Les Mariées de Jamestown

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 mars 2021
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
X

Les mariées de Jamestown (également connues sous le nom d'épouses-tabac) étaient de jeunes femmes célibataires transportées d'Angleterre vers la colonie de Jamestown, en Virginie, entre 1620 et 1624, pour y être mariées à des colons déjà établis dans la colonie. Les femmes avaient leurs propres raisons de faire la traversée de l'Atlantique, mais elles étaient encouragées par la Virginia Company de Londres.

Ces femmes recevaient une dot de la Virginia Company qui avait financé l'expédition à l'origine de la création de Jamestown en 1607. Beaucoup d'hommes qui s'étaient rendus à Jamestown par la suite avaient gagné assez d'argent et étaient ensuite rentrés en Angleterre pour se marier, tandis que d'autres étaient morts et que d'autres encore avaient épousé des femmes autochtones et étaient allés vivre avec leurs tribus. L'un des fondateurs de la Virginia Company, Sir Edwin Sandys (prononcé Sands, 1561-1629) mit en place le programme d'envoi de femmes comme épouses en 1619 afin d'empêcher les hommes de déserter la colonie et d'assurer la stabilité, l'harmonie et le sens de la communauté, et c'est ainsi que le programme des épouses de Jamestown fut lancé.

Supprimer la pub
Publicité

Jamestown Brides
Les mariées de Jamestown
John Clark Ridpath (Public Domain)

Les jeunes femmes devaient être recommandées pour le programme et ces lettres les accompagnaient pendant le voyage. Bien que l'on ait souvent prétendu que la Virginia Company avait "vendu" des femmes aux colons, cette affirmation a été maintes fois discréditée. L'argument repose sur le fait que la Virginia Company faisait payer aux hommes de la compagnie 120 à 150 livres de tabac pour une épouse (d'où l'épithète "épouses-tabac"), mais cette somme servait à couvrir les frais de voyage et les dots fournies par la compagnie pour les femmes. Le tabac n'était pas le prix d'une épouse, et les hommes qui souhaitaient se marier mais n'en avaient pas les moyens étaient invités à rembourser ce qu'ils pouvaient lorsqu'ils le pourraient.

Diverses personnes tentèrent de tirer parti du programme et d'enlever des jeunes femmes pour les envoyer en Virginie contre leur gré. Bien que cela se soit probablement produit plus souvent qu'on ne le dit, les archives officielles indiquent que ces personnes furent arrêtées et poursuivies, généralement exécutées, et que les femmes furent libérées. Le programme était toujours en vigueur en 1623 - bien que l'on ne sache pas exactement combien de femmes arrivèrent cette année-là - et prit fin lorsque le roi Jacques Ier d'Angleterre (r. de 1603 à 1625) révoqua la charte de la Virginia Company et prit le contrôle direct de la colonie en 1624. La série télévisée Jamestown (2017-2019), qui a reçu des critiques largement positives pour son exactitude historique, est une adaptation moderne des mariées de Jamestown.

Supprimer la pub
Publicité

Les premières années de Jamestown

Jamestown fut fondée en tant qu'entreprise commerciale par la Virginia Company de Londres en 1607. Le succès de la colonie fut loin d'être immédiat, car la centaine d'hommes et de garçons qui composaient l'expédition n'avaient que peu ou pas de compétences en agriculture et, de plus, les dirigeants avaient choisi d'implanter la colonie dans un marécage. Ils ne survécurent la première année que grâce à la générosité du chef Powhatan (également connu sous le nom de Wahunsunacock, c. 1547-c. 1618). Le capitaine John Smith (1580-1631) négocia une paix avec la confédération Powhatan, qui fut mise à mal par les abus continuels des colons à l'égard des autochtones, leur volant de la nourriture et des terres. Les relations furent mises à rude épreuve par l'arrivée de nouveaux colons en 1608, amenés par l'un des fondateurs, Christopher Newport (1561-1617), qui était retourné en Angleterre pour se ravitailler et qui ne ramena que des colons supplémentaires ayant besoin de nourriture et d'un abri.

La proportion d'hommes et de femmes dans la colonie resta approximativement de 7 à 1. Les hommes quittaient la colonie pour épouser des Autochtones ou retournaient en Angleterre pour se marier.

L'une de ces nouvelles arrivées était Anne Burras, servante de Thomas et de Mistress Forrest, qui deviendrait la première femme anglaise à se marier dans la colonie, avec John Laydon, l'un des colons, à la fin de l'automne 1608. D'autres femmes suivirent, tandis que Newport faisait des allers-retours à travers l'Atlantique pour réapprovisionner la colonie en personnes, mais avec peu de vivres pour les nourrir.

Supprimer la pub
Publicité

Le capitaine John Smith fut blessé dans un accident de poudre à canon en octobre 1609 et retourna en Angleterre pour y être soigné, mais avant même son départ, les relations avec les tribus Powhatan s'étaient détériorées en raison de l'indigence continuelle des colons et de leurs vols répétés de nourriture et de terres. Leur comportement finit par conduire le chef Powhatan à limiter les interactions avec les colons et, finalement, à ordonner en 1609 que les colons restent à l'intérieur des fortifications de Jamestown; ceux qui seraient trouvés sur les terres des Powhatans seraient tués.

L'ordre de Powhatan contribua à ce que l'on appelle la période de famine à Jamestown pendant l'hiver 1609-1610, au cours de laquelle les gens mangèrent des chiens, des chevaux, de la vermine, des cadavres et, dans un cas, une femme. Un colon anonyme, selon John Smith :

a tué sa femme, l'a saupoudrée et en a mangé une partie avant que cela ne soit connu, ce qui lui a valu d'être exécuté, comme il le méritait. Je ne sais pas si elle aurait été meilleure rôtie, bouillie ou cuite au charbon, mais je n'ai jamais entendu parler d'un plat tel que la femme saupoudrée. (411)

En mai 1610, le nouveau gouverneur, Sir Thomas Gates (c. 1585-1622), arriva et, ne trouvant plus que 60 colons en vie et Jamestown en ruines, ordonna son abandon. Après avoir embarqué les survivants, il descendait le fleuve lorsqu'il fut rejoint par un autre navire transportant l'aristocrate Thomas West, Lord De La Warr (1577-1618), qui lui donna l'ordre de faire demi-tour et de rétablir Jamestown. West instaura de nouvelles politiques très dures à l'égard des Autochtones et déclencha la première guerre anglo-powhatan (1610-1614), qui fit plus de 400 morts parmi les colons. La guerre n'empêcha cependant pas l'arrivée d'autres colons venus d'Angleterre, dont de nombreuses femmes. Cecily Jordan Farrar, qui deviendrait la matriarche de la célèbre famille Farrar, arriva en 1610 en tant que fillette de dix ans dont le nom apparaît sur une liste de passagers avec 20 femmes.

Supprimer la pub
Publicité

Jamestown Settlement - English Homes
Colonie de Jamestown, maisons anglaises
Bill Barber (CC BY-NC)

Malgré cela, le ratio hommes/femmes dans la colonie resta d'environ 7-1. Les hommes quittaient la colonie pour épouser des Autochtones ou retournaient en Angleterre pour se marier et, bien sûr, beaucoup d'autres mouraient à la guerre, de malnutrition ou de maladie. En 1611, Sir Thomas Dale arriva et institua ses célèbres lois strictes qui interdisaient le mariage avec les autochtones, mais cela ne semble pas avoir arrêté la rotation constante de la population masculine.

Les mariées de Jamestown

John Rolfe (1585-1622), qui était arrivé avec Gates, planta une culture de tabac fructueuse qui sauva la colonie en 1614. Ce boom économique soudain attira davantage de colons, mais toujours pas assez de femmes. La première guerre anglo-powhatan se termina par le mariage de John Rolfe avec Pocahontas (c. 1596-1617), fille du chef Powhatan, en 1614, instaurant une période de calme et de prospérité connue sous le nom de Paix de Pocahontas (1614-1622). Pendant cette période, les colons et les indigènes commercèrent entre eux et interagirent avec peu de conflits, ce qui favorisa une plus grande stabilité. Jamestown avait cependant plus le goût d'un avant-poste militaire que celui d'une entreprise commerciale ou d'une colonie de peuplement. La Virginia Company reconnut qu'elle avait besoin d'une force stabilisatrice, et sa réponse au problème fut le programme des mariées de Jamestown.

Baptism of Pocahontas
Baptême de Pocahontas
John Gadsby Chapman (Public Domain)

Sir Edwin Sandys, alors trésorier de la Virginia Company, comprit également que la colonie avait besoin d'un gouvernement direct, pratique et représentatif, capable de résoudre rapidement les problèmes au lieu de les renvoyer sans cesse en Angleterre. En 1619, il ordonna la création de la Chambre des bourgmestres et, la même année, lança le programme des mariées. La compagnie ne s'était pas rendu service jusque-là, car elle avait déjà tenté de stabiliser Jamestown en envoyant des enfants sans abri, "âgés de 12 ans et plus", qui serviraient de domestiques sous contrat jusqu'à l'âge de 21 ans (Neill, 161), puis avait proposé de résoudre le problème de la surpopulation des prisons anglaises et son propre besoin de colons supplémentaires en envoyant des condamnés en Virginie; aucun de ces programmes n'avait ajouté quoi que ce soit à la stabilité de la colonie.

Supprimer la pub
Publicité

Sandys fit afficher des tracts dans toute l'Angleterre et les fit imprimer dans les journaux pour annoncer le nouveau programme. Les publicités mettaient l'accent sur la vie agréable qui attendait les femmes en Virginie et sur la garantie d'un mariage avec un homme fortuné. Les archives de la Virginia Company précisent que les femmes étaient libres de choisir leur compagnon et n'étaient pas obligées d'épouser quelqu'un qu'elles trouvaient désagréable. Dans une lettre adressée au gouvernement colonial, elles déclarent :

Nous avons fait preuve d'un soin et d'une diligence extraordinaires pour les choisir et nous n'en avons reçu aucune dont nous n'ayons reçu un bon témoignage de leur vie honnête et de leur conduite, que nous envoyons ci-joint avec leurs noms pour la satisfaction de ceux qui les épouseront.... nous espérons que ce témoignage et leurs propres mérites, ainsi que vos faveurs et vos soins, les marieront toutes à des hommes honnêtes et suffisants, dont les moyens leur permettront de rembourser la dette actuelle ; mais si l'une d'entre elles se marie par hasard ou par amour (car nous n'osons pas porter atteinte à la liberté du mariage) à un homme qui n'est pas en mesure de rembourser, nous souhaitons que, dès que possible, ils soient contraints de payer la véritable quantité de tabac proposée et que cette dette ait la priorité sur toutes les autres à recouvrer. (Neill, 246-247)

À cette époque, le tabac remplissait la même fonction que la monnaie légale. Le prix du remboursement du passage, de la nourriture et des dots modestes pour les femmes était de 120 livres de tabac en 1620 et de 150 livres en 1622 (environ 5 000 dollars en monnaie d'aujourd'hui). Le prix élevé du remboursement pour l'envoi à un homme d'une épouse de bonne famille et de bonne moralité était censé dissuader les personnes peu fortunées d'essayer de courtiser l'une des femmes, assurant ainsi aux épouses un avenir confortable et stable.

Les femmes

Celles qui choisissaient de participer au programme y voyaient une chance d'accéder à une nouvelle vie sans être entravées par la hiérarchie sociale rigide de l'Angleterre. Les filles issues de familles pauvres avaient peu d'espoir d'acquérir une dot qui leur permettrait de faire un bon mariage, mais grâce au programme, une modeste dot leur était offerte, ainsi que la promesse d'un homme aisé comme mari. Les jeunes filles et les femmes qui travaillaient toute la journée comme domestiques dans les maisons des riches voyaient dans le programme un réel espoir de pouvoir un jour posséder leur propre maison et peut-être commander leurs propres domestiques. De 90 à 100 femmes arrivèrent en 1620, un navire - le Marmaduke - transportant 13 femmes et peut-être un autre avec plus de femmes en 1621, et un autre d'un nombre égal ou supérieur en 1622. L'universitaire Misha Ewen commente :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les femmes qui arrivèrent à cette époque avaient des motivations personnelles pour se rendre en Virginie. Elles comptaient sur leurs propres facultés pour chercher des opportunités en Virginie, y compris Abigail Downing, une veuve qui se rendit dans la colonie en 1623. Elle paya le coût de son voyage afin d'être "libre de disposer d'elle-même lorsqu'elle arriverait en Virginie", avec l'intention d'épouser un "honnête homme". Elle n'avait pas non plus été trompée sur les conditions de vie à Jamestown, promettant de "se donner du mal et de rendre tous les services possibles" afin de "gagner sa vie". En Angleterre, les possibilités de se marier et de fonder une famille dans un foyer indépendant étaient entravées par le climat économique et social. La croissance démographique s'était accélérée à la fin du XVIe et au XVIIe siècle, en même temps que la chute des salaires réels, laissant de nombreuses personnes sous-employées et appauvries. Sans revenus décents, les couples ne pouvaient pas se permettre de s'installer. Les treize femmes âgées de seize à vingt-huit ans qui partirent pour la Virginie à bord du Marmaduke en 1621 devaient être parfaitement conscientes de cette réalité. (Musselwhite, et. al., 138)

Après 1622, à leur arrivée à Jamestown, les femmes étaient logées dans leur propre petit village connu sous le nom de Maid's Town ; avant 1622, elles étaient vraisemblablement accueillies par des membres de la compagnie ou se voyaient attribuer un logement en ville. Les documents officiels du programme soulignent la bonne fortune des participantes et leur brillant avenir, mais, comme le note l'universitaire Jennifer Potter :

Si les livres de comptes et les registres peuvent vous donner les noms des passagers embarqués, ils ne peuvent pas vous dire ce que pensaient ces passagers, ni comment les femmes envisageaient leur avenir en attendant [d'être transportées vers le Nouveau Monde]. (17)

Jamestown Colonists Choosing Brides
Les colons de Jamestown choisissent des épouses
Eunice C. Corbett and Anna Content (Public Domain)

Les compétences, les antécédents, les liens familiaux et la classe sociale des femmes faisaient tous partie du dossier remis par la Virginia Company au gouvernement colonial, et il est probable que nombre d'entre elles se soient senties comme des chevaux, du bétail ou des chiens de chasse dont le pedigree aurait été inspecté avant qu'elles ne soient approuvées et prises en charge. Potter commente :

En élaborant son prospectus pour les maris potentiels, la Virginia Company prit soin d'énumérer les réalisations des femmes. La provenance seule était une garantie suffisante de valeur pour la plupart des filles de la noblesse, tandis que les compétences énumérées pour les femmes de statut inférieur étaient généralement de deux sortes: des compétences pratiques et solides en matière de ménage d'une part, et des compétences plus raffinées en matière de travaux d'aiguille ou de tricot d'autre part. (20)

Les femmes étaient présentées à des maris potentiels lors de réunions parrainées par les hommes de la compagnie et la cour était supervisée publiquement par les dames de la communauté. Bien que les documents officiels affirment qu'ils n'ont jamais été trompés sur la vie à Jamestown, les rapports des hommes qui avaient quitté la colonie montrent clairement que la colonie de Virginie présentait une image beaucoup plus brillante de la vie dans le Nouveau Monde que celle qu'ils avaient trouvée dans la réalité. La paix de Pocahontas avait apporté à Jamestown et à ses colonies satellites un certain degré de calme et de prospérité et, certes, la culture rentable du tabac avait permis à de nombreux planteurs de s'enrichir, mais la vie à Jamestown restait difficile dans l'ensemble et la paix ne dura pas.

Conclusion

Pocahontas mourut en 1617 au retour d'une tournée promotionnelle en Angleterre, mais Wahunsunacock maintint la paix jusqu'à sa mort vers 1618. Depuis 1610, les colons avaient continué à empiéter sur les terres des Autochtones, à profaner les sites sacrés, à voler le maïs et d'autres denrées alimentaires et, d'une manière générale, à maltraiter les tribus de la région. Le 22 mars 1622, le nouveau chef Powhatan, Opechancanough (1554-1646), lança une offensive d'une journée connue sous le nom de "massacre indien de 1622", tuant plus de 300 colons et déclenchant la deuxième guerre anglo-powhatan (1622-1626). Cette guerre coûterait encore plus de vies et, même après sa fin officielle, les hostilités se poursuivraient.

La guerre ne dissuada cependant pas les femmes de participer au programme, et d'autres arrivèrent en 1623 et au début de 1624. La maladie et la mort en couches emportèrent un certain nombre de femmes qui ne furent pas tuées lors des attaques des autochtones, tandis que la malnutrition, les violences domestiques et les accidents en emportèrent d'autres. Sur les plus de 150 femmes qui participèrent au programme des mariées de Jamestown, seules un peu plus de 30 vécurent jusqu'à leur sixième année dans la colonie. Le roi Jacques Ier réagit au massacre indien de 1622 en dissolvant la Virginia Company en 1624 et en délivrant une charte royale pour la colonie, dont il prit lui-même le contrôle.

Jacques Ier mit fin au programme de mariage, mais à cette époque, la vision de Sandys d'une colonie stable composée de familles s'était concrétisée. Jamestown et les autres établissements de la colonie de Virginie devraient encore faire face à un certain nombre de défis importants, mais ils étaient désormais peuplés de familles et non plus d'hommes célibataires. D'autres femmes, avec ou sans mari, arrivèrent plus tard, encouragées par le fait que la loi virginienne était beaucoup moins stricte que celle de l'Angleterre, ce qui permettait aux femmes de jouir de droits personnels plus importants.

Les archives de l'époque montrent que les femmes pouvaient refuser de réciter les vœux habituels du mariage, qu'elles pouvaient conclure et rompre des contrats commerciaux et des accords matrimoniaux, et que les veuves pouvaient posséder et gérer les biens de leur mari. Les mariées de Jamestown qui survécurent à leurs premières années dans la colonie devinrent les femmes respectables de la colonie de Virginie et, dans un certain nombre de cas, purent réaliser le rêve de posséder leur propre maison et de diriger leur propre vie.

Supprimer la pub
Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, mars 11). Les Mariées de Jamestown [Jamestown Brides]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1708/les-mariees-de-jamestown/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Les Mariées de Jamestown." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 11, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1708/les-mariees-de-jamestown/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Les Mariées de Jamestown." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 mars 2021. Web. 23 mai 2024.

Adhésion