Campagne Parthique de Marc-Antoine

Article

Oxford University Press
par et W. Jeffrey Tatum, traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 février 2024
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
X

En 36 avant notre ère, Marc Antoine (83-30 avant notre ère) envahit la Parthie, espérant ainsi devenir l'un des grands conquérants du monde gréco-romain, mais il fut bloqué par les forces parthes et fut contraint d'entreprendre une retraite ardue et coûteuse. La question de savoir comment interpréter ce revirement de situation était alors d'une importance capitale - et elle l'est encore aujourd'hui.

Facial Reconstruction of Mark Antony
Reconstruction faciale de Mark Antony
Arienne King (CC BY-NC-SA)

Évaluation historique

Les historiens évaluent différemment la campagne parthique d'Antoine. Pour certains, il s'agit d'une défaite, mais pas d'une déroute ou d'un désastre comme la défaite écrasante de Crassus en 53 avant notre ère. D'autres, en revanche, estiment que cet épisode ternit si gravement la réputation d'Antoine qu'il constitua un tournant dans sa carrière. Quoi qu'il en soit, l'expédition était loin d'être un succès. Antoine ne réussit pas à prendre Phraaspa ni à vaincre Phraatès lors d'un engagement décisif. L'un ou l'autre de ces exploits aurait apporté une gloire suffisante pour entretenir l'aura d'invincibilité d'Antoine et préserver sa prédominance romaine incontestée.

Supprimer la pub
Advertisement
LE SIÈGE ÉCHOUA DU FAIT QUE LES ROMAINS AVAIENT PERDU LEUR ÉQUIPEMENT ET LEURS VIVRES, UN DÉSASTRE IMPUTABLE À L'EXCÈS DE CONFIANCE ET À L'IMPATIENCE DE MARC-ANTOINE.

Les critiques n'ont pas manqué d'observer, à juste titre, comment Antoine avait sous-estimé les défenses et la détermination de la capitale mède et avait mal évalué l'habileté et la persévérance dont faisaient preuve les Parthes pour protéger leur royaume contre les envahisseurs. Pourtant, aussi féroces qu'ils aient été, les Parthes ne réussirent pas à chasser les Romains de Phraaspa. Le siège échoua du fait que les Romains perdirent leur équipement et les vivres qu'ils transportaient dans leur train de bagages, un désastre imputable à l'excès de confiance et à l'impatience de Marc-Antoine. Néanmoins, même après ces pertes, les Romains infligèrent de multiples défaites aux Parthes, même si une victoire décisive leur échappa. Bien que nos sources soient défavorables à Antoine, elles rapportent qu'au cours de leur marche de retour, les Romains battirent les Parthes pas moins de 18 fois. Mais aucune retraite, aussi courageuse soit-elle, ne peut être vraiment glorieuse.

Point de vue romain

Dans sa correspondance avec Rome, Antoine pouvait honnêtement évoquer ses exploits personnels et s'étendre sur le châtiment que son armée avait infligé à l'ennemi: jamais auparavant, pouvait-il observer à juste titre, les Romains n'avaient marché dans les territoires parthes et ne s'étaient comportés avec autant de vaillance. Ces affirmations sont sans doute loin de nous impressionner. Mais nous devons nous interroger sur leur crédibilité ou leur force de persuasion du point de vue romain. Quelle était la réaction probable des Romains - du moins pour les hommes qui n'étaient pas déjà hostiles à Antoine? Il peut nous sembler intuitif que, dans une société aussi belliqueuse que Rome, la défaite était indubitablement déshonorante, voire intolérable. Assurément pas une recommandation.

Supprimer la pub
Advertisement

Pourtant, il est clair pour nous que la vision romaine des commandants qui subissaient des revers militaires était compliquée par l'influence très réelle de ce qui était alors un "mythe de la compétence aristocratique universelle" largement répandu, une prédisposition populaire qui opérait encore plus fortement en faveur de la noblesse. Une défaite sans équivoque sur le champ de bataille ne diminuait évidemment pas le prestige d'un noble qui s'était battu avec bravoure. Il s'agissait là d'un jugement, les preuves dont nous disposons sont claires, que les Romains étaient d'autant plus enclins à porter lorsqu'il était possible de mettre en évidence des manquements de la part de subordonnés ou la perfidie d'alliés, notamment lorsque ces manquements contrastaient avec l'énergie et la bravoure d'un général. En outre, les Romains avaient pour habitude de considérer chaque défaite comme un revers qui n'était qu'une étape sur le chemin de la victoire finale. Le monde entier savait qu'Antoine avait surpassé la foudre après son revers à la bataille de Mutina (43 av. J.-C.). Le monde s'attendait à ce qu'il recommence.

Supprimer la pub
Advertisement

Réaction des Mèdes

Le point de vue romain sur la campagne d'Antoine ne fut pas le seul. Au cours de l'hiver, il reçut une ambassade d'Artavazde, le roi de la Médie Atropatène, qui cherchait désormais à s'allier avec Rome. Dion Cassius affirme qu'Artavazde s'était brouillé avec Phraatès lors d'un conflit portant sur la répartition du butin capturé aux Romains. Cela semble peu probable, car il n'y avait pas eu suffisamment de butin pris aux Romains pour motiver une querelle sérieuse. Mais il n'est pas du tout surprenant que l'invasion romaine et l'incapacité de Phraatès à l'écraser aient créé des tensions entre le roi et ses vassaux - en particulier le vassal dont le royaume avait été ravagé et qui était certain d'être la cible de la prochaine expédition de Rome. De l'autre côté de la guerre, ce qu'Artavazde vit de l'armée romaine d'Antoine dut lui faire une profonde impression, à tel point qu'il était prêt à rompre avec Phraatès pour devenir un allié romain. Son principal émissaire était l'ami d'Antoine, le roi Polémon. Grâce à la diplomatie, la Médie Atropatène se rendit à Rome et, plus tard, lors de la conclusion définitive de leur accord, le Mède restaura les étendards qu'Antoine avait perdus au cours de l'expédition. L'amitié du roi fut durable: La fille d'Artavazde fut plus tard fiancée à Alexandre Hélios et le roi mède combattit pour Antoine à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.).

Antoine pouvait légitimement affirmer qu'il avait vaincu l'Arménie, soumis l'Ibérie et l'Albanie, et gagné l'Atropatène pour Rome.

Pour Antoine, cette ouverture était la bienvenue. Il gagna un allié précieux dans la région, utile aussi bien contre l'Arménie que contre les Parthes. En outre, il pouvait désormais légitimement affirmer que, grâce à son expédition, il avait vaincu l'Arménie, soumis l'Ibérie et l'Albanie, et gagné l'Atropatène pour Rome. Antoine dépeignit sans doute le roi mède comme un suppliant, effrayé par les armes romaines, consterné par la faiblesse et la trahison des Parthes et implorant l'amitié de la république. Un grand et riche royaume, pouvait déclarer Antoine, et c'est ce qu'il fit, venait de s'ajouter à l'empire. Soudain, l'invasion des Parthes semblait un peu moins décevante.

Un succès coûteux ?

Rome attendait des nouvelles de la campagne d'Antoine. L'hiver aurait retardé l'arrivée de ses émissaires, mais au printemps, Octave et le sénat romain auraient certainement reçu le rapport d'Antoine. Dion Cassius le décrit comme un exercice d'autocongratulation, et ce fut sans doute le cas. Velleius et Florus se plaignirent tous deux qu'Antoine se comportaient comme s'il avait été victorieux. Mais même les ennemis d'Antoine, même si cela leur était pénible, ne pouvaient nier l'importance de détacher l'Atropatène de la Parthie et de l'ajouter à la domination de Rome. Octave ne le nia certainement pas. En effet, il célébra consciencieusement les réalisations de son beau-frère par des remerciements et des fêtes publiques. Ces festivités laissèrent une impression durable qui ne fut pas été entièrement dissipée par la campagne de propagande ultérieure d'Octave, ni même par la suppression ultérieure de la bonne réputation d'Antoine par Auguste.

Supprimer la pub
Advertisement

The Provinces of the Roman Empire under Augustus
Les provinces de l'Empire romain sous Auguste
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Virgile, dans son Enéide, présente Antoine comme le "conquérant des peuples de l'aurore" - victor ab Aurorae populis (VIII. 685) - une expression que le commentateur ultérieur Servius explique par la note "parce qu'il avait précédemment conquis les Parthes" (Serv. A. 8.686), ce qui nous permet de comprendre comment la ligne fut généralement prise. Néanmoins, les aspects les moins attrayants de la campagne d'Antoine finirent par être connus à Rome, en tout cas par les hommes de la classe politique, et certains, même ceux qui n'avaient pas de penchants partisans, en furent déconcertés. Après tout, la disposition romaine à faire confiance à la bravoure martiale de la noblesse, aussi répandue soit-elle, n'était probablement pas un instinct universel. Pour la plupart des Romains, cependant, et pour autant que l'Italie le sache, la campagne d'Antoine, bien que coûteuse, avait été un succès. Les Parthes avaient été punis. Et le serait encore.

Le coût humain de cette campagne avait été élevé. Beaucoup étaient tombés sous les armes des Parthes. Tout aussi nombreux étaient ceux qui avaient succombé à la maladie et aux complications des blessures. Il est toutefois difficile de déterminer le nombre de victimes, même approximatif. Les chiffres qui figurent dans nos sources sont exagérés et proviennent presque certainement de Dellius, dont l'attitude à l'égard d'Antoine n'était pas amicale. Néanmoins, au moins deux légions périrent lors de l'attaque initiale des Parthes et des milliers d'autres durent les rejoindre avant que les Romains n'atteignent leurs quartiers d'hiver. Comme c'était souvent le cas, les pertes des auxiliaires ne sont pas mentionnées. Celles-ci furent certainement sévères. Un quart de l'armée d'Antoine, et peut-être même un tiers, fut perdu. Antoine, qui était proche de ses hommes, ressentit profondément ces pertes. Peu importe sa position de vainqueur, il ne pouvait pas non plus ignorer les implications d'un revers aussi important dans sa campagne contre les Parthes. Pendant que ses soldats récupéraient dans leurs quartiers d'hiver, Antoine rejoignit Cléopâtre et se rendit avec elle à Alexandrie. Là, une fois de plus, le triumvir déçu se sentit réconforté par la compagnie et les conseils de Cléopâtre. Ils avaient beaucoup de choses à se dire.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
& W. Jeffrey Tatum
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Press, O. U. (2024, février 20). Campagne Parthique de Marc-Antoine [Mark Antony's Parthian Campaign]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2373/campagne-parthique-de-marc-antoine/

Style Chicago

Press, Oxford University. "Campagne Parthique de Marc-Antoine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le février 20, 2024. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2373/campagne-parthique-de-marc-antoine/.

Style MLA

Press, Oxford University. "Campagne Parthique de Marc-Antoine." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 févr. 2024. Web. 20 mai 2024.

Adhésion