Xoïs

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$2769 / $18000

Définition

Joshua J. Mark
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 17 février 2014
Disponible dans d'autres langues: Anglais
X
Nile Delta (by Jacques Descloitres (NASA), CC BY-NC-SA)
Delta du Nil
Jacques Descloitres (NASA) (CC BY-NC-SA)

Xoïs (comme l'appelaient les Grecs) était une vaste cité antique située sur une île marécageuse au centre du delta du Nil en Égypte, l'actuelle Sakha. Elle fut fondée vers 3414-3100 av. J.-C. et fut habitée sans interruption jusqu'à l'apparition du christianisme vers 390 de notre ère. À l'époque de la cinquième dynastie d'Égypte (2498-2345 av. J.-C.), Xoïs était déjà considérée comme une ville antique. Elle servit de capitale de l'Égypte pendant le règne des Hyksos en Égypte et fut le site de la bataille cruciale entre Ramsès III (1186-1155 av. J.-C.) et les Peuples de la mer avec leurs alliés libyens en 1178 av. J.-C..

Centre religieux

C'était un centre de culte du dieu Amon-Râ et était réputé pour la production de vin fin et d'articles de luxe. Connue sous le nom de Khasut ou Khaset par les Égyptiens, la cité insulaire est parfois identifiée à No-Amon (nom traditionnellement attribué à Thèbes) mentionnée dans le livre biblique de Nahum où le prophète Nahum met en garde la ville de Ninive contre son orgueil et sa destruction prochaine : "Es-tu meilleure que la populeuse No-Amon, qui était située parmi les fleuves, qui était entourée par les eaux, dont le rempart était la mer et la muraille la mer ?" (Nahum 3:8). Le fait qu'une ville aussi célèbre que Ninive soit comparée à Xoïs témoigne de l'importance de la cité égyptienne et de la renommée dont elle jouissait, mais il convient de noter que le passage de Nahum a également été interprété comme faisant référence à Thèbes.

Amon était un dieu étroitement associé à Thèbes qui prit de l'importance lorsque le prince thébain Mentouhotep II (2061-2010 avant notre ère) vainquit ses rivaux et établit Thèbes comme capitale de l'Égypte. Amon existait cependant auparavant, et Xoïs était l'un des sites sacrés pour son culte. Dans la région du Delta de Xoïs, Amon était un dieu de la fertilité et Ptah le dieu créateur, mais cette situation allait changer avec l'avènement de Thèbes comme capitale, lorsqu'Amon fut considéré comme le créateur suprême et celui qui donne la vie, représenté par le soleil. L'épouse d'Amon, Mout, représentait les rayons du soleil et leur fils, Khons, le dieu de la guérison. Bien que ces trois divinités soient connues sous le nom de Triade thébaine, directement associées à Thèbes, leur vénération se propagea par le biais du commerce des villes de Haute-Égypte comme Thèbes à celles de Basse-Égypte comme Xoïs.

Domination des Hyksôs et Xoïs capitale

Lorsque les mystérieux Hyksôs envahirent l'Égypte vers 1800 avant notre ère, ils soumirent le pays et, en 1720 avant notre ère, firent de la dynastie égyptienne de Thèbes un État vassal. Xoïs devint alors le centre concurrent pour la domination du pays. L'expert John A. Wilson écrit :

Une certaine forme de domination s'est maintenue à Thèbes tout au long de la période, bien que pendant un certain temps cette domination ait été subordonnée à celle des Hyksôs. De plus, au début de la période, il est possible qu'une dynastie égyptienne autochtone à Xoïs, dans le Delta, ait fait concurrence à Thèbes. Ainsi, le modèle serait des dynasties thébaines tout au long de la période, perhpas une dynastie Xoïte au début, et des dynasties Hyksôs pour les trois derniers quarts de la période. (158).

Wilson précise qu'il est difficile de comprendre l'importance de la ville de Xoïs à cette époque en raison de l'absence de documents contemporains. Cette même absence d'archives, bien sûr, pose la difficulté de longue date de déterminer qui étaient les Hyksôs et d'où ils venaient. La ville se redressa après la défaite et l'expulsion des Hyksôs en 1555/50 avant notre ère, mais son prestige déclina. Les nobles de Xoïs avaient fondé la 14e dynastie d'Égypte dans la ville en 1650 avant notre ère mais, avec la montée en puissance de Thèbes après la défaite des Hyksôs par Ahmosé Ier, la dynastie s'effondra et Xoïs perdit de son importance. L'historien égyptien Manéthon (3e siècle avant J.-C.) recensa 76 rois xoïtes. Soixante-douze des noms confirmés par le célèbre papyrus de la liste des rois de Turin auraient été préparés sous le pharaon Ramsès II (1279-1213 avant notre ère). Bien que Xoïs ait perdu son statut de capitale, elle resta un centre de commerce prospère et un lieu de pèlerinage. Elle devint également célèbre dans l'histoire égyptienne en tant que site de la bataille qui repoussa l'invasion finale des Peuples de la Mer.

Ramsès III et la bataille de Xoïs

Xoïs fut l'un des sites de la grande défense de l'Égypte par le pharaon Ramsès III (1186-1155 av. J.-C.), au cours de la huitième année de son règne.

La ville fut l'un des sites de la grande défense de l'Égypte par le pharaon Ramsès III contre les Peuples de la mer et leurs alliés libyens, la huitième année de son règne. Les Peuples de la mer avaient déjà tenté d'envahir l'Égypte sous le règne de Ramsès II et de son successeur Mérenptah (1213-1203 av. J.-C.) et avaient été vaincus sur le champ de bataille ; mais Ramsès III comprit qu'il était confronté à une grave menace et qu'il ne pouvait prendre aucun risque en matière de défense.

Il choisit une stratégie de guérilla plutôt qu'un engagement sur le terrain et tendit des embuscades dans le delta du Nil, au-dessus de Xoïs. Ramsès III borda les rives d'archers qui tirèrent sur les navires lorsqu'ils tentèrent de débarquer des troupes. Il envoya ensuite des flèches enflammées sur les navires, y mit le feu et écrasa les forces d'invasion.

Bien que Ramsès III ait été victorieux en 1178 av. J.-C., cette guerre avec les peuples de la mer fut si coûteuse que le trésor royal fut épuisé. Ce manque de fonds, ainsi qu'une mystérieuse sécheresse, conduisit à la première grève du travail connue dans l'histoire (la 29e année du règne de Ramsès III), lorsque les provisions attendues ne furent pas fournies à l'élite des constructeurs de tombes du village de Set Maat (aujourd'hui Deir el-Medina) et qu'ils décidèrent de débrayer. Cet événement est d'autant plus remarquable que Set Maat était le village des hommes qui sculptèrent les célèbres tombes de la Vallée des Rois.

Vitalité et déclin

Xoïs connut la prospérité en tant que centre de culte et de commerce pendant des siècles après la célèbre victoire de Ramsès III. Il y a plus de 2 000 ans, elle était considérée comme une ville ancienne de haute culture et de raffinement et conserva cette réputation même après que l'Égypte ait été transformée en province de Rome par Auguste en 30 avant Jésus-Christ. Sa réputation de longue date en tant que centre de production du meilleur vin d'Égypte contribua à maintenir la richesse de la ville grâce au commerce du vin et à assurer sa vitalité. Les vins de Xoïs gagnèrent en réputation auprès des Romains et la ville resta un centre de commerce prospère sous domination romaine. Elle demeura un centre urbain prospère jusqu'à l'arrivée du christianisme, après quoi elle connut un déclin constant. L'historien Marc Van De Mieroop écrit :

La montée du christianisme - qui toucha l'ensemble de l'empire romain et au-delà au cours des premiers siècles de notre ère - eut peut-être un impact plus décisif sur la culture égyptienne... Bien que certains concepts égyptiens antiques aient influencé les caractéristiques du christianisme dans le pays, nombre des idées centrales des deux cultures étaient incompatibles. L'exclusivité du dieu unique chrétien ne pouvait tolérer le vaste panthéon égyptien, ses animaux sacrés, etc.

Lorsque le christianisme s'imposa en Égypte, les anciennes traditions religieuses qui avaient fait de Xoïs un centre urbain important furent abandonnées et, comme la consommation d'alcool était désapprouvée par les adeptes zélés de la nouvelle foi, la demande de vins de Xoïs chuta et la ville perdit toutes ses ressources et son prestige vers 390 de notre ère. Les édits pro-chrétiens de l'empereur romain Théodose Ier (qui régna de 379 à 395 de notre ère), qui fermèrent les universités et les temples païens, eurent un effet tout aussi néfaste sur les villes et, parmi elles, sur Xoïs. La ville continua à décliner jusqu'à ce que, à l'époque des conquêtes musulmanes du 7ème siècle, elle ne soit plus qu'une ruine occupée occasionnellement par des nomades.

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres qualifiés.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

A propos de l'auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer ce travail

Style APA

Mark, J. J. (2014, février 17). Xoïs [Xois]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-589/xois/

Le style Chicago

Mark, Joshua J.. "Xoïs." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification février 17, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-589/xois/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Xoïs." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 17 févr. 2014. Web. 19 juil. 2024.

L'adhésion