ville pour sauvegarder ses intérêts.

Rues et drainage externe

Le système de drainage est la caractéristique la plus importante de l'architecture de l'ère Harappéenne. Il montre à quel point la propreté était importante pour les Harappéens, qui disposaient pour cela d'une série de drains le long des rues, reliés à des égouts plus importants dans les rues principales. De plus petits drains provenant des latrines domestiques et des zones de baignade étaient reliés à ces grands drains, dont les toits étaient en encorbellement afin de pouvoir être enterrés sous les rues principales sans risque d'effondrement. Certaines sections étaient recouvertes d'un pavage de briques ou de pierres de taille amovibles pour permettre le nettoyage en cas de besoin. Les drains sortant de la ville avaient même des portes en bois qui étaient probablement fermées la nuit pour empêcher les vagabonds ou les éléments néfastes de pénétrer dans la ville par cet accès. Des fosses d'aisance ont été trouvées à intervalles le long des drains, permettant aux déchets solides plus lourds de s'accumuler au fond. Ils étaient régulièrement nettoyés pour éviter les blocages. À certains endroits, on a constaté que les drains avaient été obstrués pendant une longue période, peut-être de 100 à 150 ans, après quoi de nouveaux drains avaient été installés par une nouvelle autorité. Avec cette nouvelle construction, le niveau de la rue finit par s'élever à tel point qu'après plusieurs reconstructions consécutives, des étages entiers de bâtiments ont dû être recouverts et le niveau du sol relevé afin de l'aligner sur celui de la nouvelle rue pour éviter le refoulement des eaux usées.

La route moderne se trouve probablement sur la même route ancienne que celle utilisée par les Harappéens il y a 4500 ans.

Le tumulus AB contient un grand drain à toit en pignon avec une jarre à eau. Un autre drain est fait d'une masse solide de briques avec une forte pente et des briques polies sur le bord également.

Maisons

On trouve différents types de maisons et de bâtiments dans les petites et grandes agglomérations. Les zones rurales ont tendance à avoir des bâtiments exclusivement en briques crues, tandis que les zones urbaines ont des bâtiments partiellement ou entièrement en briques cuites. Les petites et grandes maisons et les bâtiments publics constituent les principales catégories.

Les maisons ont de 1 à 2 étages, avec une cour centrale autour de laquelle sont disposées les pièces. L'intérieur n'est pas visible de la rue, fermé par des couloirs ou des murs à l'intérieur. Les ouvertures sont également limitées aux rues latérales afin de préserver l'intimité à l'intérieur des maisons. Les escaliers menaient aux étages supérieurs par une pièce latérale ou la cour et la taille des fondations a montré qu'un troisième étage pouvait aussi avoir existé à un moment donné. L'épaisseur moyenne des murs était de 70 cm et la hauteur moyenne du plafond d'environ 3 mètres. Les portes étaient en bois avec des cadres en bois et le pivot était un socle en brique placé dans le seuil. Les cadres de porte étaient peut-être peints ou simplement ornés et comportaient également des trous à la base et deux au sommet de la porte pour fixer et suspendre les rideaux. Les fenêtres avaient à la fois des volets et des grilles, qui étaient encastrés à même le bâtiment. Les grilles pouvaient être en roseau ou en natte, mais on a également trouvé des treillis en albâtre et en marbre, ce qui suggère que, bien qu'il s'agissait d'une caractéristique commune des maisons, les plus raffinés étaient manifestement réservés aux maisons les plus riches. Cet élément continua à être utilisé tout au long de l'ère historique et jusqu'à l'époque moderne.

Des maisons plus grandes étaient reliées à des habitations plus petites et les preuves de reconstructions répétées à l'intérieur montrent que les espaces internes étaient constamment réorganisés. Il n'est pas possible de déterminer avec précision à l'heure actuelle si les logements attenants étaient destinés à la famille élargie ou aux domestiques.

Les grands bâtiments publics constituent la troisième grande catégorie et comprennent à la fois des espaces publics comme les marchés, les places et les cours, et des bâtiments administratifs comme les greniers. Les structures des grands halls ou des grands bains font également partie de cette catégorie et peuvent avoir une fonction religieuse ou sociale.

On trouve également des groupes de maisons, qui abritaient probablement plusieurs familles ensemble et disposaient de leurs propres installations, telles que des latrines et des bains, plutôt que d'utiliser les installations communes.

Bien que bien planifiées, elles n'ont pas le même impact que les maisons d'autres villes en raison des inondations et du vol de briques qui a laissé les bâtiments dans un état lamentable. Le monticule F comprend deux maisons presque complètes avec des cours et des pièces et une entrée en angle pour l'intimité, ainsi que des latrines et une allée centrale de séparation. Quinze unités de quartiers d'ouvriers ont été trouvées et ce complexe était entouré d'un mur.

Well and Bathing Platform, Harappa
Puits et plate-forme de bain, Harappa
Obed Suhail (CC BY-SA)

Puits et assainissement

L'eau potable, ou l'eau en général, était disponible en abondance pour les habitants d'Harappa grâce à la proximité de la ville avec la rivière Gaggar/Hakra d'avant l'Indus, ce qui permettait de réduire le nombre de puits d'eau pour desservir les habitants, la majorité d'entre eux pouvant obtenir leur eau de la rivière elle-même. On trouve également à Harappa une dépression centrale qui pourrait avoir été un bassin public pour boire et se laver, ce qui permettait un accès plus large à cette ressource. Par conséquent, il y a quelques puits à Harappa, peut-être seulement 30 au total, contre 700 ou plus à Mohenjo-daro. Seuls 8 ont été découverts jusqu'à présent et le nombre total de puits a été deviné en fonction de leur disposition. Il y a plus de puits privés que publics, ce qui indique que les puits publics ont probablement été pollués ou épuisés en raison d'une utilisation intensive et que les citoyens aisés ont alors creusé les leurs. Les salles de bain de ces maisons étaient situées à côté du puits, lui-même surélevé par rapport au niveau du sol. Les salles de bain avaient des sols en briques bien ajustés qui les rendaient plus ou moins étanches. Les drains de ces pièces conduisaient séparément aux drains principaux à l'extérieur des drains des latrines, et on prenait soin de séparer les drains d'eau courante et d'eaux usées. Les drains se terminaient en pointe dans la rue. On a découvert que presque toutes les maisons d'Harappa contenaient une latrine qui était une grande jarre en terre cuite enfoncée dans le sol et parfois reliée aux drains extérieurs. Un petit trou au fond de la jarre permettait à l'eau de s'infiltrer dans le sol. Une classe spéciale d'ouvriers nettoyait probablement périodiquement ces pièces.

Les drains des salles de bain menaient séparément aux drains principaux à l'extérieur, et on prenait soin de séparer les drains d'eau courante et d'eaux usées.

Bâtiments publics

Ce qui est pensé être un grenier à grains est situé sur le tertre F, et repose sur une fondation en briques crues avec un plan rectangulaire de 50m x 40m, la longueur correspondant à l'axe nord-sud. Les fondations indiquent un total de 12 pièces réparties sur deux rangées (6 pièces par rangée) et divisées par un passage central de 7 m de large, partiellement pavé de briques cuites. Chaque pièce mesure environ 15m x 6m et possède trois murs aux extrémités longues avec de l'air entre eux indiquant des sols creux. La structure principale aurait probablement été en bois, construite sur ces fondations, avec des escaliers menant au chemin central. On a également trouvé des ouvertures triangulaires dans le sol qui pourraient être des conduits d'air pour évacuer l'humidité de l'intérieur. La preuve qu'il s'agit d'un grenier à grains n'a pas été trouvée lors des fouilles et est principalement basée sur des comparaisons avec les techniques de construction romaines et ne coïncide pas avec les traditions locales. En Asie du Sud, les céréales étaient conservées dans de grandes jarres surélevées par rapport au sol et non dans des pièces, comme c'était le cas ici. Les plates-formes circulaires situées près des bâtiments et censées servir au décorticage du blé se retrouvent dans de nombreux autres endroits et sur une période de temps considérable, ce qui montre que leur fonction n'était probablement pas d'ordre agricole. On peut donc dire que ce "grenier" était probablement un bâtiment public ou d'État destiné aux souverains ou aux administrateurs ou à d'autres fins liées au fonctionnement quotidien. En raison de l'absence de toute structure monumentale unique dans les villes, nous pouvons dire que les villes elles-mêmes étaient monumentales dans un environnement normalement rural.

Matériaux de construction

Les principaux matériaux utilisés étaient des briques séchées au soleil et brûlées, qui étaient fabriquées dans des moules dans des proportions de 1:2:4. La disponibilité de bois à brûler permit l'utilisation de briques cuites en abondance à Harappa et Mohenjo-daro. On trouve également des traces de mortier de boue et de ciment de gypse, ainsi que de plâtre de boue et de plâtre de gypse. Le mortier de boue est le plus évident à Harappa. Des cadres en bois étaient probablement utilisés pour les portes et les fenêtres, qui ont depuis pourri.

Conclusion

Bien que relativement peu de données aient été découvertes à Harappa par rapport à d'autres sites de la vallée de l'Indus, ce site a néanmoins la particularité d'être considéré comme le premier site identifié de la civilisation de la vallée de l'Indus et reste donc un site majeur en termes de fouilles. Les données que l'on y découvre encore nous aident à reconstituer peu à peu son histoire, même en l'absence d'une structure complète, comme c'est le cas dans d'autres villes, mais cela rend le travail à Harappa d'autant plus intriguant, dans la mesure où l'archéologue doit relier les pièces, comme dans un puzzle, pour créer une image complète. Il ne fait aucun doute qu'il reste encore beaucoup de travail à faire pour préserver le patrimoine de ce site des plus importants en raison de l'empiètement et de la dégradation dont il est victime de nos jours.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Muhammad Bin Naveed
Architecte pakistanais passionné d'Archéologie, je fais mon possible pour diffuser la connaissance à travers cette merveilleuse plateforme.

Citer cette ressource

Style APA

Naveed, M. B. (2014, décembre 13). Harappa: Aperçu de l'Architecture et de l'Urbanisme Harappéens [Harappa: An Overview of Harappan Architecture & Town Planning]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-695/harappa-apercu-de-larchitecture-et-de-lurbanisme-h/

Style Chicago

Naveed, Muhammad Bin. "Harappa: Aperçu de l'Architecture et de l'Urbanisme Harappéens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le décembre 13, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-695/harappa-apercu-de-larchitecture-et-de-lurbanisme-h/.

Style MLA

Naveed, Muhammad Bin. "Harappa: Aperçu de l'Architecture et de l'Urbanisme Harappéens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 déc. 2014. Web. 13 juin 2024.

Adhésion