Expédition d'Hernando de Soto en Floride

Article

James Hancock
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 10 mars 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

L'explorateur espagnol Hernando de Soto (c. 1500-1542) débarqua sur la côte ouest de la Floride le 30 mai 1539, avec l'espoir d'y trouver de riches royaumes à conquérir et à piller. Lui et son équipage voyagèrent pendant plus de quatre ans dans le sud-est de l'Amérique du Nord, massacrant les populations locales, mais ils finirent par rentrer chez eux les mains vides. Ils découvrirent que la région était remplie de dizaines d'importantes sociétés agricoles, mais qu'il n'y avait pas de riches États étincelants à vaincre.

Discovery of the Mississippi by De Soto
Découverte du Mississippi par De Soto
Architect of the Capitol (Public Domain)

Hernando de Soto

Né à Jerez de los Caballeros en Estremadure, en Espagne, Hernando Mendez de Soto était le deuxième fils de parents riches. Comme son frère aîné allait hériter du domaine familial, il dut déterminer sa propre carrière. À l'âge de 14 ans, de Soto se rendit en Amérique centrale comme page du premier gouverneur de Panama, Pedrarias Dávila. En tant que représentant de Dávila, il explora le Costa Rica et le Honduras à la recherche de trésors et de terres. Il conquit le Nicaragua en 1524 et fut nommé alcade, ou maire, de León. En 1530, de Soto s'engagea dans l'expédition de Francisco Pizarro (1478-1541) au Pérou. Il jouera un rôle important dans la conquête des Incas et recevra la troisième plus grande part des richesses volées, après Francisco Pizarro et son frère Hernando. De Soto fut le premier Européen à entrer dans Cuzco, la capitale de l'empire inca.

Supprimer la pub

Advertisement

De Soto avait quatre ans pour conquérir les "Indios" et sélectionner 200 lieues de côte pour son domaine personnel.

Désormais très riche, de Soto rentra chez lui en 1536 et épousa Isabel de Bobadilla, fille de Dávila. Bien qu'il ait une nouvelle épouse et une belle maison en Espagne, de Soto trépignait d'impatience. Il voulait être gouverneur tout comme Pizarro. En 1537, le roi Charles Ier d'Espagne (alias Charles V, empereur romain germanique) accorda à de Soto un asiento (poste) pour envahir et coloniser la Floride. De Soto avait quatre ans pour conquérir les "Indios" et choisir 200 lieues de côte pour son domaine personnel.

Explorations en Floride

Il y avait déjà eu deux explorations précédentes de la Floride. En 1513, Juan Ponce de León (1460-1521) avait mené la première et débarqua le long de la côte est de la Floride; il cartographia la côte atlantique jusqu'aux Florida Keys et au nord le long de la côte du Golfe. Il quitta la Floride en 1514, retourna brièvement à Porto Rico, puis rentra en Espagne. La deuxième expédition avait été menée par Pánfilo de Narvaez (c. 1470-1528) en 1527 pour établir des colonies et des garnisons en Floride. Cette mission échoua lamentablement. De Narvaez mourut en 1528, et seuls quatre membres de son groupe de 600 personnes revinrent. Ces quatre personnes rentrèrent en Nouvelle-Espagne après avoir été retenues en captivité par des autochtones et avoir erré pendant huit ans dans le sud-ouest des États-Unis et le nord du Mexique.

Supprimer la pub

Advertisement

Le voyage de De Soto

Le 7 avril 1538, De Soto et 650 hommes quittèrent Séville, en Espagne, pour La Havane, à Cuba, d'où ils partirent en mai 1539 en direction de la Floride. Le groupe comprenait des chevaliers, des fantassins, des artisans, des prêtres, des charpentiers et des scribes, ainsi que 200 chevaux et un grand troupeau de porcs. De Soto débarqua sur la côte ouest de la Floride, à la chefferie d'Ocita, probablement dans la région de la baie de Tampa. Au cours des mois qui suivirent, le groupe explora les environs du lieu de débarquement, puis se dirigea vers le nord et le nord-ouest jusqu'à Anhaica, la principale ville de la tribu des Apalaches située aux alentours de Tallahassee.

Cette première exploration servit de modèle pour l'ensemble de la mission de Soto. À cette époque, le sud-est des États-Unis comptait de nombreuses chefferies d'agriculteurs. De Soto voyagea d'une communauté indigène à l'autre en suivant les pistes locales et campait près des villages où se trouvaient des réserves de maïs. Là, il demandait aux chefs locaux de lui dire où il pouvait trouver de l'or, de l'argent ou tout autre objet précieux. De Soto n'emportait pas d'autres vivres que les cochons (qu'il abattait rarement), et son armée se nourrissait du maïs pris aux villageois, les mettant souvent en danger de famine. Il s'emparait également de dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants de la région pour transporter les équipements et les fournitures, effectuer les tâches du camp et satisfaire tous les autres besoins de l'armée. Toute résistance entraînait une punition rapide et cruelle.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Lors d'une de leurs premières incursions à partir d'Ocita pour explorer la campagne, l'armée de De Soto rencontra un Espagnol, Juan Ortiz, qui avait fait partie de l'expédition de Narvaez et avait été retenu en captivité par les Apalaches pendant environ dix ans. Ortiz fournit à De Soto des renseignements sur la région de la baie de Tampa et jouera un rôle essentiel en tant que traducteur.

De Soto et ses hommes passèrent l'hiver 1539-1540 à Anhaica et dans plusieurs colonies voisines. Ils y firent une centaine de captifs, les enchaînèrent avec des colliers autour du cou et leur firent porter les bagages et de moudre le maïs pour nourrir l'armée. Au printemps, les explorateurs se dirigèrent vers le nord de la Géorgie avec leurs esclaves et serpentèrent à travers la Caroline du Sud, la Caroline du Nord et le Tennessee, avant de se diriger vers le sud-ouest, à travers le coin nord-ouest de la Géorgie, vers le centre de l'Alabama. Là, ils découvrirent la ville fortement palissadée de Mabila où ils furent attaqués par les guerriers du chef Tascalusa (également connu sous les noms de Tuskalusa et Tuskaloosa). Une bataille féroce d'une journée s'ensuivit, au cours de laquelle 22 Espagnols furent tués et 148 blessés; cependant, les indigènes subirent le plus le choc de la bataille en perdant de 2 500 à 3 000 hommes.

Tuscaloosa Meeting De Soto
Tascalusa rencontre De Soto
Roderick McKenzie (Public Domain)

L'armée de De Soto resta à Mabila pendant environ un mois pour se remettre de ses blessures. Ils se dirigèrent ensuite vers les terres des Chicachas, où ils campèrent pendant l'hiver 1540-41. En chemin, ils entrèrent en contact avec plusieurs autres groupes indigènes, dont les Ichisi, les Ocute, les Cofitachequi, les Coosa et les Tascalusa. Ces groupes étaient tous des chefferies, des sociétés sans classe dont le chef prenait les principales décisions. Tous construisaient d'imposants monticules de terre pour les activités cérémonielles et cultivaient le maïs sur les terres basses des rivières.

Supprimer la pub

Advertisement

De Soto et son groupe passèrent un hiver difficile sur le territoire des Chicachas. L'hiver 1540-41 fut glacial, ils n'avaient pas d'abri adéquat et ils n'avaient que peu de vêtements usés. De plus, les Chicachas les tenaient constamment sur les nerfs en menant une guérilla contre eux, jour et nuit. Les relations devinrent particulièrement tendues lorsque De Soto se prépara à partir au printemps et exigea 200 porteurs de fardeaux pour les servir dans leurs déplacements. Juste avant l'aube du 4 mars, jour du départ de l'expédition, plusieurs centaines de Chicachas attaquèrent les Espagnols et mirent le feu à leur camp. Douze Espagnols, 59 chevaux et des centaines de porcs moururent dans l'attaque. Le nombre de victimes Chicachas n'est pas connu.

Le chef des Casqui offrit sa fille en mariage à de Soto.

Après avoir pris le temps de se remettre, l'expédition se dirigea vers le nord-ouest en traversant les chefferies Alibamu et Quisqui, et découvrit en chemin le fleuve Mississippi. Ils y construisirent des radeaux pour traverser le puissant fleuve, et pendant la traversée, ils furent accueillis par les habitants de la chefferie d'Aquixo. Ils arrivèrent dans une flotte de 200 canots, chacun transportant une centaine de guerriers décorés de peintures et de plumes colorées. Leur chef offrit à de Soto du poisson et des pains aux prunes et prétendit représenter le chef de Pacaha, dont la province se trouvait plus loin sur le fleuve. De Soto repoussa cette tentative d'amitié en ordonnant à ses arbalétriers de tirer sur les visiteurs, les obligeant à se retirer, non sans gestes de dédain.

Après avoir traversé la rivière, De Soto et sa troupe traversèrent le centre de l'Arkansas et rencontrèrent les chefferies de Casqui, Pacaha, Quiguate, Coligua, Cayas et Tula. Dans cette région, ils pénètrent dans les franges territoriales des Grandes Plaines où les populations locales étaient des chasseurs de bisons. Les Casqui furent très accueillants et donnèrent aux Espagnols de la nourriture et des peaux de bison en cadeau, même s'ils avaient souffert d'une sécheresse prolongée. Le chef des Casqui offrit également à de Soto sa fille en mariage, disant que son plus grand désir était d'unir son sang à celui d'un si grand chef que lui. Lorsque les prêtres de l'expédition parlèrent aux Casqui de leur Dieu chrétien, le chef les supplia de prier pour la pluie. De Soto fit ériger une grande croix sur le tertre de leur temple et les prêtres organisèrent une cérémonie religieuse. Incroyablement, il plut le jour suivant. Les Casqui, enhardis, demandèrent alors aux Espagnols de se joindre à eux pour attaquer la chefferie rivale des Pacahas, affirmant qu'ils possédaient de l'or. Une force combinée de soldats espagnols et de guerriers Casqui mit en déroute la ville principale de Pacaha, mais les Espagnols ne trouvèrent pas d'or.

Supprimer la pub

Advertisement

De Soto et son armée continuèrent leur voyage et arrivèrent début novembre à Autiamque, situé sur la rive sud de la rivière Arkansas entre Little Rock et Pine Bluff modernes. Ils y passèrent un autre hiver glacial, au cours duquel ils furent complètement bloqués par la neige pendant un mois. À cette époque 250 de ses hommes avaient déjà perdu la vie ainsi que 150 de ses chevaux. Leur interprète Juan Ortiz mourut également cet hiver-là, et à partir de ce moment-là, la communication avec les peuples indigènes devint extrêmement difficile.

Route of the de Soto Expedition
Route de l'expédition de Soto
Herb Roe (CC BY-SA)

Ils quittèrent Autiamque au début du mois de mars 1542 et se rendirent à la chefferie d'Anilco, située le long de la rivière Arkansas, juste au-dessus de son confluent avec le Mississippi. Anilco était l'une des chefferies les plus densément peuplées rencontrées par De Soto au cours de son voyage. De plus en plus frustré par l'état de son armée et son incapacité à trouver de l'or, de Soto envoya un message au chef local, exigeant qu'il se présente à lui et offre un tribut. Lorsque le chef refusa, de Soto entra dans une colère noire et ordonna une attaque brutale, massacrant des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants.

Juste avant l'attaque, de Soto tomba malade et eut une forte fièvre; il ne fut pas en mesure de mener le combat. Il mourut quelques jours plus tard à l'âge de 42 ans et Luis Moscoso de Alvarado lui succéda comme capitaine général. Souhaitant dissimuler la mort de De Soto aux autochtones qui avaient été amenés à croire qu'il était immortel, les Espagnols enveloppèrent le corps de De Soto dans des châles lestés de sable et, à la faveur de l'obscurité, le coulèrent dans le fleuve Mississippi.

Supprimer la pub

Advertisement

Le retour de l'expédition

Après la mort de De Soto, les membres restants de l'expédition débattirent de la meilleure manière de rejoindre la Nouvelle-Espagne (Mexique) et de mettre fin à la mission. Ils pouvaient s'échapper par voie terrestre ou fluviale. Ils choisirent d'abord choisi la voie terrestre mais abandonnèrent rapidement cette approche car ils eurent du mal à trouver suffisamment de maïs pour subvenir à leurs besoins le long du chemin. Ils retournèrent sur le Mississippi et choisirent comme point de départ Aminoya où se trouvaient deux villes palissadées. Ils s'installèrent dans l'une d'elles et démolirent l'autre pour construire leurs navires.

Le matin du 2 juillet, ils commencèrent à descendre le fleuve. En plus du courant, chaque bateau était propulsé par sept paires de rames et une voile qui se déployait lorsque le vent était favorable. Leur progression fut rapide, et ils parcoururent 48 miles le premier jour avant de s'amarrer pour la nuit près de l'embouchure de la rivière Arkansas.

Burial of De Soto
Funérailles de De Soto
Architect of the Capitol. (Public Domain)

Le jour suivant, ils arrivèrent à Huhasene, sous le contrôle du chef Quigualtam, et ils pillèrent une grande quantité de maïs des greniers de son village. Cela rendit le chef furieux et, le matin suivant, il attaqua les Espagnols avec une flotte d'une centaine de grands canots de guerre. Les guerriers poursuivirent l'attaque toute la journée et toute la nuit, les Espagnols s'enfuirent le long du fleuve aussi vite qu'ils le purent. Finalement, vers midi le 5 juillet, Quigualtam ordonna aux canots de rentrer chez eux, car ils avaient apparemment atteint la fin de leur territoire. À peine cette attaque terminée, un autre chef envoya une deuxième flotte de 50 grands canots pour les affronter. Cette poursuite dura encore un jour et une nuit jusqu'à ce que ces combattants se désengagent également.

À ce stade, désormais proches de l'actuelle ville de Natchez, les Espagnols furent finalement laissés tranquilles, probablement parce qu'ils ne passaient plus sur le territoire de puissantes chefferies. Moscoso et ses hommes atteignirent l'embouchure du Mississippi 12 jours plus tard, après avoir parcouru 400 à 500 miles de rivière (de 650 à 800 km). De là, ils naviguèrent et ramèrent le long de la côte du Golfe, et 53 jours plus tard, le 10 septembre 1543, ils arrivèrent à l'embouchure de la rivière Pánuco au Mexique où se trouvait une colonie espagnole. L'expédition de Soto se termina là après quatre ans et quatre mois, avec environ la moitié de l'armée survivante. Les explorateurs avaient parcouru plus de 8 000 kilomètres à pied, à cheval et en bateau.

L'importance de l'expédition De Soto

À l'époque, l'expédition de De Soto fut considérée comme un échec, car elle n'avait pas trouvé de société étatique disposant de réserves de métaux et de pierres précieuses comme celles que possédaient l'empire inca et la civilisation aztèque. L'intérêt des Espagnols pour la région s'émoussa, et c'est à la France et à l'Angleterre, au milieu du XVIIe siècle, qu'il revint de poursuivre des projets impériaux dans la région. Quoi qu'il en soit, l'expédition de De Soto fut couronnée de succès à bien des égards. Les expéditions ultérieures dans l'intérieur du sud-est au cours de la seconde moitié du XVIe siècle et au-delà s'appuyèrent largement sur les connaissances générées par cette expédition.

C'est l'expédition de De Soto qui réussit pour la première fois à pénétrer et à explorer les vastes régions intérieures du sud-est des États-Unis. En tant que premiers Européens à voir l'intérieur du continent, l'expédition de De Soto est comparable en importance à l'expédition de Coronado (1540-42) qui explora l'ouest des États-Unis. Les récits écrits de ce voyage contiennent les seules descriptions des peuples qui habitaient la région avant le contact avec les Européens. De plus, les rapports de l'expédition sur la terre ont plus tard contribué à stimuler la colonisation.(Sentier de Soto, 14)

L'expédition de De Soto est également importante d'un point de vue historique car les participants observèrent et prirent note de nombreuses sociétés indigènes alors encore intactes. Ces sociétés avaient construit de grands monticules et étaient des horticulteurs experts qui cultivaient du maïs, des haricots et des courges en quantités suffisantes pour soutenir des populations importantes. Cependant, ces sociétés commençaient à peiner, troublées par l'instabilité interne et la concurrence extérieure, et commençaient à se fracturer et à se recombiner. Leur population fut également fortement décimée par les maladies apportées par la longue et vaste expédition de Soto.

Lorsque les Européens recommencèrent à explorer l'intérieur du sud-est à la fin du XVIIe siècle, ils constatèrent que de nombreuses grandes chefferies s'étaient effondrées, que les sociétés de construction de tumulus avaient pour la plupart disparu et que les survivants avaient commencé à se regrouper pour former les groupes historiques du XVIIIe siècle, notamment les Creeks, les Chactas, les Chicachas, les Cherokees et les Catawbas.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Qui était Hernando de Soto ?

Hernando de Soto (c. 1500-1542) était un explorateur espagnol qui joua un rôle important dans la conquête des Incas. Il fut le premier Européen à entrer à Cuzco, la capitale de l'Empire Inca, mais il est surtout connu pour son expédition de 4 ans en Floride.

Qu'a découvert Hernando de Soto ?

De Soto faisait partie de l'expédition de Pizarro au Pérou, mais il mena également sa propre expédition au cours de laquelle il explora le sud-est de l'Amérique du Nord et fut le premier Européen à voir le fleuve Mississippi.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

James Hancock
James F. Hancock est écrivain indépendant et professeur émérite à la Michigan State University. Il s'intéresse particulièrement à l'évolution des cultures et à l'histoire du commerce. Il a notamment publié Spices, Scents and Silk (CABI) et Plantation Crops (Routledge).

Citer cette ressource

Style APA

Hancock, J. (2022, mars 10). Expédition d'Hernando de Soto en Floride [Hernando de Soto's Expedition to La Florida (1539-1542)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1959/expedition-dhernando-de-soto-en-floride/

Style Chicago

Hancock, James. "Expédition d'Hernando de Soto en Floride." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 10, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1959/expedition-dhernando-de-soto-en-floride/.

Style MLA

Hancock, James. "Expédition d'Hernando de Soto en Floride." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 10 mars 2022. Web. 01 juil. 2022.

Adhésion